publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

MULTAQ 400 mg

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Cardiologie et angéiologie
principes actifs: Dronédarone
laboratoire: Sanofi-Aventis

Comprimé pelliculé
Boîte de 60
Toutes les formes

Indication

MULTAQ est indiqué pour le maintien du rythme sinusal après une cardioversion réussie chez les patients adultes cliniquement stables atteints de fibrillation auriculaire (FA) paroxystique ou persistante. En raison de son profil de tolérance (voir rubriques Contre-indications et Mises en garde et précautions d'emploi), MULTAQ ne doit être prescrit qu'après avoir envisagé les alternatives thérapeutiques.

MULTAQ ne doit pas être administré aux patients ayant une dysfonction systolique du ventricule gauche, ou aux patients avec un antécédent ou présentant un épisode d'insuffisance cardiaque.

Posologie MULTAQ 400 mg Comprimé pelliculé Boîte de 60

Le traitement par MULTAQ ne doit être initié et surveillé que sous le contrôle d'un spécialiste (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

Le traitement par MULTAQ peut être initié en ambulatoire.

La posologie recommandée est de 400 mg deux fois par jour chez l'adulte au moment des repas :

• un comprimé le matin • un comprimé le soir.

Le jus de pamplemousse ne doit pas être pris lors d'un traitement par MULTAQ (voir rubrique Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions).

En cas d'oubli d'une dose, la dose suivante sera prise à l'heure habituelle et ne devra pas être doublée.

Le traitement par antiarythmique de classe I ou III (tels que la flécaïnide, la propafénone, la quinidine, le disopyramide, le dofétilide, le sotalol, l'amiodarone) doit être arrêté avant l'initiation de MULTAQ. Il existe des données limitées sur le délai optimal pour le relais de l'amiodarone par MULTAQ. Il doit être pris en compte que l'amiodarone conserve une longue durée d'action après son arrêt, en raison de sa demi-vie longue. Le relais de l'amiodarone par MULTAQ ne doit être réalisé que sous le contrôle d'un spécialiste (voir rubriques Contre-indications et Propriétés pharmacodynamiques).

Population pédiatrique :

La tolérance et l'efficacité chez les enfants âgés de moins de 18 ans n'ont pas été établies. Aucune donnée n'est disponible.

Sujets âgés :

L'efficacité et la tolérance ont été similaires entre les patients âgés ne souffrant pas d'autres pathologies cardiovasculaires et les patients plus jeunes. La prudence est requise chez les patients de 75 ans ou plus, qui souffrent de comorbidités (voir rubriques Contre-indications, Mises en garde et précautions d'emploi, et Propriétés pharmacodynamiques). Bien que l'exposition plasmatique chez les femmes âgées ait été augmentée dans une étude de pharmacocinétique réalisée chez des sujets sains, un ajustement posologique n'est pas considéré nécessaire (voir rubriques Propriétés pharmacodynamiques et Propriétés pharmacocinétiques ).


Insuffisance hépatique
:

En l'absence de données, MULTAQ est contre-indiqué chez les patients présentant une insuffisance hépatique sévère (voir rubriques Contre-indications et Mises en garde et précautions d'emploi). Aucun ajustement posologique n'est nécessaire chez les patients présentant une insuffisance hépatique légère ou modérée (voir rubrique Propriétés pharmacocinétiques).


Insuffisance rénale
:

MULTAQ est contre-indiqué chez les patients présentant une insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine (ClCr) <30 ml/min) (voir rubique Contre-indications). Aucun ajustement posologique n'est nécessaire chez les autres patients présentant une insuffisance rénale (voir rubriques Mises en garde et précautions d'emploi et Propriétés pharmacocinétiques).

Contre indications

• Hypersensibilité à la substance active, ou à l'un des excipients

• Blocs auriculo-ventriculaires des 2ème et 3ème degrés, bloc de branche complet, bloc distal, dysfonction sinusale, troubles de la conduction auriculaire, ou maladie du sinus (à l'exception des patients appareillés avec un stimulateur cardiaque en activité)

• Bradycardie <50 battements par minute (bpm)

• FA permanente d'une durée ≥ 6 mois (ou inconnue), et tentatives pour restaurer un rythme sinusal ne sont plus envisagées par le praticien

• Patients présentant des conditions hémodynamiques instables

• Insuffisance cardiaque ou antécédents d'insuffisance cardiaque, ou présence d'une dysfonction systolique du ventricule gauche

• Patients ayant présenté une toxicité hépatique ou pulmonaire liée à une utilisation antérieure d'amiodarone

• Utilisation simultanée avec des inhibiteurs puissants du cytochrome P450 (CYP) 3A4, tels que le kétoconazole, l'itraconazole, le voriconazole, le posaconazole, la télithromycine, la clarithromycine, la néfazodone, le ritonavir (voir rubrique Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions)

• Médicaments induisant des torsades de pointes tels que les phénothiazines, le cisapride, le bépridil, les antidépresseurs tricycliques, la terfénadine et certains macrolides oraux (tels que l'érythromycine), les antiarythmiques de classe I et III (voir rubrique Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions)

• Intervalle QTc Bazett ≥ 500 millisecondes

• Insuffisance hépatique sévère

• Insuffisance rénale sévère (ClCr <30 ml/min)

Effets indésirables Multaq

a. Résumé du profil de tolérance

Le profil de tolérance de la dronédarone 400 mg deux fois par jour chez les patients avec une fibrillation auriculaire (FA) ou un flutter atrial (FLA) repose sur 5 études contrôlées versus placebo, totalisant 6285 patients randomisés (3282 patients ont reçu la dronédarone 400 mg deux fois par jour, et 2875 ont reçu le placebo). La durée moyenne d'exposition au cours de ces études a été de 13 mois. Dans l'étude ATHENA, le suivi maximum a été de 30 mois.

L'évaluation des facteurs intrinsèques tels que le sexe ou l'âge sur l'incidence des événements indésirables tout traitement confondu a montré une interaction avec le sexe (féminin) sur l'incidence des événements indésirables graves ou non.

Dans les essais cliniques, les arrêts prématurés dus à un événement indésirable sont apparus chez 11,8% des patients traités par la dronédarone et chez 7,7% du groupe placebo. Les principales causes d'arrêt du traitement avec MULTAQ ont été les troubles gastro-intestinaux (3,2% des patients versus 1,8% dans le groupe placebo).

Les effets indésirables les plus fréquemment observés avec la dronédarone 400 mg deux fois par jour dans les 5 études ont été les diarrhées, les nausées et les vomissements, fatigue et asthénie.


b. Tableau des effets indésirables

Le tableau 1 ci-dessous présente les effets indésirables associés à la dronédarone 400 mg deux fois par jour chez les patients en FA ou FLA, par classe de système d'organes et suivant un ordre décroissant de gravité. Les fréquences sont définies en utilisant la convention suivante : très fréquent ( ≥ 1/10) ; fréquent ( ≥ 1/100 à <1/10) ; peu fréquent ( ≥ 1/1 000 à <1/100) ; rare ( ≥ 1/10 000 à <1/1 000) ; très rare (<1/10 000). Dans chaque groupe de fréquence, les effets indésirables sont présentés par ordre décroissant de gravité.


Tableau 1
: effets indésirables

Système classe-organe

Très fréquent

( ≥ 1/10)

Fréquent

( ≥ 1/100 à <1/10)

Peu fréquent

( ≥ 1/1 000 à <1/100)

Rare

( ≥ 1/10 000 à <1/1 000)

Affections du système nerveux

Dysgueusie

Agueusie

Affections cardiaques

Insuffisance cardiaque congestive (voir sous-rubrique c)

Bradycardie

Affections respiratoires, thoraciques, et médiastinales

Affections pulmonaires interstitielles incluant des pneumopathies et des fibroses pulmonaires (voir sous-rubrique c)

Affections gastro-intestinales

Diarrhées

Vomissements

Nausées

Douleurs

abdominales

Dyspepsie

Affections hépatobiliaires

Anomalies des tests de la fonction hépatique

Atteinte hépatocellulaire , incluant insuffisance hépatique aiguë mettant en jeu le pronostic vital (voir rubrique 4.4)

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Rash (incluant rash généralisé, maculaire, maculo-papulaire)

Prurit

Erythèmes (incluant érythème et rash érythémateux)

Eczéma

Réaction de photosensibilité Dermatite allergique Dermatite

Troubles généraux et anomalies liées à l'administration

Fatigue Asthénie

Investigations

Augmentation de la

créatinémie* Allongement du QTc Bazett#

* ≥ 10% 5 jours après l'initiation du traitement

# >450 msec chez l'homme, >470 msec chez la femme


c. Description de certains effets indésirables

Dans les 5 études contrôlées vs placebo, une insuffisance cardiaque a été rapportée à des taux comparables dans le groupe dronédarone et dans le groupe placebo (très fréquent, 11,2 % vs 10,9 %). Ce taux doit être considéré dans le contexte d'une incidence sous-jacente élevée d'insuffisance cardiaque chez les patients souffrant de FA. Des cas d'insuffisance cardiaque ont été également rapportés après commercialisation (fréquence indéterminée) (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

Dans les 5 études contrôlées vs placebo, des évènements pulmonaires ont été rapportés chez 0,6% des patients dans le groupe dronédarone versus 0,8% des patients dans le groupe placebo. Des cas d'affections pulmonaires interstitielles incluant des pneumopathies et des fibroses pulmonaires ont été rapportés après commercialisation (fréquence indéterminée). Un certain nombre de ces patients a été exposé préalablement à l'amiodarone.



publicité