publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

NEORAL 50 mg

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Dermatologie
principes actifs: Ciclosporine
laboratoire: Novartis Pharma SA

Capsule molle
Boîte de 60
Toutes les formes
117,48€* (remboursé à 100%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 118,30 €

Indication

· Greffes d'organes et de tissus :

o prévention du rejet du greffon, y compris dans la phase initiale de transplantation hépatique ;

o traitement du rejet, chez des patients initialement traités par d'autres protocoles immunosuppresseurs (pour éviter les risques associés à une immunodépression trop forte).

· Greffes de moelle osseuse :

o prévention du rejet après greffe ;

o traitement préventif ou curatif de la maladie du greffon contre l'hôte.

· Traitement de deuxième intention des syndromes néphrotiques corticodépendants et corticorésistants avec lésions glomérulaires minimes, ou hyalinoses segmentaires et focales primitives.

La ciclosporine peut être prescrite:

o pour induire et maintenir une rémission ;

o pour maintenir une rémission induite par les corticoïdes permettant le plus souvent la réduction ou la suppression de la corticothérapie.

· Formes étendues et sévères de psoriasis, en cas d'inefficacité, d'intolérance ou de contre-indications des traitements classiques (puvathérapie, rétinoïdes, méthotrexate).

· Formes sévères de dermatite atopique de l'adulte, en cas d'inefficacité, d'intolérance ou de contre-indications des traitements classiques (photothérapie et/ou photochimiothérapie).

· Formes actives et sévères de polyarthrite rhumatoïde en cas d'inefficacité, d'intolérance ou de contre-indications des traitements classiques, y compris le méthotrexate.

· Uvéites intermédiaires ou postérieures non infectieuses sévères, menaçant la vision, en cas d'échec de la corticothérapie.

· Traitement des aplasies médullaires acquises sévères ne pouvant bénéficier d'une greffe de moelle osseuse allogénique.

Posologie NEORAL 50 mg Capsule molle Boîte de 60

La ciclosporine doit être administrée en deux prises par jour, voir tableau.

Un contrôle régulier de la créatininémie doit être systématiquement effectué, ainsi qu'un contrôle régulier de la pression artérielle (voir rubriques Contre-indications et Mises en garde et précautions d'emploi) .

Lorsque l'adaptation posologique se fait en fonction des concentrations sanguines, il est recommandé de doser la ciclosporine dans le sang total. Si le plasma est utilisé, des conditions strictes de séparation plasma-hématies et de température (2 h ; 22°C) sont à respecter.

Chez l'enfant, la posologie n'est pas différente de celle de l'adulte.

L'expérience avec NEORAL est limitée chez le sujet âgé.

Une surveillance de la fonction rénale est néanmoins recommandée.

Lors des essais cliniques dans la polyarthrite rhumatoïde, 17,5% des patients étaient âgés de 65 ans et plus.

Ces patients étaient plus amenés à développer une hypertension systolique sous traitement, et étaient plus sujets à avoir une créatininémie augmentée de ≥ 50% par rapport au taux initial après 3 à 4 mois de traitement.

Les données disponibles sont insuffisantes chez les patients âgés de 65 et plus. Par conséquent, rien n'indique que la posologie des patients âgés soit différente de celles des patients jeunes. D'une façon générale, il est prudent d'ajuster les doses chez les sujets âgés, en débutant habituellement par la plus faible dose de la fourchette thérapeutique, pour tenir compte de la fréquence de survenue plus élevée d'atteinte des fonctions hépatique, rénale ou cardiaque ainsi que des maladies concomitantes ou autres traitements associés.

INDICATIONS

POSOLOGIE

TRAITEMENT ASSOCIE POSSIBLE

ADAPTATION POSOLOGIQUE (TRAITEMENT D'ENTRETIEN)

Greffes d'organes et de tissus, greffes de moelle osseuse

Doses initiales de 6 à 15 mg/kg/jour, avec décroissance progressive vers les doses d'entretien.

Ciclosporine seule, ou associée à des doses réduites de corticostéroïdes, éventuellement à de faibles doses d'azathioprine (voir Mises en garde et précautions d'emploi Précautions d'emploi)

Fonction du dosage régulier de ciclosporine dans le sang total et du rapport efficacité/tolérance.

Doses d'entretien

comprises entre 2 et

6 mg/kg/jour

Syndromes

Dose initiale :

Lorsque l'efficacité de la

Ces doses seront ajustées

néphrotiques

5 mg/kg/jour

ciclosporine en monothérapie

individuellement en fonction de

cortico-

2,5 mg/kg/jour en cas

est insuffisante, l'association

l'efficacité (protéinurie) et de la

dépendants et

d'insuffisance rénale pré-

ciclosporine-faible dose de

tolérance rénale

corticorésistants

existante

corticostéroïdes est possible,

(créatininémie), à la recherche

et recommandée chez les

de la dose minimale efficace.

Dose maximale chez

patients cortico-résistants.

Arrêt en cas d'inefficacité après

l'adulte :

3 mois.

5 mg/kg/jour

Dose maximale chez

l'enfant :

6 mg/kg/ jour

Psoriasis étendu et

Dose initiale :

Traitements locaux.

Fonction du rapport

sévère

2,5 mg/kg/jour

efficacité/tolérance, à la

recherche de la dose minimale

Dose maximale :

efficace.

5 mg/kg/jour

Arrêt en cas d'inefficacité après

6 semaines à 5 mg/kg/jour.

Dermatite atopique

Dose initiale :

Traitements locaux.

Fonction du rapport

sévère de l'adulte

2,5 mg/kg/jour

efficacité/tolérance.

5 mg/kg/jour pour les formes

particulièrement sévères

Interruption en cas de non-

réponse après 2 mois à 5

Dose d'entretien :

mg/kg/jour

2,5 à 5 mg/kg/jour

Dose maximale :

5 mg/kg/jour

Polyarthrite

Dose initiale :

Association aux corticostéroïdes à

Fonction du rapport

rhumatoïde active et

2,5 mg/kg/jour

faibles doses et (ou) aux anti-

efficacité/tolérance, à la

sévère

inflammatoires non stéroïdiens.

recherche de la dose minimale

Dose maximale :

efficace.

5 mg/kg/jour

Uvéites non

Dose initiale :

Association aux corticostéroïdes à

Dose initiale poursuivie, en

infectieuses sévères

5 mg/kg/jour

faibles doses.

tenant compte de la tolérance,

jusqu'à la rémission des

phénomènes inflammatoires et

l'amélioration de l'acuité

visuelle.

Aplasies médullaires

Dose initiale :

-  Association possible aux

La posologie initiale sera

acquises sévères

6 mg/kg/jour

stéroïdesdans les aplasies

ensuite adaptée pour maintenir

sévères (polynucléaires

des taux résiduels

neutrophiles compris entre 200 et

correspondant à 150 ng/ml de

500/mm3).

ciclosporine dans le sang total.

-  Association aux stéroïdes et/ou

parfois au sérum

antilymphocytaire dans les

aplasies très sévères (<200/mm3).

Greffes d'organes et de tissus, greffes de moelle osseuse.

La ciclosporine, lorsqu'elle représente le premier traitement immunosuppresseur utilisé, doit être administrée préalablement à la greffe de moelle osseuse ou à la transplantation d'organe (4 à 12 h). Dans certains cas (greffe de moelle osseuse), un calcul de la dose efficace peut être rapidement obtenu par la détermination de la cinétique après administration d'une dose-test initiale, avant  la greffe.

La valeur de la concentration minimale de ciclosporine, déterminée le matin, juste avant l'administration d'une nouvelle dose (To) doit se situer (les dosages étant effectués par une méthode déterminant spécifiquement la ciclosporine inchangée) dans une fourchette comprise entre 100 et 300 ng/ml dans le sang total. Cette fourchette varie en fonction du type de greffe et de la période de prescription. 

· Psoriasis

Une dose initiale de 5 mg/kg/jour est justifiée lorsque la gravité du psoriasis rend nécessaire un effet rapide.

· Polyarthrite rhumatoïde

Une durée de traitement de 12 semaines peut être nécessaire pour atteindre une pleine efficacité.

· Aplasies médullaires acquises

Arrêter le traitement par la ciclosporine en l'absence de réponse hématologique, au moins partielle, après trois mois.

En cas de réponse hématologique à la fin du troisième mois, poursuivre le traitement à la même dose jusqu'au sixième mois, puis diminuer très progressivement la dose.

En cas de rechute, la ciclosporine sera prescrite à la dose qui aura induit la première rémission.

Conversion des formes orales de SANDIMMUN A NEORAL.

La conversion ne doit pas être systématique.

Elle doit être réservée aux patients chez lesquels une mauvaise absorption de SANDIMMUN ne permet pas d'atteindre les concentrations sériques recherchées malgré l'augmentation des doses de SANDIMMUN.

Elle doit être réalisée avec précaution.

Pour toutes les indications, les données disponibles indiquent qu'après conversion des formes orales de SANDIMMUN à NEORAL , les concentrations minimales de ciclosporine dans le sang total sont comparables dans la majorité des cas.

Chez la plupart des patients des pics de concentration plus élevés (Cmax) et une exposition augmentée au médicament (aire sous la courbe) peuvent être observés après conversion sans pour autant observer une modification de l'état clinique. Chez un faible pourcentage de patients, ces observations sont plus marquées et peuvent avoir des conséquences cliniques. Des effets indésirables transitoires, réversibles avec la réduction de dose, peuvent apparaître après conversion, (céphalée, hypertrophie gingivale, augmentation de la créatininémie et de la pression artérielle). En effet, les patients mauvais absorbeurs de ciclosporine dans sa formulation SANDIMMUN (en particulier les transplantés hépatiques avec troubles de la sécrétion biliaire ou cholestase, mucoviscidose, les enfants ou certains transplantés rénaux) peuvent notablement améliorer leur absorption avec la formulation NEORAL. Dans ce cas, on observe lors de la conversion aux mêmes doses de SANDIMMUN à NEORAL, une exposition nettement augmentée au médicament : les doses de NEORAL doivent être alors réajustées individuellement en fonction des concentrations sanguines résiduelles et des paramètres de surveillance (pression artérielle, dosage de la créatininémie).

En cas de mauvaise absorption de la ciclosporine sous SANDIMMUN, l'absorption est améliorée sous NEORAL.

Sous NEORAL, l'absorption présente moins de variations que sous SANDIMMUN et la corrélation entre les concentrations résiduelles de ciclosporine et l'exposition (en terme d'aire sous la courbe) est plus importante.

Les recommandations quant aux schémas de conversion sont les suivantes :

*    Dans les indications “transplantations”, le traitement par NEORAL doit être instauré aux mêmes doses. La concentration résiduelle de ciclosporine dans le sang total doit être déterminée dans les 4 à 7 jours après la conversion, de même que les autres paramètres de surveillance (PA, créatininémie...). La ciclosporinémie résiduelle, la créatininémie et la pression artérielle seront contrôlées de manière plus rapprochée pendant les trois mois qui suivent la conversion à NEORAL.

Au cas où la concentration minimale sanguine de ciclosporine excéderait le seuil thérapeutique (limite supérieure de la fourchette), ou si les paramètres de surveillance cliniques et biologiques (PA, créatininémie...) s'aggravaient, la dose quotidienne devrait être ajustée en conséquence.

*    Dans les indications ”maladies auto-immunes”, 2 schémas de conversion sont possibles :

a)  dans les cas où une perte d'efficacité n'est pas acceptable pour le patient (diminution sévère de l'acuité visuelle dans les uvéites, rechute d'une aplasie médullaire ou d'un syndrome néphrotique), une conversion aux mêmes doses est recommandée, suivie d'une adaptation posologique si nécessaire.

b)  dans les cas où le risque d'une baisse passagère de l'exposition à la ciclosporine est acceptable (psoriasis et polyarthrite rhumatoïde, par exemple), une conversion à la dose la plus faible (2,5 à 3 mg/kg/jour) est conseillée. Un ajustement posologique individuel peut ensuite être nécessaire pour atteindre la dose minimale efficace.

La créatininémie et la pression artérielle seront contrôlées de manière plus rapprochée pendant les 3 mois qui suivent la conversion à NEORAL. Si les paramètres de surveillance cliniques et biologiques (P.A. créatininémie...) s'aggravaient, la dose quotidienne devrait être ajustée en conséquence.

Mode d'administration

Voie orale.

Les capsules peuvent être soit avalées intactes, soit mâchées (avec un grand verre d'eau).

· Compte tenu d'interférences avec la pharmacocinétique de la ciclosporine, très variables d'un patient à l'autre, l'emploi de jus de pamplemousse est formellement déconseillé.

Contre indications

Ce médicament NE DOIT PAS ETRE UTILISE dans les situations suivantes :

Contre-indication COMMUNE A TOUTES LES INDICATIONS :

· Hypersensibilité à la ciclosporine ou à l'un des excipients.

· Millepertuis, Stiripentol, Bosentan, Rosuvastatine (voir rubrique Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions) .

En cas d'occlusion intestinale, en raison de la présence d'hydroxystéarate de macrogolglycérol.

Contre-indications specifiques

Ce médicament NE DOIT PAS ETRE UTILISE dans les cas suivants :

Syndromes néphrotiques

· Infections mal contrôlées.

· Antécédents d'affections malignes ou affections malignes évolutives.

Psoriasis

· Patients antérieurement traités par l'arsenic (liqueur de Fowler).

· Patients ayant présenté des kératoses pré-épithéliomateuses ou des carcinomes cutanés sous puvathérapie.

· Insuffisance rénale, hypertension artérielle non contrôlée, infections mal contrôlées, antécédents d'affections malignes ou affections malignes évolutives.

· Insuffisance hépatique.

Dermatite atopique - Polyarthrite rhumatoïde

· Insuffisance rénale, hypertension artérielle non contrôlée, infections mal contrôlées, antécédents d'affections malignes ou affections malignes évolutives.

Uvéites - Aplasies médullaires

· Insuffisance rénale, hypertension artérielle non contrôlée.

Effets indésirables Neoral

Effets indésirables fréquents

· Insuffisance rénale qui peut être de 2 types :

o aiguë, réversible, dose-dépendante, pouvant simuler une crise de rejet chez le transplanté rénal,

o néphrotoxicité chronique avec fibrose interstitielle.

· Hypertension artérielle.

· Elévation transitoire de la bilirubinémie, des phosphatases alcalines et des gamma-GT.

· Hypomagnésémie.

· Elévation de l'uricémie et éventuellement crise de goutte.

· Elévation légère, réversible des lipides sanguins.

· Tremblements des extrémités.

· Paresthésies survenant en début de traitement et se manifestant par des sensations de brûlure des pieds et des mains.

· Hypertrichose.

· Œdème du visage et signes de rétention hydrosodée (notamment en cas de greffe de moelle osseuse).

· Hypertrophie gingivale (favorisée par une mauvaise hygiène bucco-dentaire et l'utilisation de certaines dihydropyridines).

· Troubles gastro-intestinaux (douleurs abdominales, nausées, vomissements, en raison de la présence d'un dérivé de l'huile de ricin; diarrhée, anorexie).

Effets indésirables rares ou exceptionnels

· Algies polyarticulaires, manifestations bilatérales et symétriques évocatrices d'algodystrophie, crampes musculaires.

· Troubles neurologiques centraux, essentiellement crises convulsives, plus rarement encéphalopathie avec syndrome confusionnel, coma, ataxie, troubles visuels rares, rarement oedème papillaire, secondaire à une hypertension intracrânienne, exceptionnellement cécité corticale.

· Neuropathies périphériques, parésies.

· Troubles hématologiques: anémie, thrombocytopénie, plus rarement: syndrome hémolytique et urémique, d'origine microangiopathique (avec anémie et thrombocytopénie).

· Acné, alopécie.

· Hyperkaliémie.

· Hépatotoxicité avec ictère et cytolyse.

· Pancréatite.

· Eruption cutanée.

Des syndromes lympho-prolifératifs et des tumeurs cutanées ont été rapportés, avec une fréquence et une distribution comparables à celles constatées avec d'autres immunosuppresseurs.



publicité