publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

OCTAFIX (500 UI) 100 UI/mL

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Hémostase et sang
principes actifs: Facteur IX
laboratoire: Octapharma France

Poudre et solvant pour solution injectable
Boîte de 1 Flacon de poudre + flacon de solvant de 5 ml
Toutes les formes

Indication

Traitement et prophylaxie des hémorragies chez les patients atteints d'hémophilie B (déficit congénital en facteur IX).

Posologie OCTAFIX (500 UI) 100 UI/mL Poudre et solvant pour solution injectable Boîte de 1 Flacon de poudre + flacon de solvant de 5 ml

Le traitement doit être initié sous la surveillance d'un médecin spécialiste de l'hémophilie.

Posologie :

La posologie et la durée du traitement de substitution dépendent de la sévérité du déficit en facteur IX, de la localisation et de l'intensité de l'accident hémorragique, ainsi que de l'état clinique du patient.

Traitement à la demande :

Le nombre d'unités de facteur IX administré s'exprime en unités internationales (UI) calculées avec l'étalon OMS pour le facteur IX. L'activité plasmatique du facteur IX est exprimée soit en pourcentage de l'activité normale du plasma humain, soit en unités internationales (selon l'étalon international pour le facteur IX plasmatique).

Une unité internationale (UI) de facteur IX de coagulation humain correspond à la quantité de facteur IX contenue dans un ml de plasma humain normal. Le calcul de la dose nécessaire de facteur IX est basé sur le résultat empirique qu'une UI de facteur IX de coagulation humain par kg de poids corporel augmente l'activité plasmatique du facteur IX de 1 % de la normale. Cette dose est déterminée à l'aide de la formule suivante:

Nombre d'Unités à administrer = poids corporel (kg) x augmentation souhaitée en facteur IX (%) (Ul/dl) x 0.8

La quantité à administrer et la fréquence des administrations doivent toujours être guidées par l'efficacité clinique individuelle. Les médicaments contenant du facteur IX ont rarement besoin d'être administrés plus d'une fois par jour.

Dans le cas des événements hémorragiques suivants, l'activité du facteur IX ne doit pas descendre en dessous du taux d'activité plasmatique indiqué (en % de la normale) pendant la durée mentionnée.

Le tableau ci-dessous peut être utilisé comme guide pour les posologies lors d'épisodes hémorragiques et de chirurgies:

Degré de l'hémorragie/Type d'intervention chirurgicale

Taux de facteur FIX nécessaire (%)

(UI/dl)

Fréquence des doses (heures)/Durée de traitement (jours)

Hémorragie

Début d'hémarthrose, saignement musculaire ou buccal

20-40

Renouveler toutes les 24 heures. Au moins 1 jour, jusqu'à ce que l'épisode hémorragique soit résolu comme indiqué par la douleur ou que la cicatrisation soit obtenue.

Hémarthrose plus étendue, hémorragie musculaire ou hématome

30-60

Renouveler la perfusion toutes les 24 heures pendant 3 à 4 jours ou plus jusqu'à ce que la douleur et le handicap sévère disparaissent.

Hémarthrose mettant en jeu le pronostic vital

60-100

Renouveler la perfusion toutes les 8 à 24 heures, jusqu'à disparition du risque vital.

Chirurgie

Chirurgie mineure

Dont extraction dentaire

30-60

Toutes les 24 heures, au moins 1 jour, jusqu'à ce que la cicatrisation soit obtenue.

Chirurgie majeure

80-100

(pré- et post - opératoire)

Renouveler la perfusion toutes les 8 à 24 heures, jusqu'à cicatrisation suffisante de la plaie, puis poursuivre le traitement pendant au moins 7 jours supplémentaires pour maintenir l'activité du FIX entre 30% et 60% (UI/dl).

Au cours du traitement, une détermination appropriée des taux de facteurs IX est conseillée afin d'évaluer la dose à administrer et la fréquence du renouvellement des perfusions. Dans le cas particulier d'interventions chirurgicales majeures, un contrôle précis du traitement substitutif au moyen de tests de coagulation (activité du facteur IX plasmatique) est indispensable. Dans la réponse au traitement par le facteur IX de coagulation humain, les taux de récupération in vivo et les demi-vies observées peuvent varier selon les individus.

Prophylaxie :

Dans le traitement prophylactique au long cours des épisodes hémorragiques chez les patients atteints d'hémophilie B sévère, les doses habituelles sont 20 à 40 UI de facteur IX de coagulation humain par kg de poids corporel tous les 3 à 4 jours. Dans certains cas, particulièrement chez les patients plus jeunes, des intervalles d'administration plus courts ou des posologies plus élevées peuvent être nécessaires.

Dans une étude clinique réalisée sur 25 patients âgés de moins de 6 ans, la dose moyenne administrée par jour d'exposition était similaire dans la prophylaxie et le traitement des hémorragies, soit une dose comprise entre 35 et 40 UI/kg.

Les patients doivent être suivis pour le développement d'inhibiteur anti-facteur IX. Si les taux souhaités d'activité plasmatique du facteur IX ne sont pas obtenus, ou si l'épisode hémorragique n'est pas maîtrisé après administration d'une dose appropriée, une analyse devra être réalisée pour déterminer si un inhibiteur anti-facteur IX est présent. Chez les patients présentant des titres élevés d'inhibiteur, le traitement par le facteur IX peut ne pas être efficace et d'autres alternatives thérapeutiques devront être envisagées.

La prise en charge de tels patients doit être effectuée par des médecins spécialisés dans le traitement de l'hémophilie. Voir aussi la rubrique Mises en garde et précautions d'emploi.

Il n'y a pas de données cliniques suffisantes pour recommander l'utilisation d'OCTAFIX en perfusion continue lors d'interventions chirurgicales.

Mode d'administration

Pour les instructions concernant la reconstitution du médicament avant administration, voir la rubrique Instructions pour l'utilisation, la manipulation et l'élimination. OCTAFIX doit être administré par voie intraveineuse. Il est recommandé de ne pas administrer plus de 2 à 3 ml par minute.

Contre indications

· Hypersensibilité à la substance active ou à l'un des excipients mentionnés à la rubrique Composition.

· Thrombocytopénie induite par l'héparine (type II).

Effets indésirables Octafix

Rare (≥1/10 000, <1/1 000); très rare (<1/10 000), y compris les cas isolés.

Classes de systèmes d'organes

Rares

Très rares

Affections du système immunitaire

Réaction allergique

Choc anaphylactique

Affections vasculaires

Embolie

Affections du rein et des voies urinaires

Syndrome néphrotique

Troubles généraux et anomalies au site d'administration

Thrombocytopénie induite par l'héparine
Fièvre

Investigations

Anticorps anti-facteur IX positif

· Une hypersensibilité ou des réactions allergiques (telles qu'oedème de Quincke, inflammation et sensation de brûlure au site d'injection, frissons, rougeurs, urticaire généralisée, céphalées, démangeaisons, hypotension, léthargie, nausée, agitation, tachycardie, oppression thoracique, fourmillements, vomissement, respiration sifflante) ont été observés de façon peu fréquente chez les patients traités par des préparations de facteur IX de coagulation humain. Dans certains cas, ces réactions ont abouti à une réaction anaphylactique sévère, associée à l'apparition simultanée d'inhibiteurs du facteur IX ( voir aussi la rubrique Mises en garde et précautions d'emploi ).

· Les patients atteints d'hémophilie B peuvent développer des anticorps neutralisants (inhibiteurs) anti-facteur IX. Si de tels inhibiteurs apparaissent, la réaction se manifeste sous forme d'une réponse clinique insuffisante. Dans ce cas, il est recommandé de contacter un centre spécialisé en hémophilie. Dans une étude clinique 25 enfants atteints d'hémophilie B, dont 6 patients non préalablement traités (patients naïfs), ont été traités par OCTAFIX pendant une moyenne de 38 jours (entre 8 et 90 jours). Tous les patients avaient un taux de base en inhibiteur de facteur IX inférieur à 0.4 BU. Aucune apparition d'anticorps inhibiteur n'est survenue pendant l'étude.

· Un cas de syndrome néphrotique a été rapporté suite à une induction de tolérance immune chez un patient atteint d'hémophilie B avec présence d'inhibiteurs et des antécédents de réactions allergiques.

· Dans de rares cas, une fièvre a été observée.

· L'administration de facteur IX comprend un risque potentiel de complications thromboemboliques, avec un risque plus élevé pour les préparations de faible pureté. L'utilisation de préparation de facteur de faible pureté a été associée à la survenue d'infarctus du myocarde, de coagulation intravasculaire disséminée, de thrombose veineuse et d'embolie pulmonaire. L'administration de facteur IX humain hautement purifié est rarement associée à de tels effets secondaires.

· Dans de rares cas, une thrombocytopénie de type II liée à la présence d'héparine dans la préparation peut survenir. Elle conduit à une diminution de la numération des plaquettes inférieure à 100 000/µl ou à 50 % de la numération initiale. Cette thrombocytopénie peut survenir quelques heures après le traitement chez les patients ayant des antécédents d'hypersensibilité à l'héparine, et jusqu'à 6 à 14 jours après le début du traitement chez les patients sans antécédents d'hypersensibilité à l'héparine.

· Cette forme sévère de thrombocytopénie peut s'accompagner de/ou occasionner une thrombose artérielle et veineuse, un thrombo-embolisme, des troubles sévères de la coagulation (coagulopathie de consommation), une nécrose cutanée au site d'injection, une hémorragie de type pétéchiale, un purpura et des selles goudronneuses. Si de telles manifestations surviennent, l'injection d'OCTAFIX doit être interrompue immédiatement. Le patient traité devra éviter d'utiliser des médicaments contenant de l'héparine à l'avenir. Du fait de cet effet rare de l'héparine sur les plaquettes sanguines, il convient de surveiller attentivement la numération plaquettaire, particulièrement en début de traitement.

· Pour toute information sur la sécurité virale, voir la rubrique Mises en garde et précautions d'emploi .

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (Ansm) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet: www.ansm.sante.fr .



publicité