publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

ORENCIA 125 mg

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Immunologie
principes actifs: Abatacept
laboratoire: Bristol-Myers Squibb Eeig

Solution injectable
Boîte de 4 Seringues préremplies avec aiguilles de 125 mg
Toutes les formes
948,16€* (remboursé à 65%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 948,98 €

Indication

Polyarthrite rhumatoïde

ORENCIA, en association avec le méthotrexate, est indiqué dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde active modérée à sévère chez les patients adultes ayant eu une réponse inadéquate à un traitement antérieur par un ou plusieurs traitements de fond (DMARDs) incluant le méthotrexate (MTX) ou un inhibiteur du facteur de nécrose tumorale (TNF).


Une réduction de la progression des dommages structuraux et une amélioration des capacités fonctionnelles ont été démontrées lors du traitement associant l'abatacept au méthotrexate.

Posologie ORENCIA 125 mg Solution injectable Boîte de 4 Seringues préremplies avec aiguilles de 125 mg

Le traitement doit être initié et surveillé par des médecins spécialistes expérimentés dans le diagnostic et le traitement de la polyarthrite rhumatoïde.


En l'absence de réponse à l'abatacept dans les 6 mois, la poursuite du traitement doit être réévaluée (voir rubrique Propriétés pharmacodynamiques).


Posologie


Adultes

Le traitement doit être initié avec une dose de charge administrée par perfusion intraveineuse (pour la posologie de la dose de charge par voie intraveineuse, consulter la rubrique Posologie et mode d'administration d'ORENCIA 250 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion). Après cette dose de charge, la première injection sous-cutanée de 125 mg d'ORENCIA doit être administrée dans les 24 heures. Cette injection sera suivie par des injections sous-cutanées de 125 mg une fois par semaine.


Les patients qui ne peuvent pas recevoir de perfusion peuvent initier les injections hebdomadaires sous-cutanées d'ORENCIA sans la dose de charge intraveineuse.


Les patients passant d'un traitement par ORENCIA par voie intraveineuse à une administration sous-cutanée doivent administrer la première dose sous-cutanée à la place de la prochaine dose intraveineuse programmée.


Aucun ajustement posologique n'est nécessaire quand ORENCIA est utilisé en association avec d'autres traitements de fond, corticoïdes, salicylés, autres anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) ou antalgiques.


Dose manquée

Si un patient manque une injection d'ORENCIA sans dépasser trois jours après la dose programmée, il/elle doit être informé(e) qu'il/elle doit immédiatement prendre la dose manquée et conserver le schéma hebdomadaire initial.

Si la dose est manquée avec plus de trois jours de retard, le patient doit recevoir des instructions sur la date de la prochaine dose, sur avis médical (état du patient, statut de l'activité de la maladie, etc).


Sujets âgés

Aucun ajustement posologique n'est nécessaire (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).


Insuffisants rénaux et hépatiques

ORENCIA n'a pas été étudié dans ces populations. Aucune recommandation posologique ne peut être faite.


Population pédiatrique

Le profil de sécurité et l'efficacité d'ORENCIA en administration sous-cutanée n'ont pas été établis chez l'enfant de moins de 18 ans. Aucune donnée n'est disponible.

Le profil de sécurité et l'efficacité d'ORENCIA en administration intraveineuse ont été étudiés chez l'enfant. Les données actuellement disponibles sont décrites dans le Résumé des Caractéristiques du Produit d'ORENCIA 250 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion.


Mode d'administration

Pour administration sous-cutanée.

ORENCIA doit être utilisé selon les conseils d'un professionnel de santé. Après une formation appropriée à la technique d'injection sous-cutanée, le patient peut s'auto-injecter ORENCIA si le médecin/professionnel de santé considère que cela est approprié.

Le contenu (1 ml) de la seringue pré-remplie doit être administré en totalité par injection sous-cutanée seulement. Les sites d'injection doivent être alternés, et les injections ne doivent jamais être administrées dans des zones où la peau est sensible, lésée, rougie ou durcie.

Des instructions détaillées sur la préparation et l'administration d'ORENCIA en seringue pré-remplie sont fournies dans la notice. Pour les instructions concernant la préparation, voir la rubrique Instructions pour l'utilisation, la manipulation et l'élimination.

Contre indications

Hypersensibilité à la substance active ou à l'un des excipients mentionnés à la rubrique Composition. Infections sévères et incontrôlées telles que sepsis et infections opportunistes (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

Effets indésirables Orencia

Résumé du profil de sécurité

L'abatacept par voie intraveineuse a été étudié chez des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde lors d'essais cliniques contrôlés versus placebo (2 111 patients sous abatacept, 1 099 sous placebo). Lors d'essais cliniques contrôlés, menés avec l'abatacept par voie intraveineuse versus placebo, des effets indésirables ont été rapportés chez 51,8% des patients traités par l'abatacept et chez 46,4% des patients traités par placebo. Les effets indésirables les plus fréquemment rapportés ( ≥ 5%) chez les patients traités par l'abatacept étaient des céphalées, des nausées et des infections des voies respiratoires supérieures. La proportion de patients qui ont arrêté le traitement en raison d'effets indésirables était de 3,3% pour les patients traités par l'abatacept et de 2,0% pour les patients traités par placebo.


Liste des effets indésirables

Le tableau 1 liste les effets indésirables observés lors des essais cliniques et au cours de la surveillance post-commercialisation, présentés par système-organe et par fréquence, selon les catégories suivantes: très fréquent ( ≥ 1/10); fréquent ( ≥ 1/100 à < 1/10); peu fréquent (≥ 1/1 000 à < 1/100); rare ( ≥ 1/10 000 à < 1/1 000); très rare (< 1/10 000). Au sein de chaque fréquence de groupe, les effets indésirables doivent être présentés suivant un ordre décroissant de gravité.


Tableau 1: Effets indésirables

Infections et infestations

Très fréquent

Infections des voies respiratoires

supérieures (dont trachéite et

rhinopharyngite)

Fréquent

Infections des voies respiratoires inférieures

(dont bronchites), infections urinaires,

infections par le virus de l'herpès (incluant

herpès simplex, herpès labial et zona),

rhinite, pneumonie, grippe

Peu fréquent

Infections dentaires, onychomycose, sepsis,

infections musculosquelettiques, abcès

cutané, pyélonéphrite, maladie pelvienne

inflammatoire

Rare

Tuberculose, bactériémie, infections

gastrointestinales

Tumeurs bénignes, malignes et non

Peu fréquent

Carcinome basocellulaire et épidermoïde,

précisées (incluant kystes et polypes)

papillome cutané

Rare

Lymphome, tumeur maligne du poumon

Affections hématologiques et du

Fréquent

Leucopénie

système lymphatique

Peu fréquent

Thrombocytopénie

Affections du système immunitaire

Peu fréquent

Hypersensibilité

Affections psychiatriques

Peu fréquent

Dépression, anxiété, trouble du sommeil

(incluant insomnie)

Affections du système nerveux

Fréquent

Peu fréquent

Céphalées, sensations vertigineuses,

paresthésies

Migraine

Affections oculaires

Fréquent
Peu fréquent

Conjonctivite

Sécheresse oculaire, baisse de l'acuité visuelle

Affections de l'oreille et du labyrinthe

Peu fréquent

Vertiges

Affections cardiaques

Peu fréquent

Palpitations, tachycardie, bradycardie

Affections vasculaires

Fréquent

Peu fréquent

Hypertension, flush, augmentation de la pression artérielle

Hypotension, bouffées de chaleur, vasculite, diminution de la pression artérielle

Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales

Fréquent
Peu fréquent


Rare

Toux

Bronchospasmes, respiration sifflante, dyspnées

Sensation de gorge serrée

Affections gastro-intestinales

Fréquent


Peu fréquent

Douleur abdominale, diarrhées, nausées, dyspepsie, ulcération buccale, stomatite aphteuse, vomissements
Gastrite

Affections hépatobiliaires

Fréquent

Anomalie des tests hépatiques (incluant l'augmentation des transaminases)

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Fréquent
Peu fréquent

Rash (dont dermatite), alopécie, prurit Susceptibilité accrue aux ecchymoses, sécheresse cutanée, urticaire, psoriasis, érythème, hyperhidrose

Affections musculo-squelettiques et systémiques

Fréquent
Peu fréquent

Douleurs des extrémités
Arthralgie

Affection des organes de reproduction et du sein

Peu fréquent

Aménorrhée, ménorragie

Troubles généraux et anomalies au site d'administration

Fréquent
Peu fréquent

Fatigue, asthénie, réactions au site d'injection

Etat grippal, prise de poids

Description des effets indésirables sélectionnés


Infections

Lors des essais cliniques contrôlés versus placebo avec l'abatacept par voie intraveineuse, des infections possiblement liées au traitement ont été rapportées chez 23,1% des patients traités par l'abatacept et chez 20,7% des patients traités par placebo.


Lors des essais cliniques contrôlés versus placebo, des infections sévères possiblement liées au traitement ont été rapportées chez 1,8% des patients traités par l'abatacept et chez 1,1% des patients traités par placebo. Les infections sévères rapportées chez au moins un patient traité par l'abatacept (0,05% de patients) comportait: pneumonie; cellulite, infection localisée, infection urinaire, bronchite, diverticulite, pyélonéphrite aiguë, sepsis, abcès, arthrite bactérienne, bactériémie, bronchopneumonie, aspergillose bronchopulmonaire, bursite infectieuse, cellulite staphylococcique, empyème, infection gastrointestinale, hépatite E, ulcère cutané infecté, abcès péridiverticulaire, pneumonie bactérienne, pneumonie à haemophilus, pneumonie à influenzae, sinusite, sepsis à streptocoques, tuberculose, sepsis urinaire (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).


Lors des essais cliniques en ouvert et en double-aveugle chez 4 149 patients traités par l'abatacept par voie intraveineuse avec 11 584 patients-années, le taux d'incidence des infections graves était de 2,87 pour 100 patients-années et le taux d'incidence annuel est resté stable.


Tumeurs malignes

Lors des essais cliniques contrôlés versus placebo avec l'abatacept par voie intraveineuse, des tumeurs malignes ont été rapportées chez 29 des 2 111 patients traités par l'abatacept exposés pendant 1 829 patients-années et chez 12 des 1 099 patients traités par placebo et exposés pendant 849 patients-années.


Lors des essais cliniques en ouvert et en double aveugle chez 4 149 patients traités par l'abatacept par voie intraveineuse avec 11 932 patients-années (dont 1 000 ont été traités par l'abatacept pendant plus de 5 ans), le taux d'incidence de tumeur maligne était de 1,42 pour 100 patients-années et le taux d'incidence annuel est resté stable. Le taux d'incidence pour 100 patients-années était de 0,73 pour les tumeurs malignes cutanées non-mélaniques; 0,59 pour les tumeurs solides et 0,13 pour les hémopathies malignes. La tumeur solide la plus fréquemment rapportée était le cancer du poumon (0,15 pour 100 patients-années), et l'hémopathie maligne la plus fréquente était le lymphome (0,07 pour 100 patients-années). Comparé à l'expérience en double aveugle, pendant la période en double aveugle et en ouvert, le taux d'incidence global des tumeurs malignes n'a pas augmenté, soit pour les classes principales (tumeurs malignes cutanées non-mélaniques, tumeurs solides, et hémopathies malignes), soit pour les classes individuelles de tumeur. Le type et les caractéristiques des tumeurs malignes rapportées pendant la période en ouvert des essais étaient similaires à ceux rapportés pendant les périodes en double aveugle.


Le taux d'incidence de tumeurs malignes observées était cohérent avec celui attendu dans une population de polyarthrite rhumatoïde comparable en ce qui concerne l'âge et le sexe (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).


Effets indésirables chez des patients atteints de Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO)

Dans l'étude IV, 37 patients atteints de BPCO ont été traités par l'abatacept par voie intraveineuse et 17 traités par placebo. Les patients atteints de BPCO traités par l'abatacept ont développé des effets indésirables plus fréquemment que ceux traités par placebo (51,4% versus . 47,1%, respectivement). Des troubles respiratoires, dont des exacerbations de BPCO et une dyspnée, sont survenus plus fréquemment chez les patients traités par l'abatacept que chez les patients traités par placebo (respectivement 10,8% versus . 5,9%). Parmi les patients atteints de BPCO, un pourcentage plus élevé de patients traités par l'abatacept comparé aux patients traités par placebo a développé un effet indésirable grave (5,4% contre 0%), dont une exacerbation de BPCO (1 sur 37 patients [2,7%]) et une bronchite (1 sur 37 patients [2,7%]).


Processus auto-immuns

Comparé au placebo, le traitement par l'abatacept n'a pas augmenté le taux d'auto-anticorps (anticorps antinucléaires et anti-ADNdb).


Le taux d'incidence des troubles auto-immuns est resté stable pendant l'expérience en ouvert (1,95 pour 100 patients-années) comparé à l'expérience en double-aveugle (2,36 pour 100 patients-années). Les troubles auto-immuns les plus fréquemment rapportés pendant l'expérience en ouvert ont été psoriasis, vascularite et syndrome de Sjogren.


Immunogénicité chez les adultes traités par l'abatacept par voie intraveineuse
Les anticorps dirigés contre la molécule d'abatacept ont été dosés par le test ELISA chez 3 985 patients atteints de polyarthrite rhumatoïde et traités jusqu'à 8 ans par l'abatacept. Cent quatre vingt sept patients sur 3 877 (4,8%) ont développé des anticorps anti-abatacept pendant le traitement. Chez les patients ayant eu un dosage d'anticorps anti-abatacept après l'arrêt d'abatacept (> 42 jours après la dernière dose), 103 patients sur 1 888 (5,5%) étaient séropositifs.


La présence d'anticorps neutralisants a été recherchée dans les échantillons pour lesquels une liaison au CTLA-4 a été confirmée. Vingt deux des 48 patients évaluables présentaient une activité neutralisante significative. La pertinence clinique de la présence d'anticorps neutralisants n'est pas connue.


D'une manière générale, il n'y avait pas de corrélation entre le développement d'anticorps et la réponse clinique ou l'apparition d'événements indésirables. Cependant, le nombre de patients ayant développé des anticorps était trop limité pour en tirer des conclusions. Les analyses d'immunogénicité étant spécifiques à chaque produit, la comparaison des taux d'anticorps avec ceux des autres produits n'est pas appropriée.


Immunogénicité chez les adultes traités par l'abatacept par voie sous-cutanée
L'étude SC-I comparait l'immunogénicité de l'abatacept après administration sous-cutanée ou intraveineuse, évaluée par le test ELISA. Durant la période de 6 mois en double aveugle, la fréquence globale d'immunogénicité de l'abatacept était de 1,1% (8/725) et 2,3% (16/710) pour les groupes recevant une administration sous-cutanée et intraveineuse, respectivement. Le taux est cohérent avec l'expérience antérieure, et il n'y a pas eu d'effet de l'immunogénicité sur la pharmacocinétique, la tolérance ou l'efficacité.


L'immunogénicité de l'abatacept après une administration sous-cutanée à long terme a été évaluée par un nouveau test ECL. Le test ECL ayant été développé pour être plus sensible et tolérant au médicament que le test ELISA préalable, la comparaison des taux d'incidence entre les différents tests n'est pas appropriée, La fréquence globale d'immunogénicité de l'abatacept par le test ECL était de 9,3% (128/1369) durant le traitement par l'abatacept, avec une durée moyenne de 29,9 mois, et de 12,7% (17/134) après l'interruption du traitement (>21 jours après la dernière dose). Les titres d'anticorps étaient généralement bas et ne persistaient pas ou n'augmentaient pas avec la poursuite du traitement (1,6% des sujets étaient séropositifs sur 2 visites consécutives), et il n'y avait pas de corrélation apparente entre le développement d'anticorps et la réponse clinique, les effets indésirables ou la pharmacocinétique, ce qui est comparable avec l'expérience antérieure.


Immunogénicité et tolérance de l'abatacept après interruption (trois mois) et reprise du traitement
Une étude du programme de développement de par voie sous-cutanée a été conduite afin d'étudier l'effet sur l'immunogénicité de l'interruption (trois mois) et de la reprise du traitement par l'abatacept par voie sous-cutanée. Lors de l'interruption du traitement par l'abatacept par voie sous-cutanée, l'augmentation du taux d'immunogénicité était comparable avec celle observée à l'arrêt du traitement par l'abatacept par voie intraveineuse. Lors de la reprise du traitement chez les patients dont l'administration par voie sous-cutanée a été interrompue jusqu'à 3 mois, il n'y a eu aucune réaction liée à l'injection, ni aucun autre problème de tolérance comparé aux patients restés sous traitement, que le traitement ait été réintroduit avec ou sans une dose de charge par voie intraveineuse. La tolérance observée dans le bras de traitement ayant repris l'administration sans dose de charge par voie intraveineuse était également comparable avec celle observée dans les autres études.


Réactions au site d'injection chez les patients adultes traités par l'abatacept par voie sous-cutanée
L'Etude SC-I a comparé la tolérance de l'abatacept, y compris les réactions au site d'injection suivant l'administration sous-cutanée ou intraveineuse. La fréquence globale des réactions au site d'injection était de 2,6% (19/736) et de 2,5% (18/721) dans le groupe abatacept sous-cutané et dans le groupe placebo sous-cutané (abatacept intraveineux) respectivement. Toutes les réactions au site d'injection ont été décrites comme légères à modérées (hématome, prurit ou érythème), et n'ont généralement pas nécessité l'arrêt du traitement.


Information sur le profil de sécurité lié à la classe pharmacologique

L'abatacept est le premier modulateur sélectif de la co-stimulation des lymphocytes T. Le profil de sécurité de l'abatacept a été comparé à celui de l'infliximab dans un essai clinique: ces informations sont résumées dans la rubrique Propriétés pharmacodynamiques.



publicité