publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

OXYGENE MEDICAL LIQUIDE AGA

Conditionnement modifié ou retiré de la vente depuis le 07.12.2009

Médicament générique du Classe thérapeutique: Pneumologie
principes actifs: Oxygène
laboratoire: Linde Healthcare

Gaz pour inhalation
Récipient cryogénique mobile de 450 Litres
Toutes les formes

Indication

- Correction des hypoxies d'étiologies diverses nécessitant une oxygénothérapie normobare ou hyperbare.
- Alimentation des respirateurs en anesthésie-réanimation.
- Vecteur des médicaments pour inhalation administrés par nébuliseur.
- Traitement des crises d'algie vasculaire de la face.

Posologie OXYGENE MEDICAL LIQUIDE AGA Gaz pour inhalation Récipient cryogénique mobile de 450 Litres

Mode d'administration :
Voie inhalée.
- Oxygénothérapie normobare : elle consiste à faire respirer au patient un mélange gazeux plus riche en oxygène que l'air ambiant, soit avec une FiO2, supérieure à 21%, à une pression partielle d'oxygène comprise entre 0,21 et 1 atmosphère (soit 0,213 à 1,013 bar).
. Chez les patients ne présentant pas de trouble de la ventilation : l'oxygène peut être administré en ventilation spontanée à l'aide de lunettes nasales, d'une sonde nasopharyngée, d'un masque. Ceux-ci devront être adaptés au débit de l'oxygène.
. Chez les patients présentant des troubles de la ventilation ou lors d'une anesthésie, l'oxygène est administré par ventilation assistée.
. Dans le traitement des crises d'aigle vasculaire de la face : l'administration se fait en ventilation spontanée à l'aide d'un masque nasobuccal.
- Oxygénothérapie hyperbare : elle consiste à faire respirer au patient de l'oxygène sous une pression partielle supérieure à 1 atmosphère (soit 1,013 bar).
L'oxygène est administré en caisson pressurisé ou chambre permettant une atmosphère en oxygène supérieure à 1 atmosphère (soit 1,013 bar).
Posologie :
La posologie est fonction de l'état clinique du patient.
L'oxygénothérapie a pour but, dans tous les cas de maintenir une pression partielle artérielle en oxygène (PaO2) supérieure à 60 mmHg (soit 7,96 kPa) ou une saturation du sang artériel en oxygène supérieure ou égale à 90%.
Si l'oxygène est administré dilué à un autre gaz, sa concentration dans l'air inspiré (FiO2) minimale doit être de 21%, elle peut aller jusqu'à 100%.
- Oxygénothérapie normobare :
. en ventilation spontanée :
. chez le patient insuffisant respiratoire chronique : l'oxygène doit être administré à un faible débit de 0,5 à 2 litres/minute, à adapter en fonction de la gazométrie.
. chez le patient en insuffisance respiratoire aiguë : l'oxygène doit être administré à un débit de 0,5 à 15 litres/minute, à adapter en fonction de la gazométrie.
. dans le traitement des crises d'algie vasculaire de la face :
l'oxygène doit être administré à un débit de 7 litres/minute, pendant 15 minutes.
L'administration doit commencer dès le début de la crise.
. en ventilation assistée :
la FiO2 minimale est de 21% et peut aller jusqu'à 100%.
- Oxygénothérapie hyperbare :
la durée des séances en caisson hyperbare à une pression de 2 à 3 atmosphères (soit 2,026 à 3,039 bar), est de 90 minutes à 2 heures. Ces séances peuvent être répétées 2 à 4 fois par jour en fonction de l'indication et de l'état clinique du patient.

Effets indésirables Oxygene Medical Liquide Aga

- Chez l'insuffisant respiratoire chronique en particulier, possibilité de survenue d'apnée par dépression respiratoire liée à la suppression soudaine du facteur stimulant hypoxique par la brusque augmentation de la pression partielle d'oxygène au niveau des chémorécepteurs carotidiens et aortiques.
- L'inhalation de fortes concentrations d'oxygène peut être à l'origine de micro-atélectasies résultant de la diminution d'azote dans les alvéoles et de l'effet de l'oxygène sur le surfactant.
L'inhalation d'oxygène pur peut augmenter les shunts intrapulmonaires de 20 à 30% par atélectasie secondaires à la dénitrogénation des zones mal ventilées et par redistribution de la circulation pulmonaire par vasoconstriction secondaire à l'élévation de la PO2.
- L'oxygénothérapie hyperbare peut être à l'origine d'un barotraumatisme par hyperpression sur les parois des cavités closes, telles que l'oreille interne pouvant entraîner un risque de rupture de la membrane tympanique, les sinus, les poumons pouvant entraîner un risque de pneumothorax.
- Des crises convulsives ont été rapportées à la suite d'une oxygénothérapie avec une concentration en oxygène (FiO2) de 100% pendant plus de 6 heures en particulier en administration hyperbare.
- Des lésions pulmonaires peuvent survenir à la suite d'une administration de concentrations d'oxygène (FiO2) supérieures à 80%.
- Chez les nouveau-nés, en particulier les prématurés, exposés à de fortes concentrations d'oxygène [FiO2 > 40% ; PaO2 supérieure à 80 mmHg (soit 10,64 kPa)] ou de façon prolongée (plus de 10 jours à une FiO2 > 30%), risque de rétinopathie à type de fibroplasie rétrolentale apparaissant après 3 à 6 semaines, pouvant régresser ou au contraire entraîner un décollement rétinien, voire une cécité permanente.
- Les patients soumis à une oxygénothérapie hyperbare en caisson peuvent être sujets à des crises de claustrophobie.



publicité