publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

OXYNORM 50 mg/mL

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Antalgiques
principes actifs: Oxycodone
laboratoire: Mundipharma

Solution injectable
Boîte de 5 Ampoules de 1 mL
Toutes les formes

Indication

Douleurs chroniques d'origine cancéreuse, intenses ou rebelles aux antalgiques de niveau plus faible, chez l'adulte (à partir de 18 ans).

Posologie OXYNORM 50 mg/mL Solution injectable Boîte de 5 Ampoules de 1 mL

Réservé à l'adulte à partir de 18 ans.

La relation dose-efficacité-tolérance est très variable d‘un patient à l'autre. Il est donc important d'évaluer fréquemment l'efficacité et la tolérance, et d'adapter la posologie progressivement en fonction des besoins du patient (voir paragraphe « Adaptation de la posologie »). Il n'y a pas de dose maximale tant que les effets secondaires peuvent être contrôlés.

Ordre d'équivalence des doses selon la voie d'administration, à titre indicatif :

       Voie orale

            SC

               IV

          1 mg

           0,5 mg

            0,5 mg

L'administration simultanée d'oxycodone par deux voies d'administration différentes est à éviter car elle expose à un risque de surdosage en raison des différences de cinétiques entre les différentes voies d'administration orale et injectable.

Voies d'administration

· injection intraveineuse ou perfusion intraveineuse.

· injection sous-cutanée ou perfusion sous-cutanée.

Posologie

La posologie dépend de l'intensité de la douleur, de l'état général du patient et des traitements antérieurs ou concomitants.

Réservé à l'adulte (à partir de 18 ans).

Traitement des douleurs chroniques d'origine cancéreuse

Voies IV et Sous-cutanée

· Chez les patients recevant des morphiniques pour la première fois : La dose initiale est de 0,125 mg/kg/jour (environ 7,5 mg/jour), de préférence en perfusion continue plutôt qu'en injections itératives toutes les quatre à six heures.

· Chez les patients recevant déjà de l'oxycodone par voie orale :

La dose initiale est calculée à partir du ratio suivant: 2 mg d'oxycodone orale est équivalent à 1 mg d'oxycodone injectable. Ce ratio est donné à titre indicatif, la variabilité inter-patient nécessite de titrer prudemment jusqu'à obtention de la posologie appropriée.

· Chez les patients présentant des douleurs d'intensité variable dans la journée :

Il est possible d'utiliser un système d'analgésie contrôlée par le patient ; la perfusion continue à la posologie habituelle sera alors associée à des bolus auto administrables, dont la dose sera environ équivalente à une heure de perfusion, suivie d'une période sans injection possible (période réfractaire) de 5 minutes minimum.

A titre indicatif, le rapport d'équianalgésie oxycodone injectable/morphine injectable est en moyenne de 1:1. Ce ratio est donné à titre indicatif, la variabilité inter-individuelle nécessitant de titrer prudemment jusqu'à obtention de la posologie appropriée.

· Patients porteurs d'une insuffisance hépatique non sévère, d'une insuffisance rénale, patients âgés :

L'administration d'oxycodone doit être prudente. Débuter le traitement à la dose la plus faible en titrant prudemment jusqu'à obtention de l'antalgie.

Adaptation de la posologie

Elle se justifie lorsque les doses antérieurement prescrites se révèlent insuffisantes.

Arrêt du traitement

Il convient de réduire les doses d'oxycodone progressivement afin d'éviter l'apparition d'un syndrome de sevrage.

Contre indications

Ce médicament ne doit jamais être utilisé dans les cas suivants :

· enfant de moins de 18 ans,

· hypersensibilité connue à l'oxycodone ou à l'un des composants de ce médicament,

· insuffisance respiratoire décompensée,

· insuffisance hépatocellulaire sévère,

· allaitement,

· association à Ia buprénorphine, Ia nalbuphine, Ia pentazocine.

Effets indésirables Oxynorm

Les effets indésirables les plus fréquents aux doses habituelles sont la constipation, la somnolence, une confusion, des nausées et vomissements.

En cas d'administration chronique, la constipation ne régresse pas spontanément et doit donc être prise en charge. En revanche, somnolence, nausées et vomissement sont en règle générale transitoires et leur persistance doit faire rechercher une cause associée.

Tous ces effets, et notamment la constipation, sont prévisibles et doivent donc être anticipés afin d'optimiser le traitement. Ils peuvent nécessiter une thérapeutique correctrice.

On peut également noter :

· confusion, sédation, excitation, cauchemars, plus spécialement chez le sujet âgé, avec éventuellement hallucinations,

· céphalées, vertiges,

· dépression respiratoire, avec, au maximum, apnée,

· augmentation de la pression intracrânienne, qu'il convient de traiter dans un premier temps,

· dysurie et rétention urinaire, principalement en cas d'adénome prostatique ou de sténose urétrale.

De rares hypotensions ou bradycardies graves ont été décrites.



publicité