publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

PANTESTONE 40 mg

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Endocrinologie
principes actifs: Testostérone
laboratoire: Msd France

Capsule
Boîte de 60
Toutes les formes
16,37€* (remboursé à 65%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 17,19 €

Indication

Traitement substitutif des hypogonadismes masculins quand le déficit en testostérone a été confirmé cliniquement et biologiquement ( voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi ).

Posologie PANTESTONE 40 mg Capsule Boîte de 60

Pantestone doit être pris au cours du repas pour favoriser l'absorption. Les capsules doivent être avalées sans être croquées avec, si besoin, de l'eau ou une autre boisson.

La posologie sera répartie également entre le matin et le soir. En cas de nombre impair de capsules, la dose la plus forte sera prise le matin.

La posologie est à adapter par le médecin suivant la sévérité des symptômes, les concentrations plasmatiques de testostérone, et la réponse individuelle de chaque patient. En général, la posologie est de 3 à 4 capsules par jour pendant 2 à 3 semaines, puis de 1 à 3 capsules par jour suivant le résultat obtenu en début de traitement. Les concentrations plasmatiques de testostérone devront être mesurées en début de traitement et pendant le suivi du patient.

Contre indications

· Hypersensibilité à la substance active ou à l'un des excipients mentionnés à la rubrique Composition.

· Cancer du sein masculin suspecté ou confirmé.

· Adénome prostatique suspecté ou confirmé.

· Cancer prostatique suspecté ou confirmé.

· Présence ou antécédent de tumeur hépatique.

· En cas d'occlusion intestinale en raison de la présence d'huile de ricin.

Effets indésirables Pantestone

Dans les essais cliniques effectués avec PANTESTONE (n = 237), des arthralgies et des douleurs dorsales ont été plus fréquemment observées chez les sujets traités par PANTESTONE que chez les sujets sous placebo.

Les effets indésirables suivants ont été décrits dans la littérature avec des préparations contenant de la testostérone :

Système de l'organisme

Effets indésirables

Affections hématologiques et du système lymphatique

Rares cas de polycythémie (érythrocytose)

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Prise de poids, modifications au niveau des électrolytes (rétention de sodium, de chlore, de potassium, de calcium, de phosphates inorganiques et d'eau) lors de traitement à forte dose et/ou prolongé

Affections musculo-squelettiques et systémiques

Crampes musculaires, myalgies, arthralgies

Affections du système nerveux

Nervosité, agressivité, dépression

Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales

Apnée du sommeil

Affections hépatobiliaires

Très rares cas d'ictères et de perturbations des tests de la fonction hépatique

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Diverses réactions cutanées peuvent survenir telles que: acné, séborrhée et alopécie, prurit

Affections des organes de la reproduction et du sein

Altérations de la libido;
gynécomastie;
Augmentation de la fréquence des érections;
Un traitement par de fortes doses de préparations à base de testostérone interrompt ou réduit fréquemment et de manière réversible la spermatogenèse, ce qui se traduit par une réduction de la taille des testicules;
Un traitement substitutif à la testostérone lors d'hypogonadisme peut, dans de rares cas, induire des érections persistantes et douloureuses (priapisme), des anomalies de la prostate, un cancer de la prostate*, une obstruction des voies urinaires

Troubles généraux et anomalies au site d'administration

L'administration à fortes doses ou à long terme de testostérone peut occasionnellement augmenter la fréquence de rétention d'eau et d'oedèmes; des réactions d'hypersensibilité peuvent survenir

Investigations

Augmentation de l'antigène spécifique de la prostate (PSA)

*Les données relatives au risque de cancer de la prostate associé à un traitement par la testostérone ne permettent pas de conclure à une relation de causalité.

Les autres effets indésirables connus, bien que rares, associés à des posologies excessives de testostérone incluent les néoplasmes hépatiques.



publicité