publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

PAVULON 4 mg/2 ml

Conditionnement modifié ou retiré de la vente depuis le 18.02.2010

Médicament générique du Classe thérapeutique: Anesthésie, réanimation, antalgiques
principes actifs: Bromure de pancuronium
laboratoire: Schering S.A

Solution injectable IV
Boîte de 25 Ampoules de 2 ml
Toutes les formes

Indication

Adjuvant de l'anesthésie générale permettant de provoquer le relâchement musculaire et de faciliter l'intubation trachéale au cours des interventions chirurgicales de durée prévisible supérieure à deux heures ou quand la ventilation contrôlée est poursuivie après l'intervention.

Posologie PAVULON 4 mg/2 ml Solution injectable IV Boîte de 25 Ampoules de 2 ml

Mode d'administration :
- Le bromure de pancuronium doit être administré par voie intraveineuse seulement, en bolus dans la tubulure d'une perfusion. L'utilisation du pancuronium en perfusion continue n'est pas recommandée du fait d'une accumulation du principe actif.
Le pancuronium ne doit être administré que par des anesthésistes ou des praticiens familiarisés avec l'utilisation et l'action des curares, ou sous leur contrôle.
- Du matériel d'intubation trachéale, d'assistance respiratoire et d'oxygénation artérielle adéquat doit être disponible.
Le pancuronium doit être employé sous contrôle d'une méthode instrumentale (moniteur de curarisation) estimant le degré de relâchement musculaire pendant l'injection mais également à l'arrêt du traitement afin d'évaluer le niveau de décurarisation (récupération) dans le but notamment de poser l'indication éventuelle d'une décurarisation pharmacologique par la néostigmine.
Posologie :
- Comme avec tous les autres curarisants, la posologie du bromure de pancuronium doit être adaptée à chaque patient. Elle dépend de la méthode d'anesthésie associée (avec ou sans agent halogéné), du type de chirurgie (niveau du blocage neuromusculaire souhaité), de la durée présumée de l'intervention, des interactions éventuelles avec d'autres médicaments administrés avant ou pendant l'anesthésie et du statut pathologique du patient (insuffisance rénale et/ou hépatique en particulier).
L'utilisation d'une technique appropriée de contrôle du bloc neuromusculaire est recommandée lors du blocage neuromusculaire et de la décurarisation (voir rubrique mises en garde et précautions d'emploi).
Les anesthésiques volatils potentialisent l'action du bromure de pancuronium. Cette potentialisation ne devient cliniquement significative au cours de l'anesthésie que lorsque les anesthésiques volatils ont atteint une certaine concentration tissulaire. Il est donc conseillé d'ajuster les doses de bromure de pancuronium en diminuant les doses d'entretien et en espaçant les intervalles d'administration au cours des interventions chirurgicales où de tels anesthésiques sont utilisés (voir rubrique interactions).
- Chez l'adulte, les posologies suivantes sont proposées à titre indicatif. Elles donnent les doses de bromure de pancuronium à injecter pour l'intubation trachéale et pour obtenir une relaxation musculaire en chirurgie de la durée prévisible supérieure à deux heures. Elles doivent être adaptées à chaque patient en fonction des données fournies par le monitorage instrumental de la curarisation.
. Intubation trachéale :
La dose d'intubation recommandée est de deux DA95 soit 0,1 à 0,12 mg/kg.
De bonnes conditions cliniques d'intubation sont obtenues entre 180 à 300 secondes après l'injection de 0,08 à 0,1 mg/kg.
L'amplitude des contractions musculaires atteint 25% de sa valeur initiale environ 75 minutes après l'injection intraveineuse de 0,08 mg/kg de bromure de pancuronium et environ 100 minutes après l'injection d'une dose de 0,1 mg/kg.
En cas d'utilisation de suxaméthonium pour l'intubation, l'administration de bromure de pancuronium doit être retardée jusqu'à décurarisation clinique du bloc neuromusculaire induit par le suxaméthonium et il est recommandé de diminuer les doses (0,04 à 0,06 mg/kg) de pancuronium lorsque du suxaméthonium a été préalablement injecté.
. Dose d'entretien :
La dose d'entretien recommandée est de 0,01 à 0,02 mg de bromure de pancuronium par kg. Afin de limiter les effets cumulatifs, il est préférable d'administrer ces doses d'entretien lorsque la réponse musculaire à une stimulation-nerveuse simple ("single twitch") est revenue à 25% de sa réponse de contrôle à l'adducteur du pouce ("twitch de contrôle").
. Utilisation en soins intensifs :
L'utilisation du bromure de pancuronium dans les unités de soins intensifs n'est pas recommandée. Son administration répétée entraîne l'accumulation d'un métabolite actif. A ceci s'ajoute une incidence plus élevée en réanimation de dysfonction rénale et/ou hépatique, situations allongeant la durée d'action du pancuronium.
- Utilisation en pédiatrie :
L'utilisation en pédiatrie n'est pas adaptée du fait de sa longue durée d'action.
Des études cliniques ont montré que les doses requises chez les nouveau-nés (0-1 mois) et les nourrissons (1-12 mois) sont comparables à celles requises chez les adultes. En raison d'une sensibilité variable aux myorelaxants non dépolarisants, il est recommandé d'utiliser une dose-test de 0,01-0,02 mg/kg chez le nouveau-né. Les enfants (1-14 ans) nécessitent des doses supérieures (d'environ 25%).
- Utilisation chez le patient à surcharge pondérale ou obèse :
Chez le patient avec surcharge pondérale ou chez le patient obèse (poids corporel supérieur à 30% ou plus par rapport au poids idéal), les doses de bromure de pancuronium doivent être réduites en tenant compte du poids idéal.

Contre indications

- Ce médicament est contre-indiqué en cas :
d'antécédents de réactions anaphylactiques/anaphylactoïdes au bromure de pancuronium ou à l'ion bromure, ou d'hypersensibilité à l'un des excipients.
- Allaitement : en absence de données sur le passage dans le lait maternel, il est recommandé de suspendre l'allaitement 12 heures au décours d'une administration de bromure de pancuronium.

Effets indésirables Pavulon

Les effets indésirables suivants du bromure de pancuronium ont été rapportés lors de la surveillance effectuée après la mise sur le marché ; ils sont très rares c'est-à-dire qu'ils surviennent à une fréquence inférieure à 1 pour 10000.
- Bloc neuromusculaire prolongé :
L'effet indésirable le plus fréquent des produits de la classe des myorelaxants non dépolarisants est la curarisation résiduelle. Ceci peut aller d'une faiblesse des muscles striés à un bloc neuromusculaire profond et prolongé aboutissant à une insuffisance respiratoire ou une apnée par obstruction des voies aériennes supérieures.
- Réactions anaphylactiques :
Bien que très rares, des réactions anaphylactiques graves ont été décrites pour l'ensemble des myorelaxants, y compris le bromure de pancuronium. Ces réactions anaphylactiques/anaphylactoïdes sont à type de bronchospasme, de modifications cardiovasculaires (par exemple hypotension, tachycardie, collapsus/choc circulatoire) et manifestations cutanées (par exemple angioedèmes, urticaire). Ces réactions ont été dans certains cas mortelles. A cause de leur sévérité, il est nécessaire d'évoquer leur survenue éventuelle et de prendre les précautions adéquates.
- Libération d'histamine et réactions histaminoïdes :
. Les myorelaxants peuvent induire une libération d'histamine, à la fois aux niveaux local et systémique. De ce fait, il est possible qu'un prurit et des réactions érythémateuses apparaissent au site d'injection et/ou que des réactions histaminoïdes (anaphylactoïdes) systémiques telles que des bronchospasmes et des troubles cardiovasculaires se produisent après l'administration de ces produits.
. Des études expérimentales du bromure de pancuronium en injection intradermique ont montré que ce médicament n'induisait qu'une faible libération locale d'histamine. Des études contrôlées menées chez l'homme n'ont pas révélé d'augmentation significative des taux plasmatiques d'histamine après l'administration intraveineuse de bromure de pancuronium.
- Ophtalmiques :
Bien que ceci n'ait pas été rapporté lors de la surveillance après la mise sur le marché, la littérature indique que la bromure de pancuronium entraîne pendant quelques minutes une baisse significative de la pression intra-oculaire, qu'elle soit au départ normale ou excessive ainsi qu'un myosis.
- Cardiovasculaires :
Les effets cardiovasculaires du bromure de pancuronium sont mineurs : augmentation modérée de la fréquence cardiaque et de la pression artérielle moyenne avec augmentation du débit cardiaque.
Ces effets sont dus à la légère action vagolytique cardiosélective du médicament et doivent être pris en compte dans trois situations :
. chez le patient coronarien sévère où la survenue d'ischémie myocardique a été décrite lors de l'administration de ce médicament en association avec certains analgésiques morphiniques,
. en cas de dépassement des doses recommandées,
. lors de la fixation de la posologie et/ou de l'emploi de vagolytiques pour la prémédication ou l'induction de l'anesthésie.
Du fait de son action vagolytique, le bromure de pancuronium neutralise l'effet cardiodépresseur de certains anesthésiques volatils. Il permet en outre de corriger la bradycardie provoquée par certains anesthésiques et analgésiques puissants.



publicité