publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

PREZISTA 400 mg

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Infectiologie - Parasitologie
principes actifs: Darunavir
laboratoire: Janssen Cilag Internat NV

Comprimé pelliculé
Flacon de 60
Toutes les formes
452,42€* (remboursé à 100%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 453,24 €

Indication

PREZISTA, co-administré avec une faible dose de ritonavir est indiqué en association avec d’autres médicaments antirétroviraux, pour le traitement des patients infectés par le virus de l'immunodéficience humaine (VIH-1).

PREZISTA, co-administré avec le cobicistat est indiqué en association avec d’autres médicaments antirétroviraux, pour le traitement de l’infection par le virus de l'immunodéficience humaine (VIH-1) chez les patients adultes (voir rubrique Posologie et mode d'administration ) .

PREZISTA 400 mg comprimés peut être utilisé pour obtenir les posologies adaptées au traitement de l’infection par le VIH-1 chez les adultes et la population pédiatrique à partir de l’âge de 12 ans et pesant au moins 40 kg :

● naïfs de traitement antirétroviral (ARV) (voir rubrique Posologie et mode d'administration ) .

● pré-traités par des ARV sans aucune mutation associée à une résistance au darunavir et ayant un

taux d’ARN du VIH-1 plasmatique < 100 000 copies/ml et un taux de CD4+ ≥ 100 x 106

cellules/l. Lors de l’instauration d’un traitement par PREZISTA chez des patients pré-traités par

des ARV, l’utilisation de PREZISTA doit être guidée par un test de résistance génotypique (voir rubriques Posologie et mode d'administration , Contre-indications , Mises en garde et précautions d'emploi et Propriétés pharmacodynamiques ).

Posologie PREZISTA 400 mg Comprimé pelliculé Flacon de 60

Le traitement doit être initié par un médecin expérimenté dans la prise en charge de l'infection par le VIH. Les patients doivent être informés qu'après initiation du traitement par PREZISTA, ils ne doivent pas modifier la posologie, la forme pharmaceutique ou interrompre le traitement sans l'avis de leur médecin.

Le profild 'interaction du darunavir varie selon le potentialisateur pharmacocinétique, ritonavir ou cobicistat, avec lequel il est utilisé. Ainsi, les contre-indications et les recommandations concernant l'administration concomitante de médicaments avec le darunavir peuvent être différentes selon le booster pharmacocinétique associé (ritonavir ou cobicistat) (voir rubriques Contre-indications, Mises en garde et précautions d'emploi et Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions).

Posologie

PREZISTA doit toujours être administré par voie orale avec du cobicistat ou avec une faible dose de ritonavir en tant que booster pharmacocin étique et en association avec d'autres médicaments antir étroviraux. Le Résumé des Caractéristiques du Produit du cobicistat ou du ritonavir, le cas échéant, doit donc être consulté avant l'instauration d'un traitement par PREZISTA. Le cobicistat n 'est pas indiqué pour une utilisation en deux prises par jour, ni pour une utilisation chez la population p édiatrique.

PREZISTA est aussi disponible en suspension buvable pour une utilisation chez les patients qui sont incapables d 'avaler les comprimés de PREZISTA (se reporter au Résumé des Caractéristiques du Produit de PREZISTA suspension buvable).

Patients adultes na ïfs d'ARV

La posologie recommand ée est de 800 mg une fois par jour, administrée avec 150 mg de cobicistat une fois par jour ou 100 mg de ritonavir une fois par jour, à prendre au cours d'un repas. PREZISTA 400 mg comprimés peut être utilisé pour obtenir la posologie de 800 mg une fois par jour.

Patients adultes pr é-traités par des ARV

Les posologies recommand ées sont les suivantes :

● Chez les patients pr é-traités par des ARV sans aucune mutation associée à une résistance au darunavir (V11I, V32I, L33F, I47V, I50V, I54M, I54L, T74P, L76V, I84V et L89V) et ayant un taux plasmatique d'ARN du VIH-1 < 100 000 copies/ml et un taux de CD4+ ≥ 100 x 106 cellules/l (voir rubrique Indications thérapeutiques), la posologie de 800 mg une fois par jour associée à 150 mg de cobicistat une fois par jour ou 100 mg de ritonavir une fois par jour, à prendre au cours d'un repas, peut être utilisée. PREZISTA 400 mg comprimés peut être utilisé pour obtenir la posologie de 800 mg une fois par jour.

● Chez tous les autres patients pr é-traités par des ARV ou lorsque le test de résistance génotypique VIH-1 n'est pas disponible, la posologie recommandée est de 600 mg deux fois par jour associée à 100 mg de ritonavir deux fois par jour, à prendre au cours d'un repas. Voir les Résumés des Caractéristiques du Produit de PREZISTA 100 mg/mL suspension buvable, 75 mg, 150 mg, 300 mg ou 600 mg comprimés.

Population p édiatrique naïve d'ARV (âgée de 3 à 17 ans et pesant au moins 40 kg) La posologie recommandée est de 800 mg une fois par jour en association avec 100 mg de ritonavir une fois par jour, à prendre au cours d'un repas. La posologie de cobicistat à utiliser avec PREZISTA chez les enfants de moins de 18 ans n'a pas été établie.

Population p édiatrique pré-traitée par des ARV (âgée de 3 à 17 ans et pesant au moins 40 kg)

La posologie de cobicistat à utiliser avec PREZISTA chez les enfants de moins de 18 ans n'a pas été établie.

Les posologies recommand ées sont les suivantes :

● Chez les patients pr é-traités par des ARV sans aucune mutation associée à une résistance au darunavir (V11I, V32I, L33F, I47V, I50V, I54M, I54L, T74P, L76V, I84V et L89V) et ayant un taux plasmatique d'ARN du VIH-1 < 100 000 copies/ml et un taux de CD4+ ≥ 100 x 106 cellules/l (voir rubrique Indications thérapeutiques), une posologie de 800 mg une fois par jour avec 100 mg de ritonavir une fois par jour à prendre au cours d'un repas, peut être utilisée. PREZISTA 400 mg comprimés peut être utilisé pour obtenir une posologie de 800 mg une fois par jour.

● Chez tous les autres patients pré-traités par des ARV, ou si le test de résistance génotypique du VIH-1 n'est pas disponible, la posologie recommandée est décrite dans le Résumé des Caractéristiques du Produit de PREZISTA suspension buvable 100 mg/ml et PREZISTA 75 mg, 150 mg, 300 mg et 600 mg comprimés.

Conseils en cas d 'oubli d'une ou de plusieurs doses

Si une dose de PREZISTA et/ou de cobicistat ou de ritonavir une fois par jour est oubli ée dans les 12 heures qui suivent l'horaire habituel de la prise, les patients doivent être informés qu'ils doivent prendre dès que possible la dose prescrite de PREZISTA et de cobicistat ou de ritonavir avec de la nourriture. Si l 'oubli a été noté plus de 12 heures après l'horaire habituel de la prise, la dose oubliée ne doit pas être prise et le patient doit poursuivre le schéma posologique habituel.

Cette recommandation est bas ée sur la demi-vie du darunavir en présence de cobicistat ou de ritonavir et de l'intervalle de dose recommandé d'environ 24 heures.

Populations particuli ères

Personnes âgées

L 'information disponible est limitée dans cette population, par conséquent PREZISTA doit être utilisé avec pr écaution dans cette tranche d'âge (voir rubriques Mises en garde et précautions d'emploi et Propriétés pharmacocinétiques).

Insuffisance h épatique

Le darunavir est m étabolisé par voie hépatique. Aucune adaptation posologique n'est nécessaire chez les patients présentant une insuffisance hépatique légère (Child-Pugh classe A) ou modérée (Child-Pugh classe B), cependant PREZISTA doit être utilisé avec prudence chez ces patients. Aucune donnée pharmacocinétique n'est disponible chez les patients présentant une insuffisance hépatique sévère. Une insuffisance hépatique sévère pourrait entraîner une augmentation de l'exposition au darunavir et une aggravation de son profil de tolérance. C'est pourquoi PREZISTA ne doit pas être utilisé chez les patients présentant une insuffisance hépatique sévère (Child Pugh classe C) (voir rubriques Contre-indications, Mises en garde et précautions d'emploi et Propriétés pharmacocinétiques).

Insuffisance r énale

Aucune adaptation posologique n 'est nécessaire avec darunavir/ritonavir chez les patients présentant une insuffisance rénale (voir rubriques Mises en garde et précautions d'emploi et Propriétés pharmacocinétiques). Le cobicistat n'a pas été étudié chez les patients dialysés ; par conséquent, aucune recommandation ne peut être faite quant à l'utilisation de darunavir/cobicistat chez ces patients.

Le cobicistat inhibe la s écrétion tubulaire de la créatinine et peut entraîner une légère augmentation de la créatinine sérique et une légère diminution de la clairance de la créatinine. Par conséquent, l'utilisation de la clairance de la créatinine pour évaluer la capacité d'élimination rénale peut être trompeuse. Le cobicistat, en tant que booster pharmacocinétique du darunavir, ne doit pas être initié chez les patients dont la clairance de la créatinine est inférieure à 70 ml/min s'il est co-administré avec un autre médicament qui requiert une adaptation posologique en fonction de la clairance de la créatinine : p. ex. emtricitabine, lamivudine, fumarate de ténofovir disoproxil ou adéfovir dipovoxil.

Pour plus d 'informations sur le cobicistat, consulter le Résumé des Caractéristiques du Produit du cobicistat.

Population p édiatrique

PREZISTA ne doit pas être utilisé chez les enfants âgés de moins de 3 ans ou pesant moins de 15 kg (voir rubriques Mises en garde et précautions d'emploi et Données de sécurité précliniques).

Population p édiatrique naïve d'ARV (âgée de moins de 3 ans ou de poids inférieur à 15 kg) Aucune recommandation sur la posologie ne peut être faite pour cette population.

Population p édiatrique pré-traitée par des ARV (âgée de 3 à 17 ans et pesant au moins 40 kg) Les expositions au darunavir chez les adolescents naïfs de traitement, âgés de 12 à 17 ans et pesant au moins 40 kg, recevant PREZISTA/ritonavir 800/100 mg une fois par jour ont été déterminées et sont comprises dans l'intervalle thérapeutique établi chez les adultes recevant PREZISTA/ritonavir 800/100 mg une fois par jour. En conséquence, puisque PREZISTA/ritonavir 800/100 mg une fois par jour est également approuvé pour une utilisation chez les adultes pré-traités, sans aucune mutation associée à une résistance au darunavir (V11I, V32I, L33F, I47V, I50V, I54M, I54L, T74P, L76V, I84V et L89V) et ayant un taux plasmatique d'ARN du VIH-1 < 100 000 copies/ml et un taux de CD4+ ≥ 100 x 106 cellules/l, la même indication de PREZISTA 800 mg une fois par jour s'applique aux enfants pré-traités âgés de 3 à 17 ans pesant au moins 40 kg. La posologie de darunavir associé au cobicistat n'a pas été établie chez cette population de patients.

Pour les recommandations sur la posologie chez la population p édiatrique voir les Résumés des Caractéristiques du Produit PREZISTA 75 mg, 150 mg, 300 mg, 600 mg comprimés et 100 mg/ml suspension buvable.

PREZISTA ne doit pas être utilisé chez les enfants de poids inférieur à 15 kg, dans la mesure où la dose à utiliser pour cette population n'a pas été établie chez un nombre suffisant de patients. PREZISTA ne doit pas être utilisé chez les enfants âgés de moins de 3 ans en raison de problèmes de sécurité.

Mode d 'administration

Il est n écessaire d'informer les patients qu'ils doivent prendre PREZISTA avec du cobicistat ou une faible dose de ritonavir dans les 30 minutes suivant la fin d'un repas. Le type d'aliment n'a pas d'influence sur l'exposition au darunavir (voir rubriques Mises en garde et précautions d'emploi, Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions et Propriétés pharmacocinétiques).

Contre indications

Hypersensibilit é à la substance active ou à l'un des excipients mentionnés à la rubrique Composition.

Utilisation chez les patients pr ésentant une insuffisance hépatique sévère (Child Pugh classe C).

La co-administration avec l 'un des médicaments suivants est contre-indiquée, en raison de la diminution attendue des concentrations plasmatiques du darunavir, du ritonavir et du cobicistat et du risque de perte de l'effet thérapeutique (voir rubriques Mises en garde et précautions d'emploi et Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions).

Ceci s 'applique au darunavir boosté par le ritonavir ou par le cobicistat :

-           L 'association lopinavir/ritonavir (voir rubrique Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions).

-           Les inducteurs puissants du CYP3A : la rifampicine et les pr éparations à base de plantes contenant du millepertuis (Hypericum perforatum). La co-administration est susceptible de diminuer les concentrations plasmatiques du darunavir, du ritonavir et du cobicistat, ce qui peut entraîner une perte de l'effet therapeutique et un developpement de résistance (voir rubriques Mises en garde et précautions d'emploi et Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions).

Ceci s 'applique au darunavir boosté par le cobicistat et non par le ritonavir :

- Le darunavir boost é par le cobicistat est plus sensible à l'induction par le CYP3A que le darunavir boosté par le ritonavir. L'utilisation concomitante avec des inducteurs puissants du CYP3A est contre-indiquée car ils peuvent diminuer l'exposition au cobicistat et au darunavir et entraîner une perte de l'effet thérapeutique. Les inducteurs puissants du CYP3A incluent par exemple, la carbamazepine, le phénobarbital et la phénytoïne (voir rubriques Mises en garde et précautions d'emploi et Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions).

Le darunavir, boost é par le ritonavir ou le cobicistat inhibe l'élimination des substances actives dont la clairance est fortement dépendante du CYP3A ce qui entraîne une augmentation de l'exposition au médicament co-administré. Par conséquent, l'administration concomitante avec ces médicaments pour lesquels une augmentation des concentrations plasmatiques est associée   à des effets indésirables graves et/ou pouvant mettre en jeu le pronostic vital est contre-indiquée (ceci s'applique au darunavir boosté soit par le ritonavir soit par le cobicistat). Ces substances actives incluent, par exemple :

-           alfuzosine (antagoniste des r écepteurs alpha-1 adrénergiques)

-           amiodarone, b épridil, dronédarone, quinidine, ranolazine, lidocaïne par voie systémique (antiarythmiques/antiangineux)

-           ast émizole, terfénadine (antihistaminiques)

-           colchicine lorsqu 'elle est utilisée chez des patients atteints d'insuffisances rénale et/ou hépatique (antigoutteux) (voir rubrique Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions)

-           les d érivés de l'ergot de seigle (par exemple, dihydroergotamine, ergométrine, ergotamine, méthylergonovine)

-           cisapride (stimulants de la motricit é gastrointestinale)

-           pimozide, qu étiapine, sertindole (antipsychotiques/neuroleptiques) (voir rubrique Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions)

-           triazolam, midazolam administr é par voie orale (sédatifs/hypnotiques) (pour les précautions d'emploi concernant le midazolam administré par voie parentérale, voir rubrique Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions)

-           sild énafil - lorsqu'il est utilisé dans le traitement de l'hypertension artérielle pulmonaire, avanafil (inhibiteurs de la PDE-5)

-           simvastatine et lovastatine (inhibiteurs de l'HMG-CoA r éductase) (voir rubrique Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions)

-           ticagrelor (antiagr égant plaquettaire) (voir rubrique Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions).

Effets indésirables Prezista

R ésumé du profil de sécurité d'emploi

Au cours du programme de d éveloppement clinique (N=2 613 patients pré-traités ayant débuté un traitement par PREZISTA/ritonavir 600/100 mg deux fois par jour), 51,3% des patients ont présenté au moins un effet indésirable. La durée moyenne d'exposition au traitement des patients était de 95,3 semaines. Les effets indésirables les plus fréquents rapportés dans les essais cliniques et par notifications spontanées sont : diarrhée, nausées, éruption cutanée, céphalées et vomissements. Les effets indésirables graves les plus fréquents sont : insuffisance rénale aiguë, infarctus du myocarde, syndrome inflammatoire de restauration immunitaire, thrombocytopénie, ostéonécrose, diarrhée, hépatite et fièvre.

L 'analyse des données à 96 semaines a montré que la sécurité d'emploi de PREZISTA/ritonavir 800/100 mg une fois par jour chez les patients naïfs de traitement était similaire à celle observée avec PREZISTA/ritonavir 600/100 mg deux fois par jour chez les patients pré-traités à l'exception des nausées qui ont été observées plus fréquemment chez les patients naïfs de traitement. Il s'agissait de nausées d'intensité légère. Aucune nouvelle donnée de tolérance n'a été identifiée lors de l'analyse des données à 192 semaines chez les patients naïfs de traitement traités par PREZISTA/ritonavir 800/100 mg une fois par jour pendant une durée moyenne de 162,5 semaines.

Au cours de l 'essai clinique de phase III GS-US-216-130 avec darunavir/cobicistat (N= 313 patients naïfs et pré-traités), 66,5 % des patients pré-traités ont eu au moins un effet indésirable. La durée de traitement moyenne était de 58,4 semaines. Les effets indésirables les plus fréquemment reportés étaient : diarrhée (28 %), nausées (23 %) et éruptions cutanées (16 %). Les effets indésirables graves étaient : diabète, hypersensibilité (médicamenteuse), syndrome inflammatoire de restauration immunitaire, éruptions cutanées et vomissements.

Pour plusd 'informations sur le cobicistat, consulter le Résumé des Caractéristiques du Produit du cobicistat.

Liste des effets ind ésirables sous forme de tableau

Les effets ind ésirables sont listés par classe de systèmes organes et par catégorie de fréquence. Au sein de chaque catégorie de fréquence, les effets indésirables sont présentés suivant un ordre décroissant de gravité. Les catégories de fréquence sont définies de la manière suivante : très fréquent (≥1/10), fréquent (≥1/100 à <1/10), peu fréquent (≥1/1 000 à <1/100), rare (≥ 1/10 000 à < 1/1 000) et fréquence indéterminée (ne peut être estimée sur la base des données disponibles).

Effets ind ésirables rapportés avec darunavir/ritonavir au cours des essais cliniques et après la mise sur le marché.

Classe de syst èmes d'organes MedDRA Catégorie de fréquence

Effet ind ésirable

Infections et infestations

peu fr équent

herpes simplex

Affections h ématologiques et du système lymphatique

peu fr équent

rare

thrombocytop énie, neutropénie, anémie, leucopénie

hyperéosinophilie

Affections du syst ème immunitaire

peu fr équent

syndrome de restauration immunitaire, hypersensibilit é (médicamenteuse)

Affections endocriniennes

peu fr équent

hypothyro ïdisme, augmentation de la thyréostimuline sanguine

Troubles du m étabolisme et de la nutrition

fr équent

peu fréquent

lipodystrophie, (dont lipohypertrophie, lipodystrophie, lipoatrophie), diab ète, hypertriglycéridémie, hypercholestérolémie, hyperlipidémie

goutte, anorexie, diminution de l 'appétit, perte de poids, prise de poids, hyperglycémie, insulinorésistance, diminution des lipoprotéines de haute densité, augmentation de l'appétit, polydipsie, augmentation de la lactate déshydrogénase sanguine

Affections psychiatriques

fr équent peu fréquent

rare

insomnie

d épression, désorientation, anxiété, troubles du sommeil, rêves anormaux, cauchemars, diminution de la libido

état confusionnel, troubles de l'humeur, agitation

Affections du syt ème nerveux

fr équent

peu fréquent

rare

c éphalées, neuropathie périphérique, sensations vertigineuses

l éthargie, paresthésie, hypoesthésie, dysgueusie, troubles de l'attention, troubles de la mémoire, somnolence

syncope, convulsion, agueusie, troubles du rythme des phases du sommeil

Affections oculaires

peu fr équent

hyper émie conjonctivale, sécheresse oculaire

rare

trouble de la vision

Affections de l 'oreille et du labyrinthe

peu fr équent

vertiges

Affections cardiaques

peu fr équent

infarctus du myocarde, angine de poitrine, allongement de l 'intervalle QT, tachycardie

rare

infarctus aigu du myocarde, bradycardie sinusale, palpitations

Affections vasculaires

peu fr équent

hypertension, rougeurs

Affections respiratoires, thoraciques et m édiastinales

peu fr équent

dyspn ée, toux, épistaxis, irritation de la gorge

rare

rhinorrh ée

Affections gastro-intestinales

tr ès fréquent

diarrh ée

fr équent

vomissements, naus ées, douleurs abdominales, augmentation de l'amylase sanguine, dyspepsie, distension abdominale, flatulences

peu fr équent

pancr éatite, gastrite, reflux gastro-oesophagien, stomatite aphteuse, haut le coeur, sécheresse buccale, gêne abdominale, constipation, augmentation de la lipase, éructation, dysesthésie orale

rare

stomatite, h ématémèse, chéilite, lèvres sèches, langue chargée

Affections h épatobiliaires

fr équent

augmentation de l 'alanine aminotransférase

peu fr équent

h épatite, hépatite cytolitique, stéatose hépatique, hépatomégalie, augmentation des transaminases, augmentation de l'aspartate aminotransférase, augmentation de la bilirubine sanguine, augmentation des phosphatases alcalines sanguines, augmentation de la gamma-glutamyltransférase

Affections de la peau et du tissu sous-cutan é

fr équent

éruptions cutanées (comprenant le type maculaire, maculopapulaire, papulaire, érythémateux et prurigineux), prurit

peu fr équent

oedème de Quincke, éruption cutanée généralisée, dermatite allergique, urticaire, eczéma, érythème, hyperhydrose, sueurs nocturnes, alopécie, acné, peau sèche, pigmentation des ongles

rare

DRESS, syndrome de Stevens-Johnson, érythème multiforme, dermatite, dermatite séborrhéique, lésion de la peau, xérodermie

ind éterminée

syndrome de Lyell (n écrolyse épidermique toxique), pustulose exanthématique aiguë généralisée

Affections musculo-squelettiques et syst émiques

peu fr équent

myalgies, ost éonécrose, spasmes musculaires, faiblesse musculaire, arthralgie, douleurs aux extrémités, ostéoporose, augmentation de la créatine phosphokinase sanguine

rare

raideur musculo-squelettique, arthrite, raideur articulaire

Affections du rein et des voies urinaires

peu fr équent

insuffisance r énale aiguë, insuffisance rénale, néphrolithiase, augmentation de la créatininémie, protéinurie, bilirubinurie, dysurie, nycturie, pollakiurie

rare

diminution de la clairance r énale de la créatinine

Affections des organes de reproduction et du sein

peu fr équent

dysfonctionnement érectile, gynécomastie

Troubles g énéraux et anomalies au site d'administration

fr équent

asth énie, fatigue

peu fr équent

pyr éxie, douleur thoracique, oedème périphérique, malaise, sensation de chaleur, irritabilité, douleur

rare

frissons, sensation d 'état anormal, xérosis

Effets ind ésirables rapportés avec darunavir/cobicistat chez les patients adultes

Classe de syst èmes d'organes MedDRA Catégorie de fréquence

Effet ind ésirable

Affections du syst ème immunitaire

fr équent

hypersensibilit é (médicamenteuse)

peu fr équent

syndrome inflammatoire de restauration immunitaire

Troubles du m étabolisme et de la nutrition

fr équent

lipodystrophie (dont lipohypertrophie, lipodystrophie, lipoatrophie)*, anorexie, diab ète sucré, hypercholestérolémie, hypertriglycéridémie, hyperlipidémie

Affections psychiatriques

fr équent

r êves anormaux

Affections du syt ème nerveux

tr ès fréquent

c éphalées

Affections gastro-intestinales

tr ès fréquent

diarrh ée, nausées

fr équent

vomissements, douleurs abdominales, distension abdominale, dyspepsie, flatulences, augmentation des enzymes pancr éatiques

peu fr équent

pancr éatite aiguë,

Affections h épatobiliaires

fr équent

augmentation des enzymes h épatiques

peu fr équent

h épatite*, hépatite cytolitique*

Affections de la peau et du tissu sous-cutan é

tr ès fréquent

éruptions cutanées (comprenant le type maculaire, maculopapulaire, papulaire, érythémateux, prurigineux, l'éruption cutanée généralisée et la dermatite allergique)

fr équent

oedème de Quincke, prurit, urticaire

rare

DRESS (drug reaction with eosinophilia and systemic symptoms) *, syndrome de Stevens-Johnson*

ind éterminée

syndrome de Lyell (n écrolyse épidermique toxique)*, pustulose exanthématique aiguë généralisée*

Affections musculo-squelettiques et syst émiques

fr équent

myalgies, ost éonécrose*

Affections des organes de reproduction et du sein

peu fr équent

gyn écomastie*

Troubles g énéraux et anomalies au site d'administration

fr équent
peu fréquent

fatigue
asth énie

Investigation

fr équent

augmentation de la cr éatininémie

* ces effets ind ésirables n'ont pas été rapportés dans les essais cliniques du darunavir/cobicistat mais ont été notés au cours du traitement par darunavir/ritonavir et sont susceptibles d'apparaître également avec darunavir/cobicistat.

Description des effets ind ésirables particuliers

Eruptions cutan ées

Dans les essais cliniques, les éruptions cutanées étaient principalement légères à modérées, survenant principalement au cours des quatre premi ères semaines de traitement et disparaissant avec la poursuite du traitement. En cas de r éaction cutanée sévère voir la mise en garde en rubrique Mises en garde et précautions d'emploi. Dans une étude à un seul bras évaluant darunavir 800 mg une fois par jour associé au cobicistat 150 mg une fois par jour avec d 'autres antirétroviraux, 2,2 % des patients ont arrêté leur traitement en raison d'éruptions cutan ées.

Au cours du d éveloppement clinique du raltégravir chez les patients pré-traités, des éruptions cutanées ont été plus fréquemment observées avec les associations contenant PREZISTA/ritonavir + raltégravir qu'avec les associations contenant PREZISTA/ritonavir sans raltégravir ou raltégravir sans PREZISTA/ritonavir, quelque soit le lien de causalité établi avec le médicament. Les éruptions cutanées considérées par l'investigateur comme liées au traitement sont survenues à des fréquences similaires. Les fréquences des éruptions cutanées ajustées à la durée d'exposition ont été respectivement de 10,9, 4,2 et 3,8 pour 100 patient-ann ées (PA) quelque soit le lien de causalité établi; et respectivement de 2,4, 1,1 et 2,3 pour 100 PA pour les éruptions liées au traitement. Les éruptions cutanées observées dans les études cliniques ont été d'intensité légère à modérée et n'ont pas entrainé d'arrêt de traitement (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

Lipodystrophie

Le traitement par association d 'antirétroviraux a été associé à une redistribution de la masse grasse corporelle (lipodystrophie) chez les patients infectés par le VIH, incluant une perte du tissu adipeux sous-cutané facial et périphérique, une augmentation de la masse grasse intra-abdominale et viscérale, une hypertrophie mammaire et une accumulation de la masse grasse au niveau rétro-cervical (bosse de bison) (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

Troublesm étaboliques

Le traitement par association d 'antirétroviraux a été également associé à des anomalies métaboliques telles que hypertriglycéridémie, hypercholestérolémie, résistance à l'insuline, hyperglycémie et hyperlactatémie (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

Troubles musculo-squelettiques

Une augmentation des taux de CPK, des myalgies, des myosites et, rarement, une rhabdomyolyse ont été rapportés avec l'utilisation des inhibiteurs de protéase, en particulier lors de l'association avec les inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse.

Des cas d 'ostéonécrose ont été rapportés en particulier chez les patients ayant des facteurs de risques connus, un stade avancé de la maladie liée au VIH ou un traitement par association d'antirétroviraux au long cours. Leur fréquence de survenue n'est pas connue (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

Syndrome inflammatoire de restauration immunitaire

Chez les patients infect és par le VIH et présentant un déficit immunitaire sévère au moment de l'instauration du traitement par association d'antirétroviraux, une réaction inflammatoire à des infections opportunistes asymptomatiques ou résiduelles peut apparaître. Des maladies autoimmunes (comme la maladie de Basedow) ont également été rapportées; cependant, le délai d'apparition décrit est plus variable et ces événements peuvent survenir plusieurs mois après l'instauration du traitement (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

Saignement chez les patients h émophiles

Des cas d 'augmentation des saignements spontanés ont été rapportés chez des patients hémophiles recevant des inhibiteurs de prot éase (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

Populationp édiatrique

L 'évaluation de la sécurité d'emploi dans la population pédiatrique est basée sur l'analyse à 48 semaines des données de sécurité d'emploi issues de trois essais de phase II. Les populations de patients suivantes ont été évaluées (voir rubrique Propriétés pharmacodynamiques) :

● 80 enfants et adolescents âgés de 6 à 17 ans et pesant au moins 20 kg, infectés par le VIH-1 et pré-traités par des ARV qui ont reçu des comprimés de PREZISTA avec du ritonavir à faible dose deux fois par jour en association avec d'autres médicaments antirétroviraux.

● 21 enfants âgés de 3 à < 6 ans et pesant de 10 kg à < 20 kg (dont 16 pesant de 15 kg à < 20 kg), infectés par le VIH-1 et pré-traités par des ARV qui ont reçu la suspension buvable de PREZISTA avec du ritonavir à faible dose deux fois par jour en association avec d'autres médicaments antirétroviraux.

● 12 enfants et adolescents âgés de 12 à 17 ans et pesant au moins 40 kg, infectés par le VIH-1 et naïfs d'ARV, qui ont reçu des comprimés de PREZISTA avec du ritonavir à faible dose une fois par jour en association avec d'autres médicaments antirétroviraux (voir rubrique Propriétés pharmacodynamiques).

Dans l 'ensemble, le profil de sécurité d'emploi dans cette population pédiatrique était similaire à celui observé dans la population adulte.

Autres populations particuli ères

Patients co-infect és par le virus de l'hépatite B et/ou celui de l'hépatite C

Parmi les 1 968 patients pr é-traités recevant PREZISTA en association avec du ritonavir 600/100 mg, deux fois par jour, 236 patients étaient co-infectés par le virus de l'hépatite B ou C. Les patients co-infectés ont été plus à même de présenter des augmentations des transaminases hépatiques à l'inclusion et pendant le traitement que ceux ne présentant pas d'hépatite virale chronique (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

D éclaration des effets indésirables suspectés

La d éclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration - voir Annexe V .



publicité