publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

PRODILANTIN 75 mg/mL

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Neurologie-psychiatrie
principes actifs: Fosphénytoïne
laboratoire: Pfizer Holding France

Solution à diluer injectable ou pour perfusion IV
Boîte de 10 Flacons de 10 ml
Toutes les formes

Indication

Prodilantin est indiqué:

· pour le contrôle de l'état de mal épileptique de type tonico-clonique (grand mal) ( voir rubrique Posologie et mode d'administration).

· pour la prévention et le traitement des crises convulsives survenant après une intervention neurochirurgicale et/ou un traumatisme crânien.

· comme substitution à la phénytoïne orale lorsque l'administration orale est impossible et/ou contre-indiquée.

Posologie PRODILANTIN 75 mg/mL Solution à diluer injectable ou pour perfusion IV Boîte de 10 Flacons de 10 ml

REMARQUE IMPORTANTE : Dans l'ensemble des mentions légales de PRODILANTIN, la quantité et la concentration de fosphénytoïne sont toujours exprimées en équivalents de phénytoïne sodique (EP) pour ne pas devoir procéder à des ajustements sur la base de la masse moléculaire lors de la conversion entre les doses de fosphénytoïne et de phénytoïne sodique. PRODILANTIN devra toujours être prescrit et dispensé en équivalents de phénytoïne sodique (EP). A noter toutefois que la fosphénytoïne présente des différences d'administration importantes avec la phénytoïne sodique parentérale (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

Equivalents de phénytoïne sodique (EP) :

1,5 mg de fosphénytoïne sodique équivaut à 1 mg d'EP (équivalent de phénytoïne sodique).

Administration

PRODILANTIN peut être administré en perfusion IV ou en injection IM. La voie intramusculaire doit être envisagée lorsqu'il n'y a pas un besoin urgent de contrôler les crises. PRODILANTIN ne doit pas être administré par voie IM dans les situations d'urgence telles que l'état de mal épileptique.

Ne pas utiliser le produit s'il contient des particules en suspension ou présente une coloration anormale.

Perfusion intraveineuse

Pour une perfusion IV, diluer la fosphénytoïne dans une solution de glucose à 5% ou de chlorure de sodium à 0,9%. La concentration doit être comprise entre 1,5 et 25 mg d'EP/ml.

Compte tenu du risque d'hypotension, le débit recommandé pour la perfusion IV dans les situations cliniques courantes est de 50 à 100 mg d'EP/min. Même en cas d'urgence, il ne faut pas dépasser 150 mg d'EP/min. Il est recommandé d'utiliser un système contrôlant le débit de la perfusion.

Se reporter aux tableaux 1 à 10 pour trouver des exemples de calcul des doses, de la dilution et du temps de perfusion.

Une surveillance continue de l'électrocardiogramme, de la pression artérielle et des fonctions respiratoires doit impérativement être mise en oeuvre pendant toute la durée de la perfusion. Il faut également surveiller étroitement le patient pendant la période où les concentrations plasmatiques de phénytoïne sont maximales, c'est-à-dire environ 30 minutes après la fin de la perfusion de fosphénytoïne.

Le matériel nécessaire pour une réanimation cardiaque doit être disponible (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

Se référer aux tableaux de 1 à 10 pour des exemples de calcul des doses, de la dilution et du temps de perfusion.

Population

Indications

Tableau de dosage

Adulte

Mal épileptique

Dose de charge

Tableau 1

Mal épileptique

Dose d'entretien

Tableau 2

Traitement  ou prophylaxie des crises

Dose de charge

Tableau 3

Traitement ou prophylaxie des crises

Dose d'entretien

Tableau 4

Substitution temporaire de la phénytoïne orale

Tableau 5

Enfant

Mal épileptique

Dose de charge

Tableau 6

Mal épileptique

Dose d'entretien

Tableau 7

Traitement  ou prophylaxie des crises

Dose de charge

Tableau 8

Traitement  ou prophylaxie des crises

Dose d'entretien

Tableau 9

Substitution temporaire de la phénytoïne orale

Tableau 10

A. POSOLOGIE CHEZ L'ADULTE

(Pour la réduction de la posologie chez le sujet âgé, voir les recommandations à la fin de cette rubrique.)

A.1.Etat de mal épileptique

L'administration intramusculaire de fosphénytoïne est contre-indiquée pour traiter l'état de mal épileptique.

A.1a Dose de charge

Pour maîtriser rapidement les crises en cas d'état de mal épileptique, administrer du diazépam ou du lorazépam par voie IV avant d'administrer de la fosphénytoïne.

La dose de charge de fosphénytoïne est de 15 mg d'EP/kg sous forme d'une dose unique administrée en perfusion IV.

Débit de perfusion IV recommandé en dose de charge : 100 à 150 mg d'EP/min (ne pas dépasser 150 mg d'EP/min même en situation d'urgence). Voir le tableau 1 pour les temps de perfusion.

Si l'administration de fosphénytoïne ne permet pas d'arrêter les crises, il faut envisager d'utiliser d'autres antiépileptiques.

Tableau 1 : Dose de charge à administrer dans l'état de mal épileptique chez l'adulte

Tableau 1        DOSE DE CHARGE : ETAT DE MAL EPILEPTIQUE (ADULTES)

Exemples de doses de charge IV de 15 mg d'EP/kg et recommandations en matière de dilution (à 25 mg d'EP/ml) et de temps de perfusion IV (à un débit maximal de 150 mg d'EP/min, en fonction du poids corporel.)

Poids (Kg)

Dose (mg d'EP)

Volume de PRODILANTIN 50 mg d'EP/ml

Volume (ml) de diluant (glucose à 5% ou chlorure de sodium à 0,9 %) pour une concentration finale de 25 mg d'EP/ml

Temps minimal de perfusion (min) pour un débit maximal de perfusion de 150 mg d'EP/min

Nb. de flacons de 10 ml à ouvrir

Volume (ml) à prélever

100

1500

3

30

30

10

95

1425

3

28,5

28,5

9,5

90

1350

3

27

27

9

85

1275

3

25,5

25,5

8,5

80

1200

3

24

24

8

75

1125

3

22,5

22,5

7,5

70

1050

3

21

21

7

65

975

2

19,5

19,5

6,5

60

900

2

18

18

6

55

825

2

16,5

16,5

5,5

50

750

2

15

15

5

45

675

2

13,5

13,5

4,5

A 1b - Dose d'entretien

Les doses d'entretien recommandées de fosphénytoïne de 4 à 5 mg d'EP/kg/24h peuvent être administrées en perfusion IV ou en injection IM. La dose quotidienne totale peut être fractionnée en une à deux doses séparées.

Débit de perfusion IV recommandé en traitement d'entretien : 50 à 100 mg d'EP/minute. Voir le tableau 2 pour les temps de perfusion.

Il faut ajuster les doses d'entretien en fonction de la réponse du patient et des concentrations plasmatiques de phénytoïne (voir Surveillance du traitement).

Dès que possible, il faut assurer le relais par un traitement d'entretien par la phénytoïne orale.

Tableau 2 : Dose d'entretien à administrer dans l'état de mal épileptique chez l'adulte

Tableau 2        DOSE D'ENTRETIEN : ETAT DE MAL EPILEPTIQUE (ADULTES)

Exemples de doses maximales d'entretien IV de 5 mg d'EP/kg et recommandations en matière de dilution* (à 25 mg d'EP/ml ou à 1,5 mg d'EP/ml) et de temps de perfusion IV (à un débit maximal de 100 mg d'EP/min), en fonction du poids corporel.

Poids (kg)

Dose (mg d'EP)

Volume de PRODILANTIN 50 mg d'EP/ml

Volume (ml) de diluant* (glucose à 5% ou chlorure de sodium à 0,9 %)

Temps minimal de perfusion (min) pour un débit maximal de perfusion de 100 mg d'EP/min

Nb. de flacons de 10 ml à ouvrir

Volume (ml) à prélever

Pour une concentration finale de 25 mg d'EP/ml

Pour une concentration finale de 1,5 mg d'EP/ml

100

500

1

10

10

323

5

90

450

1

9

9

291

4,5

80

400

1

8

8

259

4

70

350

1

7

7

226

3,5

60

300

1

6

6

194

3

50

250

1

5

5

162

2,5

* Pour une perfusion IV, la concentration finale doit être comprise entre 1,5 et 25 mg d'EP/ml.

A.2. Traitement ou prévention des crises d'épilepsie

A 2a - Dose de charge

La dose de charge de fosphénytoïne est de 10 à 15 mg d'EP/kg, sous forme de dose unique administrée en perfusion IV ou en injection IM.

Débit de perfusion IV recommandé pour le traitement curatif ou préventif des crises d'épilepsie en dose de charge : 50 à 100 mg EP/minute (ne pas dépasser 150 mg d'EP/ minute). Voir le tableau 3 pour les temps de perfusion.

Tableau 3: Dose de charge à administrer dans le traitement ou la prévention des crises d'épilepsie chez l'adulte

tableau 3         DOSE DE CHARGE : TRAITEMENT OU PREVENTION DES CRISES D'EPILEPSIE (ADULTES)

Exemples de doses de charge IV de 10 mg d'EP/kga et recommandations en matière de dilution* (à 25 mg d'EP/ml ou à 1,5 mg d'EP/ml) et de temps de perfusion IV (à un débit maximal de 100 mg d'EP/min), en fonction du poids corporel.

Poids (kg)

Dose (mg d'EP)

Volume de PRODILANTIN 50 mg d'EP/ml

Volume (ml) de diluant* (glucose à 5% ou chlorure de sodium à 0,9 %)

Temps minimal de perfusion (min) pour un débit maximal de perfusion de 100 mg d'EP/min

Nb. de flacons de 10 ml à ouvrir

Volume (ml) à prélever

Pour une concentration finale de 25 mg d'EP/ml

Pour une concentration finale de 1,5 mg d'EP/ml

100

1000

2

20

20

647

10

90

900

2

18

18

582

9

80

800

2

16

16

517

8

70

700

2

14

14

453

7

60

600

2

12

12

388

6

50

500

1

10

10

323

5

*Pour une perfusion IV, la concentration finale doit être comprise entre 1,5 et 25 mg d'EP/ml.

aPrière de se reporter au Tableau 1 pour trouver des exemples de calcul des doses de charge de 15 mg d'EP/kg.

A 2b - Dose d'entretien

Les doses d'entretien recommandées de fosphénytoïne de 4 à 5 mg d'EP/kg/24h peuvent être administrées en perfusion IV ou en injection IM. La dose quotidienne totale peut être fractionnée en une à deux doses séparées.

Débit de perfusion IV recommandé en traitement d'entretien : 50 à 100 mg d'EP/minute. Voir le tableau 4 pour les temps de perfusions.

Il faut ajuster les doses d'entretien en fonction de la réponse du patient et des concentrations plasmatiques de phénytoïne (voir Surveillance du traitement).

Dès que possible, il faut assurer le relais par un traitement d'entretien par la phénytoïne orale.

Tableau 4 : Dose d'entretien à administrer dans le traitement ou la prévention des crises d'épilepsie chez l'adulte

Tableau 4        DOSE D'ENTRETIEN : TRAITEMENT OU PREVENTION DES CRISES D'EPILEPSIE (ADULTES)

Exemples de doses maximales d'entretien IV de 5 mg d'EP/kg et recommandations en matière de dilution* (à 25 mg d'EP/ml ou à 1,5 mg d'EP/ml) et de temps de perfusion IV (à un débit maximal de 100 mg d'EP/min), en fonction du poids corporel.

Poids (kg)

Dose (mg d'EP)

Volume de PRODILANTIN 50 mg d'EP/ml

Volume (ml) de diluant* (glucose à 5% ou chlorure de sodium à 0,9 %)

Temps minimal de perfusion (min) pour un débit maximal de perfusion de 100 mg d'EP/min

Nb. de flacons de 10 ml à ouvrir

Volume (ml) à prélever

Pour une concentration finale de 25 mg d'EP/ml

Pour une concentration finale de 1,5 mg d'EP/ml

100

500

1

10

10

323

5

90

450

1

9

9

291

4,5

80

400

1

8

8

259

4

70

350

1

7

7

226

3,5

60

300

1

6

6

194

3

50

250

1

5

5

162

2,5

*Pour une perfusion IV, la concentration finale doit être comprise entre 1,5 et 25 mg d'EP/ml.

Substitution temporaire de la phénytoïne orale par la fosphénytoïne

Utiliser les mêmes doses et les mêmes fréquences d'administration que pour la phénytoïne orale. L'administration peut se faire par perfusion IV ou injection IM.

Débit de perfusion IV recommandé pour la substitution temporaire : 50 à 100 mg d'EP/min. Voir le tableau 5 pour les temps de perfusion.

Il peut être utile de surveiller la concentration du médicament en cas de substitution et/ou de changement des voies d'administration. Il faut ajuster les doses d'entretien en fonction de la réponse du patient et des concentrations plasmatiques résiduelles de phénytoïne (voir Surveillance du traitement).

Il n'existe pas de données sur l'utilisation systémique de la fosphénytoïne au-delà de 5 jours.

Tableau 5: Dose à administrer lors de la substitution temporaire de la phénytoïne orale chez l'adulte

Tableau 5        SUBSTITUTION TEMPORAIRE DE LA  PHENYTOINE ORALE (ADULTES)

Exemples de doses équivalentes et recommandations en matière de dilution* (à 25 mg d'EP/ml ou à 1,5 mg d'EP/ml) et de temps de perfusion IV (à un débit maximal de 100 mg d'EP/min).

Dose orale (mg de phénytoïne sodique)

Dose (mg d'EP)

Volume de PRODILANTIN 50 mg d'EP/ml

Volume (ml) de diluant* (glucose à 5% ou chlorure de sodium à 0,9 %)

Temps minimal de perfusion (min) pour un débit maximal de perfusion de 100 mg d'EP/min

Nb. de flacons de 10 ml à ouvrir

Volume (ml) à prélever

Pour une concentration finale de 25 mg d'EP/ml

Pour une concentration finale de 1,5 mg d'EP/ml

500

500

1

10

10

323

5

450

450

1

9

9

291

4,5

400

400

1

8

8

259

4

350

350

1

7

7

226

3,5

300

300

1

6

6

194

3

250

250

1

5

5

162

2,5

*Pour une perfusion IV, la concentration finale doit être comprise entre 1,5 et 25 mg d'EP/ml

B. POSOLOGIE CHEZ L'ENFANT

On peut administrer la fosphénytoïne chez l'enfant (âgé de 5 ans ou plus) en perfusion IV, aux mêmes doses (en mg d'EP/kg) que chez l'adulte. Les doses de fosphénytoïne à utiliser chez l'enfant ont été calculées à partir des données pharmacocinétiques de la fosphénytoïne établies chez l'adulte et l'enfant de 5 à 10 ans et de celles de la phénytoïne parentérale chez l'adulte et l'enfant.

L'administration par voie intramusculaire n'est pas recommandée chez l'enfant.

B.1. Etat de mal épileptique

B 1a - Dose de charge

Pour maîtriser rapidement les crises en cas d'état de mal épileptique, il faut administrer du diazépam ou du lorazépam par voie IV avant administration de fosphénytoïne.

La dose de charge de fosphénytoïne est de 15 mg d'EP/kg, sous forme d'une dose unique administrée en perfusion IV.

Débit de perfusion IV recommandé en dose de charge : 2 à 3 mg d'EP/kg/min (ne pas dépasser 3 mg d'EP/kg/min ou 150 mg d'EP/min). Voir le tableau 6 pour les temps de perfusion.

Si l'administration de fosphénytoïne ne permet pas de contrôler les crises, il faut envisager d'utiliser d'autres antiépileptiques.

Tableau 6: Dose de charge à administrer dans l'état de mal épileptique chez l'enfant :

Tableau 6        Dose De Charge : Etat De Mal Epileptique (Enfants)

Exemples de doses de charge IV de 15 mg d'EP/kg et recommandations en matière de dilution (à 25 mg d'EP/ml) et de temps de perfusion IV (à 3 mg d'EP/kg/min), en fonction du poids corporel.

Poids (kg)

Dose (mg d'EP)

Volume de PRODILANTIN 50 mg d'EP/ml

Volume (ml) de diluant (glucose à 5% ou chlorure de sodium à 0,9 %) pour une concentration finale de 25 mg d'EP/ml

Temps minimal de perfusion (min) à un débit maximal de perfusion de 3 mg d'EP/Kg/min

Nb. de flacons de 10 ml à ouvrir

Volume (ml) à prélever

35

525

2

10,5

10,5

5

32,5

487,5

1

9,75

9,75

5

30

450

1

9

9

5

27,5

412,5

1

8,25

8,25

5

25

375

1

7,5

7,5

5

22,5

337,5

1

6,75

6,75

5

20

300

1

6

6

5

17,5

262,5

1

5,25

5,25

5

B 1b - Dose d'entretien

Les doses d'entretien recommandées de fosphénytoïne de 4 à 5 mg d'EP/kg/24h peuvent être administrées en perfusion IV. La dose quotidienne totale peut être fractionnée en une à quatre doses séparées.

Débit de perfusion IV recommandé en traitement d'entretien : 1 à 2 mg d'EP/kg/minute (ne pas dépasser 100 mg d'EP/min). Voir le tableau 7 pour les temps de perfusion.

Il faut ajuster les doses d'entretien en fonction de la réponse du patient et des concentrations plasmatiques résiduelles de phénytoïne (voir Surveillance du traitement).

Dès que possible, il faut assurer le relais par un traitement d'entretien par la phénytoïne orale.

Tableau 7: Dose d'entretien à administrer dans l'état de mal épileptique chez l'enfant

Tableau 7        DOSE D'ENTRETIEN : ETAT DE MAL EPILEPTIQUE (ENFANTS)

Exemples de doses maximales d'entretien IV de 5 mg d'EP/kg et recommandations en matière de dilution* (à 25 mg d'EP/ml ou à 1,5 mg d'EP/ml) et de temps de perfusion IV (à un débit maximal de 2 mg d'EP/kg/min), en fonction du poids corporel.

Poids (kg)

Dose (mg d'EP)

Volume de PRODILANTIN 50 mg d'EP/ml

Volume (ml) de diluant* (glucose à 5% ou chlorure de sodium à 0,9 %)

Temps minimal de perfusion (min) pour un débit maximal de perfusion de 2 mg d'EP/kg/min

Nb. de flacons de 10 ml à ouvrir

Volume (ml) à prélever

Pour une concentration finale de 25 mg d'EP/ml

Pour une concentration finale de 1,5 mg d'EP/ml

35

175

1

3,5

3,5

113

2,5

32,5

162,5

1

3,25

3,25

105

2,5

30

150

1

3

3

97

2,5

27,5

137,5

1

2,75

2,75

89

2,5

25

125

1

2,5

2,5

81

2,5

22,5

112,5

1

2,25

2,25

73

2,5

20

100

1

2

2

65

2,5

17,5

87,5

1

1,75

1,75

57

2,5

*Pour une perfusion IV, la concentration finale doit être comprise entre 1,5 et 25 mg d'EP/ml

B.2. Traitement ou prévention des crises d'épilepsie

B 2a - Dose de charge

La dose de charge de fosphénytoïne est de 10 à 15 mg d'EP/kg sous forme d'une dose unique administrée en perfusion IV.

Débit de perfusion IV recommandé pour le traitement curatif ou préventif des crises d'épilepsie en dose de charge : 1 à 2 mg d'EP/kg/min (ne pas dépasser 3 mg d'EP/kg/minute ou 150 mg d'EP/min). Voir le tableau 8 pour les temps de perfusion.

Tableau 8 : Dose de charge à administrer dans le traitement ou la prévention des crises d'épilepsie chez l'enfant

Tableau 8        DOSE DE CHARGE : TRAITEMENT OU PREVENTION DES CRISES D'EPILEPSIE (ENFANTS)

Exemples de doses de charge IV de 10 mg d'EP/kga et recommandations en matière de dilution* (à 25 mg d'EP/ml ou à 1,5 mg d'EP/ml) et de temps de perfusion IV (à un débit maximal de 2 mg d'EP/kg/min), en fonction du poids corporel.

Poids (kg)

Dose (mg d'EP)

Volume de PRODILANTIN 50 mg d'EP/ml

Volume (ml) de diluant* (glucose à 5% ou chlorure de sodium à 0,9 %)

Temps minimal de perfusion (min) à un débit maximal de 2 mg d'EP/kg/min

Nb. de flacons de 10 ml à ouvrir

Volume (ml) à prélever

Pour une concentration finale de 25 mg d'EP/ml

Pour une concentration finale de 1,5 mg d'EP/ml

35

350

1

7

7

226

5

32,5

325

1

6,5

6,5

210

5

30

300

1

6

6

194

5

27,5

275

1

5,5

5,5

178

5

25

250

1

5

5

161

5

22,5

225

1

4,5

4,5

145

5

20

200

1

4

4

129

5

17,5

175

1

3,5

3,5

113

5

*Pour une perfusion IV, la concentration finale doit être comprise entre 1,5 et 25 mg d'EP/ml

aPrière de se reporter au Tableau 1 pour trouver des exemples de calcul des doses de charge de 15 mg d'EP/kg.

B 2b - Dose d'entretien

Les doses d'entretien recommandées de fosphénytoïne de 4 à 5 mg d'EP/kg/24h peuvent être administrées en perfusion IV. La dose quotidienne totale peut être administrée en une à quatre doses séparées.

Débit de perfusion IV recommandé en traitement d'entretien : 1 à 2 mg d'EP/kg/min (ne pas dépasser 100 mg d'EP/min). Voir le tableau 9 pour les temps de perfusion.

Il faut ajuster les doses d'entretien en fonction de la réponse du patient et des concentrations plasmatiques résiduelles de phénytoïne (voir Surveillance du traitement).

Dès que possible, il faut assurer le relais par un traitement d'entretien par la phénytoïne orale.

Tableau 9: Dose d'entretien  à administrer dans le traitement ou la prévention des crises d'épilepsie chez l'enfant

Tableau 9        DOSE D'ENTRETIEN : TRAITEMENT OU PREVENTION DES CRISES D'EPILEPSIE (ENFANTS)

Exemples de doses maximales d'entretien IV de 5 mg d'EP/kg et recommandations en matière de dilution* (à 25 mg d'EP/ml ou à 1,5 mg d'EP/ml) et de temps de perfusion IV (à un débit maximal de 2 mg d'EP/kg/min), en fonction du poids corporel.

Poids (kg)

Dose (mg d'EP)

Volume de PRODILANTIN 50 mg d'EP/ml

Volume (ml) de diluant* (glucose à 5% ou chlorure de sodium à 0,9 %)

Temps minimal de perfusion (min) à un débit maximal de perfusion de 2 mg d'EP/kg/min

Nb. de flacons de 10 ml à ouvrir

Volume (ml) à prélever

Pour une concentration finale de 25 mg d'EP/ml

Pour une concentration finale de 1,5 mg d'EP/ml

35

175

1

3,5

3,5

113

2,5

32,5

162,5

1

3,25

3,25

105

2,5

30

150

1

3

3

97

2,5

27,5

137,5

1

2,75

2,75

89

2,5

25

125

1

2,5

2,5

81

2,5

22,5

112,5

1

2,25

2,25

73

2,5

20

100

1

2

2

65

2,5

17,5

87,5

1

1,75

1,75

57

2,5

*Pour une perfusion IV, la concentration finale doit être comprise entre 1,5 et 25 mg d'EP/ml.

Substitution temporaire de la phénytoïne orale par la fosphénytoïne

Utiliser les mêmes doses et les mêmes fréquences d'administration que pour la phénytoïne orale. L'administration doit se faire par perfusion IV.

Débit de perfusion IV recommandé pour la substitution temporaire : 1 à 2 mg d'EP/kg/minute (ne pas dépasser 100 mg d'EP/min). Voir le tableau 10 pour les temps de perfusion.

Il peut être utile de surveiller la concentration du médicament en cas de substitution et/ou de changement des voies d'administration. Il faut ajuster les doses d'entretien en fonction de la réponse du patient et des concentrations plasmatiques résiduelles de phénytoïne (voir Surveillance du traitement).

Il n'existe pas de données sur l'utilisation systémique de la fosphénytoïne au delà de 5 jours.

Tableau 10: Dose à administrer lors de la substitution temporaire de la phénytoïne orale chez l'enfant

Tableau 10      SUBSTITUTION TEMPORAIRE DE LA PHENYTOINE ORALE (ENFANTS )

Exemples de doses équivalentes et recommandations en matière de dilution* (à 25 mg d'EP/ml ou à 1,5 mg d'EP/ml) et de temps de perfusion IV (à un débit maximal de 2 mg d'EP/kg/min).

Dose (mg de phénytoïne sodique) 5 mg/kg

Dose (mg d'EP)

Volume de PRODILANTIN 50 mg d'EP/ml

Volume (ml) de diluant* (glucose à 5% ou chlorure de sodium à 0,9 %)

Temps minimal de perfusion (min) pour un débit maximal de perfusion de 2 mg d'EP/kg/min

Nb. de

flacons de 10 ml à ouvrir

Volume (ml) à prélever

Pour une concentration finale de 25 mg d'EP/ml

Pour une concentration finale de 1,5 mg d'EP/ml

175

175

1

3,5

3,5

113

2,5

150

150

1

3

3

97

2,5

125

125

1

2,5

2,5

81

2,5

100

100

1

2

2

65

2,5

75

75

1

1,5

1,5

49

2,5

50

50

1

1

1

32

2,5

*Pour une perfusion IV, la concentration finale doit être comprise entre 1,5 et 25 mg d'EP/ml.

Patients âgés

Il peut être nécessaire de diminuer la dose de charge et/ou le débit de la perfusion et d'utiliser des doses d'entretien de fosphénytoïne plus faibles ou moins fréquentes. Le métabolisme de la phénytoïne est légèrement diminué chez les patients âgés. Il faut envisager une réduction de 10 à 25% de la dose ou du débit, et une surveillance médicale attentive est nécessaire.

Insuffisants rénaux ou hépatiques

Sauf en cas d'état de mal épileptique, il peut être nécessaire de diminuer la dose de charge et/ou le débit de la perfusion et d'utiliser des doses d'entretien de fosphénytoïne plus faibles ou moins fréquentes en cas de maladie rénale et/ou hépatique et en cas d'hypoalbuminémie. Il faut envisager une réduction de 10 à 25% de la dose ou du débit, et une surveillance médicale attentive est nécessaire.

Chez ces patients, la vitesse de transformation de fosphénytoïne IV en phénytoïne peut être augmentée mais non la clairance de la phénytoïne. Les concentrations plasmatiques de phénytoïne libre peuvent également être élevées. Chez ces patients, il est donc préférable de mesurer les concentrations plasmatiques de phénytoïne libre plutôt que les concentrations plasmatiques totales de phénytoïne.

Surveillance du traitement

Avant biotransformation complète, les techniques immuno-analytiques risquent de surestimer notablement les concentrations plasmatiques de phénytoïne en raison d'une réactivité croisée avec la fosphénytoïne. Les méthodes de dosage par chromatographie (par exemple CLHP) permettent un dosage exact de la phénytoïne dans les liquides biologiques en présence de fosphénytoïne. Il est recommandé d'attendre au moins 2 heures après la perfusion IV de fosphénytoïne, ou 4 heures après l'injection IM, avant de prélever du sang en vue du dosage de la phénytoïne.

Un effet antiépileptique optimal sans signes cliniques de toxicité est généralement obtenu pour des concentrations plasmatiques totales de phénytoïne comprises entre 10 et 20 mg/l (40 et 80 micromoles/l) ou pour des concentrations plasmatiques de phénytoïne libre comprises entre 1 et 2 mg/l (4 et 8 micromoles/l).

Des concentrations plasmatiques de phénytoïne en permanence supérieures à la valeur optimale peuvent provoquer des signes de toxicité aiguë (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

Par voie orale, la biodisponibilité de la phénytoïne (en gélules) est d'environ 90%. La phénytoïne contenue dans la fosphénytoïne a une biodisponibilité de 100% par voie IM et IV. C'est pourquoi les concentrations plasmatiques de phénytoïne peuvent augmenter quand on remplace la phénytoïne sodique orale par la fosphénytoïne par voie IM ou IV. Il est toutefois inutile d'ajuster les doses initiales lors de la substitution de la phénytoïne orale par la fosphénytoïne ou vice versa. Il peut être utile de surveiller la concentration du médicament en cas de substitution et/ou de changement de voie d'administration.

Contre indications

Hypersensibilité à la fosphénytoïne sodique ou aux excipients du produit, à la phénytoïne ou aux autres hydantoïnes.

Par voie parentérale, la phénytoïne affecte l'automatisme ventriculaire. L'usage de fosphénytoïne est donc contre-indiqué en cas de bradycardie sinusale, de bloc sino-auriculaire, de bloc auriculo-ventriculaire du deuxième et du troisième degrés et de syndrome de Stokes-Adams.

Porphyrie aiguë intermittente.

Effets indésirables Prodilantin

Les événements indésirables suivants ont été signalés dans les essais cliniques menés chez des adultes traités par fosphénytoïne. Cette liste inclut aussi des effets indésirables signalés après utilisation aiguë et chronique de phénytoïne.

Les effets indésirables les plus importants causés par l'administration IV de la fosphénytoïne ou de la phénytoïne sont un collapsus cardiovasculaire et/ou une dépression du système nerveux central. Une hypotension peut survenir lorsque l'un ou l'autre de ces médicaments est administré rapidement par voie IV.

Lors des essais cliniques, les effets indésirables les plus fréquemment observés lors de l'utilisation de la fosphénytoïne ont été : nystagmus, étourdissements, prurit, paresthésie, céphalées, somnolence et ataxie. Ces événements étaient fréquemment associés à l'administration de phénytoïne IV, sauf dans deux cas. La paresthésie et le prurit étaient beaucoup plus souvent observés après administration IV qu'après son administration IM. Ces effets étaient dépendants de la dose et de la vitesse d'administration.

Les effets indésirables ci-dessous ayant une incidence supérieure à celle du placebo et survenus chez plus d'un patient, sont classés par système organe et par fréquence (très fréquents (≥ 1/10), fréquents (≥ 1/100, < 1/10), peu fréquents (≥ 1/1 000, < 1/100)) et indéterminée (ne peut pas être estimé à partir des données disponibles).

Au sein de chaque groupe de fréquence, les effets indésirables sont présentés par ordre décroissant de gravité.

Les effets indésirables reportés après la mise sur le marché sont classés comme fréquence « indéterminée ».

Affections hématologiques et du système lymphatique

Fréquence indéterminée : leucopénie, granulocytopénie, agranulocytose, pancytopénie avec ou sans dépression médullaire, thromcytobopénie, anémie aplasique, lymphadénopathie. Certains de ces cas ont été mortels.

Affections du système immunitaire

Fréquence indéterminée : anaphylaxies/réactions anaphylactoïdes, syndrome d'hypersensibilité, péri-artérite noueuse, anomalies des immunoglobulines.

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Fréquence indéterminée : hyperglycémie, troubles de l'appétit.

Affections psychiatriques

Fréquent : humeur euphorique.

Peu fréquent : nervosité, état confusionnel, troubles de la pensée.

Affections du système nerveux central

Très fréquents : nystagmus, étourdissements.

Fréquents : paresthésies, ataxie, somnolence, céphalées, tremblements, incoordination, dysgueusie, état stuporeux (ou stupeur), dysartrie.

Peu fréquents : hyposthésie, exagération des réflexes, hyporéflexie.

Fréquence indéterminée : symptômes extrapyramidaux, dyskinésies notamment chorée, dystonie et astérixis, comparables à celles induites par les phénothiazines et d'autres neuroleptiques, somnolence, fasciculations motrices, insomnie, crises convulsives toniques. Chez des patients traités de façon prolongée par phénytoïne, on a décrit une polyneuropathie périphérique à prédominance sensitive. L'incidence et le degré de sévérité des événements indésirables touchant le SNC et des troubles sensitifs étaient plus élevés pour des doses et débits de perfusion élevés.

Affections oculaires

Fréquents : vision trouble, anomalies visuelles.

Peu fréquent : diplopie.

Affections de l'oreille et du labyrinthe

Fréquents : acouphènes, vertiges.

Peu fréquent : hypoacousie.

Affections cardiaques

Fréquence indéterminée : réactions cardiotoxiques sévères, avec troubles de la conduction auriculaire et ventriculaire (incluant bradycardie et tous les degrés de bloc cardiaque), asystole, fibrillation ventriculaire et collapsus cardiovasculaire. Quelques uns de ces effets ont été fatals ( voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi ).

Affections vasculaires

Fréquent : vasodilatation, hypotension.

Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales.

Fréquence indéterminée : pneumonie, altérations de la fonction respiratoire (y compris arrêt respiratoire). Certains de ces cas ont été mortels ( voir rubrique Posologie et mode d'administration ).

Troubles gastro-intestinaux

Fréquents : nausées, vomissements, sécheresse de la bouche.

Peu fréquents : hypoesthésie de la langue.

Fréquence indéterminée : hyperplasie gingivale, constipation.

Affections hépato-biliaires

Fréquence indéterminée : hépatite toxique, atteinte hépatocellulaire.

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Très fréquent : prurit.

Fréquents : ecchymoses.

Peu fréquents : éruption. D'autres formes plus graves et rares incluaient des bulles, des dermatites purpuriques et exfoliatives, des lupus érythémateux, syndrome de Stevens-Johnson et syndrome de Lyell ( voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi ).

Fréquence indéterminée : hirsutisme, hypertrichose, accentuation des traits du visage, augmentation du volume des lèvres, maladie de La Peyronie et maladie de Dupuytren.

Affections musculo-squelettiques

Peu fréquents : faiblesse musculaire, contractions musculaires, spasmes musculaires.

Fréquence indéterminée : lupus érythémateux systémique, polyarthrite.

Affections des reins et des voies urinaires

Fréquence indéterminée : néphrite interstitielle.

Troubles généraux et liés au site d'administration

Fréquents : réaction au site d'injection, douleur au site d'injection, asthénie, frissons.

Fréquence indéterminée : sensation de chaleur ou de picotements au niveau de l'aine.

Chez les patients traités par fosphénytoïne, on n'a pas observé de modifications significatives des paramètres biologiques.



publicité