publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

PROFENID 100 mg/2 ml

Conditionnement modifié ou retiré de la vente depuis le 09.01.2008

Médicament générique du Classe thérapeutique: Anti-inflammatoires
principes actifs: Kétoprofène
laboratoire: Aventis

Solution injectable IM
Boîte de 2 Ampoules de 2 ml
Toutes les formes
2,63€* (remboursé à 35%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 3,45 €

Indication

Elles procèdent de l'activité antalgique et anti-inflammatoire du kétoprofène, de l'importance des manifestations d'intolérance auxquelles le médicament donne lieu et de sa place dans l'éventail des produits anti-inflammatoires actuellement disponibles.
Elles sont limitées, chez l'adulte (plus de 15 ans), au :
- traitement symptomatique de courte durée des :
. rhumatismes inflammatoires en poussée,
. lombalgies aiguës,
. radiculalgies.
- traitement des algies d'origine néoplasique,
- traitement des crises de coliques néphrétiques.

Posologie PROFENID 100 mg/2 ml Solution injectable IM Boîte de 2 Ampoules de 2 ml

Voie intramusculaire stricte.
Mode d'administration :
Les injections doivent être faites d'une façon rigoureusement aseptique dans la partie externe du quadrant supéro-externe de la fesse, profondément et lentement. Lorsqu'elles sont répétées, il est recommandé de changer de côté à chaque injection. Il est important d'aspirer avant d'injecter, afin de s'assurer que la pointe de l'aiguille n'est pas dans un vaisseau.
En cas de fortes douleurs au moment de l'injection, arrêter celle-ci immédiatement.
En cas de prothèse de hanche, l'injection doit être faite du côté opposé.
Posologie :
- rhumatologie, algies d'origine néoplasique : 1 à 2 ampoules, soit 100 à 200 mg par jour.
- crises de coliques néphrétiques : 100 à 300 mg par jour.
Durée du traitement :
- rhumatologie, algies d'origine néoplasique : 2 à 3 jours (ce délai permettant si nécessaire la mise en oeuvre du relais thérapeutique par voie orale ou rectale).
- crises de coliques néphrétiques : 48 heures maximum.
Fréquence d'administration :
La posologie journalière est à répartir de préférence en 2 à 3 injections.
Populations à risque :
- Insuffisants rénaux et sujets âgés : Il est recommandé de réduire la posologie initiale puis d'adapter si nécessaire celle-ci en fonction de la tolérance rénale.
- Patients hypovolémiques : voir mises en garde et précautions d'emploi.

Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
Ce médicament est contre-indiqué dans les situations suivantes :
- hypersensibilité au kétoprofène ou à l'un des excipients du produit,
- antécédent d'asthme déclenché par la prise de kétoprofène ou de substances d'activité proche telles que autres AINS, aspirine,
- hémorragie gastro-intestinale, hémorragie cérébrovasculaire ou autre hémorragie en évolution,
- ulcère gastrique ou intestinal en évolution
,
- insuffisance hépatique sévère,
- insuffisance rénale sévère,
- insuffisance cardiaque sévère non contrôlée,
- troubles de l'hémostase ou traitement anticoagulant en cours (contre-indication liée à la voie intramusculaire),
- au-delà de 24 semaines d'aménorrhée (5 mois de grossesse révolus) :
l'administration pendant le 2ème et le 3ème trimestre expose à :
. une atteinte fonctionnelle rénale in utero pouvant s'observer dès 12 semaines d'aménorrhée (mise en route de la diurèse foetale) : oligoamnios (le plus souvent réversible à l'arrêt du traitement), voire anamnios en particulier lors d'une exposition prolongée ; à la naissance, une insuffisance rénale (réversible ou non) peut persister en particulier en cas d'exposition tardive et prolongée (avec un risque d'hyperkaliémie sévère retardée) ;
. un risque d'atteinte cardiopulmonaire : constriction partielle ou complète in utero du canal artériel. La constriction du canal artériel peut survenir à partir de 5 mois révolus et peut conduire à une insuffisance cardiaque droite foetale ou néonatale voire une mort foetale in utero. Ce risque est d'autant plus important que la prise est proche du terme (moindre réversibilité). Cet effet existe même pour une prise ponctuelle ;
. un risque d'allongement du temps de saignement pour la mère et l'enfant.
En conséquence, au-delà de 24 semaines d'aménorrhée (5 mois révolus) : toute prise même ponctuelle est contre-indiquée. Une prise par mégarde au-delà de 24 semaines d'aménorrhée (5 mois révolus) justifie une surveillance cardiaque et rénale, foetale et/ou néonatale selon le terme d'exposition. La durée de cette surveillance sera adaptée à la demi-vie d'élimination de la molécule.
DECONSEILLE :
- Allaitement : les AINS passant dans le lait maternel, par mesure de précaution, il convient d'éviter de les administrer chez la femme qui allaite.
- Associations déconseillées : autres AINS (y compris l'aspirine à fortes doses) ; anticoagulants oraux ; héparines à doses curatives ou chez le sujet âgé ; lithium ; méthotrexate (utilisé à des doses supérieures à 15 mg/semaine).

Effets indésirables Profenid

- Effets gastro-intestinaux :
Ont été rapportés des troubles gastro-intestinaux à type de nausées, vomissements, diarrhée, constipation, gêne gastro-intestinale et douleurs gastriques, gastrites, stomatites, plus rarement colites. A la dose de 200 mg par jour, le kétoprofène par voie orale provoque une augmentation des pertes de sang digestives occultes : celles-ci sont d'autant plus fréquentes que la posologie utilisée est élevée. Les effets indésirables les plus graves sont l'ulcère gastroduodénal, l'hémorragie digestive et les perforations intestinales.
- Réactions d'hypersensibilité :
. très rares cas d'oedème de Quincke et de choc anaphylactique,
. dermatologiques : éruption, rash, prurit, urticaire, aggravation d'urticaire chronique,
. respiratoires : possibilité de survenue de crise d'asthme ou de bronchospasme, en particulier chez les sujets allergiques à l'aspirine et aux autres AINS.
- Troubles neuropsychiques :
peuvent être observés céphalées, vertige, somnolence, exceptionnellement, convulsions et troubles de l'humeur.
- Réactions cutanées :
photosensibilité, alopécie et exceptionnellement, dermatoses bulleuses (Stevens-Johnson et syndrome de Lyell).
- Troubles oculaires :
flou visuel.
- Troubles auditifs :
acouphènes.
- Troubles rénaux :
. Rétention hydrosodée avec possibilité d'oedèmes, hyperkaliémie (voir rubriques mises en garde et précautions d'emploi et interactions).
. Insuffisance rénale aiguë (IRA) fonctionnelle chez les patients présentant des facteurs de risque (voir rubrique mises en garde et précautions d'emploi).
. Atteintes rénales organiques pouvant se traduire par une IRA : des cas isolés de néphrite interstitielle, de nécrose tubulaire aiguë, de syndrome néphrotique, de nécrose papillaire ont été rapportés.
- Troubles hématologiques :
thrombocytopénie, anémie due à une hémorragie chronique, rares cas de leucopénie avec possibilité d'agranulocytose.
- Troubles hépatiques :
augmentation du taux des transaminases, exceptionnels cas d'hépatite.
- Troubles cardiaques :
hypertension, aggravation d'insuffisance cardiaque.
- Effets indésirables liés à la voie d'administration :
quelques cas de douleurs et de sensations de brûlure au point d'injection ont été rapportés.



publicité