publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

PROLEUKIN 18 Millions UI/mL

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Cancérologie et hématologie
principes actifs: Aldesleukine
laboratoire: Novartis Pharma SA

Poudre pour solution pour perfusion IV
Boîte de 1 Flacon de 22 Millions UI
Toutes les formes

Indication

Traitement de l'adénocarcinome rénal métastatique.

Il existe des facteurs de risque associés à une diminution du taux de réponse et de la médiane de survie :

· un score d'état général ≥1, d'après l'échelle de l'ECOG*,

· des métastases dans plus d'un organe,

· un délai de moins de 24 mois entre le diagnostic initial de la tumeur primitive et la date d'évaluation du patient en vue d'un traitement par Proleukin.

(*) Indice de performance de l'ECOG (Eastern Cooperative Oncology Group) : 0 = activité normale ; 1 = maladie symptomatique chez un patient ambulatoire ; 2 = malade alité moins de 50 % du temps ; 3 = malade alité plus de 50 % du temps, ne pouvant faire que le minimum pour ses soins personnels ; 4 = complètement handicapé dans sa vie, nécessitant l'assistance pour ses soins personnels.

Le taux de réponse et la médiane de survie diminuent en fonction du nombre de facteurs de risque. Les malades présentant les 3 facteurs de risques ne doivent pas être traités par Proleukin.

Posologie PROLEUKIN 18 Millions UI/mL Poudre pour solution pour perfusion IV Boîte de 1 Flacon de 22 Millions UI

Proleukin doit être administré par voie intraveineuse en perfusion continue ou par injection sous-cutanée.

Le schéma posologique suivant est recommandé pour le traitement des patients adultes atteints d´un adénocarcinome rénal métastatique :

Perfusion intraveineuse continue

18 x 106 UI par m2 administrés en perfusion continue sur 24 heures pendant 5 jours, suivis de 2 à 6 jours sans traitement par Proleukin, puis 5 jours de traitement par Proleukin voie intraveineuse en perfusion continue et 3 semaines sans traitement par Proleukin. Ceci constitue un cycle d'induction. Après les trois semaines sans traitement par Proleukin du premier cycle, un deuxième cycle d'induction devrait être administré.

Traitement d'entretien : En cas de réponse au traitement ou de stabilisation de la maladie, il est possible d'administrer jusqu'à 4 cycles d'entretien (18 x 106 UI par m² en perfusion continue pendant 5 jours) en respectant des intervalles inter-cycles de 4 semaines.

Injection sous-cutanée

18 x 106 UI par voie sous-cutanée (SC) par jour administrés pendant 5 jours, suivis de 2 jours sans traitement par Proleukin. Durant les 3 semaines suivantes, 18 x 106 UI par voie sous-cutanée sont administrés les 2 premiers jours de chaque semaine suivis de 9 x 106 UI les 3ème, 4ème et 5ème jours. Aucun traitement n'est administré les 2 derniers jours de la semaine (6ème et 7ème jours). Après une semaine sans traitement par Proleukin, ce cycle de 4 semaines devra être repris.

Traitement d'entretien : les cycles tels que décrits ci-dessus pourront être administrés aux patients en cas de réponse au traitement ou de stabilisation de la maladie.

En cas d'intolérance à la posologie recommandée, diminuer la dose ou interrompre le traitement jusqu'à atténuation des signes d'intolérance. On ignore dans quelle mesure la réduction de la dose modifie le taux de réponse et la médiane de survie.

Insuffisance rénale ou hépatique

Aucune étude formelle n'a été conduite pour évaluer la pharmacocinétique, la sécurité d'emploi et la tolérance de Proleukin chez les patients présentant une insuffisance rénale ou hépatique préexistante (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

Patients âgés :

Aucune étude formelle n'a été conduite pour comparer la pharmacocinétique, l'efficacité ou la sécurité d'emploi chez les patients âgés par rapport aux patients plus jeunes. Les études cliniques menées avec Proleukin n'ont inclus qu'un faible nombre de patients âgés de 65 ans ou plus. Les médecins devront prescrire Proleukin avec précaution chez les patients âgés puisqu'un déclin des fonctions rénales et hépatiques peut survenir avec l'âge. Par conséquent, les patients âgés peuvent être davantage sensibles aux effets indésirables de Proleukin (voir rubriques Propriétés pharmacodynamiques et Propriétés pharmacocinétiques).

Population pédiatrique :

La sécurité et l'efficacité de Proleukin chez l'enfant et l'adolescent n'ont pas encore été établies.

Contre indications

Le traitement par Proleukin est contre-indiqué dans les cas suivants :

1. Hypersensibilité à la substance active ou à l'un des excipients mentionnés à la rubrique Composition.

2. Etat général évalué par le score de l'ECOG* supérieur ou égal à 2.

3. Coexistence d'un score d'état général de l'ECOG* supérieur ou égal à 1 et de plus d'un organe envahi par des métastases et d'un délai de moins de 24 mois entre le diagnostic initial de la tumeur primitive et la date d'évaluation du patient en vue d'un traitement par Proleukin.

4. Antécédents notables ou existence d'une cardiopathie grave. Dans les cas douteux, réaliser une épreuve d'effort.

5. Signes d'infection évolutive requérant une antibiothérapie.

6. Pa O2 < 60 mm Hg au repos.

7. Existence d'un dysfonctionnement grave au niveau d'un organe vital.

8. Métastases cérébrales ou comitialité, à l'exclusion des métastases cérébrales traitées avec succès (scanner normal ; état neurologique stable).

En outre il est recommandé de ne pas utiliser Proleukin dans les cas suivants :

1. Leucocytes < 4000/mm3 ; plaquettes < 100 000/mm3 ; hématocrite < 30 %.

2. Anomalie des taux sériques de bilirubine et de créatinine.

3. Antécédent d'allogreffe d'organe.

4. Malades susceptibles de recevoir une corticothérapie.

5. Maladie auto-immune pré-existante.

(*) Pour le score de l'ECOG, voir rubrique Indications thérapeutiques.

Effets indésirables Proleukin

D'une manière générale, la fréquence et la gravité des effets indésirables de Proleukin dépendent du mode d'administration, de la dose et du schéma posologique.

La plupart des effets indésirables sont directement liés au produit et peuvent donc disparaître en l'espace de 1 à 2 jours après l'arrêt du traitement. Le taux de décès liés au traitement chez les 255 patients atteints d'adénocarcinome rénal métastatique ayant reçu Proleukin en monothérapie a été de 4 % (11/255). Chez les patients traités par voie sous-cutanée, moins de 1 % sont décédés à la suite d'effets indésirables.

Au sein de chaque fréquence de groupe, les effets indésirables (tableau 1) doivent être présentés suivant un ordre décroissant de gravité : très fréquent (≥1/10), fréquent (≥1/100 à <1/10), peu fréquent (≥1/1000 à <1/100), rare (≥1/10000 à <1/1000), très rare (<1/10000), fréquence indéterminée (ne peut être estimée sur les base des données disponibles).

Les effets indésirables suivants ont été rapportés dans les études cliniques et après commercialisation avec Proleukin :

Tableau 1

Infections et Infestations

Fréquent

Infection des voies respiratoires, sepsis

Affections hématologiques et du système lymphatique*

Très fréquent

Anémie, thrombocytopénie

Fréquent

Leucopénie, coagulopathie y compris coagulation intravasculaire disséminée, éosinophilie

Peu fréquent

Neutropénie

Rare

Agranulocytose, anémie aplasique, anémie hémolytique, fièvre neutropénique

Affections du système immunitaire

Peu fréquent

Réactions d'hypersensibilité

Rare

Anaphylaxie

Affections endocriniennes

Très fréquent

Hypothyroïdie

Fréquent

Hyperthyroïdie

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Très fréquent

Anorexie

Fréquent

Acidose, hyperglycémie, hypocalcémie, hypercalcémie, hyperkaliémie, déshydratation

Peu fréquent

Hypoglycémie

Rare

Diabète sucré

Affections psychiatriques

Très fréquent

Anxiété, confusion, dépression, insomnie

Fréquent

Irritabilité, agitation, hallucinations

Affections du système nerveux

Très fréquent

Vertiges, céphalées, paresthésie, somnolence

Fréquent

Neuropathie, syncope, troubles de la parole, perte du goût, léthargie

Peu fréquent

Coma, convulsions, paralysie, myasthénie

Fréquence indéterminée

Hémorragie intracrânienne/cérébrale, accident vasculaire cérébral, leuco-encéphalopathie (voir informations supplémentaires sous le tableau)

Affections oculaires

Fréquent

Conjonctivite

Rare

Atteinte du nerf optique y compris névrite optique

Affections cardiaques

Très fréquent

Tachycardie, arythmie, douleurs thoraciques

Fréquent

Cyanose, changements transitoires de l'ECG, ischémie myocardique, palpitations, troubles cardiovasculaires y compris insuffisance cardiaque

Peu fréquent

Myocardite, cardiomyopathie, arrêt cardiaque, épanchement péricardique

Rare

Hypokinésie ventriculaire

Fréquence indéterminée

Tamponnade

Affections vasculaires

Très fréquent

Hypotension

Fréquent

Phlébite, hypertension

Peu fréquent

Thrombose, thrombophlébite, hémorragie

Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales

Très fréquent

Dyspnée, toux

Fréquent

Œdème pulmonaire, épanchement pleural, hypoxie, hémoptysie, épistaxis, congestion nasale, rhinite

Rare

Embolie pulmonaire, syndrome de détresse respiratoire aiguë de l'adulte

Affections gastro-intestinales

Très fréquent

Nausées avec ou sans vomissements ; diarrhées ; stomatite

Fréquent

Dysphagie, dyspepsie, constipation, saignements gastro-intestinaux y compris hémorragie rectale, hématémèse, ascite, chéilite, gastrite

Peu fréquent

Pancréatite, occlusion intestinale, perforation gastro-intestinale incluant une nécrose/gangrène

Rare

Activation d'une phase de quiescence de la maladie de Crohn

Affections hépatobiliaires

Fréquent

Augmentation des transaminases hépatiques, élévation des phosphatases alcalines, augmentation de la lacticodéshydrogénase, hyperbilirubinémie, hépatomégalie ou hépatosplénomégalie

Rare

Cholécystite, insuffisance hépatique avec issue mortelle

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Très fréquent

Erythème et rash, dermatite exfoliative, prurit, transpiration

Fréquent

Alopécie, urticaire

Peu fréquent

Vitiligo, oedème de Quincke

Rare

Eruption vésico-bulleuse, syndrome de Stevens-Johnson

Affections musculo-squelettiques et systémiques

Fréquent

Myalgie, arthralgie

Peu fréquent

Myopathie, myosite

Affections du rein et des voies urinaires

Très fréquent

Oligurie, augmentation de l'urémie, augmentation de la créatininémie

Fréquent

Hématurie, insuffisance rénale, anurie

Troubles généraux et anomalies au site d'administration

Très fréquent

Réactions au site d'injection*, douleur au site d'injection*, inflammation au site d'injection*, fièvre avec ou sans frissons, malaise, asthénie et fatigue, douleur, oedème, prise de poids, perte de poids

Fréquent

Inflammation d'une muqueuse ; nodule au site d'injection ; hypothermie

Rare

Nécrose au site d'injection

Remarques :

* La fréquence des réactions au site d'injection, des douleurs et des inflammations est moins importante en cas d'administration par perfusion intraveineuse continue.

Leucoencéphalopathie

Il y a eu de rares cas de leucoencéphalopathie associés à Proleukin dans la littérature, la plupart du temps chez des patients traités pour une infection par le VIH. Dans certains cas, d'autres facteurs de risque tels que les infections opportunistes, l'administration concomitante d'interférons ainsi que des séances répétées de chimiothérapie ont pu prédisposer ces patients à de tels évènements.

Syndrome de fuite capillaire

Des arythmies cardiaques (supraventriculaire et ventriculaire), angine de poitrine, infarctus du myocarde, insuffisance respiratoire nécessitant une intubation, des saignements gastro-intestinaux, infarctus mésentérique, insuffisance rénale, oedème et des perturbations de l'état mental peuvent être associés avec le syndrome de fuite capillaire (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi). La fréquence et la sévérité du syndrome de fuite capillaire sont moins importantes par administration sous-cutanée que par perfusion intraveineuse continue.

Eosinophilies sévères

Pendant le traitement, on observe généralement une lymphopénie et une éosinophilie, avec une lymphocytose rebond dans les 24 à 48 heures suivant le traitement. Cela pourrait être lié au mécanisme antitumoral de Proleukin. Des manifestations sévères d'éosinophilie ont été rapportées, incluant des infiltrations éosinophiliques des tissus cardiaque et pulmonaire.

Vascularites cérébrales

Des vascularites cérébrales, isolées ou associées à d'autres effets ont été rapportées. Des vascularites cutanées leucocytoclastiques d'hypersensibilité ont été rapportées. Certains de ces cas ont répondu aux corticoïdes.

Effets indésirables avec un traitement simultané par interféron alfa

Les effets indésirables suivants ont rarement été rapportés en association avec un traitement simultané d'interféron alfa : glomérulonéphrite à IgA, myasthénie grave oculo-bulbaire, arthrite inflammatoire, thyroïdite, pemphigus bulleux, rhabdomyolyse et syndrome de Stevens-Johnson.

Rhabdomyolyse sévère et atteinte du myocarde, incluant infarctus du myocarde, myocardite et hypokinésie ventriculaire, semblent augmentées chez les patients traités par Proleukin par voie intraveineuse et par interféron alfa de façon concomitante (voir rubrique Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions).

Infections bactériennes

Des infections bactériennes ou l'exacerbation d'infections bactériennes, y compris septicémie, endocardite bactérienne, thrombophlébite septique, péritonite, pneumonie et infection locale au niveau du cathéter ont été rapportées essentiellement après administration intraveineuse (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).



publicité