publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

PROPYLEX 50 mg

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Endocrinologie
principes actifs: Propylthiouracile
laboratoire: Assistance Publique HP

Comprimé
Boîte de 30
Toutes les formes
8,09€* (remboursé à 65%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 8,91 €

Indication

Hyperthyroïdies.

Posologie PROPYLEX 50 mg Comprimé Boîte de 30

Posologie

Maladie de Basedow : deux schémas thérapeutiques sont possibles :

a) Propylthiouracile seul:

Le traitement sera débuté par une dose d'attaque pour obtenir la réduction de l'hyperthyroïdie en général en 3 à 5 semaines (surveillance clinique et hormonale). Les doses seront alors baissées progressivement pour atteindre en 3 ou 4 mois une dose d'entretien qui sera poursuivie en général au moins 18 mois.

L'adaptation du traitement est indispensable car :

· pour une posologie insuffisante: les signes d'hyperthyroïdie réapparaissent ou s'aggravent ;

· pour une posologie excessive: une hypothyroïdie s'installe, caractérisée d'abord par une baisse de T4, puis l'élévation de la TSH, d'où l'augmentation du volume du goitre.

L'administration se fait ordinairement en trois prises quotidiennes :

· 300 à 450 mg, soit 6 à 9 comprimés par jour chez l'adulte.

· 150 à 300 mg, soit 3 à 6 comprimés par jour chez l'enfant de plus de 10 ans.

· parfois, peuvent être utilisées des posologies plus faibles (50 à 300 mg par jour) en cas d'hyperthyroïdie discrète, de grossesse ou d'intolérance suspectée aux antithyroïdiens (voir infra). Exceptionnellement en cas d'hyperthyroïdie sévère (crise thyrotoxique) ou rebelle (surcharge en iode), des posologies plus élevées de 600 à 1200 mg par jour chez l'adulte peuvent être utilisées.

Traitement d'entretien : dès l'amélioration clinique et normalisation de la T4, la posologie est réduite à 50 à 200 mg par jour (soit 1 à 4 comprimés), en une, deux ou trois prises quotidiennes.

b) Propylthiouracile + hormone thyroïdienne :

· Première phase : administration de l'antithyroïdien à la posologie d'attaque mentionnée ci-dessus jusqu'à obtention d'une réduction de l'hyperthyroïdie biologique (baisse de T4) obtenue en général en trois à cinq semaines.

· Seconde phase : poursuite de l'antithyroïdien à la même posologie, mais en association à l'hormone thyroïdienne (Lévothyroxine ou Triiodothyronine) pour obtenir l'euthyroïdie.

· Maintien du schéma thérapeutique en général au moins jusqu'au 18ème mois.

Autres hyperthyroïdies :

· Nodules toxiques et goitres multinodulaires (surtout en préparation à la chirurgie, à l'iode radioactif) : traitement initial en fonction de la sévérité de la symptomatologie (1 à 6 comprimés par jour en trois prises) et secondairement adapté en fonction de l'état clinique et hormonal.

· En principe, le propylthiouracile (et les autres antithyroïdiens) n'est pas adapté à la prise en charge thérapeutique des hyperthyroïdies liées aux thyroïdites subaiguës ou du post-partum, aux métastases fonctionnelles des cancers, aux adénomes thyréotropes et aux états de résistance aux hormones thyroïdiennes.

Mode d'administration

Voie orale.

A avaler avec un verre d'eau.

Contre indications

· Cancer de la thyroïde TSH-dépendant,

· Affections hématologiques graves préexistantes,

· Hypersensibilité aux thiouraciles (benzylthiouracile et/ou propylthiouracile),

· Hypersensibilité sévère au carbimazole.

Effets indésirables Propylex

· Toute augmentation du volume du goitre doit, en premier lieu, faire évoquer une hypothyroïdie par surdosage.

· Leucopénie pouvant être annoncée par de la fièvre, une angine, une infection, voire une agranulocytose ou une aplasie médullaire de survenue habituellement brutale, nécessitant l'arrêt du traitement et la réalisation d'une numération formule sanguine en urgence.

· Réactions allergiques : cutanées (prurit, éruption, urticaire), fièvre, érythème, arthralgies, myalgies, courbatures (1 à 5 % des cas). Elles surviennent surtout en début de traitement. Elles sont parfois transitoires, résolutives sous antihistaminiques, mais peuvent nécessiter l'arrêt de la thérapeutique si elles sont sévères ou persistent.

· Des cas d'hépatites et d'insuffisance hépatique ont été rapportés.



publicité