publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

PROSTINE E2 1 mg/mL

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Gynécologie
principes actifs: Dinoprostone
laboratoire: Pfizer Holding France

Solution à diluer pour perfusion IV
Boîte de 1 Ampoule de 0,75 mL
Toutes les formes

Indication

- Déclenchement du travail à terme, en l'absence de contre-indication foetale ou maternelle et en présence d'une bonne confrontation céphalo-pelvienne.
- Déclenchement du travail pour raison médicale :
* dans l'intérêt maternel : notamment certaines cardiopathies, cancers du sein, hémopathies.
* dans l'intérêt foetal, notamment en cas de :
. rupture prématurée des membranes,
. grossesse prolongée,
. maladie hémolytique néonatale par immunisation rhésus,
. diabète,
. grossesse à risque.
* dans l'intérêt foetal et maternel, notamment au cours des syndromes vasculorénaux avec hypertension artérielle ou prééclampsie.
- Mort foetale in-utéro.

Posologie PROSTINE E2 1 mg/mL Solution à diluer pour perfusion IV Boîte de 1 Ampoule de 0,75 mL

La posologie sera adaptée à la réponse obtenue.
- Dans l'induction du travail, une solution de PROSTINE E2 contenant 1,5 µg/ml doit être préparée par dilution du contenu de l'ampoule dans une solution isotonique stérile de chlorure de sodium ou de glucose à 5 pour cent.
Le débit initial de perfusion doit être de 0,25 µg/mn, maintenu pendant au moins 30 minutes.
En cas d'apparition de contractions utérines efficaces, ce débit doit être maintenu ; dans le cas contraire, il sera augmenté à 0,5 µg/mn. Dans certaines circonstances, ce débit peut être augmenté à 1,0 µg/mn et plus rarement à 2,0 µg/mn en fonction des effets indésirables et de la réponse utérine.
En cas d'hypertonie utérine ou de détresse foetale, la perfusion doit être arrêtée jusqu'au retour à l'état normal. La perfusion peut alors être reprise à 50 pour cent du dernier débit administré, et augmentée ensuite avec précaution.
- Dans l'indication de la mort foetale in-utéro, les doses requises sont plus élevées que celles précitées, un débit initial de 0,5 µg/mn peut être utilisé, augmenté par paliers à intervalles d'au moins une heure. Si la tolérance le permet, le débit de perfusion peut être augmenté jusqu'à un maximum de 4 µg/mn, afin d'obtenir une réponse utérine satisfaisante.
- L'administration du produit de façon continue pendant plus de deux jours n'est pas recommandée.

Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
- antécédent connu d'hypersensibilité aux prostaglandines,
- contre-indications de l'accouchement par voie basse, notamment :
. antécédent de césarienne ou de chirurgie utérine importante,
. souffrance foetale aiguë,
. disproportion foetomaternelle,
. présentation autre que céphalique,
. grande prématurité (moins de 36 semaines),
. grossesse multiple.
- fragilité utérine liée à un utérus cicatriciel, une grande multiparité, des antécédents de grossesse gémellaire,
- saignements vaginaux durant la grossesse faisant suspecter un placenta praevia ou tout autre anomalie du placenta,
- antécédent récent de pathologie inflammatoire pelvienne,
- antécédents d'hypertonie utérine,
- antécédents vasculaires (en particulier coronariens),
- insuffisance cardiaque décompensée, hypertension artérielle permanente sévère.
DECONSEILLE :
En l'absence d'étude clinique, l'administration de PROSTINE E2 est DECONSEILLEE dans les glaucomes inflammatoires, traumatiques et néovasculaires.

Effets indésirables Prostine E2

- Accidents cardiovasculaires exceptionnels. En conséquence, il est important de surveiller les paramètres cardiaques et vasculaires ; bradycardie, troubles du rythme, hypertension et chocs peuvent être observés ; en cas de suspicion de spasme coronaire un traitement immédiat sera mis en route (voir mises en garde).
- La fréquence d'apparition des effets indésirables est directement liée à la dose :
. digestifs : nausées, vomissements, diarrhées ;
. dans des cas isolés, chez les sujets prédisposés, bronchoconstriction ;
. quelques symptômes vagaux tels que bouffées de chaleur, frissons, céphalées et vertiges ont été rapportés ;
. hyperthermie et hyperleucocytose transitoires ;
. réactions veineuses inflammatoires au site d'injection ;
. détresse foetale, hypertonie utérine ou hypercinésie peuvent résulter d'un surdosage et régressent habituellement après arrêt temporaire du traitement ; dans les rares cas où cette régression ne se produit pas, une extraction rapide du foetus doit être pratiquée.



publicité