publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

QUITAXON 25 mg/2 mL

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Neurologie-psychiatrie
principes actifs: Doxépine
laboratoire: Nepalm

Solution injectable
Boîte de 10 Ampoules de 2 ml
Toutes les formes
1,81€* (remboursé à 65%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 2,63 €

Indication

Episodes dépressifs majeurs (c'est-à-dire caractérisés).

Posologie QUITAXON 25 mg/2 mL Solution injectable Boîte de 10 Ampoules de 2 ml

Posologie :
Réservé à l'adulte.
Voie intramusculaire ou intraveineuse.
Le traitement d'attaque est initié en milieu hospitalier (pour la voie IV) jusqu'à amélioration.
Pour la voie intramusculaire, commencer à doses progressives pendant une semaine pour atteindre une posologie quotidienne maximale de 4 à 6 ampoules (100 à 150 mg par jour) réparties en deux injections intramusculaires.
Cette voie est à utiliser de préférence, mais l'administration par voie intraveineuse peut être pratiquée en diluant 1 à 4 ampoules dans 125 à 250 ml de solution isotonique. Dans ce cas, laisser le malade alité environ une heure après la fin de la perfusion.
L'amélioration une fois obtenue, remplacer progressivement chaque ampoule par un comprimé à 50 mg.
Durée du traitement
:
Le traitement par antidépresseur est symptomatique.
Le traitement d'un épisode est de plusieurs mois (habituellement de l'ordre de 6 mois) afin de prévenir les risques de rechute de l'épisode dépressif.
Traitements psychotropes associés :
L'adjonction d'un traitement sédatif ou anxiolytique peut être utile en début de traitement, afin de couvrir la survenue ou l'aggravation de manifestations d'angoisse. Toutefois, les anxiolytiques ne protègent pas forcément de la levée de l'inhibition.
Populations à risque :
- Sujet âgé : le traitement sera initié à posologie faible, en utilisant les formes faiblement dosées (voir propriétés pharmacocinétiques).
L'augmentation des doses, si nécessaire, sera progressive, en pratiquant une surveillance clinique : les effets indésirables des imipraminiques peuvent en effet avoir des conséquences graves chez la personne âgée (chutes, confusion).
- Insuffisants hépatique et rénal : il convient de diminuer la posologie (voir propriétés pharmacocinétiques).

Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
- Hypersensibilité à la doxépine.
- Risque connu de glaucome par fermeture de l'angle.
- Risque de rétention urinaire liée à des troubles urétroprostatiques.
- Infarctus du myocarde récent.
- Association au sultopride, aux IMAO non sélectifs (voir interactions).
DECONSEILLE :
- Grossesse : le maintien d'un bon équilibre psychique maternel est souhaitable tout au long de la grossesse. Si une prise en charge médicamenteuse est nécessaire pour assurer cet équilibre, elle doit être instituée ou poursuivie à dose efficace tout au long de la grossesse et si possible en monothérapie. A ce jour, si les données sont très limitées pour la doxépine, elles semblent exclure un risque malformatif particulier des antidépresseurs imipraminiques. Compte tenu de ces données, il est préférable d'éviter d'utiliser la doxépine au cours de la grossesse quel qu'en soit le terme. Toutefois un traitement ne doit pas être arrêté brutalement afin d'éviter un risque de sevrage pour la mère.
- Allaitement : le passage dans le lait maternel est mal connu mais probablement faible ; néanmoins, par mesure de précaution, l'allaitement est à éviter pendant la durée du traitement.
- Association à l'alcool, à la clonidine et apparentés, aux sympathomimétiques alpha et bêta (adrénaline, noradrénaline, dopamine pour action systémique par voie parentérale) (voir interactions).

Effets indésirables Quitaxon

Ils découlent pour la plupart des propriétés pharmacologiques des antidépresseurs imipraminiques.
- Liés aux effets périphériques de la molécule : ils sont habituellement bénins et cèdent le plus souvent à la poursuite du traitement ou à une réduction de la posologie.
. Effet anticholinergique (par ordre de fréquence décroissante) : sécheresse de la bouche, constipation, troubles de l'accommodation, tachycardie, sueurs, troubles de la miction et éventuellement rétention urinaire ;
. Effet adrénolytique : hypotension orthostatique, impuissance.
- Liés aux effets centraux :
. fréquemment observée : somnolence ou sédation (effet antihistaminique), plus marquée en début de traitement ;
. beaucoup plus rares : tremblements, crises convulsives sur terrain prédisposé, états confusionnels transitoires.
- Liés à la nature même de la maladie dépressive :
. levée de l'inhibition psychomotrice, avec risque suicidaire ;
. inversion de l'humeur avec apparition d'épisodes maniaques ;
. réactivation d'un délire chez les sujets psychotiques.
Des cas d'idées et de comportements suicidaires ont été rapportés durant le traitement par QUITAXON ou peu après son arrêt (voir mises en garde et précautions d'emploi).
- Les antidépresseurs imipraminiques peuvent également entraîner :
. prise de poids,
. troubles de la conduction ou du rythme (avec des doses élevées),
. troubles endocriniens : hypertrophie mammaire, galactorrhée,
. bouffées de chaleur,
. réactions cutanées allergiques,
. dysarthrie,
. hépatites cytolytiques ou cholestatiques exceptionnelles,
. troubles hématologiques : hyperéosinophilie, leucopénie, agranulocytose, thrombopénie,
. syncope.
- Certains de ces effets indésirables peuvent être prévenus ou combattus par des thérapeutiques adjuvantes ou correctives, voire une réduction de la posologie.



publicité