publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

REOPRO 2 mg/mL

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Hémostase et sang
principes actifs: Abciximab
laboratoire: Centocor B.V

Solution injectable IV ou pour perfusion
Boîte de 1 Flacon de 5 ml
Toutes les formes

Indication

REOPRO est indiqué chez les adultes, en complément de l'administration d'héparine et d'acide acétylsalicylique dans :

Intervention coronarienne percutanée

Prévention des complications cardiaques ischémiques chez les patients qui font l'objet d'une intervention coronarienne percutanée (angioplastie à ballonnet, athérectomie et pose d'un stent) ( voir rubrique Propriétés pharmacodynamiques ).

Angor instable

Réduction à court terme (1 mois) du risque d'infarctus du myocarde chez les patients souffrant d'angor instable réfractaire au traitement médical conventionnel, chez lesquels une intervention coronarienne percutanée est programmée.

Posologie REOPRO 2 mg/mL Solution injectable IV ou pour perfusion Boîte de 1 Flacon de 5 ml

Posologie

Adultes

La dose de REOPRO recommandée est de 0,25 mg/kg en bolus intraveineux suivi immédiatement après d'une perfusion intraveineuse continue de 0,125 µg/kg/min (jusqu'à un maximum de 10 µg/min).

Pour la stabilisation de l'angor instable, le bolus suivi de la perfusion doit être administré 24 heures avant l'éventuelle intervention et la perfusion doit s'achever 12 heures après l'intervention.

Pour la prévention des complications cardiaques ischémiques chez les patients qui font l'objet d'une intervention coronarienne percutanée et qui ne sont pas alors sous perfusion de REOPRO, le bolus doit être administré 10 à 60 minutes avant l'intervention et suivi d'une perfusion de 12 heures.

Population pédiatrique

La sécurité et l'efficacité de REOPRO chez les enfants âgés de moins de 18 ans n'ont pas été établies.

Aucune donnée n'est disponible.

Mode d'administration

REOPRO est administré par voie intraveineuse chez l'adulte.

REOPRO ne doit être administré que conjointement à des soins médicaux spécialisés et des soins infirmiers intensifs. De plus, des examens hématologiques doivent pouvoir être réalisés et l'infrastructure doit permettre l'administration de produits sanguins.

Pour les instructions concernant la dilution du médicament avant administration, voir rubrique Instructions pour l'utilisation, la manipulation et l'élimination.

Contre indications

Hypersensibilité au principe actif ou à l'un des excipients mentionnés à la rubrique Composition ou aux anticorps monoclonaux murins ou aux papaïnes. Des traces de papaïnes, secondaires au processus de fabrication, peuvent être présentes.

Etant donné que l'inhibition de l'agrégation plaquettaire augmente le risque de saignement, REOPRO est contre-indiqué dans les situations cliniques suivantes : présence d'une hémorragie interne ; antécédent d'accident vasculaire cérébral au cours des deux années précédentes ; chirurgie ou traumatisme intracrânien ou intrarachidien récent (moins de deux mois) ; chirurgie majeure récente (moins de deux mois) ; tumeur intracrânienne ; malformation artério-veineuse ou anévrisme ; anomalie connue de la coagulation ou hypertension sévère non contrôlée ; thrombocytopénie préexistante ; vascularite ; rétinopathie hypertensive ; insuffisance hépatique sévère.

Les seules données disponibles étant limitées, l'utilisation de REOPRO chez les patients présentant une insuffisance rénale sévère nécessitant une hémodialyse est contre-indiquée ( voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi paragraphe sur Néphropathies ).

Effets indésirables Reopro

Résumé du profil de sécurité

Les effets indésirables les plus fréquents sont : saignements, douleur dorsale, hypotension, nausées, douleur thoracique, vomissements, céphalées, bradycardie, fièvre (pyrexie), douleur au site de ponction et thrombocytopénie. Des tamponnades cardiaques, des hémorragies intrapulmonaires (surtout alvéolaires) et des syndromes de détresse respiratoire de l'adulte ont rarement été rapportés.

Tableau récapitulatif des effets indésirables

Les effets indésirables listés dans le Tableau 1 sont basés sur l'expérience acquise lors des essais cliniques et à partir de l'utilisation post-commercialisation à l'échelle internationale de l'abciximab. Au sein de chaque classe d'organe, les effets indésirables sont listés selon leur groupe de fréquence en utilisant la convention suivante : Très fréquent (≥ 1/10) ; Fréquent (≥1/100, <1/10); Peu fréquent (≥1/1 000, <1/100); Rare (≥1/10 000, <1/1 000), Très rare (< 1/10 000) ; Fréquence indéterminée (ne peut être estimée sur la base des données disponibles).

Tableau 1 : Tableau récapitulatif des effets indésirables

Affections hématologiques et du système lymphatique

Fréquent :

Thrombocytopénie

Affections du système immunitaire

Rare :

Hypersensibilité/réactions allergiques, réaction anaphylactique*

Affections du système nerveux

Fréquent :

Céphalées

Affections cardiaques

Fréquent :

Bradycardie

Rare :

Tamponnade cardiaque

Affections vasculaires

Fréquent :

Saignements, hypotension, oedème périphérique

Peu fréquent :

Hémorragie intracrânienne

Rare :

Saignements fatals

Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales

Rare :

Syndrome de détresse respiratoire de l'adulte, hémorragie pulmonaire

Affections gastro-intestinales

Fréquent :

Nausées, vomissements, hémorragie gastro-intestinale*

Affections musculo-squelettiques et systémiques

Fréquent :

Douleur dorsale

Troubles généraux et anomalies au site d'administration

Fréquent :

Douleur thoracique, fièvre, douleur au site de ponction, douleur abdominale

* Voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi

Description d'effets indésirables spécifiques

Saignement

Au cours de l'étude EPIC, où l'héparine était administrée à des doses standard non ajustées au poids, la complication la plus fréquente sous REOPRO était un saignement survenant lors des 36 premières heures. L'incidence des saignements majeurs, des saignements mineurs et celle des transfusions sanguines étaient pratiquement doublées. Les saignements majeurs étaient dans 67 % des cas en rapport avec le site d'abord artériel au creux inguinal.

Les saignements majeurs et les saignements mineurs sont définis ainsi :

· Saignements majeurs : Chute du taux d'hémoglobine > 5 g/dL

· Saignements mineurs : Hématurie macroscopique ou hématémèse spontanée, ou hémorragie observée avec une chute du taux d'hémoglobine > 3 g/dL, ou chute du taux d'hémoglobine ≥ 4 g/dL sans hémorragie extériorisée.

Au cours d'une nouvelle étude clinique EPILOG, associant un traitement héparinique, un retrait des abords fémoraux et des soins des abords fémoraux selon les directives indiquées à la rubrique Mises en garde et précautions d'emploi , paragraphe sur Prévention du risque hémorragique, l'incidence des saignements majeurs non associés à une intervention chirurgicale pour pontage coronarien chez des patients traités par REOPRO (1,1%) n'a pas été différente de celle des patients sous placebo (1,1%) et il n'y a pas eu d'augmentation significative du taux d'hémorragie intracrânienne.

La diminution des saignements majeurs observée au cours de l'étude EPILOG a été obtenue sans perte d'efficacité du traitement. De la même façon, dans l'étude EPISTENT, l'incidence des saignements majeurs non associés à une intervention chirurgicale pour pontage coronarien chez des patients traités par REOPRO et angioplastie à ballonnet (0,6%) ou traités par REOPRO associé à la pose d'un stent (0,8 %) n'a pas été significativement différente de celle observée chez des patients sous placebo associé à la pose d'un stent (1,0%). Au cours de l'étude CAPTURE qui n'incluait pas de traitement héparinique à faible dose, l'incidence des saignements majeurs non associés à une intervention chirurgicale pour pontage coronarien était plus élevée chez les patients traités par REOPRO (3,8%) que chez les patients sous placebo (1,9%).

Bien que les données soient limitées, le traitement par REOPRO n'a pas été associé à des saignements majeurs chez les patients faisant l'objet d'une intervention chirurgicale pour pontage coronarien. Certains patients ayant des temps de saignement prolongés ont reçu des plaquettes par transfusion afin de corriger le temps de saignement avant l'intervention ( voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi, paragraphe sur Transfusion pour rétablir la fonction plaquettaire ).

Autres affections vasculaires

Les études cliniques suggèrent que l'administration associée d'un traitement par l'héparine avec une posologie d'héparine adaptée au poids, tel qu'actuellement recommandé, est associée à un risque plus faible d'hémorragie intracrânienne que les précédents protocoles thérapeutiques (qui utilisaient une dose d'héparine plus élevée et non adaptée au poids). L'incidence totale des accidents ischémiques cérébraux hémorragiques et non-hémorragiques était la même au cours des quatre études pivotales, 9/3023 (0,30 %) pour les patients sous placebo et 15/4680 (0,32 %) pour les patients traités par REOPRO. L'incidence des hémorragies intracrâniennes était de 0,10 % pour les patients sous placebo et de 0,15 % pour les patients traités par REOPRO.

L'étude randomisée GUSTO V a inclus 16 588 patients présentant un infarctus du myocarde aigu ayant été traités soit par l'association REOPRO et reteplase à demi-dose soit par reteplase seule à dose totale. L'incidence des hémorragies non intracrâniennes modérées ou sévères était plus élevée chez les patients ayant reçu REOPRO et reteplase à demi-dose que chez les patients ayant reçu reteplase seul (respectivement 4,6 % vs 2,3 %).

Thrombocytopénie

Les patients traités par REOPRO ont eu tendance à présenter plus de thrombocytopénies (numération plaquettaire inférieure à 100 000 cellules/µL) que les patients sous placebo. Leur incidence dans les études EPILOG et EPISTENT utilisant REOPRO et recommandant un traitement par héparine à faible dose et ajustée au poids des patients, étaient de 2,8% par rapport à 1,1% chez les patients sous placebo. Les taux de thrombocytopénies observés ont été plus élevés après réadministration (voir paragraphe ci-dessous sur Réadministration).

Réadministration

Lors des études cliniques de phase III, la formation d'anticorps humains anti-chimériques est apparue, généralement à un faible titre, chez environ 5 à 6 % des patients 2 à 4 semaines après avoir une première exposition au REOPRO.

La réadministration de REOPRO chez les patients traités par angioplastie a été évaluée dans une étude observationnelle incluant 1342 traitements chez 1286 patients. La plupart des patients étaient exposés à une deuxième administration de REOPRO; 15 % étaient exposés à une troisième administration ou au-delà. Le taux de dosages positifs des anticorps humains anti-chimériques était de 6 % avant la réadministration et de 27 % après la réadministration.

Dans une étude observationnelle de réadministration chez des patients exposés à REOPRO pour la deuxième fois ou au-delà, l'incidence des thrombocytopénies (tous degrés confondus) était de 5 % avec une incidence de thrombocytopénie profonde de 2 % (< 20 000 cellules /µL). Les facteurs associés à un risque augmenté de thrombocytopénie étaient un antécédent de thrombocytopénie lors d'une exposition précédente à REOPRO, une réadministration dans les 30 jours et un dosage des anticorps humains anti-chimériques positif avant réadministration.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (Ansm) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet: www.ansm.sante.fr



publicité