publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

REQUIP 0,5 mg

Conditionnement modifié ou retiré de la vente depuis le 13.07.2009

Médicament générique du Classe thérapeutique: Neurologie-psychiatrie
principes actifs: Ropinirole
laboratoire: Glaxosmithkline

Comprimé pelliculé
Boîte de 21
Toutes les formes
7,96€* (remboursé à 65%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 8,78 €

Indication

Maladie de Parkinson dans les conditions suivantes :
- traitement de première intention en monothérapie pour différer la mise à la dopathérapie,
- association à la lévodopa en cours d'évolution de la maladie lorsque l'effet de la dopathérapie s'épuise ou devient inconstant, et qu'apparaissent des fluctuations de l'effet thérapeutique (fluctuations de type "fin de dose" ou effets "on-off").

Posologie REQUIP 0,5 mg Comprimé pelliculé Boîte de 21

La posologie doit être adaptée individuellement, en fonction de l'efficacité et de la tolérance.
Le ropinirole doit être administré en trois prises, de préférence au cours des repas pour améliorer la tolérance gastro-intestinale.
- Début du traitement :
La dose initiale recommandée est de 0,25 mg, 3 fois par jour pendant la première semaine. La dose est ensuite augmentée de 0,25 mg par prise, 3 fois par jour selon le schéma suivant :
Dose par prise / Dose quotidienne totale :
. Semaine 1 : 0,25 mg / 0,75 mg.
. Semaine 2 : 0,5 mg / 1,5 mg.
. Semaine 3 : 0,75 mg / 2,25 mg.
. Semaine 4 : 1 mg / 3 mg.
- Poursuite du traitement :
. Après la phase d'instauration, la dose peut être augmentée chaque semaine de 0,5 à 1 mg par prise, 3 fois par jour (soit 1,5 à 3 mg/jour).
. Une réponse thérapeutique peut être obtenue pour des doses allant de 3 à 9 mg/jour. Si les symptômes ne sont pas ou plus suffisamment contrôlés, la dose de ropinirole peut être progressivement augmentée jusqu'à 24 mg par jour. Des doses quotidiennes supérieures à 24 mg n'ont pas été étudiées.
. Lorsque le ropinirole est administré en association à la lévodopa, la dose de lévodopa peut être progressivement réduite d'environ 20%.
. Lorsque le ropinirole est utilisé en remplacement d'un autre agoniste dopaminergique, ce dernier doit être arrêté selon les recommandations qui s'y rattachent avant de commencer le traitement par le ropinirole.
. Comme pour les autres agonistes dopaminergiques, s'il est nécessaire l'arrêt du traitement par le ropinirole doit se faire progressivement en réduisant le nombre de prises quotidiennes sur une période d'une semaine.
- Sujets âgés :
Une diminution de la clairance du ropinirole étant observée après 65 ans, les augmentations de dose seront plus progressives, modulées en fonction de la réponse symptomatique.
- Insuffisants rénaux :
Chez les patients parkinsoniens ayant une insuffisance rénale légère à modérée (clairance de la créatinine comprise entre 30 et 50 ml/min), il n'est pas nécessaire d'adapter la posologie, aucune modification de la clairance du ropinirole n'ayant été observée chez ces patients.

Contre indications

- Hypersensibilité au ropinirole ou à l'un des excipients.
- Insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine < 30 ml/min).
- Insuffisance hépatique.
- Grossesse et allaitement :
. grossesse : les études animales d'administration du ropinirole chez la rate gravide, à doses maternotoxiques, ont montré une réduction du poids corporel foetal à la dose de 60 mg/kg, une augmentation de la mortalité foetale à la dose de 90 mg/kg et des malformations digitales à la dose de 150 mg/kg. Aucun effet tératogène n'a été observé chez le rat à la dose de 120 mg/kg et aucun effet sur le développement n'a été mis en évidence chez le lapin. Il n'y a pas eu d'études cliniques chez la femme enceinte. En conséquence, le ropinirole est contre-indiqué pendant la grossesse. La découverte d'une grossesse sous ropinirole nécessite un avis spécialisé.
. allaitement : le ropinirole peut inhiber la lactation ; l'allaitement est contre-indiqué en cas de traitement par le ropinirole.
- Les patients présentant des problèmes héréditaires rares d'intolérance au galactose, de déficit en lactase ou un syndrome de malabsorption du glucose et du galactose ne doivent pas prendre ce médicament.

Effets indésirables Requip

- Les effets indésirables ci-dessous sont classés par système organe et par fréquence, selon la convention suivante : très fréquents (> 1/10), fréquents (> 1/100, < 1/10), peu fréquents (> 1/1000, < 1/100), rares (> 1/10000, < 1/1000), très rares (< 1/10000), incluant les cas isolés.
- Les effets indésirables fréquents et peu fréquents sont généralement déterminés par les données de tolérance issues des essais cliniques et sont rapportés comme ayant une incidence supérieure à celle du placebo. Les effets indésirables rares et très rares sont généralement déterminés en fonction des données post-marketing et se réfèrent à la fréquence rapportée plutôt qu'à la fréquence réelle.
- Troubles psychiatriques :
Peu fréquents : réactions psychotiques (autres que des hallucinations) incluant délires, illusions, paranoïa. Jeu pathologique, augmentation de la libido.
Des épisodes de jeu pathologique (compulsion au jeu) ont été décrits dans la littérature chez des patients atteints de la maladie de Parkinson traités par des agonistes dopaminergiques. Des cas d'épisodes de jeu pathologique (compulsion au jeu) ont été rapportés chez des patients traités par le ropinirole, principalement pour la maladie de Parkinson. Dans certains cas, d'autres facteurs étaient présents tels que des antécédents de jeu pathologique ou l'administration concomitante d'un traitement dopaminergique.
. Utilisation en monothérapie :
Fréquents : hallucinations.
. Utilisation en association à la lévodopa :
Fréquents : confusion, hallucinations.
- Troubles du système nerveux :
. Fréquents : sensations vertigineuses et vertiges.
. Peu fréquents : outre la somnolence rapportée avec le ropinirole des cas de somnolence diurne excessive et des accès de sommeil d'apparition soudaine ont été signalés.
. Utilisation en monothérapie :
Très fréquents : somnolence, syncope.
. Utilisation en association à la lévodopa :
Très fréquents : dyskinésie, somnolence.
- Troubles vasculaires :
Peu fréquents : hypotension ou hypotension orthostatique, rarement sévères.
- Troubles gastro-intestinaux :
. Utilisation en monothérapie :
Très fréquents : nausées.
Fréquents : douleurs abdominales, vomissements, pyrosis.
. Utilisation en association à la lévodopa :
Très fréquents : nausées.
Fréquents : pyrosis.
- Troubles hépatobiliaires :
Très rares : réactions hépatiques, principalement une élévation des enzymes hépatiques.
- Troubles généraux :
Utilisation en monothérapie :
Fréquents : oedème des membres inférieurs.



publicité