publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

RETACRIT 4 000 UI/0,4 mL

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Cancérologie et hématologie
principes actifs: Epoétine zêta
laboratoire: Hospira Enterprises BV

Solution injectable
Boîte de 6 Seringues préremplies de 0,4 mL
Toutes les formes
149,05€* (remboursé à 65%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 149,87 €

Indication

- Traitement de l'anémie symptomatique associée à l'insuffisance rénale chronique (IRC) chez l'adulte et l'enfant :

• Traitement de l'anémie associée à l'insuffisance rénale chronique chez les enfants et les patients adultes hémodialysés et chez les patients adultes en dialyse péritonéale (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

• Traitement de l'anémie sévère d'origine rénale accompagnée de symptômes cliniques chez les patients adultes insuffisants rénaux non encore dialysés (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

- Traitement de l'anémie et réduction des besoins transfusionnels chez les patients adultes recevant une chimiothérapie pour des tumeurs solides, un lymphome malin ou un myélome multiple, et à risque de transfusion tel qu'évalué par l'état général du patient (par ex. statut cardiovasculaire, anémie préexistante au début de la chimiothérapie).

- Retacrit peut être utilisé pour augmenter la production de sang autologue des patients inclus dans un programme pré-transfusion. Son utilisation pour cette indication doit être pesée contre le risque observé d'événements thromboemboliques. Le traitement ne doit être administré qu'aux patients souffrant d'anémie modérée (absence de carence en fer), si les procédures d'économie de sang ne sont pas disponibles ou insuffisantes lorsque l'intervention chirurgicale majeure programmée requiert un volume élevé de sang (4 unités ou plus de sang pour les femmes et 5 unités ou plus pour les hommes).

- Retacrit peut être utilisé pour réduire l'exposition aux transfusions de sang homologue chez les patients adultes, sans carence martiale, devant subir une intervention chirurgicale orthopédique majeure programmée et présentant un risque présumé important de complications transfusionnelles. L'utilisation devra être réservée aux patients ayant une anémie modérée (par ex., Hb 10-13 g/dl) qui n'ont pas bénéficié d'une programmation de prélèvement autologue et chez lesquels on s'attend à des pertes de sang modérées (900 à 1 800 ml).

Posologie RETACRIT 4 000 UI/0,4 mL Solution injectable Boîte de 6 Seringues préremplies de 0,4 mL

Le traitement par Retacrit doit être initié sous le contrôle de médecins expérimentés dans le traitement de malades avec les indications ci-dessus.

Posologie

Traitement de l'anémie symptomatique chez l'adulte et l'enfant en insu ffisance rénale chronique

Retacrit doit être administré soit par voie sous-cutanée, soit par voie intraveineuse.

Le taux d'hémoglobine cible est de 10 à 12 g/dl (6,2 - 7,5 mmol/l) sauf pour les enfants, pour lesquels le taux d'hémoglobine doit être compris entre 9,5 et 11 g/dl (5,9 - 6,8 mmol/l). La limite supérieure de la concentration en hémoglobine ne doit pas être dépassée.

Les symptômes et séquelles de l'anémie peuvent varier selon l'âge, le sexe et l'impact global de la maladie ; une évaluation par le médecin de l'état de santé et de l'évolution clinique de chaque patient est nécessaire. Retacrit doit être administré soit par voie sous-cutanée, soit par voie intraveineuse afin que le taux d'hémoglobine n'augmente pas au-delà de 12 g/dl (7,5 mmol/l). En raison de la variabilité intra-patient, il peut arriver occasionnellement que des taux d'hémoglobine supérieurs ou inférieurs au taux souhaité soient observés. Cette variabilité du taux d'hémoglobine doit être gérée en ajustant la dose de façon à le maintenir dans une marge cible de 10 g/dl (6,2 mmol/l) à 12 g/dl (7,5 mmol/l).

Un taux d'hémoglobine supérieur à 12 g/dl (7,5 mmol/l) doit être évité sur une période prolongée ; les recommandations relatives à l'adaptation posologique appropriée lorsque le taux d'hémoglobine observé est supérieur à 12 g/dl (7,5 mmol/l) sont décrites ci-dessous. Toute augmentation du taux d'hémoglobine de plus de 2 g/dl (1,25 mmol/l) sur une période de quatre semaines doit être évitée. Si elle se produit, une adaptation posologique appropriée doit être instaurée.

Les patients doivent faire l'objet d'une surveillance étroite afin de s'assurer que la dose la plus faible approuvée de Retacrit est utilisée pour permettre un contrôle satisfaisant des symptômes de l'anémie.

Chez les patients souffrant d'insuffisance rénale chronique et présentant des signes cliniques d'ischémie myocardique ou d'insuffisance cardiaque congestive, la concentration en hémoglobine pendant la phase d'entretien ne doit pas dépasser la limite supérieure de la concentration d'hémoglobine cible.

Patients adultes sous hémodialyse

Retacrit doit être administré soit par voie sous-cutanée, soit par voie intraveineuse. Le traitement se divise en deux phases :

1. Phase de correction : 50 UI/kg 3 fois par semaine. Lorsqu'un ajustement de dose est nécessaire, il doit être effectué par étapes d'au moins quatre semaines. À chaque étape, l'augmentation ou la réduction de dose doit être de 25 UI/kg 3 fois par semaine.

2. Phase d'entretien : Un ajustement de dose est nécessaire pour maintenir les valeurs d'hémoglobine (Hb) au niveau souhaité : Hb comprise entre 10 et 12 g/dl (6,2-7,5 mmol/l). La dose hebdomadaire totale recommandée est comprise entre 75 et 300 UI/kg.

Les données cliniques disponibles suggèrent que les patients dont le taux d'hémoglobine est très faible (< 6 g/dl ou < 3,75 mmol/l) peuvent nécessiter des doses d'entretien plus élevées que ceux dont l'anémie initiale est moins sévère (Hb > 8 g/dl ou > 5 mmol/l).

Patients pédiatriques sous hémodialyse

Le traitement se divise en deux phases :

1. Phase de correction : 50 UI/kg, 3 fois par semaine par voie intraveineuse. Lorsqu'un ajustement de dose est nécessaire, il doit s'effectuer par paliers de 25 UI/kg, 3 fois par semaine, à intervalles d'au moins 4 semaines jusqu'à obtention du taux souhaité.

2. Phase d'entretien : Un ajustement de dose est nécessaire pour maintenir les valeurs d'hémoglobine (Hb) au niveau souhaité : Hb comprise entre 9,5 et 11 g/dl (5,9-6,8 mmol/l).

En règle générale, les enfants et les adolescents de moins de 30 kg requièrent des doses d'entretien plus élevées que les enfants et les adolescents de plus de 30 kg et les adultes. Les doses d'entretien suivantes ont été observées dans des essais cliniques après 6 mois de traitement.

Dose (UI/kg administrées 3x par semaine)

Poids (kg)

Moyenne

Dose d'entretien habituelle

< 10

100

75-150

10-30

75

60-150

> 30

33

30-100

Les données cliniques disponibles suggèrent que les patients dont le taux d'hémoglobine est très faible (< 6,8 g/dl ou < 4,25 mmol/l) peuvent nécessiter des doses d'entretien plus élevées que ceux dont le taux d'hémoglobine initial est plus élevé (Hb > 6,8 g/dl ou > 4,25 mmol/l).

Patients adultes sous dialyse péritonéale

Retacrit doit être administré soit par voie sous-cutanée, soit par voie intraveineuse. Le traitement se divise en deux phases :

1. Phase de correction : Dose d'attaque de 50 UI/kg 2 fois par semaine.

2. Phase d'entretien : Un ajustement de dose est nécessaire pour maintenir les valeurs d'hémoglobine (Hb) au niveau souhaité : (Hb comprise entre 10 et 12 g/dl (6,2-7,5 mmol/l). Dose d'entretien compris entre 25 et 50 UI/kg, 2 fois par semaine à raison de 2 injections égales.

Patients adultes insuffisants rénaux non encore dialysés

Retacrit doit être administré soit par voie sous-cutanée, soit par voie intraveineuse. Le traitement se divise en deux phases :

1. Phase de correction : Dose d'attaque de 50 UI/kg 3 fois par semaine, suivie si nécessaire d'une augmentation de dose par tranches de 25 UI/kg (3 fois par semaine) jusqu'à obtention du taux souhaité (ceci doit être effectué par étapes d'au moins quatre semaines).

2. Phase d'entretien : Un ajustement de dose est nécessaire pour maintenir les valeurs d'hémoglobine (Hb) au niveau souhaité : Hb comprise entre 10 et 12 g/dl (6,2-7,5 mmol/l). Dose d'entretien compris entre 17 et 33 UI/kg, 3 fois par semaine.

La dose maximale ne doit pas excéder 200 UI/kg 3 fois par semaine.

Traitement de l'anémie induite par la chimiothérapie

Retacrit doit être administrée par voie sous-cutanée aux patients atteints d'anémie (taux d'hémoglobine ≤ 10 g/dl [6,2 mmol/l], par ex.). Les symptômes et séquelles de l'anémie peuvent varier selon l'âge, le sexe et l'impact global de la maladie ; une évaluation par le médecin de l'état de santé et de l'évolution clinique de chaque patient est nécessaire.

En raison de la variabilité intra-patient, il peut arriver occasionnellement que des taux d'hémoglobine supérieurs ou inférieurs au taux souhaité soient observés. Cette variabilité du taux d'hémoglobine doit être gérée en ajustant la dose de façon à le maintenir dans une marge cible de 10 g/dl (6,2 mmol/l) à 12 g/dl (7,5 mmol/l). Un taux d'hémoglobine supérieur à 12 g/dl (7,5 mmol/l) doit être évité sur une période prolongée ; les recommandations relatives à l'adaptation posologique appropriée lorsque le taux d'hémoglobine observé est supérieur à 12 g/dl (7,5 mmol/l) sont décrites ci-dessous.

Les patients doivent faire l'objet d'une surveillance étroite afin de s'assurer que la dose la plus faible approuvée de Retacrit est utilisée pour permettre un contrôle satisfaisant des symptômes de l'anémie.

Le traitement par Retacrit doit se poursuivre jusqu'à un mois après la chimiothérapie.

La dose initiale est de 150 UI/kg, administrée par voie sous-cutanée, 3 fois par semaine. Sinon, Retacrit peut être administré à raison d'une dose initiale de 450 UI/kg par voie sous-cutanée, une fois par semaine.

Si le taux d'hémoglobine a augmenté d'au moins 1 g/dl (0,62 mmol/l) ou que le taux de réticulocytes a augmenté à ≥ 40 000 cellules/µl au-dessus des valeurs initiales au bout de 4 semaines de traitement, la dose doit rester de 150 UI/kg 3 fois par semaine ou de 450 UI/kg une fois par semaine. Si la hausse du taux d'hémoglobine est < 1 g/dl (< 0,62 mmol/l) et que le taux de réticulocytes a augmenté < 40 000 cellules/µl au-dessus des valeurs initiales, il convient d'augmenter la dose à 300 UI/kg 3 fois par semaine. Si après 4 semaines de traitement supplémentaires à raison de 300 UI/kg 3 fois par semaine, le taux d'hémoglobine a augmenté ≥ 1 g/dl (0,62 mmol/l) ou que le taux de réticulocytes a augmenté à ≥ 40 000 cellules/µl, la dose doit rester de 300 UI/kg 3 fois par semaine. Cependant, si le taux d'hémoglobine a augmenté de < 1 g/dl (< 0,62 mmol/l) et que le taux de réticulocytes a augmenté < 40 000 cellules/µl au-dessus des valeurs initiales, la réponse est peu probable et le traitement doit être arrêté.

Le schéma posologique recommandé est décrit ci-après.

150 UI/kg 3 x/semaine

ou 450 UI/kg 1 x/semaine
___ ______________ pendant 4 semaines _________________

↓ ↓

Augmentation des réticulocytes ≥ 40 000/µl

ou augmentation Hb ≥ 1 g/dl

Augmentation des réticulocytes < 40 000/µl

et augmentation Hb < 1 g/dl

Hb cible

(10-12 g/dl)

Augmentation des réticulocytes ≥ 40 000/µl

ou augmentation Hb ≥ 1 g/dl

300 IU/kg

3 x/semaine

pendant 4 semaines

←┤

Augmentation des réticulocytes < 40 000/µl

et augmentation Hb < 1 g/dl

Arrêt du traitement

Lorsque l'objectif thérapeutique pour un patient donné est atteint, la dose devra être réduite de 25 à 50% afin de maintenir le taux d'hémoglobine à ce niveau. Une titration appropriée de la dose devra être envisagée.

Ajustement de dose

Si le taux d'hémoglobine augmente de > 2 g/dl (> 1,25 mmol/l) par mois, la dose de Retacrit doit être réduite d'environ 25-50%. Si le taux d'hémoglobine dépasse 12 g/dl (7,5 mmol/l), interrompre le traitement jusqu'à ce que le taux s'abaisse à 12 g/dl (7,5 mmol/l) ou moins puis réinitier le traitement par Retacrit par une dose de 25% inférieure à la dose précédente.

Traitement des patients adultes devant subir une intervention chirurgicale inclus dans des programmes de transfusion autologue

Retacrit doit être administré par voie intraveineuse.

Dans le cas de transfusion sanguine, Retacrit doit être administré après la fin du prélèvement de sang.

Les patients légèrement anémiques (hématocrites de 33-39%) nécessitant un pré-dépôt de ≥ 4 unités de sang doivent être traités par une dose de Retacrit de 600 UI/kg de poids 2 fois par semaine pendant 3 semaines avant l'intervention.

Tous les patients traités par Retacrit doivent recevoir un apport adéquat en fer (par ex. 200 mg de fer élémentaire par voie orale chaque jour) pendant toute la durée du traitement. L'apport en fer doit être initié dès que possible, y compris quelques semaines avant l'initiation de la transfusion autologue programmée, afin d'obtenir des réserves en fer élevées avant d'initier le traitement par Retacrit.

Traitement des patients adultes devant subir une intervention chirurgicale orthopédique majeure programmée

Retacrit doit être administré par voie sous-cutanée.

Une dose de 600 UI/kg de poids corporel doit être administrée une fois par semaine pendant trois semaines (à J21, J14 et J7) avant l'intervention, ainsi que le jour de l'intervention (J0). S'il est nécessaire de réduire le temps de traitement avant l'intervention chirurgicale à moins de trois semaines, une dose de 300 UI/kg devra être administrée tous les jours pendant 10 jours consécutifs avant l'intervention, le jour de l'intervention et pendant les 4 jours suivant l'intervention.

Lors du bilan hématologique préopératoire, si le taux d'hémoglobine atteint 15 g/dl ou plus, l'administration de Retacrit doit être interrompue et les doses ultérieures initialement prévues ne doivent pas être administrées.

Les carences martiales doivent être traitées avant de débuter le traitement par Retacrit. De plus, tous les patients doivent recevoir un complément de fer adapté (par ex., 200 mg de fer élémentaire par voie orale chaque jour) pendant toute la durée du traitement par Retacrit. Si possible, l'apport en fer sera débuté avant le traitement par Retacrit, afin de constituer des réserves en fer suffisantes.

Mode d'administration

Pour les instructions concernant la manipulation du médicament avant administration, voir rubrique Instructions pour l'utilisation, la manipulation et l'élimination.

Injection intraveineuse

La dose doit être administrée au moins 1 à 5 minutes, selon la dose totale. Chez les patients sous hémodialyse, l'injection d'un bolus peut être pratiquée pendant la séance de dialyse via un port veineux adapté sur la ligne de dialyse. Sinon, l'injection peut être pratiquée à l'issue de la séance de dialyse via la tubulure d'une aiguille à fistule, suivie de 10 ml de solution de chlorure de sodium 9 mg/ml (0,9%) pour rincer la tubulure et garantir l'injection satisfaisante du produit dans le flux sanguin.

Une injection plus lente est préférable chez les patients qui réagissent au traitement en souffrant de symptômes grippaux.

Retacrit ne doit pas être administré par perfusion intraveineuse.

Retacrit ne doit jamais être mélangé avec d'autres médicaments/produits médicaux (voir rubrique Incompatibilités).

Injection sous-cutanée

Un volume maximum de 1 ml ne doit généralement pas être dépassé à un site d'injection. En cas de volumes plus importants, il convient de choisir plus d'un site pour l'injection.

Les injections sont administrées dans les membres inférieurs ou la paroi abdominale antérieure.

Contre indications

- Hypersensibilité à la substance active ou à l'un des excipients.

- Les patients développant une érythroblastopénie ou aplasie érythrocytaire pure acquise (AEPA) et sous traitement par une érythropoïétine ne doivent pas recevoir Retacrit ou une autre érythropoïétine (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi)

- Hypertension non contrôlée

- Dans l'indication « augmentation de la production de sang autologue » : infarctus du myocarde ou attaque dans le mois précédant le traitement, angine de poitrine instable, risque accru de développer une thrombose veineuse profonde tel qu'antécédent de maladie thromboembolique veineuse.

- Dans l'indication « intervention chirurgicale orthopédique majeure programmée » : pathologie vasculaire sévère coronarienne, artérielle périphérique, carotidienne ou cérébrale, incluant les patients ayant des antécédents récents d'infarctus du myocarde ou d'accident vasculaire cérébral.

- Patients qui pour quelle que raison que ce soir ne peuvent pas recevoir de prophylaxie adéquate par antithrombotiques.

Effets indésirables Retacrit

Retacrit est un médicament biologique. Les données issues d'études cliniques sur Retacrit sont alignées sur le profil d'innocuité d'autres érythropoïétines autorisées. Au vu des résultats des essais cliniques sur d'autres érythropoïétines commercialisées, environ 8% des patients traités par érythropoïétine devraient souffrir de réactions indésirables. Les effets indésirables associés au traitement par érythropoïétine sont essentiellement observés chez les patients atteints d'insuffisance rénale chronique ou de malignités sous-jacentes et sont le plus couramment une hausse de la pression artérielle dépendant de la dose et des maux de tête. Une crise hypertensive avec symptômes à type d'encéphalopathie peut survenir. Des céphalées à type de migraines violentes et à début brutal peuvent en être un signal d'alarme.

Des événements thrombotiques/vasculaires, tels qu'ischémie myocardique, infarctus du myocarde, accidents vasculaires cérébraux (hémorragie cérébrale et infarctus cérébral), accidents ischémiques transitoires, thrombose veineuse profonde, thrombose artérielle, embolie pulmonaire, anévrismes, thrombose rétinienne ou thrombose d'un rein artificiel, ont été rapportés chez des patients recevant une érythropoïétine.

Des cas d'érythroblastopénie avec anticorps ont été signalés après plusieurs mois ou années de traitement par l'époétine alfa. Chez la plupart des patients concernés, des anticorps anti-érythropoïétine ont été observés (voir rubriques Contre-indications et Mises en garde et précautions d'emploi).

Dans cette rubrique, la fréquence des effets indésirables est définie comme suit : très fréquent (≥1/10), fréquent (≥1/100 à <1/10) ; peu fréquent (≥1/1 000 à <1/100) ; rare (≥1/10 000 à <1/1 000) ; très rare (<1/10 000) ; non connu (la fréquence ne peut être estimée à partir des données disponibles).

Classes de Systèmes d'Organes

Fréquence

Effets indésirables

Affections hématologiques et du système lymphatique Très rare

Thrombocytose (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi)

Non connu Erythroblastopénie avec anticorps (AEPA)
Affections du système immunitaire Rare Réactions d'hypersensibilité
Très rare Réaction anaphylactique
Affections du système nerveux Très fréquent Vertiges (patients insuffisants rénaux chroniques)
Céphalées (patients atteints d'un cancer)
Fréquent Vertiges (patients atteints d'un cancer)
Céphalées (patients insuffisants rénaux chroniques)
Accident vasculaire cérébral
Peu fréquent Hémorragie cérébrale
Non connu Infarctus cérébral
Accidents ischémiques transitoires
Encéphalopathie hypertensive

Affections oculaires

Non connu

Thrombose rétinienne

Affections cardiaques

Non connu

Infarctus du myocarde

Ischémie myocardique

Affections vasculaires

Fréquent

Thrombose veineuse profonde (patients atteints d'un cancer)

Hausse de la pression artérielle

Non connu

Anévrismes

Thrombose artérielle

Thrombose veineuse profonde (patients insuffisants rénaux chroniques)

Crise hypertensive

Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales

Fréquent

Embolie pulmonaire (patients atteints d'un cancer)

Non connu

Embolie pulmonaire (patients insuffisants rénaux chroniques)

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Fréquent

Rashes cutanés non spécifiques

Très rare

Angioedème

Non connu

Prurit

Affections musculo-squelettiques et systémiques

Très fréquent

Douleurs articulaires (patients insuffisants rénaux chroniques)

Fréquent

Douleurs articulaires (patients atteints d'un cancer)

Troubles généraux et anomalies au site d'administration

Très fréquent

Symptômes grippaux (patients insuffisants rénaux chroniques)

Sensation de faiblesse (patients insuffisants rénaux chroniques)

Asthénie (patients insuffisants rénaux chroniques)

Fréquent

Symptômes grippaux (patients atteints d'un cancer)

Sensation de faiblesse (patients atteints d'un cancer)

Asthénie (patients atteints d'un cancer)

Lésions, intoxications et complications liées aux procédures

Fréquent

Thrombose d'un rein artificiel

Patients adultes et enfants en hémodialyse, patients adultes en dialyse péritonéale et patients adultes insuffisants rénaux chroniques non encore dialysés

La réaction indésirable la plus fréquente lors du traitement par époétine alfa est une augmentation dose-dépendante de la pression artérielle ou l'aggravation d'une hypertension pré-existante. Cette augmentation de la pression artérielle peut faire l'objet d'un traitement médicamenteux. De plus, une surveillance de la pression artérielle est conseillée, en particulier en début de traitement. Les réactions suivantes sont également survenues de façon isolée chez certains patients normotendus ou hypotendus : crise hypertensive avec symptômes à type d'encéphalopathie (par ex., céphalée et confusion mentale) et crises tonico-cloniques généralisées, nécessitant un traitement médical immédiat et une prise en charge en soins intensifs. Des céphalées à type de migraines violentes et à début brutal peuvent en être le signal d'alarme.

Une thrombose du shunt peut se produire, en particulier chez les patients ayant tendance à l'hypotension ou présentant des complications au niveau de leur fistule artérioveineuse (par ex., ténoses, anévrismes, etc.). Une révision anticipée du shunt et une prophylaxie anti-thrombotique par administration d'acide acétylsalicylique, par exemple, est conseillée chez ces patients.

Patients cancéreux adultes présentant une anémie symptomatique et traités par chimiothérapie

Une hypertension peut survenir chez les patients traités par époétine alfa. De ce fait, le taux d'hémoglobine et la tension artérielle doivent être étroitement surveillés.

Une augmentation de l'incidence des événements vasculaires thrombotiques (voir rubriques Mises en garde et précautions d'emploi et Effets indésirables, Générale ») a été observée chez les patients traités par une érythropoïétine.

Patients devant subir une intervention chirurgicale

Quel que soit le traitement par érythropoïétine, des événements thrombotiques et vasculaires peuvent survenir chez les patients chirurgicaux présentant une maladie cardiovasculaire sous-jacente suite à une phlébotomie répétée. Par conséquent, un remplacement du volume régulier doit être effectué chez ces patients.

Chez les patients dont le taux d'hémoglobine initial est > 13 g/dl, la possibilité que le traitement par Retacrit puisse être associé à un risqué accru d'événements thromboemboliques postopératoires ne peut être exclue.

Retacrit existe aussi sous ces formes

Retacrit



publicité