publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

REVLIMID 5 mg

Conditionnement modifié ou retiré de la vente depuis le 29.10.2007

Médicament générique du Classe thérapeutique: Immunologie
principes actifs: Lénalidomide
laboratoire: Celgene Europe Limited

Gélule
Flacon de 21
Toutes les formes

Indication

REVLIMID est indiqué en association avec la dexaméthasone pour le traitement du myélome multiple réfractaire et/ou en rechute après au moins une ligne thérapeutique ayant comporté des alkylants et lorsque aucune alternative n'existe.

Posologie REVLIMID 5 mg Gélule Flacon de 21

- Le traitement doit être initié et surveillé sous le contrôle d'un médecin ayant de l'expérience dans le traitement du myélome multiple (MM).
- La posologie initiale recommandée est :
. 25 mg/jour de lénalidomide, par voie orale pendant 21 jours consécutifs, suivie d'une fenêtre thérapeutique d'une semaine correspondant à un cycle complet de 4 semaines,
. associé à de la dexaméthasone à la dose de 40 mg/jour par voie orale de J1 à J4, de J9 à J12 et de J17 à J20 pendant les 4 premiers cycles puis de J1 à J4 pour les cycles suivants.
- Les gélules de REVLIMID doivent être prises approximativement à la même heure chaque jour. Il ne faut ni les ouvrir, ni les mâcher. Elles doivent être avalées entières avec de l'eau.
AJUSTEMENTS DE LA POSOLOGIE RECOMMANDEE PENDANT LE TRAITEMENT ET A CHAQUE NOUVEAU DEBUT DE CYCLE :
Les ajustements de dose, résumés dans le tableau ci-dessous, sont recommandés en cas de neutropénie ou de thrombocytopénie de grade 3 ou 4, ou toute autre toxicité du même grade jugée liée à la prise de lénalidomide.
TABLEAU 1 : Adaptation de la posologie de REVLIMID.
Nature de l'effet indésirable (EI) : ADAPTATION DE LA POSOLOGIE DE REVLIMID.
- Neutropénie :
Si le taux de polynucléaires neutrophiles (PNN) est < 500/µl : arrêt du traitement.
Lorsque le taux de PNN revient à > = 1000/µl :
s'il s'agit d'une neutropénie isolée, reprise possible du traitement à la posologie de 25 mg par jour.
. si la neutropénie est associée à une autre toxicité, reprise du traitement au palier inférieur (tableau 2 ci-dessous).
L'administration d'un facteur de croissance hématopoïétique est possible.
- Thrombopénie :
. Si le taux de plaquettes est < 30000/µl : arrêt du traitement.
. Lorsque le taux de plaquettes revient à < = 30000/µl, reprise possible du traitement au palier inférieur (tableau 2 ci-dessous).
TABLEAU 2 : Paliers de doses de REVLIMID.
PALIERS DE DOSES DE REVLIMID :
. Posologie initiale : 25 mg par jour pendant 21 jours consécutifs, tous les 28 jours.
. Palier de dose -1 : 15 mg par jour pendant 21 jours consécutifs, tous les 28 jours.
. Palier de dose -2 : 10 mg par jour pendant 21 jours consécutifs, tous les 28 jours.
. Palier de dose -3 : 5 mg par jour pendant 21 jours consécutifs, tous les 28 jours.
CHEZ LES PATIENTS SOUFFRANT D'INSUFFISANCE RENALE :
Le Lénalidomide est essentiellement excrété par voie rénale.
A ce jour, il n'existe pas de données disponibles permettant de présumer de l'efficacité et de la tolérance du lénalidomide chez les patients présentant une insuffisance rénale. En effet, au cours des essais cliniques, les patients atteints d'insuffisance rénale modérée à sévère (dont la créatininémie était > 221 µmoles/L) étaient exclus. Des données de pharmacocinétique ont mis en évidence une augmentation de 56% de son ASC (aire sous la courbe) chez les patients atteints d'une insuffisance rénale modérée.
En conséquence, étant donné l'augmentation potentielle du risque d'effets indésirables et dans l'attente de données complémentaires chez les patients souffrant d'insuffisance rénale :
- REVLIMID est contre-indiqué en cas d'insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine < 30 ml/min),
- le rapport bénéfice risque doit être soigneusement évalué avant de débuter le traitement et une surveillance rapprochée de la fonction rénale est indispensable en cas d'insuffisance rénale modérée (clairance de la créatinine comprise entre 30 et 60 ml/min). Une modification de la posologie pourra être envisagée chez ces patients.
CHEZ L'ENFANT :
Aucun essai clinique n'a été conduit chez l'enfant. En conséquence, ce médicament ne doit pas être utilisé chez les enfants.
CHEZ LES PERSONNES AGEES :
Les effets de l'âge sur la pharmacocinétique du lénalidomide n'ont pas été étudiés. Des essais cliniques portant sur des patients dont l'âge allait jusqu'à 95 ans, ont été menés avec ce médicament. Sur les 346 patients participant aux études MM-009 et MM-010 et ayant reçu le traitement lénalidomide/dexaméthasone, 45,7% étaient âgés de 65 ans ou plus. Aucune différence de tolérance ou d'efficacité n'a été observée entre ces patients et ceux plus jeunes, mais une plus grande sensibilité chez les personnes âgées ne peut être écartée.
Le lénalidomide est essentiellement excrété par le rein. Par conséquent, le risque d'effets indésirables est plus élevé chez les patients souffrant d'insuffisance rénale. Or, les personnes âgées sont plus susceptibles d'être atteintes d'insuffisance rénale. Il est donc important de choisir la posologie avec précaution et il est prudent de surveiller la fonction rénale.
CHEZ LES PATIENTS SOUFFRANT D'INSUFFISANCE HEPATIQUE :
REVLIMID n'a pas été spécifiquement étudié chez les patients souffrant d'insuffisance hépatique. Il n'existe donc aucune recommandation de posologie spécifique dans ce cas.

Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
- Hypersensibilité à la substance active ou à l'un des excipients de la gélule.
- Insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine < 30 ml/min).
- Femmes enceintes ou susceptibles de procréer, en l'absence de moyens efficaces de contraception : lénalidomide est structurellement apparenté au thalidomide. Or, thalidomide est le médicament le plus tératogène chez l'Homme : il existe un risque élevé de malformations graves, dans environ 30% des grossesses exposées au thalidomide, telles que : ectromélie (amélie, phocomélie, hémimélie) des membres supérieurs et/ou inférieurs, microtie avec anomalie du conduit auditif externe (borgne ou absent), atteinte de l'oreille moyenne et interne (en fréquence moindre), atteinte oculaire (anophtalmie, microphtalmie), cardiopathies congénitales, anomalies rénales. D'autres anomalies sont décrites, leur fréquence est moindre. Concernant le lénalidomide, aucune donnée clinique sur des grossesses exposées n'est disponible. Les études chez l'animal ont montré un effet tératogène. Par conséquent, la grossesse est une contre-indication absolue au traitement par REVLIMID.
- Chez l'homme, tout rapport sexuel risquant d'induire une grossesse est contre-indiqué pendant la durée du traitement.
- En l'absence de données sur le passage de REVLIMID dans le sperme, aucun patient ne doit effectuer de don de sperme pendant toute la durée du traitement.
- En raison de la présence du lénalidomide dans le sang, aucun patient, homme ou femme, ne doit effectuer de don de sang pendant toute la durée du traitement.
- Chez l'enfant : aucun essai clinique n'a été conduit chez l'enfant. En conséquence, ce médicament ne doit pas être utilisé chez les enfants.
DECONSEILLE :
- Les gélules de REVLIMID contiennent du lactose. De ce fait, ce médicament est déconseillé en cas d'intolérance au glucose, de déficience en Lapp lactase ou de malabsorption du glucose-galactose.
- Allaitement : il n'existe aucune donnée indiquant si le lénalidomide est excrété dans le lait maternel. En conséquence, l'allaitement doit être arrêté pendant le traitement.

Effets indésirables Revlimid

- Lors de deux études de phase III contrôlées contre placebo, 353 et 351 patients présentant un myélome multiple ont respectivement été exposés à l'association lénalidomide/dexaméthasone et à l'association placebo/dexaméthasone. La durée médiane d'exposition aux traitements étudiés a été significativement plus longue (44,0 semaines) dans le groupe lénalidomide/dexaméthasone que dans le groupe placebo/dexaméthasone (23,1 semaines).
- 325 patients (92%) des sujets du groupe lénalidomide/dexaméthasone ont montré au moins un effet indésirable comparé à 288 (82%) dans le groupe placebo/dexaméthasone.
- Les effets indésirables les plus graves ont été :
. des thrombo-embolies veineuses (thrombose veineuse profonde, embolie pulmonaire),
. des neutropénies de grade 4.
- Les effets indésirables les plus fréquents et survenus avec une différence significative dans le groupe lénalidomide/dexaméthasone par rapport au groupe placebo/dexaméthasone ont été les neutropénie (39,4%), fatigue (27,2%), asthénie (17,6%), constipation (23,5%), crampe musculaire (20,1%), thrombocytopénie (18,4%), anémie (17,0%), diarrhée (14,2%) et rash (10,2%).
- Les effets indésirables observés chez les patients traités par lénalidomide/dexaméthasone sont répertoriés ci-dessous, par classe de système organique et fréquence. Dans chaque groupe de fréquence, les effets indésirables sont présentés par ordre décroissant d'importance. Les fréquences sont définies comme suit : très fréquents (> 1/10), fréquents (> 1/100, < 1/10), peu fréquents (> 1/1000, < 1/100), rares (> 1/10000, < 1/1000), très rares (< 1/10000, cette catégorie incluant les cas isolés).
EFFETS INDESIRABLES (EI) OBSERVES CHEZ LES PATIENTS TRAITES PAR LENALIDOMIDE/DEXAMETHASONE :
Seuls les effets indésirables en gras étaient significativement plus fréquents dans le groupe de bithérapie lénalidomide/dexaméthasone par comparaison au groupe traité avec l'association placebo/dexaméthasone.
- Anomalies biologiques :
Peu fréquents : Allongement du temps de prothrombine (TP), allongement du temps de céphaline activé (TCA), INR, diminution de l'urée sanguine, augmentation des phosphatases alcalines, augmentation de la protéine C réactive (CRP), augmentation de la lactate-déshydrogénase (LDH) dans le sang.
- Troubles cardiaques :
. Fréquents : Fibrillation auriculaire, palpitations.
. Peu fréquents : Insuffisance cardiaque congestive, oedème pulmonaire, déficience de valves cardiaques, flutter auriculaire, arythmie cardiaque, trigéminisme ventriculaire, bradycardie, tachycardie, tachycardie sinusale, prolongation de l'intervalle QT.
- Troubles hématologiques et du système lymphatique :
. Très fréquents : Neutropénie, thrombocytopénie, anémie.
. Fréquents : Pancytopénie, leucopénie, lymphopénie.
. Peu fréquents : Granulocytopénie, anémie hémolytique, anémie hémolytique auto-immune, hypercoagulation, coagulopathie, monocytopénie, leucocytose, lymphadénopathie.
- Troubles du système nerveux :
. Fréquents : Accident vasculaire cérébral, syncopes, neuropathie périphérique, neuropathie, vertige, dysgueusie, paresthésie, maux de tête, tremblements, hypo-esthésie, somnolence.
. Peu fréquents : Hémorragie intracrânienne, ischémie cérébrale, attaque ischémique transitoire, neurotoxicité, polyneuropathie, dysesthésie, dysphonies, difficultés de concentration, ataxie, troubles de l'équilibre, instabilité posturale, sensation de brûlure, algie radiculaire cervicale, dyskinésie, hyperesthésie, dysfonction motrice.
- Troubles oculaires :
. Fréquents : Vision trouble, cataracte, diminution de l'acuité visuelle, larmoiements.
. Peu fréquents : Cécité, artériosclérose rétinienne, thrombose veineuse rétinienne, kératite, oedème des paupières, conjonctivite, prurit oculaire, sécheresse oculaire.
- Troubles auriculaires et du labyrinthe :
. Fréquents : Vertige.
. Peu fréquents : Surdité, hypo-acousie, bourdonnement d'oreille, douleurs auriculaires, prurit auriculaire.
- Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux :
. Fréquents : Embolie pulmonaire, dyspnée, bronchite, toux, pharyngite, rhinopharyngite, raucité de la voix, hoquets.
. Peu fréquents : Bronchopneumopathie, asthme, détresse respiratoire, congestion pulmonaire, douleur pleurétique, augmentation des sécrétions de la gorge, laryngite, congestion des sinus, douleur sinusale, rhinorrhée, gorge sèche.
- Troubles gastro-intestinaux :
. Très fréquents : Constipation, diarrhée, nausées, prise et perte de poids.
. Fréquents : Vomissement, dyspepsie, gastrite, distension abdominale, douleur abdominale, stomatite, bouche sèche, flatulences.
. Peu fréquents : Hémorragie digestive ulcéreuse, oesophagite, reflux gastro-oesophagien, colite, xérostomie, gastro-entérite, dysphagie, odynophagie, inconfort épigastrique, chéilite, glossodynie, gingivite, douleurs buccales, sensibilité des dents, saignements des gencives, hypo-esthésie orale.
- Troubles rénaux et des voies urinaires :
. Fréquents : Insuffisance rénale.
. Peu fréquents : Insuffisance rénale aiguë, nécrose tubulaire rénale, cystite, hématurie, rétention urinaire, dysurie, syndrome de Fanconi acquis, incontinence, polyurie, nycturie.
- Troubles de la peau et du tissu sous-cutané :
. Très fréquents : Rash.
. Fréquents : Oedème du visage, peau sèche, prurit, érythème, folliculite, hyperpigmentation cutanée, exanthème, sudation accrue, sueurs nocturnes, alopécie.
. Peu fréquents : Erythème noueux, urticaire, eczéma, érythrose, rash érythémateux, rash prurigineux, rash papuleux, hyperkératose, contusions, fissures de la peau, acné, dermatite acnéiforme, lichen scléreux, escarres de décubitus, pigmentation des lèvres, prurigo, acné rosacée, photosensibilité, dermatite séborrhéique, sensation de brûlure de la peau, desquamation de la peau, décoloration de la peau.
- Troubles musculosquelettiques et systémiques :
. Très fréquents : Crampes musculaires, faiblesse musculaire.
. Fréquents : Myopathie stéroïdienne, myopathie, myalgie, arthralgie, douleurs dorsales, douleurs osseuses, douleurs des membres, douleur thoracique, gonflement périphérique.
. Peu fréquents : Ostéonécrose, amyotrophie, atrophie musculaire, douleur des pieds, spasmes musculaires, douleur au niveau de l'aine, douleur de la mâchoire, douleurs au niveau du cou, spondylite, raideur articulaire, gonflement articulaire, raideur musculosquelettique, gêne au niveau des membres, déformations des orteils, gonflements locaux.
- Troubles endocriniens :
. Fréquents : Syndrome cushingoïde.
. Peu fréquents : Suppression surrénalienne, insuffisance surrénalienne, hypothyroïdisme acquis, diminution ou augmentation de la TSH, hirsutisme.
- Troubles du métabolisme et de la nutrition :
. Fréquents : Hyperglycémie, anorexie, hypocalcémie, hypokaliémie, déshydratation, hypomagnésémie, rétention de fluides.
. Peu fréquents : Acidose métabolique, diabète sucré, hyponatrémie, hypercalcémie, hyperuricémie, hypo-albuminémie, cachexie, échec de prise de poids, hypophosphatémie, hyperphosphatémie, augmentation de l'appétit.
- Infections :
. Fréquents : Pneumonie, infection des voies respiratoires basses, Herpes Zoster, Herpes Simplex, infection du tractus urinaire, infection des voies respiratoires hautes, sinusite, candidose buccale, infection fongique buccale.
. Peu fréquents : Choc septique, méningite, sepsis neutropénique, sepsis, bactériémie, endocardite subaiguë, bronchopneumopathie, pneumonie bactérienne, pneumonie pneumococcique, pneumonie, bronchite aiguë, infection des voies respiratoires, zona ophtalmique, névralgie post-herpétique, infection de la prostate, sinobronchite, bursite infectieuse, érysipèle, cellulite, abcès dentaire, sinusite chronique, furonculose, rash pustuleux, infection auriculaire, infection fongique, grippe, teigne des pieds, verrues anales.
- Blessures, empoisonnements et complications dus au traitement :
Peu fréquents : Complications liées à des plaies.
- Néoplasmes bénins, malins et non spécifiés (y compris kystes et polypes) :
Peu fréquents : Carcinome des cellules basales, glioblastome multiforme.
- Troubles vasculaires :
. Fréquents : Thrombose veineuse profonde, hypotension, hypertension, hypotension orthostatique, bouffée vasomotrice.
. Peu fréquents : Collapsus cardiovasculaire, thrombose, ischémie périphérique, claudication intermittente, pâleur, pétéchie, hématome, syndrome post-phlébitique, thrombophlébite, thrombophlébite superficielle.
- Troubles généraux et au site d'administration :
. Très fréquents : Fatigue, asthénie, oedème périphérique.
. Fréquents : Fièvre, frissons, inflammation des muqueuses, oedème, léthargie, malaise.
. Peu fréquents : Douleur de la poitrine, oppression thoracique, douleur, difficultés à la marche, démarche anormale, soif, sensation de pression au niveau de la poitrine, sensation de froid, sentiments de peur, syndrome pseudogrippal, tumeur sous-mandibulaire, chute, troubles de la cicatrisation.
- Troubles du système immunitaire :
Peu fréquents : Hypogammaglobulinémie acquise.
- Troubles hépatobiliaires :
Peu fréquents : Perturbations du bilan hépatique, augmentation des ALAT, augmentation des ASAT, augmentation de la bilirubinémie.
- Troubles des organes de reproduction :
Fréquents : Dysfonction érectile, gynécomastie, métrorragie, douleur au niveau du mamelon.
- Troubles psychiatriques :
. Très fréquents : Insomnie.
. Fréquents : Confusion mentale, hallucinations, dépression, agressivité, agitation, anxiété, nervosité, irritabilité, sautes d'humeur.
. Peu fréquents : Troubles psychotiques, hypomanie, illusion sensorielle, instabilité psychomotrice, trouble du sommeil, labilité de l'affect, apathie, baisse de libido, cauchemars, altération de la personnalité, attaque de panique, sensation de fatigue.



publicité