publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

RHINUREFLEX 200 mg/30 mg

Médicament non soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Oto-rhino-laryngologie
principes actifs: Ibuprofène, Pseudoéphédrine
laboratoire: Reckit B. Health.-France

Comprimé pelliculé
Boîte de 20
Toutes les formes

Indication

Traitement symptomatique de la congestion nasale au cours des affections rhinopharyngées aiguës avec céphalée et/ou fièvre.

Posologie RHINUREFLEX 200 mg/30 mg Comprimé pelliculé Boîte de 20

Mode d'administration :
Voie orale.
Les comprimés sont à avaler tels quels avec un grand verre d'eau, de préférence au cours des repas.
Posologie :
RESERVE A L'ADULTE (A PARTIR DE 15 ANS).
- 1 comprimé par prise, à renouveler si besoin au bout de 6 heures, sans dépasser 4 comprimés par jour.
- En cas de symptômes plus intenses, prendre 2 comprimés par prise, sans dépasser 4 comprimés par jour.
- La durée maximale du traitement est de 5 jours.

Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
Ce médicament est contre-indiqué dans les situations suivantes :
- chez les enfants de moins de 15 ans,
- en cas d'antécédent d'allergie ou d'asthme déclenché par la prise d'ibuprofène ou de substances d'activité proche telles qu'autres AINS, aspirine,
- en cas d'antécédent d'allergie aux autres constituants du comprimé,
- en cas d'ulcère gastroduodénal en évolution,
- en cas d'insuffisance hépatocellulaire sévère,
- en cas d'insuffisance rénale sévère,
- en cas d'hypertension artérielle sévère ou mal équilibrée par le traitement,
- en cas d'antécédents d'accident vasculaire cérébral ou de facteurs de risque susceptible de favoriser la survenue d'accident vasculaire cérébral, en raison de l'activité sympathomimétique alpha du vasoconstricteur,
- en cas d'insuffisance coronarienne sévère,
- en cas de risque de glaucome par fermeture de l'angle,
- en cas de risque de rétention urinaire liée à des troubles urétroprostatiques,
- en cas d'antécédents de convulsions,
- en cas de lupus érythémateux disséminé,
- à partir du 6ème mois de la grossesse : au cours du troisième trimestre, tous les inhibiteurs de synthèse des prostaglandines peuvent exposer le foetus à une toxicité cardiopulmonaire (hypertension artérielle pulmonaire avec fermeture prématurée du canal artériel), un dysfonctionnement rénal pouvant aller jusqu'à l'insuffisance rénale avec oligoamnios, la mère et l'enfant, en fin de grossesse, à un allongement éventuel du temps de saignement. En conséquence, en raison des propriétés foetotoxiques de l'ibuprofène, ce médicament est contre-indiqué à partir du 6ème mois de la grossesse.
- en cas d'allaitement : la pseudoéphédrine passe dans le lait maternel. Compte tenu des possibles effets cardiovasculaires et neurologiques des vasoconstricteurs, la prise de ce médicament est contre-indiquée pendant l'allaitement.
- en association :
. à des médicaments vasoconstricteurs tels que bromocriptine, pergolide, lisuride, cabergoline, ergotamine, dihydroergotamine ou d'autres médicaments destinés à décongestionner le nez qu'ils soient administrés par voie orale ou nasale, (phénylpropanolamine, phényléphrine, éphédrine...), avec le méthylphénidate,
. avec les IMAO non sélectifs (iproniazide).
DECONSEILLE :
Ce médicament NE DOIT GENERALEMENT PAS ETRE UTILISE :
- jusqu'au 5ème mois inclus de la grossesse : il n'y a pas de données fiables de tératogenèse chez l'animal. En clinique, les études épidémiologiques n'ont pas mis en évidence d'effet malformatif lié à l'utilisation de la pseudoéphédrine. En raison des puissantes propriétés vasoconstrictives de ce médicament liées à la présence de pseudoéphédrine, son utilisation est déconseillée jusqu'au 5ème mois inclus de la grossesse.
- en association avec :
. les anticoagulants oraux,
. d'autres AINS (y compris l'aspirine à fortes doses),
. des héparines à doses curatives ou chez le sujet âgé,
. le lithium,
. le méthotrexate (utilisé à des doses supérieures à 15 mg/semaine).

Effets indésirables Rhinureflex

LIES A LA PSEUDOEPHEDRINE :
- céphalées,
- palpitations, tachycardie, poussée hypertensive,
- sueurs,
- crise de glaucome par fermeture de l'angle,
- troubles urinaires (dysurie, rétention), en particulier en cas de troubles urétroprostatiques,
- anxiété, insomnie,
- sécheresse buccale, nausées, vomissements.
Ont été décrits, en particulier chez l'enfant après administration de vasoconstricteurs :
- convulsions,
- hallucinations,
- agitation, troubles du comportement et insomnie.
Une fièvre, un surdosage, une association médicamenteuse susceptible de diminuer le seuil épileptogène ou de contribuer à un surdosage ont souvent été retrouvés et semblent prédisposer à la survenue de ces effets (voir contre-indication, mises en garde).
Exceptionnellement, des accidents vasculaires cérébraux hémorragiques sont survenus chez des patients ayant utilisé des spécialités contenant de la pseudoéphédrine. Ces accidents vasculaires cérébraux sont notamment survenus en cas de surdosage, de mésusage et/ou chez des patients présentant des facteurs de risques vasculaires.
LIES A L'IBUPROFENE :
- Effets gastro-intestinaux :
ont été habituellement rapportés des troubles gastro-intestinaux à type de nausées, vomissements, gastralgies, dyspepsies, troubles du transit, hémorragies occultes ou non. Celles-ci sont d'autant plus fréquentes que la posologie utilisée est élevée et la durée de traitement prolongée.
- Réactions d'hypersensibilité :
. dermatologiques : éruptions, rash, prurit, oedème, aggravation d'urticaire chronique.
. respiratoires : la survenue de crise d'asthme chez certains sujets peut être liée à une allergie à l'aspirine ou à un anti-inflammatoire non stéroïdien (voir contre-indications).
. générales : oedème de Quincke.
- Effets sur le système nerveux central :
l'ibuprofène peut exceptionnellement être responsable de vertiges et de céphalées.
- Autres :
. quelques rares cas de troubles de la vue ont été rapportés ;
. oligurie, insuffisance rénale ;
. la découverte d'une méningite aseptique sous ibuprofène doit faire rechercher un lupus érythémateux disséminé ou une connectivite.
- Quelques modifications biologiques ont pu être observées :
. hépatiques : augmentation transitoire des transaminases,
. hématologiques : agranulocytose, anémie hémolytique.

Rhinureflex existe aussi sous ces formes

Rhinureflex



publicité