publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

SELOZOK LP 23,75 mg

Conditionnement modifié ou retiré de la vente depuis le 09.07.2007

Médicament générique du Classe thérapeutique: Cardiologie et angéiologie
principes actifs: Succinate de métoprolol
laboratoire: Astrazeneca

Comprimé pelliculé sécable à libération prolongée
Boîte de 14
Toutes les formes
10,29€* (remboursé à 65%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 11,11 €

Indication

- Traitement de l'insuffisance cardiaque chronique stable, modérée à sévère, avec réduction de la fonction ventriculaire systolique (fraction d'éjection < = 40%) en complément des inhibiteurs de l'enzyme de conversion (IEC) et des diurétiques, et le plus souvent, des digitaliques.
- Dans l'étude MERIT-HF menée chez des patients en insuffisance cardiaque modérée à sévère, le succinate de métoprolol a permis de réduire la mortalité à un an de 34%, IC95% (19%-47%) (voir rubrique propriétés pharmacodynamiques).

Posologie SELOZOK LP 23,75 mg Comprimé pelliculé sécable à libération prolongée Boîte de 14

- Les patients doivent présenter une insuffisance cardiaque chronique stable, sans épisode aigu au cours des quatre dernières semaines. Ils doivent être traités par un IEC à dose optimale et un diurétique, et le plus souvent par des digitaliques, avant l'administration du succinate de métoprolol. Ce traitement ne doit pas avoir été significativement modifié au cours des deux dernières semaines.
Il est recommandé que le traitement soit assuré par un médecin ayant une expérience de la prise en charge des patients atteints d'insuffisance cardiaque.
- Les comprimés de succinate de métoprolol doivent être administrés en une prise par jour.
Ils doivent être avalés avec un peu de liquide, et ne doivent être ni croqués, ni écrasés.
- Le traitement par succinate de métoprolol doit être débuté par une période de titration, selon le schéma décrit ci-dessous.
- L'initiation du traitement doit être instaurée en consultation, afin d'exercer une surveillance médicale particulière pendant au moins 3 heures (en particulier surveillance de la pression artérielle, de la fréquence cardiaque, des troubles de conduction, des signes d'aggravation de l'insuffisance cardiaque), (voir mises en garde et précautions d'emploi).
- Au cours des deux premières semaines, la posologie initiale recommandée est d'un comprimé de Selozok 23,75 mg par jour (dose de départ pour les patients en classe II de la NYHA).
Pour les patients présentant une insuffisance cardiaque sévère, il est préconisé d'initier le traitement par un demi-comprimé à 23,75 mg par jour au cours de la première semaine, puis d'augmenter à un comprimé à 23,75 mg en cas de bonne tolérance.
- Si le médicament est bien toléré, la posologie sera par la suite doublée toutes les deux semaines (après évaluation de la tolérance du palier précédent), jusqu'à une dose cible maximale de 190 mg en une prise par jour (ou la plus forte dose tolérée).
- La posologie maximale recommandée est de 190 mg une fois par jour.
- L'apparition d'effets indésirables chez certains patients peut empêcher l'administration de la dose maximale recommandée. Si nécessaire, la dose atteinte peut être diminuée progressivement. En cas de nécessité, le traitement peut être interrompu, et réinstauré éventuellement.
Pendant la phase de titration, en cas d'aggravation de l'insuffisance cardiaque ou d'intolérance au médicament, il est recommandé de diminuer la dose de succinate de métoprolol voire d'arrêter immédiatement le traitement si nécessaire (en cas d'hypotension sévère, de décompensation de l'insuffisance cardiaque accompagnée d'oedème pulmonaire aigu, de choc cardiogénique, de bradycardie symptomatique ou de bloc auriculoventriculaire). Adapter également si nécessaire les doses des autres thérapeutiques de l'insuffisance cardiaque.
- Le renouvellement pourra être effectué en consultation non spécialisée, lorsque la dose maximale tolérée aura été établie et si le patient ne se déstabilise pas.
Le traitement d'entretien après la phase de titration nécessite une surveillance identique à celle de tout patient souffrant d'insuffisance cardiaque. Le traitement doit être prolongé en situation stable. L'aggravation de l'état justifie le recours au médecin ayant l'expérience de la prise en charge de patients atteints d'insuffisance cardiaque.
- Insuffisance rénale ou hépatique :
On ne dispose d'aucune donnée concernant la pharmacocinétique du succinate de métoprolol chez les patients insuffisants hépatiques ou rénaux présentant une insuffisance cardiaque chronique. Il faut donc augmenter la posologie avec la plus grande prudence chez ces patients.
- Sujets âgés :
Aucune donnée n'est actuellement disponible concernant le traitement de l'insuffisance cardiaque par le succinate de métoprolol chez les patients âgés de plus de 80 ans.
- Enfants :
Aucune donnée n'étant disponible avec le succinate de métoprolol en pédiatrie, son utilisation ne peut donc être recommandée chez l'enfant.

Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
Ce médicament ne doit jamais être utilisé dans les cas suivants :
- hypersensibilité au métoprolol ou à l'un des excipients,
- insuffisance cardiaque aiguë ou pendant les épisodes de décompensation de l'insuffisance cardiaque, nécessitant un traitement inotrope intraveineux,
- choc cardiogénique,
- blocs auriculoventriculaires des 2ème et 3ème degrés (non appareillés),
- maladie du sinus,
- bloc sino-auriculaire,
- bradycardie définie par une fréquence cardiaque inférieure à 60 battements par minute avant le début du traitement,
- hypotension (pression artérielle systolique inférieure à 100 mmHg),
- asthme sévère, ou bronchopneumopathies chroniques obstructives dans leurs formes sévères,
- troubles artériels périphériques et phénomène de Raynaud dans leurs formes sévères,
- phéochromocytome non traité (voir mises en garde et précautions d'emploi),
- antécédent de réaction anaphylactique,
- en cas d'association à la floctafénine, au flécaïnide, au cibenzoline, à la propafénone, au sultopride, à la paroxétine, à la fluoxétine, à la quinidine, à l'hydroquinidine, au disopyramide, à la thioridazine, à la mexilétine, à la lidocaïne (voir interactions).
DECONSEILLE :
- Ce médicament est généralement déconseillé au cours de l'allaitement : les bêtabloquants sont excrétés dans le lait. La survenue d'hypoglycémie et de bradycardie a été décrite pour certains bêtabloquants peu liés aux protéines plasmatiques. En conséquence, l'allaitement est déconseillé en cas de nécessité de traitement.
- Enfants : aucune donnée n'étant disponible avec le succinate de métoprolol en pédiatrie, son utilisation ne peut donc être recommandée chez l'enfant.
- Ce médicament est déconseillé avec les antagonistes du calcium (vérapamil, diltiazem, bépridil), les antihypertenseurs centraux (clonidine, méthyldopa, guanfacine, moxonidine, rilménidine) (voir interactions).

Effets indésirables Selozok LP

AU PLAN CLINIQUE :
- Les plus fréquemment rapportés :
. asthénie,
. refroidissement des extrémités,
. bradycardie, sévère le cas échéant,
. troubles digestifs (gastralgies, nausées, vomissements, douleurs abdominales, diarrhées, constipation),
. insomnie, cauchemars,
. impuissance,
. hypotension orthostatique,
. palpitations,
. vertiges,
. dyspnée d'effort.
- Beaucoup plus rarement :
. ralentissement de la conduction auriculoventriculaire ou intensification d'un bloc auriculoventriculaire existant,
. insuffisance cardiaque,
. chute tensionnelle,
. bronchospasme,
. hypoglycémie,
. syndrome de Raynaud,
. aggravation d'une claudication intermittente existante,
. diverses manifestations cutanées y compris éruptions psoriasiformes ou exacerbation d'un psoriasis,
. élévation des enzymes hépatiques et hépatites,
. oedème,
. sécheresse buccale, troubles du goût,
. thrombocytopénie,
. prise de poids,
. confusion, hallucinations,
. arythmies cardiaques,
. paresthésies, crampes musculaires.
- Exceptionnellement :
. fibrose rétropéritonéale,
. maladie de La Peyronie,
. arthralgies,
. gangrène chez des patients présentant des troubles circulatoires sévères préexistants.
AU PLAN BIOLOGIQUE :
On a pu observer, dans de rares cas, l'apparition d'anticorps antinucléaires ne s'accompagnant qu'exceptionnellement de manifestations cliniques à type de syndrome lupique et cédant à l'arrêt du traitement.



publicité