publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

SOLUMEDROL 40 mg

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Anti-inflammatoires
principes actifs: Méthylprednisolone
laboratoire: Pfizer Holding France

Lyophilisat et solution pour usage parentéral
Boîte de 10 Flacons de lyophilisat de 40 mg
Toutes les formes

Indication

Les indications sont :
- celles de la corticothérapie générale per os lorsque la voie parentérale est nécessaire en cas d'impossibilité de la voie orale (vomissements, aspiration gastrique, troubles de la conscience) ;
- les affections nécessitant un effet thérapeutique rapide :
. allergiques :
oedème de Quincke sévère en complément des antihistaminiques,
choc anaphylactique en complément de l'adrénaline.
. infectieuses :
fièvre typhoïde sévère, en particulier avec confusion mentale, choc, coma,
laryngite striduleuse (laryngite sous-glottique) chez l'enfant.
. neurologiques :
oedème cérébral (tumeurs, abcès à toxoplasme....).
. ORL :
dyspnée laryngée.

Posologie SOLUMEDROL 40 mg Lyophilisat et solution pour usage parentéral Boîte de 10 Flacons de lyophilisat de 40 mg

- Cette spécialité n'est pas adaptée à l'administration par voie inhalée par nébulisateur.
- Equivalence anti-inflammatoire (équipotence) pour 5 mg de prednisone : 4 mg de méthylprednisolone.
- INJECTIONS INTRAVEINEUSE OU INTRAMUSCULAIRE.
- La posologie est variable en fonction du diagnostic, de la sévérité de l'affection, du pronostic, de la réponse du patient et de la tolérance au traitement.
- Après mélange, la solution obtenue peut être administrée directement par voie IM profonde, par voie IV lente (durée minimum : 20 à 30 minutes) ou par perfusion IV après dilution dans une solution isotonique de chlorure de sodium ou de glucose.
- Adulte : 20 à 60 mg par jour. Cette dose peut être renouvelée 2 à 3 fois par 24 heures, si nécessaire.
- Enfant : 1 à 3 mg/kg/jour.

Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
Ce médicament est généralement contre-indiqué dans les situations suivantes :
(il n'existe toutefois aucune contre-indication absolue pour une corticothérapie d'indication vitale) :
- hypersensibilité à l'un des constituants,
- tout état infectieux à l'exclusion des indications spécifiées (voir rubrique indications),
- certaines viroses en évolution (notamment hépatites, herpès, varicelle, zona),
- états psychotiques encore non contrôlés par un traitement,
- vaccins vivants,
- troubles de l'hémostase ou traitement anticoagulant en cours en cas d'injection intramusculaire.
DECONSEILLE :
- Ce médicament est généralement déconseillé en association avec les médicaments non anti-arythmiques, donnant des torsades de pointes (voir rubrique interactions : astémizole, bépridil, érythromycine IV, halofantrine, pentamidine, sparfloxacine, sultopride, terfénadine, vincamine).
- Allaitement : en cas de traitement à doses importantes et de façon chronique, l'allaitement est déconseillé.

Effets indésirables Solumedrol

LIES A L'ADMINISTRATION PAR VOIE PARENTERALE :
- De rares cas de réactions anaphylactiques ont pu être rapportés chez des patients traités par des corticostéroïdes par voie parentérale (voir mises en garde).
- Des cas d'arythmie cardiaque et/ou de collapsus cardiovasculaire et/ou d'arrêt cardiaque en cas d'administration trop rapide par voie intraveineuse de doses importantes ont été rapportés.
- Il a parfois été constaté une tachycardie après l'injection du produit, celle-ci est rapidement réversible.
- Des épisodes de bradycardie survenant pendant ou à la suite de perfusion de doses importantes ont été décrits indépendamment de la durée ou de la vitesse de perfusion.
AUTRES EFFETS :
- Désordres hydro-électrolytiques : hypokaliémie, alcalose métabolique, rétention hydrosodée, hypertension artérielle, insuffisance cardiaque congestive.
- Troubles endocriniens et métaboliques : syndrome de Cushing iatrogène, inertie de la sécrétion d'ACTH, atrophie corticosurrénalienne parfois définitive, diminution de la tolérance au glucose, révélation d'un diabète latent, arrêt de la croissance chez l'enfant, irrégularités menstruelles.
- Troubles musculosquelettiques : atrophie musculaire précédée par une faiblesse musculaire (augmentation du catabolisme protidique), ostéoporose, fractures pathologiques en particulier tassements vertébraux, ostéonécrose aseptique des têtes fémorales.
Quelques cas de ruptures tendineuses ont été décrits de manière exceptionnelle, en particulier en coprescription avec les fluoroquinolones.
- Troubles digestifs : hoquets, ulcères gastroduodénaux, ulcération du grêle, perforations et hémorragies digestives, des pancréatites aiguës ont été signalées, surtout chez l'enfant.
- Troubles cutanés : acné, purpura, ecchymose, hypertrichose, retard de cicatrisation.
- Troubles neuropsychiques :
. fréquemment : euphorie, insomnie, excitation ;
. rarement : accès d'allure maniaque ; états confusionnels ou confuso-oniriques, convulsions ;
. état dépressif à l'arrêt du traitement.
- Troubles oculaires : certaines formes de glaucome et de cataracte.



publicité