publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

SYNAGIS 50 mg

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Infectiologie - Parasitologie
principes actifs: Palivizumab
laboratoire: Abbott Laboratories Ltd

Poudre et solvant pour solution injectable
Etui de 1 Flacon de poudre + ampoule de solvant de 1 mL
Toutes les formes

Indication

SYNAGIS est indiqué pour la prévention des infections respiratoires basses graves, dues au virus respiratoire syncytial (VRS), nécessitant une hospitalisation chez les enfants à risque élevé d'infection à VRS

• Enfants nés à 35 semaines d'âge gestationnel ou moins et de moins de 6 mois au début de l'épidémie saisonnière à VRS,

• Enfants de moins de 2 ans ayant nécessité un traitement pour dysplasie bronchopulmonaire au cours des 6 derniers mois,

• Enfants de moins de 2 ans atteints d'une cardiopathie congénitale avec retentissement hémodynamique.

Posologie SYNAGIS 50 mg Poudre et solvant pour solution injectable Etui de 1 Flacon de poudre + ampoule de solvant de 1 mL

Posologie recommandée

La posologie de palivizumab recommandée est de 15 mg/kg, administrée une fois par mois pendant les périodes à risque d'infections communautaires à VRS. Lorsque c'est possible, la première dose doit être administrée avant le début de la saison de l'épidémie à VRS et les doses suivantes, chaque mois pendant toute la durée de cette saison.

La majorité de l'expérience, études cliniques pivotales de phase III comprises, a été obtenue avec 5 injections de palivizumab pendant une saison (Voir rubrique Propriétés pharmacodynamiques). D'autres données, bien que limitées, sont disponibles au delà de 5 injections (voir rubriques Effets indésirables et Propriétés pharmacodynamiques), par conséquent le bénéfice en terme de protection au delà de 5 doses n'a pas été établi.

Chez les enfants traités par le palivizumab qui sont hospitalisés avec une infection à VRS, il est recommandé, pour réduire le risque de réhospitalisation, de poursuivre l'administration mensuelle des doses de palivizumab pendant toute la durée de l'épidémie à VRS.

Chez les enfants ayant eu une chirurgie cardiaque avec circulation extra corporelle, il est recommandé d'administrer une dose de 15 mg/kg de poids corporel dès que l'enfant est stabilisé après l'intervention chirurgicale afin d'assurer des taux sériques adéquats de palivizumab. Les doses suivantes doivent être administrées mensuellement au cours de la saison restante à VRS pour les enfants qui continuent à être à haut risque d'infections à VRS ( voir rubrique Propriétés pharmacocinétiques).

Mode d'administration

Le palivizumab est administré à raison de 15 mg/kg de poids corporel une fois par mois par voie intramusculaire, de préférence à la face antéro-externe de la cuisse. Le muscle fessier ne doit pas être utilisé systématiquement comme site d'injection en raison du risque de lésion du nerf sciatique. L'injection doit être pratiquée selon les conditions habituelles d'asepsie. La dose doit être fractionnée si le volume à injecter dépasse 1 ml.

Pour les informations concernant le mode de reconstitution de SYNAGIS (voir rubrique Instructions pour l'utilisation, la manipulation et l'élimination).

Contre indications

Hypersensibilité connue à la substance active, à l'un des excipients (voir rubrique Composition), ou à d'autres anticorps monoclonaux humanisés.

Effets indésirables Synagis

Les effets indésirables rapportés au cours des études de prophylaxie menées en pédiatrie ont été comparables dans les groupes placebo et palivizumab. La majorité des effets indésirables ont été transitoires, et de sévérité légère à modérée.

Les effets indésirables et les anomalies biologiques, ayant une imputabilité au moins possible au palivizumab, sont présentés ci-dessous, classés par systèmes d'organes et selon l'échelle de fréquence suivante (fréquents ≥ 1/100 à < 1/10, peu fréquents ≥1/1000 à < 1/100). Ils ont été rapportés au cours des essais cliniques menés chez les enfants prématurés et ceux atteints de dysplasie bronchopulmonaire ou atteints de cardiopathie congénitale (tableaux 1 et 2 respectivement).

Au sein de chaque groupe de fréquence, les effets indésirables sont présentés par ordre décroissant de gravité.

Tableau 1

Effets indésirables rapportés au cours des études cliniques en traitement prophylactique chez les enfants prématurés et ceux atteints de dysplasie bronchopulmonaire

Infections et infestations

Peu fréquents

Infection virale

Infection respiratoire haute

Affections hématologiques et du système lymphatique

Peu fréquents

Leucopénie

Affections psychiatriques

Fréquents

Nervosité

Affections respiratoires, thoraciques et mediastinales

Peu fréquents

Respiration sifflante

Rhinite

Toux

Affections gastrointestinales

Fréquents

Peu fréquents

Diarrhée

Vomissements

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Peu fréquents

Eruption cutanée

Troubles généraux et anomalies au site d'administration

Fréquents

Peu fréquents

Fièvre

Réaction au site d'injection

Douleur

Investigations

Peu fréquents

Augmentation des ASAT

Augmentation des ALAT

Anomalie des tests de la fonction hépatique

Au cours des études menées en traitement prophylactique chez les enfants prématurés et ceux atteints de dysplasie bronchopulmonaire, aucune différence médicalement importante n'a été observée entre les effets indésirables rapportés par classe de systèmes d'organes lorsqu'ils ont été évalués dans les sous-groupes d'enfants par catégorie clinique, par sexe, par âge, par âge gestationnel, par pays, par race ethnique, ou par quartile de concentration sérique de palivuzimab.

Aucune différence significative du profil de sécurité n'a été observée entre les enfants sans infection active à VRS et ceux hospitalisés pour une infection à VRS.

Les interruptions définitives de traitement par palivizumab en raison de la survenue d'un événement indésirable ont été rares (0.2 %). Les taux de décès ont été équivalents entre les groupes placebo et palivizumab et n'ont pas été considérés comme reliés au médicament.

Tableau 2

Effets indésirables rapportés au cours des études cliniques en traitement prophylactique chez les enfants atteints de cardiopathie congénitale

Infections et infestations

Peu fréquents

Gastroentérite

Infection respiratoire haute

Affections psychiatriques

Peu fréquents

Nervosité

Affections du système nerveux

Peu fréquents

Somnolence

Hyperkinésie

Affectionss vasculaires

Peu fréquents

Hémorragie

Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales

Peu fréquents

Rhinite

Affections gastrointestinales

Peu fréquents

Vomissements

Diarrhée

Constipation

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Peu fréquents

Eruption cutanée

Eczéma

Troubles généraux et anomalies au site d'administration

Fréquents

Peu fréquents

Fièvre

Réaction au site d'injection

Asthénie

Dans les études menées chez les patients atteints de cardiopathie congénitale, aucune différence médicalement importante n'a été observée entre les effets indésirables rapportés par classe de systèmes d'organes ni lorsqu'ils ont été évalués dans les sous-groupes d'enfants par catégorie clinique. L'incidence des effets indésirables graves a été significativement inférieure dans le groupe palivizumab par rapport au groupe placebo. Aucun effet indésirable grave lié au palivizumab n'a été rapporté. Les incidences des chirurgies cardiaques qui se sont déroulées aux dates programmées, qui ont du être avancées, ou qui ont été exécutées en urgence, ont été comparables entre les 2 groupes. Des décès associés aux infections à VRS sont survenus chez deux patients dans le groupe palivizumab et 4 patients dans le groupe placebo et n'ont pas été imputés au palivizumab.

Expérience depuis la mise sur le marché :

Les effets suivants ont été rapportés depuis la mise sur le marché du palivizumab.Comme ces effets ont été rapportés de manière volontaire à partir d'une population de taille inconnue, il n'est pas toujours possible d'estimer de manière fiable leur fréquence ou d'établir une relation causale avec l'exposition au palivizumab.

Affections hématologiques et du système lymphatique : thrombocytopénie

Affections du système immunitaire : anaphylaxie

Affections du système nerveux : convulsion

Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales : apnée

Affections de la peau et du tissu sous-cutané : urticaire

Les effets indésirables graves, spontanés et rapportés au cours d'un traitement par palivizumab entre 1998 et 2002, période couvrant quatre saisons d'infections à VRS ont été évalués. Un total de 1291 cas graves d'effets indésirables, dans lesquels le palivizumab a été administré selon les indications et pendant une saison ont été rapportés. Les effets indésirables sont apparus après la sixième injection ou les suivantes dans seulement 22 cas (15 après la sixième injection, 6 après la septième et 1 après la huitième). Ces effets sont qualitativement similaires à ceux rapportés après les 5 premières injections.

Entre 1998 et 2000, le schéma du traitement par palivizumab et les effets indésirables ont été surveillés à l'aide d'un registre d'observance dans un groupe d'environ 20 000 nourrissons. Parmi eux, 1250 nourrissons inclus ont reçu 6 injections, 183 ont reçu 7 injections, et 27 ont reçu soit 8 soit 9 injections. Les effets indésirables observés chez les patients après la sixième injection ou les suivantes ont été qualitativement et quantitativement similaires à ceux rapportés après les cinq premières injections.

Réponse humaine anti-anticorps humains :

Des anticorps anti-palivizumab ont été observés chez approximativement 1 % des patients dans l'étude IMpact-RSV durant la première série d'injections. Cet effet a été transitoire, de faible titre, et a disparu malgré la poursuite du traitement (pendant les première et seconde saisons de l'épidémie), et n'a pas été détecté durant la seconde saison chez 55/56 enfants (dont 2 avaient des titres d'anticorps durant la première saison).

C'est pourquoi les réponses anti-anticorps humains semblent être sans aucune significativité clinique. L'immunogénicité n'a pas été étudiée dans l'étude cardiopathie congénitale.



publicité