publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

TELEBRIX 30 MEGLUMINE 300 mg iode/ml

Conditionnement modifié ou retiré de la vente depuis le 21.02.2007

Médicament générique du Classe thérapeutique: Produits diagnostiques ou autres produits thérapeutiques
principes actifs: Ioxitalamique acide
laboratoire: Guerbet

Solution injectable
par voie intravasculaire Boîte de 1 Flacon (+ seringue + microperfuseur stérile) de 50 ml
Toutes les formes
9,59€* (remboursé à 65%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 10,41 €

Indication

Explorations radiologiques : urographie intraveineuse, tomodensitométrie, phlébographie, urétrocystographie rétrograde ou cystographie sus-pubienne.

Posologie TELEBRIX 30 MEGLUMINE 300 mg iode/ml Solution injectable par voie intravasculaire Boîte de 1 Flacon (+ seringue + microperfuseur stérile) de 50 ml

Voie intravasculaire.
- En urographie intraveineuse : la dose doit être adaptée en fonction de l'âge, du poids et de la fonction rénale du sujet ; la dose habituellement utilisée est de 1 à 2 ml/kg de poids. Chez l'enfant de moins de 20 kg, la dose est de 2 à 3 ml/kg.
- En urétrocystographie rétrograde ou en cystographie sus-pubienne : adapter la posologie au volume vésical.

Contre indications

Injection par voie sous-arachnoïdienne.

Effets indésirables Telebrix 30 Meglumine

- Des manifestations bénignes d'intolérance peuvent survenir précocement ou tardivement. Elles peuvent être isolées ou associées et de type :
. respiratoires : toux, sensation d'oppression respiratoire ;
. digestifs : nausées, vomissements ;
. neurosensoriels : sensation de chaleur, angoisse, agitation, céphalées ;
. cutanés : flush, prurit, urticaire localisée ou généralisée, rash cutané, oedème palpébral.
- Des accidents plus graves peuvent suivre ces signes mineurs ou survenir d'emblée :
. réactions allergoïdes : dyspnée, hypotension ; plus rarement choc anaphylactoïde, bronchospasme, oedème du larynx, oedème pulmonaire et exceptionnellement oedème de Quincke.
. troubles cardiovasculaires : troubles du rythme, pâleur, cyanose pouvant conduire exceptionnellement à un collapsus cardiovasculaire.
. troubles neurologiques : tétanie, crises convulsives, coma.
- L'extravasation accidentelle de produit de contraste en dehors du trajet vasculaire est responsables de manifestations douloureuses et inflammatoires locales.
Traitement :
- Manifestations bénignes d'intolérance :
. arrêter l'injection,
. contrôler pouls et TA,
. éventuellement antihistaminiques ou corticoïdes,
. oxygénothérapie éventuelle.
Habituellement, ces manifestations restent mineures et rapidement résolutives.
- Accidents graves :
Arrêt de l'injection, surveillance respiratoire et cardiovasculaire.
. Troubles cardiovasculaires : le maintien de l'abord veineux durant l'examen permet de perfuser de fortes doses de corticoïdes. Une oxygénothérapie doit être pratiquée simultanément et l'apport de vasopresseurs, de plasma, d'électrolytes sera guidé par le tableau hémodynamique. En cas d'aggravation, une véritable réanimation en milieu spécialisé doit être instaurée.
. Troubles ventilatoires : la bradypnée inspiratoire est pratiquement synonyme d'un oedème du larynx et justiciable, en plus des corticoïdes à fortes doses, d'une intubation trachéale.
. Troubles neurologiques : la crise de tétanie cède généralement à la respiration en circuit fermé ou à une injection de gluconate de calcium.
Les crises convulsives peuvent être contrôlées par le diazépam IM.
Certaines de ces manifestations peuvent apparaître tardivement (24 à 48 h).
- Extravasations : elles doivent faire l'objet de soins locaux non spécifiques et d'une surveillance de l'état cutané, en raison de l'osmolarité élevée du produit de contraste.



publicité