publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

TENORDATE 50 mg/20 mg

Conditionnement modifié ou retiré de la vente depuis le 08.02.2007

Médicament générique du Classe thérapeutique: Cardiologie et angéiologie
principes actifs: Aténolol, Nifédipine
laboratoire: Astrazeneca

Gélule
Boîte de 28
Toutes les formes
15,09€* (remboursé à 65%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 15,91 €

Indication

Hypertension artérielle.

Posologie TENORDATE 50 mg/20 mg Gélule Boîte de 28

Une gélule par jour. La plaquette thermoformée, avec identification aux jours de la semaine, permet une observance aisée du traitement. Plus rarement, si le contrôle tensionnel est insuffisant, la posologie pourra être augmentée à 1 gélule deux fois par jour.

Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
Ce médicament NE DOIT JAMAIS être utilisé en cas de :
- hypersensibilité à l'aténolol, à la nifédipine,
- asthme et bronchopneumopathies chroniques obstructives, dans leurs formes sévères,
- insuffisance cardiaque non contrôlée par le traitement,
- choc cardiogénique,
- blocs auriculoventriculaires des second et troisième degrés non appareillés,
- infarctus du myocarde datant de moins de 1 mois, angor instable,
- angor de Prinzmetal (dans les formes pures et en monothérapie),
- maladie du sinus (y compris bloc sino-auriculaire),
- bradycardie (< 45-50 battements par minute),
- phénomène de Raynaud et troubles artériels périphériques, dans leurs formes sévères,
- phéochromocytome non traité,
- hypotension,
- antécédent de réaction anaphylactique,
- association à la floctafénine et au sultopride (voir interactions).
En raison de la présence de lactose, ce médicament est contre-indiqué en cas de galactosémie congénitale, de syndrome de malabsorption du glucose et du galactose ou de déficit en lactase.
DECONSEILLE :
Ce médicament est généralement déconseillé :
- pendant la grossesse ou l'allaitement :
. grossesse : les études réalisées chez l'animal ont mis en évidence des effets tératogène et foetotoxique de la nifédipine. En clinique, aucun effet malformatif ou foetotoxique n'est apparu à ce jour. Toutefois, le suivi de grossesses exposées à la nifédipine est insuffisant à ce jour pour pouvoir exclure tout risque. En conséquence, l'utilisation de la nifédipine est déconseillée pendant la grossesse. Toutefois, la découverte d'une grossesse sous nifédipine n'en justifie pas l'interruption.
. allaitement : les bêtabloquants sont excrétés dans le lait. Le risque de survenue d'hypoglycémie et de bradycardie n'a pas été évalué. En conséquence, par mesure de précaution, il convient d'éviter de l'administrer chez la femme qui allaite. La nifédipine passe dans le lait maternel. En conséquence, par mesure de précaution, il convient d'éviter de l'administrer chez la femme qui allaite.
- en cas d'association au dantrolène (perfusion), à la ciclosporine, à l'amiodarone ou à certains antagonistes du calcium tels que le bépridil, le diltiazem et le vérapamil.

Effets indésirables Tenordate

Liés à la nifédipine :
- Les effets indésirables se manifestent plutôt au début du traitement. Ils sont pour la plupart bénins et disparaissent dès l'arrêt de celui-ci : maux de tête, rougeurs du visage accompagnées ou non de bouffées de chaleur, oedèmes des membres inférieurs.
- Plus rarement : étourdissements pouvant être liés à une hypotension, asthénie, allergie.
- Possibilité de survenue de crampes, diarrhée, réactions d'hypersensibilité à type de prurit, urticaire, oedème de Quincke ainsi que des réactions cutanées diverses.
- Rares cas de gingivites régressant à l'arrêt du traitement.
- Ainsi que les autres substances vaso-actives, la nifédipine peut entraîner des douleurs angineuses survenant dans les 30 minutes suivant la prise. Elles imposent l'arrêt du traitement.
- Des atteintes fonctionnelles hépatiques (cholestase intrahépatique, augmentation des transaminases) peuvent survenir sous nifédipine dans des cas exceptionnels. Elles sont réversibles à l'arrêt du traitement.
Liés à l'aténolol :
- Au plan clinique :
Les plus fréquemment rapportés :
. asthénie,
. refroidissement des extrémités,
. bradycardie, sévère le cas échéant,
. troubles digestifs (gastralgie, nausées, vomissements),
. impuissance.
Beaucoup plus rarement :
. ralentissement de la conduction auriculoventriculaire ou intensification d'un bloc auriculoventriculaire existant,
. insuffisance cardiaque,
. chute tensionnelle,
. bronchospasme,
. hypoglycémie,
. syndrome de Raynaud,
. aggravation d'une claudication intermittente existante,
. diverses manifestations cutanées y compris éruptions psoriasiformes.
- Au plan biologique :
. On a pu observer, dans de rares cas, l'apparition d'anticorps antinucléaires ne s'accompagnant qu'exceptionnellement de manifestations cliniques à type de syndrome lupique et cédant à l'arrêt du traitement.
. Exceptionnelles élévations des transaminases hépatiques (ainsi que quelques cas de cholestases intra-hépatiques).



publicité