publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

THYMOGLOBULINE 5 mg/mL

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Immunologie
principes actifs: APRES RECONSTITUTION : Immunoglobuline de lapin antithymocytes humains
laboratoire: Genzyme Europe BV

Poudre pour solution à diluer pour perfusion IV
Boîte de 1 Flacon de poudre de 25 mg
Toutes les formes

Indication

· Immunosuppression en transplantation : prévention et traitement du rejet de greffe ;

· Prévention de la réaction du greffon contre l'hôte aiguë et chronique, en cas de transplantation de cellules souches hématopoïétiques ;

· Traitement de la réaction du greffon contre l'hôte aiguë corticorésistante ;

· Hématologie : Traitement de l'aplasie médullaire.

Posologie THYMOGLOBULINE 5 mg/mL Poudre pour solution à diluer pour perfusion IV Boîte de 1 Flacon de poudre de 25 mg

Posologie

La posologie dépend de l'indication, du schéma d'administration et de l‘association éventuelle à d'autres immunosuppresseurs. Les recommandations suivantes peuvent servir de référence. Le traitement peut être interrompu sans réduction progressive de la dose.

Immunosuppression en transplantation

· Prévention du rejet aigu de greffe :

1 à 1,5 mg/kg/jour pendant 2 à 9 jours après transplantation rénale, pancréatique ou hépatique et pendant 2 à 5 jours après transplantation cardiaque, soit une dose cumulative de 2 à 7,5 mg/kg en cas de transplantation cardiaque et de 2 à 13,5 mg/kg pour d'autres organes .

· Traitement du rejet aigu de greffe :

1,5 mg/kg/jour pendant 3 à 14 jours, soit une dose cumulative de 4,5 à 21 mg/kg .

Prévention de la réaction du greffon contre l'hôte aiguë et chronique

En cas de transplantation de greffons (moelle osseuse ou cellules souches hématopoïétiques du sang périphérique) provenant de donneurs apparentés non HLA identiques ou de donneurs non apparentés HLA identiques, il est recommandé pour les patients adultes d'administrer Thymoglobuline en traitement préliminaire à raison de 2,5 mg/kg/jour du jour -4 au jour -2 ou -1, soit une dose cumulative de 7,5 à 10 mg/kg.

Traitement de la réaction du greffon contre l'hôte aiguë corticorésistante

La posologie doit être définie en fonction de chaque cas. Elle est habituellement comprise entre 2 et 5 mg/kg/jour pendant 5 jours .

Traitement de l'aplasie médullaire

2,5 à 3,5 mg/kg/jour pendant 5 jours consécutifs, soit une dose cumulative de 12,5 à 17,5 mg/kg.

L'indication dans l'aplasie médullaire n'a pas été établie par des essais cliniques contrôlés effectués avec cette spécialité .

Adaptations posologiques

Une thrombopénie et/ou une leucopénie (notamment lymphocytopénie et neutropénie) ont été identifiées ; ces affections sont réversibles après adaptations posologiques. Lorsque la thrombopénie et/ou la leucopénie ne font pas partie de la pathologie sous-jacente ou ne sont pas associées à l'affection pour laquelle Thymoglobuline est administrée, les réductions posologiques suivantes sont suggérées :

· une réduction de la posologie doit être envisagée si la numération plaquettaire est comprise entre 50 000 et 75 000 cellules/mm3 ou si le nombre de globules blancs est compris entre 2 000 et 3 000 cellules/mm3 ;

· le traitement par Thymoglobuline doit être interrompu en cas de survenue d'une thrombopénie persistante et sévère (< 50 000 cellules/mm3) ou de développement d'une leucopénie (< 2 000 cellules/mm3).

Mode d'administration

L'immunoglobuline de lapin anti-thymocytes humains est habituellement administrée dans le cadre d'un protocole thérapeutique associant plusieurs agents immunosuppresseurs.

Administrer les doses nécessaires de corticoïdes et d'antihistaminiques intraveineux avant la perfusion d'immunoglobuline de lapin anti-thymocytes humains.

La solution reconstituée est limpide ou légèrement opalescente.

Perfuser lentement dans une veine de gros calibre. Adapter la vitesse de perfusion de façon à ce que la durée totale de la perfusion soit au minimum de 4 heures.

Pour la reconstitution et la dilution, voir rubrique Précautions particulières d'élimination et de manipulation.

Contre indications

· Infections aiguës ou chroniques qui contre-indiquent toute immunosuppression complémentaire ;

· Hypersensibilité aux protéines de lapin ou à l'un des composants de la préparation.

Effets indésirables Thymoglobuline

Evénements indésirables observés lors d'une étude de surveillance multicentrique post-AMM française :

De juin 1997 à mars 1998, 18 centres de transplantation français ont participé à l'étude de surveillance multicentrique post-AMM française-00PTF0.

Un total de 240 patients a participé à cette étude observationnelle de cohorte prospective, à un seul bras. Tous les patients ont reçu Thymoglobuline en prévention du rejet aigu après transplantation rénale.

Les données de sécurité reproduites dans le tableau représentent tous les événements indésirables notifiés pendant l'étude, quelle que soit leur relation avec Thymoglobuline.

Affections hématologiques et du système lymphatique

Très fréquent*:

Lymphocytopénie, neutropénie, thrombopénie

Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales

Fréquent**:

Dyspnée

Affections gastro-intestinales

Fréquent:

Diarrhées, dysphagies, nausées, vomissements

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Fréquent:

Prurit, éruptions cutanées

Affections musculo-squelettiques et systémiques

Fréquent:

Myalgie

Infections et infestations

Très fréquent:

Infection

Tumeurs bénignes, malignes et non précisées (y compris kystes et polypes)

Fréquent:

Tumeur maligne

Affections vasculaires

Fréquent:

Hypotension

Troubles généraux et anomalies au site d'administration

Très fréquent

Fièvre

Fréquent

Tremblements

Affections du système immunitaire

Fréquent

Maladie sérique

*Très fréquent (≥ 1/10)

**Fréquent: (≥ 1/100 à < 1/10)

Réactions associées à la perfusion et affections du système immunitaire

Des RAP sont susceptibles de se produire après l'administration de Thymoglobuline et ce, dès la première ou la seconde perfusion au cours d'un seul cycle de traitement par Thymoglobuline. Les manifestations cliniques des RAP peuvent inclure certains des signes et symptômes suivants : fièvre, frissons, dyspnée, nausées/vomissements, diarrhées, hypotension ou hypertension, malaise, éruptions cutanées, urticaire et/ou céphalées. Les RAP dues à Thymoglobuline sont habituellement légères et transitoires ; elles sont traitées par une diminution de la vitesse de perfusion et/ou avec des médicaments (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi). Des élévations transitoires des transaminases sans signes ou symptômes cliniques ont également été rapportées lors de l'administration de Thymoglobuline. Des réactions anaphylactiques graves et dans de très rares cas, d'évolution fatale, ont été rapportées (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi). Les décès se sont produits chez des patients qui n'avaient pas reçu d'adrénaline pendant l'événement.

Des RAP compatibles avec un SRC ont été signalées (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi). Un SRC grave et susceptible de mettre en jeu le pronostic vital est rarement rapporté. Depuis la commercialisation, des cas sévères de SCR ont été associés à une dysfonction cardio-respiratoire (notamment hypotension, syndrome de détresse respiratoire aiguë, oedème pulmonaire, infarctus du myocarde, tachycardie, et/ou décès).

Depuis la commercialisation, des réactions telles que fièvre, éruptions cutanées, urticaire, arthralgie, et/ou myalgie, indiquant une possible maladie sérique, ont été rapportées. La maladie sérique tend à survenir entre 5 et 15 jours après le début du traitement par Thymoglobuline . Les symptômes disparaissent habituellement spontanément ou régressent rapidement avec une corticothérapie.

Des réactions indésirables locales telles que des douleurs au point de perfusion et des thrombophlébites périphériques ont également été rapportées.


Événements indésirables dus à l'immunosuppression

Des infections, une réactivation d'infections, des neutropénies fébriles et des septicémies ont été rapportées après une administration de Thymoglobuline en association avec plusieurs immunosuppresseurs (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi). Ces infections ont été d'issue fatale dans de rares cas. Des tumeurs malignes ont été rapportées incluant entre autres, des syndromes lymphoprolifératifs (LPD), d'autres lymphomes (qui peuvent être d'origine virale), ainsi que des tumeurs solides (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi). Ces événements indésirables ont toujours été observés dans le cadre d'une association de plusieurs immunosuppresseurs. Ces événements indésirables ont parfois été d'issue fatale.

Pour la sécurité relative aux agents transmissibles, voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi .

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (Ansm) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet: www.ansm.sante.fr .



publicité