publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

TIAPRIDE GNR 100 mg

Conditionnement modifié ou retiré de la vente depuis le 18.08.2005

Médicament générique du Tiapridal
Classe thérapeutique: Neurologie-psychiatrie
principes actifs: Tiapride
laboratoire: Sandoz

Comprimé sécable
Boîte de 20
Toutes les formes
4,13€* (remboursé à 65%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 4,95 €
Tous les génériques

Indication

- Chez l'adulte :
. Traitement de courte durée des états d'agitation et d'agressivité, notamment au cours de l'éthylisme chronique, ou chez le sujet âgé,
. algies intenses et rebelles.
- Chez l'adulte et l'enfant de plus de 6 ans :
Chorées, maladie des tics de Gilles de la Tourette.
- Chez l'enfant de plus de 6 ans :
Troubles graves du comportement avec agitation et agressivité.

Posologie TIAPRIDE GNR 100 mg Comprimé sécable Boîte de 20

Réservé à l'adulte et à l'enfant de plus de 6 ans.
La posologie minimale efficace sera toujours recherchée. Si l'état clinique du patient le permet, le traitement sera instauré à dose faible, puis augmenté progressivement par paliers.
- Traitement de courte durée des états d'agitation et d'agressivité, notamment au cours de l'éthylisme chronique, ou chez le sujet âgé :
. Réservé à l'adulte : 200 à 300 mg maximum par jour, pendant un à deux mois.
. Chez le sujet âgé, la posologie de 200 à 300 mg/jour sera atteinte progressivement.
Le traitement sera instauré à dose faible, 50 mg deux fois par jour. La posologie sera augmentée progressivement par paliers de 50 à 100 mg tous les deux à trois jours. La dose moyenne utilisée chez le sujet âgé est de 200 mg par jour. La dose maximale recommandée est de 300 mg.
- Chorées, maladie des tics de Gilles de la Tourette :
. Chez l'adulte : 300 à 800 mg/jour.
Le traitement sera commencé à dose très faible, 25 mg/jour, puis augmenté par palier, très progressivement, jusqu'à obtenir la dose minimale efficace.
. Chez l'enfant de plus de 6 ans : 3 à 6 mg/kg/jour.
- Algies intenses et rebelles :
Réservé à l'adulte : 200 à 400 mg/jour.
- Troubles graves du comportement de l'enfant de plus de 6 ans avec agitation et agressivité :
La posologie est de 100 à 150 mg/jour.
Chez l'enfant, la forme solution buvable est mieux adaptée.

Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
Ce médicament NE DOIT PAS ETRE UTILISE dans les cas suivants :
- hypersensibilité au tiapride ou à l'un des autres constituants du produit,
- tumeur prolactino-dépendante connue ou suspectée, par exemple adénome hypophysaire à prolactine et cancer du sein prolactino-dépendant,
- phéochromocytome, connu ou suspecté,
- en association avec :
. le sultopride,
. les agonistes dopaminergiques sauf lévodopa (amantadine, apomorphine, bromocriptine, cabergoline, entacapone, lisuride, pergolide, piribédil, pramipexole, quinagolide, ropinirole) en dehors du cas du patient parkinsonien (voir interactions).
La prise de comprimé est contre-indiquée chez l'enfant avant 6 ans car elle peut entraîner une fausse route.
Ce médicament ne doit pas être utilisé en cas d'éthylisme aigu.
DECONSEILLE :
- Allaitement : en l'absence de données sur le passage du tiapride dans le lait maternel, l'allaitement est déconseillé.
- Associations déconseillées : médicaments pouvant donner des torsades de pointes : anti-arythmiques de classe la (quinidine, hydroquinidine, disopyramide) et de classe III (amiodarone, sotalol, dofétilide, ibutilide), certains neuroleptiques (thioridazine, chlorpromazine, lévomépromazine, trifluopérazine, cyamémazine, amisulpride, sulpiride, halopéridol, dropéridol, pimozide), bépridil, cisapride, diphémanil, érythromycine IV, mizolastine, vincamine IV, halofantrine, pentamidine, moxifloxacine, sparfloxacine, gatifloxacine ; alcool ; lévodopa ; agonistes dopaminergiques sauf lévodopa (amantadine, apomorphine, bromocriptine, cabergoline, entacapone, lisuride, pergolide, piribédil, pramipexole, quinagolide, ropinirole) chez le patient parkinsonien.

Effets indésirables Tiapride Gnr

Les effets indésirables suivants ont été observés au cours d'études cliniques (incidence indiquée par rapport au placebo) et/ou spontanément après la mise sur le marché du tiapride :
asthénie, fatigue (9,4%).
- Troubles du système nerveux central :
. somnolence (6,6%),
. insomnie (4,4%),
. agitation (3,7%),
. indifférence (2,8%),
. vertiges/sensation vertigineuse (2,6%),
. céphalées (2%),
. syndrome parkinsonien : tremblement (2,3%), hypertonie, hypokinésie (1,2%) et symptômes associés : hypersalivation (1,2%).
Plus rarement :
. Dyskinésies aiguës et dystonies [torticolis spasmodique, crises oculogyres, trismus, akathisie (0,9%)].
Ces symptômes sont généralement réversibles après l'arrêt du traitement ou l'administration d'antiparkinsoniens anticholinergiques.
. Dyskinésies tardives caractérisées par des mouvements stéréotypés involontaires de la langue, du visage et des membres comme avec tous les neuroleptiques au cours de traitements prolongés de plus de trois mois. Les antiparkinsoniens anticholinergiques sont sans action ou peuvent provoquer une aggravation.
- Troubles endocriniens et métaboliques :
. hyperprolactinémie et troubles associés (< 0,2%) : aménorrhée, galactorrhée, hypertrophie mammaire, douleur mammaire, impuissance ou troubles de l'orgasme,
. prise de poids.
- Troubles cardiaques :
. allongement de l'intervalle QT,
. de très rares cas de torsades de pointes ont été rapportés.
- Troubles neurovégétatifs :
. hypotension orthostatique.
. Syndrome malin plus rarement [voir mises en garde et précautions d'emploi : pâleur, hyperthermie, troubles végétatifs (sudation, instabilité artérielle), altération de la conscience, rigidité musculaire].



publicité