publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

TRACRIUM 50 mg/5 ml (1%) 10 mg/ml

Conditionnement modifié ou retiré de la vente depuis le 29.01.2007

Médicament générique du Classe thérapeutique: Anesthésie, réanimation, antalgiques
principes actifs: Atracurium bésilate
laboratoire: Glaxosmithkline

Solution injectable
Boîte de 10 Ampoules de 5 ml
Toutes les formes

Indication

Curarisant non dépolarisant, adjuvant de l'anesthésie permettant l'induction et/ou l'entretien d'une myorelaxation, adaptée à la plupart des interventions chirurgicales y compris la chirurgie pédiatrique, obstétricale ou gériatrique.
L'atracurium peut être utilisé comme adjuvant de la sédation en unité de soins intensifs (USI) pour relâcher les muscles striés, faciliter l'intubation trachéale et la ventilation assistée.

Posologie TRACRIUM 50 mg/5 ml (1%) 10 mg/ml Solution injectable Boîte de 10 Ampoules de 5 ml

Cette solution d'atracurium est compatible avec les liquides de perfusion suivants (concentrations de 0,5 à 0,9 mg/ml et température inférieure à 30°C) :
Durée de stabilité :
. Solution de chlorure de sodium (0,9%) : 24 h.
. Solution glucosée (5%) : 8 h.
. Liquide de Ringer : 8 h.
. Solution glucosée (4%) sodique (0,18%) : 8 h.
. Solution de lactate de sodium : 4 h.
- Ne pas mélanger dans la même seringue cette solution d'atracurium au thiopental ou à tout autre produit alcalin.
- En cas d'injection dans une veine de petit calibre ou d'administration d'un autre anesthésique au travers de la même aiguille ou canule, un rinçage de cette aiguille ou canule par du sérum physiologique ou de l'eau pour soluté injectable est nécessaire.
Posologie :
UTILISATION EN ANESTHESIE :
- Chez l'adulte et l'enfant de plus de trois mois :
. Injection IV :
La dose de 0,6 mg/kg procure de bonnes conditions d'intubation, en général au bout de 2 minutes. 0,3 à 0,6 mg/kg (selon la durée de la curarisation souhaitée) induisent une curarisation profonde de 15 à 35 minutes. Comme avec tous les curares, la décurarisation spontanée complète requiert un délai supplémentaire : l'index de récupération (25-75%) est de 10-15 minutes, le temps de récupération à 95% mesuré à partir des premiers signes de décurarisation est d'environ 35 minutes. La réversion peut être accélérée par la néostigmine (associée à l'atropine). Le bloc peut être prolongé par des doses d'entretien de 0,1 à 0,2 mg/kg.
. Perfusion continue :
Après un bolus initial de 0,3 à 0,6 mg/kg, l'atracurium maintient un bloc neuromusculaire adéquat, lors d'interventions chirurgicales prolongées, en perfusion continue de 0,3 à 0,6 mg/kg/h ; après perfusion l'index de récupération (25-75%) est de 10 à 15 minutes, il est semblable à celui observé après injection discontinue. Lors d'interventions chirurgicales nécessitant une circulation extracorporelle, l'hypothermie (à 25-26°C) peut diminuer la vitesse d'inactivation de l'atracurium. Le débit de perfusion doit alors être diminué de moitié.
Dans tous les cas, le monitorage neuromusculaire est utile.
- Chez l'enfant de moins de trois mois :
Les doses de 0,3 à 0,6 mg/kg en injection IV ou 0,3 à 0,6 mg/kg/h en perfusion entraînent une curarisation un peu plus longue que chez l'adulte. Il convient donc d'adapter la posologie et de tenir compte de la plus grande variabilité individuelle de la réponse aux curares dans cette tranche d'âge.
L'utilisation en perfusion nécessite un monitorage neuromusculaire.
Au-dessous d'un mois, il est prudent de réduire encore la posologie.
UTILISATION EN REANIMATION :
Après un bolus initial de 0,3 à 0,6 mg/kg, l'atracurium maintient un bloc neuromusculaire adéquat en perfusion continue de 0,65 à 078 mg/kg/heure.
Néanmoins, il existe une grande variabilité individuelle. La posologie peut évoluer avec le temps. Des débits de perfusion aussi faibles que 0,27 mg/kg/heure ou aussi élevés que 1,77 mg/kg/heure sont nécessaires chez certains patients. Le temps de récupération après une perfusion d'atracurium en réanimation est indépendant de la durée d'administration. La récupération spontanée jusqu'à un T4/T1 > 0,75 (proportion de la hauteur de la quatrième stimulation par rapport à la première d'un train-de-quatre) se produit en moyenne en 60 minutes (fourchette de 32 à 108 minutes).
UTILISATION CHEZ LE SUJET AGE :
Aucune modification de posologie n'est nécessaire chez le sujet âgé. Il est néanmoins recommandé que la dose initiale corresponde à une dose minimale.
Celle-ci doit être administrée en injection lente.
UTILISATION CHEZ L'INSUFFISANT RENAL OU HEPATIQUE :
Aucune modification de posologie n'est nécessaire en cas d'insuffisance rénale ou hépatique même sévère.
UTILISATION CHEZ LE SUJET ATTEINT D'UNE PATHOLOGIE CARDIOVASCULAIRE :
Chez ce type de patients, la dose initiale d'atracurium doit être administrée en injection lente de plus de 60 secondes.

Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
Ce médicament NE DOIT JAMAIS ETRE UTILISE dans les situations suivantes :
Antécédent d'hypersensibilité à l'atracurium.
DECONSEILLE :
- Ce médicament NE DOIT GENERALEMENT PAS ETRE UTILISE :
au cours du premier trimestre de la grossesse : il n'y a pas de données fiables de tératogenèse chez l'animal. En clinique, aucun effet malformatif ou foetotoxique particulier n'est apparu à ce jour. Toutefois, le suivi de grossesses exposées à l'atracurium est insuffisant pour exclure tout risque. En conséquence, par mesure de précaution, il est préférable de ne pas utiliser l'atracurium pendant le premier trimestre de la grossesse.
- Allaitement : en l'absence de donnée en cas d'administration de curare, l'allaitement doit être suspendu temporairement.

Effets indésirables Tracrium 50 MG/5 ML

- Réactions anaphylactiques :
De très rares réactions anaphylactiques sévères ont été rapportées.
Des réactions anaphylactiques aux curares en général ont été décrites (parfois sévères, telles que : choc, arrêt cardiaque). Bien que ces phénomènes ne se produisent que très rarement avec l'atracurium (voir supra), des précautions doivent toujours être prises pour pallier la survenue éventuelle de ces réactions.
Il convient de prendre des précautions particulières dans les cas d'antécédents connus de réactions anaphylactiques aux curares, une réactivité allergique croisée pouvant se produire avec ces agents.
- Libération d'histamine et réactions histaminoïdes :
. Les myorelaxants peuvent induire une libération d'histamine (voir supra), à la fois aux niveaux local et systémique. De ce fait, il est possible qu'un prurit et des réactions érythémateuses apparaissent au site d'injection et/ou que des réactions histaminoïdes (anaphylactoïdes) systémiques telles que des bronchospasmes et des troubles cardiovasculaires se produisent après l'administration de ces produits.
. L'atracurium peut induire une libération d'histamine associée à un rash cutané, à une hypotension transitoire ou, exceptionnellement à un bronchospasme, voire une réaction anaphylactoïde.
- De rares cas de convulsions ont été observés chez des patients recevant en réanimation l'atracurium en association avec d'autres agents. Cependant, aucune n'a été considérée comme attribuable à l'atracurium ou à la laudanosine, même après plusieurs semaines de perfusion. Ces patients présentaient habituellement des prédispositions aux convulsions (traumatisme crânien, oedème cérébral, encéphalite virale, encéphalopathie hypoxique, urémie). Lors des essais cliniques, aucune corrélation entre la concentration plasmatique de laudanosine et l'apparition de ces convulsions n'a été démontrée.
- Des cas de faiblesse musculaire et/ou de myopathies ont été rapportés après perfusion prolongée de myorelaxants chez des patients sévères d'Unité de Soins Intensifs. La plupart des patients recevaient de manière concomitante des corticostéroïdes. De tels cas ont été rarement rapportés en association avec l'atracurium et une relation de cause à effet n'a pas été établie.



publicité