publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

ULTRATARD 100 UI/ml

Conditionnement modifié ou retiré de la vente depuis le 12.12.2005

Médicament générique du Classe thérapeutique: Métabolisme et nutrition
principes actifs: Insuline humaine
laboratoire: Novo Nordisk A/S

Suspension injectable
Boîte de 1 Flacon multidose de 10 ml
Toutes les formes
17,80€* (remboursé à 65%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 18,62 €

Indication

Traitement du diabète.

Posologie ULTRATARD 100 UI/ml Suspension injectable Boîte de 1 Flacon multidose de 10 ml

Ultratard est une insuline d'action prolongée.
Posologie :
La posologie est déterminée de façon individuelle par le médecin en fonction des besoins du patient.
- Pour le traitement d'entretien des patients diabétiques de type 1, la moyenne des besoins journaliers totaux en insuline se situe entre 0,5 et 1,0 UI/kg. Chez les enfants prépubères, elle varie habituellement de 0,7 à 1,0 UI/kg. Pendant la période de rémission partielle, les besoins en insuline peuvent être beaucoup plus faibles, mais en cas de résistance à l'insuline, par exemple lors de la puberté ou dans les cas d'obésité, les besoins journaliers en insuline peuvent être nettement plus élevés.
- Chez les diabétiques de type 2, les posologies initiales sont souvent plus faibles, de 0,3 à 0,6 UI/kg/jour.
- Le médecin détermine si une ou plusieurs injections sont nécessaires quotidiennement. Ultratard peut être utilisé seul ou mélangé avec une insuline d'action rapide. En cas d'insulinothérapie intensive, la suspension peut être utilisée comme insuline basale (injection du soir et/ou du matin) avec administration d'une insuline d'action rapide au moment des repas.
- Chez les patients atteints de diabète, un contrôle glycémique optimisé retarde l'apparition et ralentit la progression des complications diabétiques tardives. Il est donc recommandé de surveiller la glycémie.
Ajustement de la posologie :
- Les maladies concomitantes, en particulier les infections et les états fébriles, majorent habituellement les besoins en insuline du patient.
- L'insuffisance rénale ou hépatique peut diminuer les besoins en insuline.
- Un ajustement de la posologie peut également être nécessaire si le patient modifie son activité physique ou son régime alimentaire.
- Un ajustement de la posologie peut être nécessaire lorsque le patient est transféré d'une préparation d'insuline à une autre (voir mises en garde et précautions d'emploi).
Administration :
Par voie sous-cutanée.
- Ultratard est généralement administré par voie sous-cutanée au niveau de la cuisse. Les injections peuvent aussi être réalisées dans la paroi abdominale, dans la région glutéale ou dans la région deltoïde.
Une injection par voie sous-cutanée dans la cuisse assure une absorption plus lente et moins variable que dans les autres sites d'injection.
- L'injection dans un pli cutané diminue le risque d'injection intramusculaire accidentelle.
Après l'injection, l'aiguille doit demeurer sous la peau pendant au moins 6 secondes pour garantir l'injection de la totalité de la dose.
Pour éviter les lipodystrophies, on variera les sites d'injection au niveau d'une même région corporelle.
- Les suspensions d'insuline ne doivent jamais être administrées par voie intraveineuse.
- Ultratard est accompagné d'une notice, dont les instructions doivent être respectées.
- Les flacons doivent être utilisés avec des seringues à insuline portant une graduation adéquate.

Contre indications

- Hypersensibilité à l'insuline humaine ou à l'un des excipients.
- Hypoglycémie.
Les suspensions d'insuline ne doivent jamais être administrées par voie intraveineuse.
Les suspensions d'insuline ne doivent pas être utilisées dans les pompes à perfusion d'insuline.

Effets indésirables Ultratard

L'effet indésirable le plus fréquent chez les patients insulino-traités est une fluctuation de la glycémie.
Les études cliniques ont montré que l'hypoglycémie sévère, définie comme une hypoglycémie nécessitant une assistance thérapeutique, survenait chez environ 20% des patients bien contrôlés. D'après les données de pharmacovigilance, des effets indésirables incluant une hypoglycémie ont rarement été signalés (> 1/10000 < 1/1000). La liste ci-dessous est issue des données de pharmacovigilance ; celles-ci font l'objet d'une sous-déclaration et doivent être interprétées comme telles.
- Troubles du métabolisme et de la nutrition :
Rare (> 1/10000 < 1/1000) : Fluctuation de la glycémie.
. Hypoglycémie :
Les symptômes d'hypoglycémie surviennent habituellement de manière soudaine et sont les suivants : sueurs froides, pâleur et froideur cutanée, fatigue, nervosité ou tremblement, anxiété, asthénie ou faiblesse inhabituelles, confusion, difficulté de concentration, somnolence, sensation de faim excessive, troubles visuels, maux de tête, nausées et palpitations.
L'hypoglycémie sévère peut entraîner une perte de connaissance et/ou des convulsions et causer une altération transitoire ou définitive des fonctions cérébrales, voire le décès.
. Hyperglycémie :
En règle générale, les premiers symptômes d'hyperglycémie apparaissent progressivement, sur une période de quelques heures ou quelques jours et sont les suivants : soif, mictions plus fréquentes, nausées, vomissements, somnolence, sécheresse et rougeur cutanée, sécheresse buccale, perte d'appétit et odeur acétonique de l'haleine.
Dans le diabète de type 1, les épisodes d'hyperglycémie non traités peuvent entraîner une acidocétose diabétique, potentiellement létale.
Les précautions à observer sont décrites à la section mises en garde et précautions d'emploi.
- Troubles oculaires :
Très rare (< 1/10000) : Des anomalies de la réfraction peuvent survenir au début de l'insulinothérapie.
Ces symptômes sont habituellement transitoires.
- Troubles généraux et affections du site d'administration :
Très rare (< 1/10000) :
. Des réactions d'hypersensibilité locale (rougeur, tuméfaction, démangeaisons au site d'injection) peuvent survenir au cours de l'insulinothérapie. Ces réactions sont habituellement transitoires et disparaissent généralement lors de la poursuite du traitement.
. L'apparition d'une lipodystrophie au niveau du site d'injection est possible lorsque la rotation des sites d'injection dans une même zone n'est pas respectée.
. Des symptômes d'hypersensibilité généralisée peuvent apparaître : éruption cutanée généralisée, démangeaisons, sueurs, troubles gastro-intestinaux, oedème angioneurotique, difficultés respiratoires, palpitations et baisse de la pression artérielle. Les réactions d'hypersensibilité généralisée peuvent menacer le pronostic vital.
. Un oedème peut survenir au début de l'insulinothérapie. Ces symptômes sont habituellement transitoires.



publicité