publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

UN-ALFA 0,1 µg

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Métabolisme et nutrition
principes actifs: Alfacalcidol
laboratoire: Leo

Solution buvable en gouttes
Flacon compte-gouttes de 10 ml
Toutes les formes
8,38€* (remboursé à 65%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 9,20 €

Indication

1) Traitement curatif de l'ostéodystrophie rénale chez l'urémique (adulte et enfant) avant ou au stade de la dialyse (clairance de la créatinine < 30 ml/min/1,73 m²).
L'ostéodystrophie rénale doit être radiologiquement évidente et/ou avec élévation des phosphatases alcalines et hypocalcémie < 95 mg/L (2,5 mmol/L).
2) Traitement préventif de l'ostéodystrophie rénale :
- chez l'enfant insuffisant rénal non hémodialysé,
- chez l'adulte insuffisant rénal non hémodialysé :
. uniquement en cas d'hyperparathyroïdisme authentifié (augmentation franche de la PTH à deux fois la limite supérieure de la normale, cette dernière étant fonction du degré de l'insuffisance rénale),
et
. après correction préalable de l'hyperphosphorémie (supérieure ou égale à 1,5 mmol/L) par les sels alcalins de calcium, sans induire d'hypercalcémie.
3) Rachitismes pseudocarentiels.
4) Rachitismes et ostéomalacies par hypophosphatémie vitaminorésistante en association avec un supplément de phosphate [et de 24,25 (OH)2 vitamine D3].
5) Hypoparathyroïdismes et pseudo-hypoparathyroïdismes.
6) Prévention de l'hypocalcémie post-hypoparathyroïdectomie en cas d'hyperparathyroïdisme primaire ou tertiaire.
7) Hypocalcémie néonatale tardive.

Posologie UN-ALFA 0,1 µg Solution buvable en gouttes Flacon compte-gouttes de 10 ml

Posologie :
1) Ostéodystrophie rénale :
- Traitement curatif :
. chez l'adulte : 1 à 2 microgrammes/jour,
. chez l'enfant de moins de 20 kg : 1 microgramme/jour.
Il est néanmoins prudent de commencer le traitement par :
. 0,5 à 1 microgramme/jour chez l'adulte et l'enfant de plus de 20 kg,
. 0,05 microgramme/kg/jour chez l'enfant de moins de 20 kg.
La dose est ensuite éventuellement ajustée pour obtenir un produit phosphocalcique normal.
- Traitement préventif :
. 0,5 à 1 microgramme/jour chez l'adulte et l'enfant de plus de 20 kg,
. 0,05 microgramme/kg/jour chez l'enfant de moins de 20 kg.
2) Rachitisme pseudocarentiel :
- 2 à 4 microgrammes/jour en traitement d'attaque,
- 0,75 à 2 microgrammes/jour en traitement d'entretien,
- 5 à 8 microgrammes/jour, dans la forme avec alopécie, en associant avec un supplément de phosphates.
3) Rachitisme et ostéomalacie par hypophosphatémie vitaminorésistante :
1 à 6 microgrammes/jour en associant avec un supplément de phosphates.
4) Hypoparathyroïdismes et pseudo-hypoparathyroïdismes :
1 à 3 microgrammes/jour chez l'adulte comme chez l'enfant.
5) Hypocalcémie néonatale tardive :
Adapter en fonction de la surveillance quotidienne de la calcémie, habituellement 2 à 4 microgrammes par jour répartis en deux prises.
Mode d'administration :
Voie orale.
Le flacon en verre jaune assure une protection vis à vis de la lumière. Le compte-gouttes est serti au flacon afin d'éviter la prise massive par un enfant.
Les gouttes peuvent être prises avec un peu d'eau ou de lait.
Conserver le flacon, à l'abri de la lumière dans le bas du réfrigérateur (environ 4°C) en évitant le gel.

Contre indications

- Hypercalcémie (supérieure à 2,6 mmol/L).
- Hyperphosphorémie (sauf celle des hypoparathyroïdies) dont le seuil de diagnostic est variable avec l'âge :
- 45 mg/L (1,5 mmol/L) chez l'adulte et l'enfant de plus de 10 ans,
- 60-54-51 mg/L (soit 2,0-1,8 et 1,7 mmol/L) respectivement pour l'enfant de moins d'1 an, 1 à 3 ans et 4 à 10 ans.
- chez l'adulte hémodialysé, la phosphorémie prédialytique optimale est de 45-51 mg/L (1,5-1,7 mmol/L) et en DPCA (< 1-1,5 mmol/L).
- En raison de la présence de sorbitol, ce médicament est contre-indiqué en cas d'intolérance au fructose.

Effets indésirables UN-Alfa

- Chez l'insuffisant rénal : le risque majeur de l'alfacalcidol est l'hypercalcémie et l'hyperphosphorémie entraînant des calcifications des tissus mous (cornée, conjonctives, peau, vaisseau, reins) pouvant mettre en jeu le pronostic fonctionnel et vital.
- Chez l'hypoparathyroïdien et l'hypophosphatémique vitaminorésistant non insuffisant rénal : le risque est, ici, celui de l'hypercalcémie et de l'hypercalciurie. Il peut être prévenu par l'arrêt de l'alfacalcidol quand la calciurie dépasse 6 mg/kg/24 h.



publicité