publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

VENOFER 100 mg/5 ml

Conditionnement modifié ou retiré de la vente depuis le 18.01.2011

Médicament générique du Classe thérapeutique: Cancérologie et hématologie
principes actifs: Fer
laboratoire: Vifor France SA

Solution injectable IV
Boîte de 5 Ampoules de 5 ml
Toutes les formes

Indication

Cette solution injectable de fer pour voie IV est indiquée :
- en traitement de l'anémie chez l'insuffisant rénal chronique hémodialysé, en prédialyse ou en dialyse péritonéale, lorsqu'un traitement par fer oral s'est révélé insuffisant ou mal toléré ;
- en situation pré-opératoire : chez les patients inclus dans un programme de don de sang autologue en association avec l'érythropoïétine, à condition qu'ils aient une anémie modérée (Hb entre 9 et 11 g/100 ml), et que leur ferritinémie initiale soit inférieure à 150 µg/L ;
- en traitement des anémies aiguës en post-opératoire immédiat chez les patients ne pouvant pas recevoir d'alimentation orale ;
- en traitement des anémies hyposidérémiques par carence martiale (Hb < 10,5 g/100 ml) liées aux maladies inflammatoires chroniques sévères de l'intestin lorsque le traitement par voie orale n'est pas adapté.

Posologie VENOFER 100 mg/5 ml Solution injectable IV Boîte de 5 Ampoules de 5 ml

Posologie :
- La posologie par injection ne doit pas dépasser 300 mg (3 ampoules) chez l'adulte.
- La dose totale à administrer et le rythme des injections dépendent du poids, du taux d'hémoglobine, de la ferritinémie basale et de la perte de fer attendue.
INSUFFISANT RENAL CHRONIQUE :
- dès lors que sont exprimés des signes biologiques d'insuffisance de réplétion du stock de fer (ferritinémie < 100 µg/L, saturation de la transferrine < 20%), et qu'un sel de fer oral s'avère insuffisant ou mal toléré ;
- en cas de traitement par érythropoïétine, lorsque les réserves en fer sont insuffisantes pour assurer une réponse érythropoïétique optimale (ferritinémie < 200 µg/L, saturation de la transferrine < 25%), et qu'un sel de fer oral s'avère insuffisant ou mal toléré,
- la posologie d'induction recommandée est de 2 à 4 mg/kg de fer par semaine, c'est-à-dire une à deux ampoules (100 à 200 mg) pendant quatre à douze semaines selon l'importance du déficit à combler.
- En traitement d'entretien, pour compenser les pertes de fer estimées à 2 à 5 mg par jour, une ampoule (2 mg/kg) peut être administrée une ou deux fois par mois.
L'évolution du stock de fer doit être régulièrement contrôlée par les mesures de la ferritinémie et du taux de saturation de la transferrine.
- Calcul de la dose totale nécessaire :
La dose de VENOFER, déterminée en fonction du taux d'hémoglobine et du poids corporel, adaptée individuellement en tenant compte du déficit en fer total, peut être calculée selon la formule suivante :
. Déficit en fer total (mg) = poids corporel (kg) x (Hb cible - Hb actuelle) (g/100 ml) x 2,4* + réserves de fer (mg) ;
. Au-dessous de 35 kg de poids corporel : Hb cible = 13 g/100 ml et réserves de fer = 15 mg/kg de poids corporel ;
. Pour 35 kg de poids corporel et plus :
Hb cible = 14 g/100 ml et réserves de fer = 500 mg.
*facteur 2,4 = 0,0034 x 0,07 x 1000 x 10 (contenu de l'Hb en fer = 0,34%, volume sanguin = 7% du poids corporel, facteur 1000 = conversion de g en mg, facteur 10 conversion de 1/1000 en 1/100 ml).
PROGRAMME PRE-OPERATOIRE DE DON DE SANG AUTOLOGUE AVEC ERYTHROPOIETINE :
- une supplémentation en fer n'est indiquée que si les réserves de fer sont insuffisantes pour compenser la perte de fer attendue : ferritinémie < 150 µg/L.
- pour tenir compte du temps nécessaire à l'érythropoïèse, il est souhaitable de débuter le traitement martial au moins deux semaines avant la première soustraction sanguine.
- la posologie recommandée est 2 à 3 mg/kg (200 mg chez l'adulte) par semaine pendant cinq semaines. La posologie maximale cumulée ne doit pas dépasser 15 mg/kg.
- Calcul de la dose totale nécessaire dans le cadre de la transfusion autologue programmée :
. Si la quantité de sang perdu est connue :
l'administration de 2 ampoules de VENOFER (soit 200 mg de fer) permet une augmentation de la concentration en hémoglobine (à 15 g/100 ml) équivalente à celle obtenue par l'administration d'une unité de sang (soit 400 ml), on en déduit la méthode de calcul suivante :
quantité totale de fer à remplacer (mg) = nombre d'unités de sang perdu x 200 ;
nombre total d'ampoules de VENOFER à administrer = nombre d'unités de sang perdu multiplié par deux.
. Si la concentration en hémoglobine est connue :
on utilise la formule générale en considérant que dans ce cas, les réserves de fer n'ont pas besoin d'être restaurées.
D'où : quantité totale de fer à remplacer (mg) = poids corporel (kg) x 2,4 x (Hb cible - Hb actuelle) (g/100 ml).
Exemple : pour un poids corporel de 60 kg et un déficit en hémoglobine de 1 g/100 ml, la quantité de fer qui doit être remplacée = 150 mg, c.-à-d. 1 ampoule et demi de VENOFER sont nécessaires dans ce cas.
ANEMIES AIGUES EN POST-OPERATOIRE IMMEDIAT CHEZ LES PATIENTS NE POUVANT RECEVOIR D'ALIMENTATION ORALE :
- Une supplémentation par fer injectable peut s'envisager lorsque le niveau de l'hémoglobine descend en dessous d'un seuil critique (9 à 10 g/dl chez les sujets à risques, 7 à 8 g/dl chez le sujet normal).
- La posologie recommandée chez l'adulte est généralement de 100 à 200 mg par injection, 1 à 3 fois par semaine, en respectant un intervalle de 48 heures entre chaque injection. Chez l'enfant, elle est de 3 mg/kg de poids corporel par injection, 1 à 3 fois par semaine, en respectant un intervalle de 48 heures entre chaque injection.
- La dose injectée ne doit pas dépasser la dose totale calculée selon la formule suivante :
Déficit en fer total (mg) = poids corporel (kg) x (Hb cible - Hb actuelle) (g/100 ml) x 2,4.
ANEMIES LIEES AUX MALADIES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES DE L'INTESTIN :
- Une supplémentation par VENOFER peut être envisagée lorsque le niveau de l'hémoglobine descend en dessous de 10,5 g/100 ml.
- La posologie recommandée chez l'adulte est généralement de 100 à 200 mg par injection, 1 à 3 fois par semaine, en respectant un intervalle de 48 heures entre chaque injection.
- Calcul de la dose totale nécessaire :
La dose de VENOFER, déterminée en fonction du taux d'hémoglobine et du poids corporel, adaptée individuellement en tenant compte du déficit en fer total, peut être calculée selon la formule suivante :
. Déficit en fer total (mg) = poids corporel (kg) x (Hb cible - Hb actuelle) (g/100 ml) x 2,4* + réserves de fer (mg) ;
. Au-dessous de 35 kg de poids corporel :
Hb cible = 13 g/100 ml et réserves de fer = 15 mg/kg de poids corporel ;
. Pour 35 kg de poids corporel et plus :
Hb cible = 14 g/100 ml et réserves de fer = 500 mg.
*facteur 2,4 = 0,0034 x 0,07 x 1000 x 10 (contenu de l'Hb en fer = environ 0,34%, volume sanguin = environ 7% du poids corporel, facteur 1000 = conversion de g en mg, facteur 10 = conversion de 1/1000 en 1/100 ml).
Mode d'administration
:
VOIE INTRAVEINEUSE STRICTE EN PERFUSION LENTE.
- Cette solution injectable de fer pour voie IV doit être administrée en perfusion intraveineuse stricte, en perfusion lente ou directement dans le circuit sanguin extracorporel en hémodialyse.
- VENOFER ne doit être utilisé qu'après dilution réalisée immédiatement avant la perfusion, exclusivement dans une solution isotonique stérile de chlorure de sodium, à raison de 1 ampoule (correspondant à 100 mg de fer) diluée dans un maximum de 100 ml de solution pour perfusion de chlorure de sodium à 0,9%, jusqu'à 3 ampoules (300 mg de fer) diluées dans un maximum de 300 ml de solution pour perfusion de chlorure de sodium à 0,9%.
- La solution obtenue sera administrée en perfusion lente avec un débit de 3,5 ml par minute, sans dépasser 3 ampoules (300 mg de fer) par perfusion (administrée en au moins 1,5 heure).
- Afin d'éviter une administration périveineuse, il convient de s'assurer que l'aiguille est bien positionnée dans la veine avant de pratiquer la perfusion.
L'extravasation de VENOFER au site d'injection peut en effet provoquer douleurs, inflammation, formation d'abcès stériles et pigmentation brune définitive de la peau.
- Etendre le bras du patient après la perfusion.
- La durée du traitement ne doit pas excéder le temps de restauration des réserves de fer.
- Injection dans le circuit sanguin extracorporel pendant une séance d'hémodialyse :
VENOFER peut être administré en milieu de séance d'hémodialyse directement dans le pôle veineux du circuit sanguin extracorporel dans les mêmes conditions que pour une perfusion.

Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
Ce complexe hydroxyde ferrique-saccharose pour la voie intraveineuse ne doit pas être utilisé dans les situations suivantes :
- hypersensibilité connue au complexe d'hydroxyde ferrique-saccharose ou à l'un des excipients ;
- surcharge martiale ou troubles de l'utilisation du fer :
. hémochromatose primitive,
. hémochromatose secondaire, en particulier hémolyse ;
- éthylisme chronique.
- Ce complexe hydroxyde ferrique-saccharose pour voie intraveineuse ne doit pas être utilisé par voie intramusculaire.
DECONSEILLE :
Association déconseillée : fer (sels) voie orale.

Effets indésirables Venofer

- Les effets indésirables les plus fréquemment rapportés avec VENOFER ont été les suivants : perturbation transitoire du goût (dysgueusie), fièvre, frissons, réactions au site d'injection, nausées, vomissements, hypotension, bronchospasme, réactions cutanées. Il a été rapporté rarement : réactions anaphylactoïdes, réaction d'hypersensibilité, angio-oedème.
Les effets indésirables imputables à VENOFER ayant été rapportés sont présentés dans le tableau suivant. Ils sont listés par classe d'organe et par fréquence absolue.
Les effets indésirables ont été classés en fonction de leur incidence en utilisant la classification suivante :
Très fréquent (> = 1/10) ; fréquent (> = 1/100 < 1/10) ; peu fréquent (> = 1/1000 < 1/100) ; rare (> = 1/10000 < 1/1000) ; très rare (< 1/10000).
- Affections du système nerveux :
. Fréquent : Perturbation transitoire du goût (sensation de goût métallique notamment).
. Peu fréquent : Céphalées, vertiges, tremblements.
. Rare : Paresthésie, trouble de la conscience, confusion mentale.
- Affections cardiaques :
Peu fréquent : Tachycardie, palpitations.
- Affections vasculaires :
Peu fréquent : Collapsus, hypotension, bouffée de chaleur.
- Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales :
Peu fréquent : Bronchospasme, dyspnée.
- Affections gastro-intestinales :
Peu fréquent : Nausées, vomissements, douleur abdominale, diarrhées.
- Affections de la peau et des tissus sous-cutanés :
Peu fréquent : Prurit, urticaire, rash, exanthème et érythème, sueurs.
- Affections musculosquelettiques et systémiques :
. Peu fréquent : Crampes musculaires, myalgie, arthralgie, arthrite, douleur osseuse.
. Rare : Gonflement articulaire, dorsalgie.
- Troubles généraux et anomalies liées au site d'administration :
. Fréquent : Fièvre, frissons.
. Peu fréquent : Douleur thoracique, oppression thoracique ; oedème périphérique ; fatigue ; malaise. Des troubles liés au site d'injection tels qu'une phlébite superficielle, une sensation de brûlure, un oedème, une réaction ou un hématome sont également rapportés.
- Affections du système immunitaire :
. Rare : Réactions anaphylactoïdes (pouvant être associées à une arthralgie) ; réaction d'hypersensibilité ; angio-oedème.
. Très rare : Réactions anaphylactoïdes graves.



publicité