publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

VISKALDIX 10 mg/5 mg

Conditionnement modifié ou retiré de la vente depuis le 01.07.2015

Médicament générique du Classe thérapeutique: Cardiologie et angéiologie
principes actifs: Pindolol, Clopamide
laboratoire: Novartis Pharma SA

Comprimé
Boîte de 30
Toutes les formes
4,82€* (remboursé à 65%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 5,64 €

Indication

Hypertension artérielle, en cas d'échec d'une monothérapie par bêtabloquant ou diurétique thiazidique.

Posologie VISKALDIX 10 mg/5 mg Comprimé Boîte de 30

La posologie habituelle est d'un comprimé par jour, le matin au petit-déjeuner.
En cas de contrôle tensionnel insuffisant à cette posologie, après traitement de 3 semaines à 1 mois, celle-ci pourra être augmentée jusqu'à 2 comprimés en 2 prises, une le matin et l'autre vers midi.

Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
Ce médicament ne doit jamais être utilisé en cas de :
LIEES AU PINDOLOL :
- hypersensibilité au pindolol,
- bronchopneumopathies chroniques obstructives et asthme : les bêtabloquants non sélectifs sont formellement contre-indiqués chez les asthmatiques (même si l'asthme est ancien et non actuellement symptomatique), quelle que soit la posologie,
- insuffisance cardiaque non contrôlée par le traitement,
- choc cardiogénique,
- blocs auriculoventriculaires des second et troisième degrés non appareillés,
- angor de Prinzmetal,
- maladie du sinus (y compris bloc sino-auriculaire),
- bradycardie (< 45-50 contractions par minute),
- phénomène de Raynaud et troubles artériels périphériques,
- phéochromocytome non traité,
- hypotension,
- antécédent de réaction anaphylactique,
- association à la floctafénine ou au sultopride (voir rubrique interactions).
LIEES AU CLOPAMIDE :
- Hypersensibilité aux sulfamides.
- Insuffisance rénale sévère.
- Encéphalopathie hépatique.
DECONSEILLE :
LIEES AU PINDOLOL :
Ce médicament est généralement déconseillé en cas d'association avec l'amiodarone, le bépridil, le diltiazem et le vérapamil (voir rubrique interactions) ainsi qu'au cours de l'allaitement : les bêtabloquants sont excrétés dans le lait. La survenue d'hypoglycémie et de bradycardie a été décrite pour certains bêtabloquants peu liés aux protéines plasmatiques. En conséquence, l'allaitement est déconseillé lors d'un traitement par VISKALDIX.
LIEES AU CLOPAMIDE :
Ce médicament est généralement déconseillé en cas d'association avec le lithium et le sultopride (voir rubrique interactions) ainsi que pendant la grossesse et l'allaitement : en règle générale, l'administration de diurétiques thiazidiques et apparentés doit être évitée chez la femme enceinte et ne jamais être prescrit au cours des oedèmes physiologiques (et ne nécessitant donc pas de traitement) de la grossesse. Les diurétiques peuvent, en effet, entraîner une ischémie foetoplacentaire, avec un risque d'hypotrophie foetale. Les diurétiques restent néanmoins un élément essentiel du traitement des oedèmes d'origine cardiaque, hépatique et rénale survenant chez la femme enceinte. En conséquence, VISKALDIX est déconseillé pendant la grossesse.

Effets indésirables Viskaldix

LIES AU PINDOLOL :
- Au plan clinique :
Les plus fréquemment rapportés :
. asthénie,
. refroidissement des extrémités,
. bradycardie (sévère le cas échéant),
. troubles digestifs (gastralgies, nausées, vomissements),
. insomnie, cauchemars,
. impuissance.
Beaucoup plus rarement :
. ralentissement de la conduction auriculoventriculaire ou intensification d'un bloc auriculoventriculaire existant,
. insuffisance cardiaque,
. chute tensionnelle,
. bronchospasme,
. hypoglycémie,
. syndrome de Raynaud,
. aggravation d'une claudication intermittente existante,
. diverses manifestations cutanées y compris éruptions psoriasiformes.
- Au plan biologique :
On a pu observer, dans de rares cas, l'apparition d'anticorps antinucléaires ne s'accompagnant qu'exceptionnellement de manifestations cliniques à type de syndrome lupique et cédant à l'arrêt du traitement.
LIES AU CLOPAMIDE :
Les diurétiques thiazidiques et apparentés peuvent entraîner :
- Au plan clinique :
. En cas d'insuffisance hépatique, possibilité de survenue d'encéphalopathie hépatique (voir rubriques contre-indications, mises en garde et précautions d'emploi).
. Possibilité d'aggravation d'un lupus érythémateux aigu disséminé préexistant, vascularite nécrosante, syndrome de Lyell.
. Nausées, constipation, vertiges, asthénie, paresthésies, céphalées, rarement constatés et cédant le plus souvent à une réduction de posologie.
. Exceptionnellement : pancréatite, troubles visuels en début de traitement.
- Au plan biologique :
. Une déplétion potassique avec hypokaliémie, notamment en cas de diurèse intensive, et particulièrement grave dans certaines populations à risque (voir rubrique mises en garde et précautions d'emploi).
. Une hyponatrémie avec hypovolémie à l'origine d'une déshydratation et d'une hypotension orthostatique, voire d'un syndrome confusionnel. La perte concomitante d'ions chlore peut secondairement entraîner une alcalose métabolique compensatrice : l'incidence et l'amplitude de cet effet sont faibles.
. Une élévation de l'uricémie et de la glycémie au cours du traitement : l'emploi de ces diurétiques sera soigneusement discuté chez les sujets goutteux et diabétiques.
. Une augmentation des lipides plasmatiques à forte dose.
. Des troubles hématologiques, beaucoup plus rares, thrombocytopénie, leucopénie, agranulocytose, aplasie médullaire, anémie hémolytique.
. Hypercalcémie exceptionnelle.



publicité