publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
17/05/2017

VITAMINE K1 ROCHE 10 mg/1 mL Injectable IM boîte de 3 ampoules de 1 mL

Conditionnement modifié ou retiré de la vente depuis le 01.02.2017

Médicament générique du Classe thérapeutique: Hémostase et sang
principes actifs: Vitamine K1
laboratoire: Roche

Solution injectable IM et buvable
Toutes les formes
3,35€* (remboursé à 65%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 4,17 €

Indication

Traitement et prophylaxie des hémorragies par carence en vitamine K.

 


Carence d'apport :

‑    antibiothérapie à large spectre prolongée (destruction de la flore intestinale réalisant la synthèse de la vitamine K) ;

‑    alimentation parentérale exclusive non supplémentée en vitamine K ;

‑    prévention des hypoprothrombinémies des nouveau‑nés dont les mères sont traitées pendant la grossesse par des inducteurs enzymatiques (certains antiépileptiques ou certains antituberculeux)

 

Carence de résorption digestive (en effet, la vitamine K1 nécessite, pour être absorbée au niveau de l'intestin grêle, la présence de sels biliaires et de suc pancréatique) :

‑    obstructions, fistules biliaires ;

‑    atrésie des voies biliaires du nourrisson et du jeune enfant ;

‑    syndrome de malabsorption (résection intestinale étendue, mucoviscidose, colite ulcéreuse, maladie de Crohn, dysenterie).

 

Hypoprothrombinémies :

‑    induites par les anti‑coagulants oraux (antivitamines K) ;

‑    induites lors d'une intoxication par les raticides

‑    autres hypoprothrombinémies d'origine médicamenteuse, lorsqu'il est établi qu'elles résultent d'une interférence avec le métabolisme de la vitamine K1 (par exemple : céphalosporines contenant un radical MMT).

 

Posologie VITAMINE K1 ROCHE 10 mg/1 mL Injectable IM boîte de 3 ampoules de 1 mL

Traitement et prophylaxie des hémorragies par carence en vitamine K.

 


Carence d'apport :

‑    antibiothérapie à large spectre prolongée (destruction de la flore intestinale réalisant la synthèse de la vitamine K) ;

‑    alimentation parentérale exclusive non supplémentée en vitamine K ;

‑    prévention des hypoprothrombinémies des nouveau‑nés dont les mères sont traitées pendant la grossesse par des inducteurs enzymatiques (certains antiépileptiques ou certains antituberculeux)

 

Carence de résorption digestive (en effet, la vitamine K1 nécessite, pour être absorbée au niveau de l'intestin grêle, la présence de sels biliaires et de suc pancréatique) :

‑    obstructions, fistules biliaires ;

‑    atrésie des voies biliaires du nourrisson et du jeune enfant ;

‑    syndrome de malabsorption (résection intestinale étendue, mucoviscidose, colite ulcéreuse, maladie de Crohn, dysenterie).

 

Hypoprothrombinémies :

‑    induites par les anti‑coagulants oraux (antivitamines K) ;

‑    induites lors d'une intoxication par les raticides

‑    autres hypoprothrombinémies d'origine médicamenteuse, lorsqu'il est établi qu'elles résultent d'une interférence avec le métabolisme de la vitamine K1 (par exemple : céphalosporines contenant un radical MMT).

 

Contre indications

Ce médicament ne doit pas être prescrit en cas d'antécédents d'allergie à la vitamine K ou à l'un des autres composants.

Effets indésirables Vitamine K1 Roche

Voie IM : risque d'hématome en cas de syndrome hémorragique lié en particulier aux antivitamines K. Exceptionnellement, une réaction à type de sclérodermie localisée a été signalée.

Voie IV: risque faible de réaction anaphylactique.

Toutes les voies : en raison de la présence de lécithine de soja, risque de survenue de réaction d'hypersensibilité (choc anaphylactique, urticaire).



publicité