publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

XELODA 500 mg

Conditionnement modifié ou retiré de la vente depuis le 03.11.2005

Médicament générique du Classe thérapeutique: Cancérologie et hématologie
principes actifs: Capécitabine
laboratoire: Roche Registration Ltd

Comprimé pelliculé
Boîte de 120
Toutes les formes

Indication

- Xeloda est indiqué en traitement adjuvant du cancer du côlon de stade III (Stade C de Dukes) après résection (voir section propriétés pharmacodynamiques).
- Xeloda est indiqué en première ligne, en monothérapie dans le traitement du cancer colorectal métastatique (voir section propriétés pharmacodynamiques).
- Xeloda en association avec le docétaxel est indiqué dans le traitement du cancer du sein localement avancé ou métastatique, après échec à une chimiothérapie cytotoxique. La chimiothérapie antérieure doit avoir comporté une anthracycline. Xeloda est également indiqué en monothérapie dans le traitement du cancer du sein localement avancé ou métastatique, après échec aux taxanes et à une chimiothérapie contenant une anthracycline ou lorsqu'une chimiothérapie par anthracycline n'est pas indiquée.

Posologie XELODA 500 mg Comprimé pelliculé Boîte de 120

Xeloda doit être seulement prescrit par un médecin qualifié, expérimenté dans l'utilisation des anticancéreux.
POSOLOGIE RECOMMANDEE :
La posologie recommandée est de 1250 mg/m² deux fois par jour (matin et soir ; soit une dose quotidienne totale de 2500 mg/m²) pendant 14 jours, suivie d'une période sans traitement de sept jours. Les comprimés de Xeloda doivent être avalés avec de l'eau, dans les 30 minutes qui suivent les repas.
Le traitement doit être interrompu en cas de progression de la maladie ou d'apparition d'une toxicité intolérable.
En association avec le docétaxel : la dose recommandée de Xeloda est de 1250 mg/m² deux fois par jour pendant deux semaines, suivie d'une période sans traitement d'une semaine, associée à 75 mg/m² de docétaxel, en perfusion d'une heure, toutes les trois semaines.
Pour les patients qui reçoivent l'association Xeloda plus docétaxel, une prémédication avec un corticostéroïde oral, tel que la dexaméthasone, doit être débutée avant l'administration de docétaxel (conformément au RCP de docétaxel).
- Tableau 1 : Calcul de la dose de Xeloda en fonction de la surface corporelle ; dose standard initiale.
Posologie de 1250 mg/m² (deux fois par jour) Surface corporelle : Posologie par prise = Nombre de comprimés administrés le matin et le soir.
. < = 1,26 m² : 1500 mg = 3 comprimés 500 mg.
. 1,27-1,38 m² : 1650 mg = 1 comprimé 150 mg + 3 comprimés 500 mg.
. 1,39-1,52 m² : 1800 mg = 2 comprimés 150 mg + 3 comprimés 500 mg.
. 1,53-1,66 m² : 2000 mg = 4 comprimés 500 mg.
. 1,67-1,78 m² : 2150 mg = 1 comprimé 150 mg + 4 comprimés 500 mg.
. 1,79-1,92 m² : 2300 mg = 2 comprimés 150 mg + 4 comprimés 500 mg.
. 1,93-2,06 m² : 2500 mg = 5 comprimés 500 mg.
. 2,07-2,18 m² : 2650 mg = 1 comprimé 150 mg + 5 comprimés 500 mg.
. > = 2,19 m² : 2800 mg = 2 comprimés 150 mg + 5 comprimés 500 mg.
- Tableau 2 : Calcul de la dose de Xeloda, réduite à 75% de la dose standard initiale.
Posologie de 950 mg/m² (deux fois par jour) Surface corporelle : Posologie par prise = Nombre de comprimés administrés le matin et le soir.
. < = 1,26 m² : 1150 mg = 1 comprimé 150 mg + 2 comprimés 500 mg.
. 1,27-1,38 m² : 1300 mg = 2 comprimés 150 mg + 2 comprimés 500 mg.
. 1,39-1,52 m² : 1450 mg = 3 comprimés 150 mg + 2 comprimés 500 mg.
. 1,53-1,66 m² : 1500 mg = 3 comprimés 500 mg.
. 1,67-1,78 m² : 1650 mg = 1 comprimé 150 mg + 3 comprimés 500 mg.
. 1,79-1,92 m² : 1800 mg = 2 comprimés 150 mg + 3 comprimés 500 mg.
. 1,93-2,06 m² : 1950 mg = 3 comprimés 500 mg + 3 comprimés 500 mg.
. 2,07-2,18 m² : 2000 mg = 4 comprimés 500 mg.
. > = 2,19 m² : 2150 mg = 1 comprimé 150 mg + 4 comprimés 500 mg.
- Tableau 3 : Calcul de la dose de Xeloda, réduite à 50% de la dose standard initiale.
Posologie de 625 mg/m² (deux fois par jour) Surface corporelle : Posologie par prise = Nombre de comprimés administrés le matin et le soir.
. < = 1,38 m² : 800 mg = 2 comprimés 150 mg + 1 comprimé 500 mg.
. 1,39-1,52 m² : 950 mg = 3 comprimés 150 mg + 1 comprimé 500 mg.
. 1,53-1,66 m² : 1000 mg = 2 comprimés 500 mg.
. 1,67-1,78 m² : 1000 mg = 2 comprimés 500 mg.
. 1,79-1,92 m² : 1150 mg = 1 comprimé 150 mg + 2 comprimés 500 mg.
. 1,93-2,06 m² : 1300 mg = 2 comprimés 150 mg + 2 comprimés 500 mg.
. 2,07-2,18 m² : 1300 mg = 2 comprimés 150 mg + 2 comprimés 500 mg.
. > = 2,19 m² : 1450 mg = 3 comprimés 150 mg + 2 comprimés 500 mg.
AJUSTEMENTS POSOLOGIQUES EN COURS DE TRAITEMENT :
- La toxicité due à l'administration de Xeloda peut être contrôlée par un traitement symptomatique et/ou par une modification de la posologie (interruption du traitement ou réduction de la dose). Une fois la dose réduite, celle-ci ne devra pas être augmentée ultérieurement. Les patients sous traitement par Xeloda devront être informés de la nécessité d'interrompre immédiatement le traitement en cas de survenue d'une toxicité modérée ou plus sévère. Les doses de Xeloda non prises en raison de la toxicité ne sont pas remplacées ou redonnées, mais au contraire le patient doit reprendre le schéma thérapeutique prévu. Les modifications posologiques recommandées en cas de toxicité figurent dans le tableau suivant :
- Tableau 4 : Schéma d'adaptation de dose de Xeloda en monothérapie.
Toxicité Grades NCIC* : Pendant un cycle de traitement / Ajustement posologique pour le cycle suivant (% de la posologie initiale).
. Grade 1 : Maintenir la posologie / Maintenir la posologie.
. Grade 2 :
1ère apparition : Interrompre le traitement jusqu'à retour au grade 0-1 / 100%.
2ème apparition : Interrompre le traitement jusqu'à retour au grade 0-1 / 75%.
3ème apparition : Interrompre le traitement jusqu'à retour au grade 0-1 / 50%.
4ème apparition : Arrêter le traitement définitivement.
. Grade 3 :
1ère apparition : Interrompre le traitement jusqu'à retour au grade 0-1 / 75%.
2ème apparition : Interrompre le traitement jusqu'à retour au grade 0-1 / 50%.
3ème apparition : Arrêter le traitement définitivement.
. Grade 4 :
1ère apparition : Arrêter le traitement définitivement ou Si le médecin juge qu'il est souhaitable dans l'intérêt du patient de continuer, interrompre le traitement jusqu'à retour au grade 0-1 / 50%.
*Les critères courants de toxicité du National Cancer Institute of Canada (NCIC) (version 1) ont été utilisés excepté pour le syndrome main-pied.
- Lorsque Xeloda et docétaxel sont utilisés en association, les modifications posologiques recommandées en cas de toxicité sont indiquées ci-dessous :
Tableau 5 : Schéma d'adaptation de dose de Xeloda (X) en association avec le Docétaxel (Taxotère, T) pour les toxicités non hématologiques (pour les modifications de posologie dues à une toxicité hématologique, se référer à la rubrique sur la toxicité hématologique faisant suite au tableau ci-dessous).
Modifications posologiques recommandées : Adaptation de la posologie de Xeloda au cours d'un cycle de traitement. Adaptation posologique à la reprise du traitement.
. Grade 1 de toxicité* :
100% de la dose initiale (pas d'interruption de traitement).
X : 100% de la dose initiale. T : 100% (75 mg/m²).
. Grade 2 de toxicité* :
1ère apparition : Interrompre le traitement jusqu'à retour au grade 0-1.
X : 100% de la dose initiale. T : 100% (75 mg/m²).
2ème apparition de la même toxicité : Interrompre le traitement jusqu'à retour au grade 0-1.
X : 75% de la dose initiale. T : Réduire à 55 mg/m².
3ème apparition de la même toxicité : Interrompre le traitement jusqu'à retour au grade 0-1.
X : 50% de la dose initiale. T : Arrêter définitivement.
4ème apparition de la même toxicité : Arrêter définitivement le traitement.
. Grade 3 de toxicité* :
1ère apparition : Interrompre le traitement jusqu'à retour au grade 0-1.
X : 75% de la dose initiale. T : Réduire à 55 mg/m².
2ème apparition : Interrompre le traitement jusqu'à retour au grade 0-1.
X : 50% de la dose initiale. T : Arrêter définitivement.
3ème apparition : Arrêter définitivement.
. Grade 4 de toxicité* :
1ère apparition : Arrêter définitivement le traitement ou (si le médecin le juge nécessaire dans l'intérêt du patient) interrompre le traitement jusqu'à retour (grade 0-1).
X : Réduire à 50%. T : Arrêter définitivement.
2ème apparition : Arrêter définitivement le traitement.
*National Cancer Institute of Canada Common Toxicity Criteria (NCIC CTC), version 1,0 révisé en décembre 1994.
- Adaptation spécifique de posologie en association avec le docétaxel :
Les modifications de posologie de Xeloda et/ou docétaxel doivent être effectuées en accord avec le schéma général d'adaptation de dose ci-dessus, si rien d'autre n'est spécifié concernant des adaptations particulières. Pour les toxicités considérées par le médecin traitant comme ne pouvant probablement pas devenir graves ou menacer le pronostic vital, par exemple l'alopécie, l'altération du goût, les modifications des ongles, le traitement peut être poursuivi à la même dose, sans diminution ni interruption.
Quand au début d'un cycle de traitement, il est indiqué de retarder soit le traitement par docétaxel soit le traitement par Xeloda, les deux traitements, docétaxel et Xeloda doivent être retardés jusqu'à ce que les conditions pour démarrer les deux traitements soient remplies.
Pour plus d'informations sur docétaxel, voir aussi le RCP docétaxel (Taxotère).
. Hématologie : Le traitement par Xeloda peut être poursuivi pendant un épisode de neutropénie de grade 3. Toutefois, le patient devra être étroitement surveillé et l'administration de Xeloda devra être interrompue si un événement clinique de grade 2, quel qu'il soit (ex : diarrhées, stomatites, fièvres) venait à coïncider avec l'épisode de neutropénie de grade 3. En cas d'apparition d'une neutropénie de grade 4, le traitement par Xeloda devra être interrompu jusqu'à retour au grade 0-1.
Le traitement ne doit être réadministré que lorsque le taux de neutrophiles est > = 1,5 x 10puissance9/L (grade 0-1).
La posologie du docétaxel devra être réduite de 75 mg/m² à 55 mg/m² chez les patients ayant une neutropénie < 0,5 x 10puissance9 (grade 4) pendant plus d'une semaine ou une neutropénie fébrile (> 38°C). Le docétaxel devra être arrêté définitivement si une neutropénie de grade 4 ou une neutropénie fébrile survenait à la posologie de 55 mg/m² de docétaxel. Les patients ayant un taux de neutrophiles de base < 1,5 x 10puissance9/L et/ou un taux de plaquettes < 100 x 10puissance9/L ne doivent pas être traités avec l'association Xeloda/docétaxel.
. Hypersensibilité :
Les patients qui développent des réactions d'hypersensibilité sévères (hypotension avec une diminution > = 20 mmHg ou bronchospasme ou rash/érythème généralisé) doivent arrêter le traitement immédiatement et recevoir un traitement approprié. Ces patients ne doivent plus être traités par le médicament suspecté d'être la cause de leur hypersensibilité.
. Neuropathie périphérique :
Lors de la première apparition d'une toxicité de grade 2, réduire la dose de docétaxel à 55 mg/m². Si une toxicité de grade 3 apparaît, interrompre le traitement par docétaxel. Dans les deux cas, suivre le schéma d'adaptation de dose ci-dessus.
. Rétention hydrique :
Des toxicités sévères (grade 3 ou 4) telles qu'un épanchement pleural, péricardique ou une ascite, probablement liées au docétaxel, doivent être surveillées attentivement. En cas de survenue de telles toxicités, le traitement par docétaxel doit être interrompu, le traitement par Xeloda pouvant être poursuivi sans modification de dose.
. Atteinte hépatique :
Le docétaxel ne doit généralement pas être administré aux patients avec un taux de bilirubine sérique supérieur aux limites supérieures de la normale. Les modifications suivantes doivent être appliquées à la posologie de docétaxel en cas de valeurs anormales pour les ASAT, ALAT et pour les taux de phosphatases alcalines :
. Taux ASAT et/ou ALAT < = 1,5 x LSN ET Taux des phosphatases alcalines < = 5 x LSN : Pas de modification de dose.
. Taux ASAT et/ou ALAT > 1,5 x LSN - < = 2,5 x LSN ET Taux des phosphatases alcalines < = 2,5 x LSN : Pas de modification de dose.
. Taux ASAT et/ou ALAT > 2,5 x LSN - < = 5 x LSN ET Taux des phosphatases alcalines < = 2,5 x LSN : réduire de 25% (pas en dessous de 55 mg/m²).
. Taux ASAT et/ou ALAT > 1,5 x LSN - < = 5 x LSN ET Taux des phosphatases alcalines > 2,5 x LSN - < = 5 x LSN : réduire de 25% (pas en dessous de 55 mg/m²).
. Taux ASAT et/ou ALAT > 5 x LSN OU Taux des phosphatases alcalines > 5 x LSN (à moins que des métastases osseuses soient présentes en l'absence de toute anomalie hépatique) : retarder d'un maximum de 2 semaines. En l'absence de normalisation, arrêter le docétaxel.
Une fois la dose de docétaxel réduite pour un cycle donné, aucune autre réduction de posologie ne doit être effectuée lors des cycles suivants à moins qu'une aggravation des paramètres ne soit observée. En cas de normalisation des tests de la fonction hépatique suite à une première réduction de dose de docétaxel, la dose de docétaxel peut être à nouveau augmentée pour atteindre la dose précédente.
. Diarrhées :
Suivre le schéma général de modification de dose ci-dessus (voir aussi section mises en garde et précautions d'emploi).
. Déshydratation :
La déshydratation doit être prévenue ou corrigée le plus tôt possible. Les patients avec anorexie, asthénie, nausées, vomissements ou diarrhées peuvent rapidement se déshydrater. Si une déshydratation de grade 2 (ou plus) survient, le traitement par Xeloda doit être interrompu immédiatement et la déshydratation devra être traitée.
Le traitement ne doit pas être repris avant que le patient soit réhydraté et que toutes causes pouvant l'aggraver soient corrigées ou contrôlées. Les modifications de doses appliquées doivent être celles des événements indésirables à l'origine de la déshydratation, en accord avec les recommandations ci-dessus.
AJUSTEMENTS DE POSOLOGIE POUR DES POPULATIONS PARTICULIERES :
- Insuffisance hépatique : les données d'efficacité et de tolérance disponibles concernant les patients présentant une insuffisance hépatique ne sont pas suffisantes pour permettre de donner des recommandations d'ajustements posologiques. Il n'existe pas de données disponibles sur l'insuffisance hépatique consécutive à une cirrhose ou une hépatite.
- Insuffisance rénale : Xeloda est contre-indiqué chez les patients atteints d'insuffisance rénale sévère [clairance de la créatinine avant traitement inférieure à 30 ml/min (Cockroft et Gault)]. Comparée à la population globale, l'incidence des effets indésirables de grade 3 ou 4 chez les patients présentant une insuffisance rénale modérée (clairance de la créatinine avant traitement comprise entre 30-50 ml/min) est augmentée. Chez les patients présentant une insuffisance rénale modérée avant traitement, il est recommandé de réduire la posologie à 75% de la dose initiale. Chez les patients présentant une insuffisance rénale légère (clairance de la créatinine avant traitement comprise entre 51-80 ml/min) aucun ajustement posologique n'est recommandé. Une surveillance attentive et une rapide interruption du traitement sont conseillées lorsqu'un patient développe un effet indésirable de grade 2, 3 ou 4 pendant le traitement et après ajustement de la posologie comme indiqué dans le tableau ci-dessus.
Ces recommandations d'adaptation de posologie pour l'insuffisance rénale concernent à la fois la monothérapie et l'association (voir aussi le paragraphe "sujet âgé" ci-dessous).
- Chez l'enfant (moins de 18 ans) : la tolérance et l'efficacité de Xeloda chez l'enfant n'ont pas été étudiées.
- Chez le sujet âgé : aucun ajustement de la posologie initiale n'est nécessaire en cas de traitement en monothérapie par Xeloda. Cependant, les événements indésirables de grade 3 ou 4 liés au traitement ont été plus fréquemment observés chez les patients âgés de 60 ans ou plus comparés aux patients plus jeunes. Une surveillance attentive des patients âgés de 60 ans ou plus est recommandée.
En association avec docétaxel, une augmentation de l'incidence des événements indésirables de grade 3 ou 4 liés au traitement et des événements indésirables graves liés au traitement ont été observés chez des patients âgés de 60 ans ou plus (voir section propriétés pharmacodynamiques). Pour les patients âgés de 60 ans ou plus traités par l'association Xeloda plus docétaxel, une réduction de la première dose de Xeloda à 75% (950 mg/m² deux fois par jour) est recommandée. Si aucune toxicité n'est observée chez les patients âgés de 60 ans ou plus, avec une posologie initiale réduite de Xeloda en association au docétaxel, la posologie de Xeloda peut être prudemment augmentée jusqu'à 1250 mg/m² deux fois par jour.

Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
- Hypersensibilité connue à la capécitabine, au fluorouracile ou à l'un des excipients.
- Antécédents de réactions sévères et inattendues à un traitement contenant une fluoropyrimidine.
- Chez les patients présentant un déficit connu à la dihydro-pyrimidine-déshydrogénase (DPD).
- Chez les patients ayant une leucopénie, neutropénie ou thrombopénie sévère.
- Chez les insuffisants hépatiques sévères.
- Chez les insuffisants rénaux sévères (clairance de la créatinine inférieure à 30 ml/min).
- Pendant la grossesse et l'allaitement :
. grossesse : il n'existe pas d'étude de Xeloda chez la femme enceinte, toutefois on peut supposer que Xeloda administré chez la femme enceinte pourrait entraîner des malformations foetales. Lors d'études de la toxicité au cours de la reproduction chez l'animal, l'administration de Xeloda a provoqué une mortalité embryonnaire et des effets tératogènes. Ce sont des effets attendus des dérivés de la fluoropyrimidine. Xeloda est contre-indiqué au cours de la grossesse. Il convient de recommander aux femmes en âge de procréer d'éviter toute grossesse au cours du traitement par Xeloda. En cas de grossesse survenue sous Xeloda, les risques potentiels pour le foetus doivent être expliqués.
. allaitement : le passage de Xeloda dans le lait maternel n'est pas connu. Des quantités importantes de capécitabine et de ses métabolites ont été retrouvées dans le lait de souris allaitantes. L'allaitement doit être interrompu en cas de traitement par Xeloda.
- Traitement par la sorivudine ou ses analogues chimiquement apparentés, telle que la brivudine.
- Les contre-indications pour docétaxel s'appliquent également pour l'association Xeloda plus docétaxel.
- Chez l'enfant (moins de 18 ans) : la tolérance et l'efficacité de Xeloda chez l'enfant n'ont pas été étudiées.
DECONSEILLE :
L'administration concomitante de l'allopurinol avec Xeloda doit être évitée.

Effets indésirables Xeloda

- Les effets indésirables considérés comme étant possiblement, probablement ou faiblement liés à l'administration de Xeloda sont issus des études cliniques conduites avec Xeloda en monothérapie (en traitement adjuvant du cancer du côlon, dans le cancer colorectal métastatique et le cancer du sein métastatique) et des études cliniques conduites avec Xeloda en association avec le docétaxel dans le cancer du sein métastatique après échec d'une chimiothérapie cytotoxique. Les effets indésirables liés au traitement les plus fréquemment rapportés étaient les affections gastro-intestinales (particulièrement diarrhées, nausées, vomissements, douleurs abdominales, stomatites), la fatigue et le syndrome main-pied (érythrodysesthésie palmo-plantaire).
- Les données de tolérance de Xeloda en monothérapie en traitement adjuvant du cancer du côlon (995 patients) et du cancer colorectal métastatique (596 patients) ont été rapportées dans trois études cliniques de phase III (tableau 6). Les effets indésirables liés au traitement les plus fréquemment rapportés dans ces études étaient les affections gastro-intestinales, en particulier diarrhées, nausées, vomissements, stomatites et le syndrome main-pied (érythrodysesthésie palmo-plantaire). Le profil de tolérance de Xeloda en monothérapie dans le cancer du sein et dans le cancer colorectal est comparable.
- Les titres suivants sont utilisés pour classer les effets indésirables par fréquence : très fréquent (> 1/10),
fréquent (> 1/100, < 1/10), peu fréquent (> 1/1000, < 1/100).
TABLEAU 6 : RESUME DES EFFETS INDESIRABLES NOTIFIES CHEZ LES PATIENTS TRAITES PAR XELODA EN MONOTHERAPIE EN TRAITEMENT ADJUVANT DU CANCER DU COLON ET DU CANCER COLORECTAL METASTATIQUE (TOTAL DE 1591 PATIENTS).
- Affections de la peau et du tissu sous-cutané :
. Très fréquent : Syndrome d'érythrodysesthésie palmo-plantaire (57%).
. Fréquent : Eruption (7%), alopécie (6%), érythème (6%), sécheresse cutanée (5%), prurit (2%), hyperpigmentation cutanée (2%), éruption maculaire (1%) ; desquamation cutanée (1%), dermatite (1%), trouble de la pigmentation (1%), atteinte unguéale (1%).
- Affections gastro-intestinales :
. Très fréquent : Diarrhées (47%), nausées (35%), stomatites (23%), vomissements (18%), douleurs abdominales (11%).
. Fréquent : Constipation (6%), douleur abdominale haute (6%), dyspepsie (5%), flatulence (3%), sécheresse de la bouche (3%), selles impérieuses (2%).
- Troubles généraux et anomalies au site d'administration :
. Très fréquent : Fatigue (16%), asthénie (10%).
. Fréquent : Episode fébrile (6%), léthargie (6%), oedème périphérique (3%), malaise (1%).
- Troubles du métabolisme et de la nutrition :
. Très fréquent : Anorexie (10%).
. Fréquent : Déshydratations (3%), diminution de l'appétit (2%).
- Affections du système nerveux :
Fréquent : Dysgueusie (5%), somnolence (5%), céphalées (4%), paresthésie (3%), léthargie (1%).
- Affections oculaires :
Fréquent : Larmoiement (5%), conjonctivite (4%), irritation oculaire (1%).
- Affections hépatobiliaires :
Fréquent : Hyperbilirubinémie/bilirubine sanguine/augmentation de la bilirubine sanguine (3%).
- Affections respiratoires :
Fréquent : Dyspnée (3%), épistaxis (2%), toux (1%), rhinorrhée (1%).
- Affections musculosquelettiques et systémiques :
Fréquent : Douleur des extrémités (3%), douleur dorsale (2%), arthralgies (2%).
- Investigations :
Fréquent : Perte de poids (2%).
- Affections hématologiques et du système lymphatique :
Fréquent : Neutropénie (2%), anémie (2%).
- Affections psychiatriques :
Fréquent : Insomnie (2%), dépression (1%).
- Infections et infestations :
Fréquent : Herpes simplex (1%), rhinopharyngite (1%).
- Affections de la peau et du tissu sous-cutané (peu fréquent) : Eruption prurigineuse, décoloration cutanée, réaction de photosensibilité, éruption érythémateuse, dermite exfoliative, exanthème, onychorrhexis, hyperhidrose, hypotrichose, eczéma, fissures cutanées, oedème facial, onycholyse, érythème palmaire, sueurs nocturnes, ulcère de la peau, dépigmentation unguéale, saillie unguéale, éruption généralisée, éruption maculopapuleuse, éruption papuleuse, ulcération pénienne, érythème plantaire, lésion cutanée, kératose actinique, desquamation localisée, dystrophie unguéale, prurit généralisé, éruption vésiculaire, pigmentation unguéale, onychomadèse, urticaire, hyperkératose, purpura, éruption squameuse, inflammation cutanée.
- Affections gastro-intestinales (peu fréquent) : Douleur buccale, gastrite, dysphagie, sécheresse labiale, ulcère labial, douleur abdominale basse, distension abdominale, oesophagite, gerçure des lèvres, douleur labiale, hémorragie rectale, inconfort abdominal, reflux gastro-oesophagien, chéilite, hémorroïdes, stomatite aphteuse, proctalgie, colite, glossodynie, proctite, hypersécrétion salivaire, spasmes intestinaux fréquents, douleur gingivale, obstruction intestinale, prurit anal, éructation, hémorragie gastro-intestinale, bulle labiale, obstruction intestinale modérée, xérostomie, entérite, inconfort gastrique, inconfort épigastrique, douleur abdominale, hypo-esthésie orale, écoulement rectal, ulcération de la langue, fissure anale, entérocolite, selles sanglantes, méléna, ascite, bruits intestinaux anormaux, diarrhées hémorragiques, hématémèse.
- Troubles généraux et anomalies au site d'administration (peu fréquent) : Frissons, syndrome pseudogrippal, douleur thoracique non cardiaque, douleur thoracique, douleur, rigidité, troubles liés à la pathologie, sensation de soif, inconfort thoracique, oedème, sensation de refroidissement, douleur faciale, oedème prenant le godet, endolorissement.
- Troubles du métabolisme et de la nutrition (peu fréquent) : Hypokaliémie, cachexie, trouble de l'appétit, diabète de type 2 non contrôlé, hypertriglycéridémie, malnutrition, diabète de type 2, hypo-albuminémie.
- Affections du système nerveux (peu fréquent) : Hypo-esthésie, paresthésie orale, agueusie, trouble de l'attention, syncope, hyperesthésie, sensation de brûlure, trouble de l'équilibre, somnolence, amnésie, défaillance de la mémoire, dysesthésies, ataxie, parosmie, tremblement, neuropathie périphérique, vertiges orthostatiques, aphasie, neuropathie périphérique sensorielle.
- Affections oculaires (peu fréquent) : Douleur oculaire, vision floue, kératoconjonctivite sèche, sécheresse oculaire, prurit oculaire, diminution de l'acuité visuelle, écoulement oculaire, rougeur oculaire, diplopie, hémorragie conjonctive, douleur de la paupière.
- Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales (peu fréquent) : Douleur pharyngo-laryngée, hoquet, dyspnée d'effort, rhinite, irritation des voies nasales, toux sèche, ulcère nasal, embolie pulmonaire, raucité, hémoptysie, toux productive, respiration sifflante, asthme, inconfort nasal, sécrétions nasales postérieures, irritation de la gorge, pneumothorax.
- Affections musculosquelettiques et systémiques (peu fréquent) : Myalgie, gonflement des articulations, crampe musculaire, douleur osseuse, douleur au flanc, douleur faciale, douleur cervicale, raideur musculosquelettique, faiblesse musculaire.
- Affections hématologiques et du système lymphatique (peu fréquent) : Neutropénie fébrile, leucopénie, thrombopénie, granulopénie, anémie hémolytique, pancytopénie.
- Investigations (peu fréquent) : Augmentation des alanine aminotransférases (ALAT), prise de poids, augmentation des enzymes hépatiques, augmentation de la température corporelle, augmentation des aspartate aminotransférases (ASAT), hypokaliémie, anémie, anomalies biologiques hépatiques, augmentation des phosphatases alcalines, sang dans les selles, augmentation des gammaglutamyl-transférases (gammaGT), augmentation de l'International Normalized Ratio (INR), hypercréatininémie.
- Affections psychiatriques (peu fréquent) : Anxiété, nervosité, état confusionnel, irritabilité, agitation, altération de l'humeur, trouble du sommeil, colère, diminution de la libido, cauchemar, attaque de panique.
- Affections hépatobiliaires (peu fréquent) : Stéatose hépatique, hépatomégalie, ictère, douleur hépatique.
- Infections et infestations (peu fréquent) : Candidose buccale, infection urinaire, infection des voies respiratoires hautes, infection des voies respiratoires basses, infection localisée, cystite, pneumonie, pharyngite, candidose vaginale, candidose, grippe, infection unguéale, bronchite, gastro-entérite, sepsis, folliculite, rhinite, vaginite, infection de plaie, infection cutanée fongique, panaris, infection fongique, herpès, zona, infections, abcès dentaire, cellulite, onychomycose, amygdalite.
- Affections vasculaires (peu fréquent) : Bouffées vasomotrices, phlébite, thrombose veineuse profonde, hypertension, hypotension, thrombophlébite, bouffée de chaleur, hypotension orthostatique, pétéchie, thrombophlébite superficielle, refroidissement périphérique, phlébothrombose, thrombose veineuse inférieure.
- Affections cardiaques (peu fréquent) : Angine de poitrine, palpitations, fibrillation auriculaire, arythmie, tachycardie, tachycardie sinusale, angor instable, ischémie myocardique.
- Lésions, intoxications et complications liées aux procédures (peu fréquent) : Ampoule, contusion, coup de soleil, surdosage, réaction au point de stroma.
- Affections des organes de reproduction et du sein (peu fréquent) : Balanite, hémorragie vaginale, sensation de brûlure vaginale, érythème génital, prurit génital masculin, phimosis.
- Affections du rein et des voies urinaires (peu fréquent) : Dysurie, pollakiurie, hématurie, chromaturie, incontinence urinaire, hydronéphrose, nycturie.
- Affections de l'oreille et du labyrinthe (peu fréquent) : Vertige, douleur de l'oreille.
- Affections du système immunitaire (peu fréquent) : Hypersensibilité.
- Tumeurs bénignes, malignes et non précisées (peu fréquent) : Lipome.
TABLEAU 7 : ANOMALIES BIOLOGIQUES RAPPORTEES CHEZ LES PATIENTS TRAITES PAR XELODA EN MONOTHERAPIE DANS LE TRAITEMENT ADJUVANT DU CANCER DU COLON ET DU CANCER COLORECTAL METASTATIQUE (1591 PATIENTS AU TOTAL).
Patients avec une anomalie de grade 1 à 4 / Patients avec une anomalie de grade 3/4 / Patients avec une anomalie de grade 4
:
. Anémie : 73,3% / 1,4% / 0,4%.
. Neutropénie/granulocytopénie : 25,4% / 2,4% / 1,6%.
. Thrombopénie : 18,8% / 1,0% / 0,6%.
. Lymphopénie : 83,5% / 21,9% / 4,0%.
. Hyponatrémie : 26,0% / 0,6% / 0,1%.
. Hypokaliémie : 24,3% / 0,6% / 0,1%.
. Hypercalcémie : 6,4% / 0,9% / 0,8%.
. Hypocalcémie : 16,7% / 1,8% / 1,5%.
. Hyperbilirubinémie : 49,4% / 21,06% / 2,6%.
. Augmentation des phosphatases alcalines : 44,3% / 1,3% / 0,1%.
. Augmentation des ALAT (SGPT) : 29,9% / 1,2% / 0,1%.
. Augmentation des ASAT (SGOT) : 33,9% / 0,8% / 0,1%.
- Xeloda en association avec le docétaxel : les effets indésirables les plus fréquents (> = 5%) rapportés dans une étude de phase III dans le cancer du sein après échec des anthracyclines sont présentés dans le tableau 8 : Les événements indésirables liés au traitement rapportés dans le bras contrôle de l'étude, utilisant une dose standard de docétaxel sont également présentés. Les effets indésirables rares ou peu fréquents décrits pour Xeloda en monothérapie, peuvent également être attendus lors de l'association. Ils ne sont pas repris dans le tableau ci-dessous.
TABLEAU 8 : RESUME DES EVENEMENTS INDESIRABLES RAPPORTES CHEZ DES PATIENTS TRAITES PAR XELODA EN ASSOCIATION AU DOCETAXEL DANS LE CANCER DU SEIN METASTATIQUE APRES ECHEC D'UNE CHIMIOTHERAPIE CYTOTOXIQUE
.
Xeloda 1250 mg/m²/ deux fois/jour en association avec Docétaxel 75 mg/m² / 1 fois toutes les 3 semaines (n = 251) : Total / Grade 3-4 // Docétaxel 100 mg/m² / 1 fois toutes les 3 semaines (n = 255) : Total / Grade 3-4 :
- Effets gastro-intestinaux :
. Stomatites : 67% / 18% // 42% / 5%.
. Diarrhées : 64% / 14% // 45% / 5%.
. Nausées : 43% / 6% // 35% / 2%.
. Vomissements : 33% / 4% // 22% / 1%.
. Constipation : 14% / 1% // 12% / -.
. Douleurs abdominales : 14% / 2% // 9% / 1%.
. Dyspepsie : 12% / - // 5% / < 1%.
. Douleur abdominale haute : 9% / - // 6% / 1%.
. Sécheresse de la bouche : 5% / - // 4% / -.
- Effets cutanés :
. Syndrome main-pied : 63% / 24% // 7% / 1%.
. Alopécie : 41% / 6% // 42% / 7%.
. Troubles unguéaux : 14% / 2% // 15% / -.
. Dermatite : 8% / - // 9% / 1%.
. Eruption érythémateuse : 8% / < 1% // 4% / -.
. Dépigmentation unguéale : 6% / - // 4% / < 1%.
. Onycholyse : 5% /1% // 5% / 1%.
- Effets indésirables généraux :
. Asthénie : 23% / 3% // 22% / 5%.
. Episodes fébriles : 21% / 1% // 29% / <1%.
. Fatigue : 21% / 4% // 25% / 5%.
. Faiblesse : 13% / 1% // 9% / 2%.
. Douleur des membres : 9% / < 1% // 8% / < 1%.
. Léthargie : 6% / - // 5% / 1%.
. Douleur : 6% / - // 2% / -.
- Effets hématologiques et du système lymphatique :
Neutropénie fébrile : 16% / 16% // 21% / 21%.
- Effets neurologiques :
. Dysgueusie : 15% / < 1% // 14% / < 1%.
. Paresthésie : 11% / < 1% // 15% / 1%.
. Vertiges : 9% / - // 6% / < 1%.
. Céphalées : 7% / < 1% // 8% / 1%.
. Neuropathie périphérique : 5% / - // 10% / 1%.
- Métabolisme :
. Anorexie : 12% / 1% // 10% / 1%.
. Diminution de l'appétit : 10% / - // 4% / -.
. Déshydratation : 8% / 2% // 5% / 1%.
. Perte de poids : 6% / - // 4% / -.
- Troubles oculaires :
Larmoiements : 12% / - // 5% / -.
- Effets musculosquelettiques :
. Myalgie : 14% / 2% // 24% / 2%.
. Arthralgie : 11% / 1% // 18% / 2%.
. Douleur dorsale : 7% / 1% // 6% / 1%.
- Effets cardiovasculaires :
Oedème des membres inférieurs : 14% / 1% // 12% / 1%.
- Troubles respiratoires :
. Angine : 11% / 2% // 7% / < 1%.
. Dyspnée : 7% / 1% // 9% / < 1%.
. Toux : 6% / < 1% // 9% / -.
. Epistaxis : 5% / < 1% // 5% / -.
- Infection :
Candidose buccale : 6% / < 1% // 7% / < 1%.
TABLEAU 9 : ANOMALIES BIOLOGIQUES (SELON NCIC/CTC) : XELODA EN ASSOCIATION AVEC LE DOCETAXEL DANS LE CANCER DU SEIN METASTATIQUE APRES ECHEC D'UNE CHIMIOTHERAPIE CYTOTOXIQUE.
Xeloda 1250 mg/m²/ deux fois/jour en association avec Docétaxel 75 mg/m² / 1 fois toutes les 3 semaines (n = 251) Grade 3-4 / Docétaxel 100 mg/m² / 1 fois toutes les 3 semaines (n = 255) Grade 3-4 :
. Lymphopénie : 89% / 84%.
. Leucopénie : 61% / 75%.
. Neutropénie : 63% / 72%.
. Anémie : 10% / 6%
. Thrombocytopénie : 3% / 3%.
. Hyperbilirubinémie : 9% / 3%.
EXPERIENCE DEPUIS LA COMMERCIALISATION :
L'événement indésirable ci-dessous a été identifié après la commercialisation :
Très rare : sténose du canal lacrymal.



publicité