publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

XEOMIN 50 unités DL50

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Rhumatologie
principes actifs: Neurotoxine de Clostridium Botulinum de type A
laboratoire: Merz Pharma Gmbh

Poudre pour solution injectable
Boîte de 1 Flacon de 50 unités DL50
Toutes les formes

Indication

XEOMIN est indiqué chez l'adulte pour le traitement symptomatique du blépharospasme, de la dystonie cervicale à prédominance rotationnelle (torticolis spasmodique) et de la spasticité des membres supérieurs avec flexion de poignet et fermeture de la main à la suite d'un accident vasculaire cérébral.

Posologie XEOMIN 50 unités DL50 Poudre pour solution injectable Boîte de 1 Flacon de 50 unités DL50

En raison de différences d'unités des tests DL50, ces unités sont spécifiques à XEOMIN. Par conséquent, les doses recommandées de XEOMIN ne sont pas interchangeables avec les autres préparations de toxine botulinique.

Pour une information plus complète sur les études cliniques comparant XEOMIN à la toxine botulinique de type A conventionnelle (900kD), voir rubrique Propriétés pharmacodynamiques.

XEOMIN doit être administré uniquement par des médecins spécialistes ayant des qualifications adéquates, une bonne expérience de l'utilisation de la toxine botulinique et de l'utilisation de l'équipement approprié par ex : électromyographie (EMG).

La solution reconstituée de XEOMIN est destinée à la voie intramusculaire.

Les doses optimales et le nombre de sites d'injection dans le muscle traité doivent être déterminés par le médecin individuellement pour chaque patient. La dose optimale doit être déterminée par augmentation progressive des doses.

Pour les instructions sur la reconstitution/dilution des flacons, voir rubrique Instructions pour l'utilisation, la manipulation et l'élimination . Après reconstitution, XEOMIN doit être utilisé pour une seule séance d'injection et pour un seul patient.

La diminution ou l'augmentation de la dose de XEOMIN est possible en administrant un volume d'injection plus petit ou plus grand. Plus le volume d'injection est faible, moins il y a de sensation de pression et moins la toxine botulinique de type A diffuse dans les muscles injectés. Cela permet de réduire les effets sur les muscles avoisinants lorsque des groupes de petits muscles sont injectés.

Blépharospasme

Posologie

La dose initiale recommandée est de 1,25 à 2,5 U (volume: 0,05 - 0,1 ml) par site d'injection. La dose initiale ne doit pas dépasser 25 U par oeil. Pour le traitement du blépharospasme, la dose totale ne doit pas dépasser 100 U toutes les 12 semaines.

L'effet du traitement apparaît dans un délai médian de quatre jours suivant l'injection. Généralement, l'effet de chaque traitement dure environ 3 à 4 mois; il peut toutefois durer plus ou moins longtemps. Le traitement peut être répété si nécessaire.

Si le résultat du traitement initial est considéré comme insuffisant (effet persistant moins de deux mois), la dose peut être au maximum doublée à la session suivante. Cependant, l'injection de plus de 5 U par site ne semble apporter aucun bénéfice supplémentaire. Normalement, un traitement plus fréquent que tous les 3 mois n'apporte aucun bénéfice supplémentaire.

Mode d'administration

La solution reconstituée de XEOMIN est injectée au moyen d'une aiguille stérile appropriée (27-30 Gauge/0,30-0,40 mm). Le guidage électromyographique n'est pas nécessaire. Un volume d'injection d'environ 0,05 à 0,1 ml est recommandé.

XEOMIN est injecté dans la partie interne et externe du muscle orbiculaire de la paupière supérieure et dans la partie externe latérale du muscle orbiculaire de la paupière inférieure. Si des spasmes gênent la vision, le produit peut être injecté dans l'arcade sourcilière, la partie latérale du muscle orbiculaire et la zone faciale supérieure.

Les injections à proximité du muscle releveur de la paupière supérieure doivent être évitées pour réduire le risque de ptosis. Une diplopie peut se développer à la suite de la diffusion de la neurotoxine botulinique de type A dans le muscle oblique inférieur. Le fait d'éviter les injections dans la partie médiane de la paupière inférieure permet de réduire ce risque.

Torticolis spasmodique

Posologie

Pour le traitement du torticolis spasmodique, la dose de XEOMIN doit être adaptée individuellement pour chaque patient selon l'orientation de la tête et du cou du patient, la localisation de la douleur éventuelle, l'hypertrophie du muscle, le poids du patient et sa réponse à l'injection.

En pratique, la dose totale injectée doit être inférieure à 200 U. Des doses jusqu'à 300 U peuvent être administrées. Ne pas administrer plus de 50 U par site d'injection.

L'effet du traitement apparaît dans un délai médian de sept jours suivant l'injection. Généralement, l'effet de chaque traitement dure environ 3 à 4 mois; il peut toutefois durer plus ou moins longtemps. Les séances de traitement doivent être espacées d'au moins 10 semaines.

Mode d'administration

Une aiguille stérile appropriée (25-30 Gauge/0,30-0,50 mm) doit être utilisée pour l'injection dans les muscles superficiels et par exemple, une aiguille de 22 Gauge/0,70 mm pour des injections dans les muscles plus profonds. Un volume d'injection d'environ 0,1 à 0,5 ml par site d'injection est recommandé.

Pour le traitement du torticolis spasmodique, XEOMIN est généralement injecté dans le sterno-cléido-mastoïdien, le muscle élévateur de l'omoplate, les scalènes, le splénius et/ou les trapèzes. Cette liste n'est pas exhaustive car tous les muscles contrôlant la position de la tête peuvent être concernés et nécessiter un traitement. En cas de difficulté pour isoler les muscles, les injections doivent être réalisées sous guidage électromyographique. La masse musculaire et le degré d'hypertrophie ou d'atrophie sont des facteurs à prendre en considération dans le choix de la dose.

La multiplicité des sites d'injection permet une diffusion plus uniforme de XEOMIN dans les zones innervées du muscle dystonique et s'avère particulièrement utile dans les grands muscles. Le nombre optimal de sites d'injection dépend de la taille des muscles à dénerver chimiquement.

Le sterno-cléido-mastoïdien ne doit pas être injecté de façon bilatérale ni recevoir des doses supérieures à 100 U, en raison d'un risque accru d'événements indésirables (en particulier de dysphagie).

Spasticité des membres supérieurs suite à un accident vasculaire cérébral

Posologie

La posologie exacte et le nombre de sites d'injection doivent être adaptés à chaque patient d'après la taille, le nombre et l'emplacement des muscles impliqués, la sévérité de la spasticité et la présence d'une faiblesse musculaire locale.

Dans le traitement de la spasticité des membres supérieurs suite à un accident vasculaire cérébral, les doses initiales suivantes (Unités) ont été injectées au cours de l'étude clinique pivot.

Tableau clinique
Muscle

Unités

Fléchisseurs du poignet

Flexor carpi radialis

50

Flexor carpi ulnaris

40

Fléchisseurs des doigts

Flexor digitorum superficialis

40

Flexor digitorum profundus

40

Fléchisseurs du coude

Brachioradialis

60

Biceps

80

Brachialis

50

Pronateurs de l'avant-bras

Pronator quadratus

25

Pronator teres

40

Fléchisseurs propres du pouce

Flexor pollicis longus

20

Adductor pollicis

10

Flexor pollicis brevis/Opponens pollicis

10

Dans l'étude clinique pivot, les doses minimales et maximales injectées étaient respectivement de 170 U et 400 U par session de traitement.

Pour des traitements répétés, les posologies doivent être adaptées à chaque patient. Les doses recommandées par muscle sont les suivants:

Tableau clinique
Muscle

Unités
(Gamme)

Nombre de sites d'injection par muscle

Fléchisseurs du poignet

Flexor carpi radialis

25-100

1-2

Flexor carpi ulnaris

20-100

1-2

Fléchisseurs des doigts

Flexor digitorum superficialis

40-100

2

Flexor digitorum profundus

40-100

2

Fléchisseurs du coude

Brachioradialis

25-100

1-3

Biceps

75-200

1-4

Brachialis

25-100

1-2

Pronateurs de l'avant-bras

Pronator quadratus

10-50

1

Pronator teres

25-75

1-2

Fléchisseurs propres du pouce

Flexor pollicis longus

10-50

1

Adductor pollicis

5-30

1

Flexor pollicis brevis/Opponens pollicis

5-30

1

La dose totale maximale recommandée par session de traitement est de 400 U.

Les patients ont noté une efficacité clinique dans les 4 jours avec une amélioration maximale du tonus musculaire dans les 4 semaines qui suivent l'injection. En général l'effet du traitement persiste 12 semaines. Les réinjections doivent être espacées d'au moins 12 semaines.

Mode d'administration

La solution reconstituée de XEOMIN est injectée au moyen d'une aiguille stérile appropriée (ex : 26 Gauge/0,45mm de diamètre/37mm de longueur, pour les muscles superficiels et une aiguille plus longue ex : 22 Gauge/0,7mm de diamètre/75mm de longueur, pour les muscles plus profonds).

Le recours à un guidage électromyographique ou à des techniques de stimulation nerveuse peut être utile pour localiser les muscles concernés. La multiplicité des sites d'injection permet un contact plus uniforme de XEOMIN avec les zones innervées des muscles et s'avère particulièrement utile pour les grands muscles.

Toutes les indications

En l'absence d'amélioration dans le mois qui suit la première séance d'injections, il y a lieu de :

· vérifier cliniquement l'effet de la toxine sur le muscle injecté (ex : un examen électromyographique en milieu spécialisé) ;

· analyser les causes de non-réponse telles que: une mauvaise isolation des muscles injectés, une dose insuffisante, une technique d'injection inadaptée, une contracture fixe, des muscles antagonistes trop faibles, la formation éventuelle d'anticorps ;

· réévaluer la pertinence d'un traitement par neurotoxine botulinique de type A ;

· en l'absence d'effets indésirables lors du traitement initial, une deuxième session d'injections peut être réalisée dans les conditions suivantes :

1) ajustement de la dose, en tenant compte de l'échec précédent ;

2) guidage électromyographique ;

3) respect des intervalles de temps minimum entre les injections.

Chez l'enfant

La tolérance et l'efficacité de XEOMIN chez les enfants de la naissance à 17 ans n'a pas encore été établie. XEOMIN n'est donc pas recommandé dans cette population pédiatrique jusqu'à l'obtention de données supplémentaires.

Contre indications

· Hypersensibilité à la neurotoxine botulinique de type A ou à l'un des excipients listés dans la rubrique Composition.

· Troubles généralisés de l'activité musculaire (ex: myasthénie grave, syndrome de Lambert-Eaton).

· Présence d'une infection au site d'injection proposé.

Effets indésirables Xeomin

Des effets indésirables peuvent apparaître après l'injection mal ciblée de neurotoxine botulinique de type A entraînant une paralysie temporaire des muscles voisins. De fortes doses peuvent provoquer une paralysie des muscles à distance du site d'injection. Généralement, les effets indésirables se manifestent au cours de la première semaine suivant le traitement et sont de nature transitoire. Ils peuvent être limités à la zone autour du site d'injection (par ex: douleur locale, sensibilité et saignement au point d'injection).

Comme après toute injection, une douleur locale, une inflammation, des paresthésies, une hypoesthésie, une sensibilité, un gonflement/oedème, un érythème, un saignement et/ou des ecchymoses localisées peuvent apparaître. La douleur liée à la piqûre et/ou l'anxiété pourrait induire une réponse vagale, avec hypotension transitoire et syncope.

Liste des effets indésirables

Sur la base des études cliniques, la fréquence des effets indésirables est donnée pour chaque indication. La fréquence est définie comme suit: très fréquent (≥1/10); fréquent (≥1/100 à <1/10); peu fréquent (≥1/1 000 à <1/100), rare (≥1/10 000 à <1/1 000); très rare (<1/10 000).

Blépharospasme

Les effets indésirables suivants ont été rapportés avec XEOMIN:

Affections du système nerveux

Peu fréquent: paresthésie, céphalées.

Affections oculaires

Fréquent: ptosis, sécheresse oculaire.

Peu fréquent: conjonctivite.

Affections gastro-intestinales

Peu fréquent: sécheresse buccale.

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Peu fréquent: rash cutané.

Affections musculo-squelettiques et systémiques

Peu fréquent: faiblesse musculaire.

Lésions, intoxications et complications liées aux procédures

Peu fréquent: lésion.

Torticolis spasmodique

Les effets indésirables suivants ont été rapportés avec XEOMIN:

Affections du système nerveux

Peu fréquent: céphalées, tremblements.

Affections oculaires

Peu fréquent: douleur oculaire.

Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales

Peu fréquent: dysphonie.

Affections gastro-intestinales

Fréquent: dysphagie.

Peu fréquent: diarrhée, sécheresse buccale, vomissements, colite.

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Peu fréquent: rash cutané, érythème, prurit, hyperhidrose.

Affections musculo-squelettiques et systémiques

Fréquent: faiblesse musculaire, dorsalgie.

Peu fréquent: douleurs osseuses, myalgie.

Troubles généraux et anomalies au site d'administration

Peu fréquent: asthénie, inflammation/sensibilité au point d'injection.

Le traitement du torticolis spasmodique peut provoquer une dysphagie de sévérité variable, avec possibilité de fausses routes pouvant nécessiter une prise en charge médicale. La dysphagie peut persister deux à trois semaines après l'injection, voire jusqu'à cinq mois rapporté pour un cas. La dysphagie semble être dose-dépendante. Les essais cliniques réalisés avec la toxine botulinique de type A conventionnelle ont montré que le risque de dysphagie est moins fréquent avec des doses totales inférieures à 200 U par séance de traitement.

Spasticité des membres supérieurs suite à un accident vasculaire cérébral

Les effets indésirables suivants ont été rapportés avec XEOMIN:

Affections du système nerveux

Peu fréquent: dysesthésies, céphalées, hypoesthésie.

Affections vasculaires

Peu fréquent: hématome.

Affections respiratoires, thoracique et médiastinale

Peu fréquent: toux.

Affections gastro-intestinales

Peu fréquent: dysphagie, nausées, sécheresse buccale.

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Peu fréquent: érythème.

Affections musculo-squelettiques et systémiques

Fréquent: faiblesse musculaire.

Peu fréquent: douleur aux extrémités, gonflement des articulations, myalgie.

Troubles généraux et anomalies au site d'administration

Fréquent: douleur au point d'injection, hématome au point d'injection.

Peu fréquent: sensation de chaleur, asthénie, oedème périphérique.

Certains de ces évènements indésirables peuvent être dus à la maladie.

Expérience après commercialisation :

Des syndromes pseudo-grippaux et des réactions d'hypersensibilité telles que gonflement, oedème (y compris à distance du site d'injection), érythème, prurit, rash (localisé ou généralisé) et des difficultés respiratoires ont été rapportés.

Généralités

Les informations suivantes sont également fondées sur des publications concernant la toxine botulinique de type A conventionnelle.

Des effets indésirables liés à la diffusion de la toxine, à distance du site d'injection ont été très rarement rapportés (faiblesse musculaire exagérée, dysphagie, ou pneumopathie d'inhalation pouvant parfois être fatales) ( voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi ).

Une dysphagie a été rapportée après injection dans d'autres sites que la musculature cervicale.

D'autres effets indésirables ont été observés avec la toxine botulinique de type A conventionnelle: dysarthrie, douleur abdominale, hyperhidrose, anorexie, hypoacousie, acouphènes, radiculopathie.

De rares cas d'effets indésirables de type cardiovasculaires, comme des arythmies et des infarctus du myocarde, avec parfois une issue fatale, ont été rapportés avec les toxines botuliniques. Le fait que ces décès aient été induits ou non par la toxine botulinique ou causés par une maladie cardiovasculaire préexistante n'a pas été établi. De rares réactions d'hypersensibilité graves et/ou immédiates telles qu'une anaphylaxie, une maladie sérique, une urticaire, un oedème des tissus mous et une dyspnée ont été rapportés. Certaines de ces réactions ont été observées avec la toxine botulinique de type A conventionnelle utilisée soit seule soit en association avec des produits connus pour provoquer ces effets.

Un cas de neuropathie périphérique a été rapporté chez un homme après quatre séries d'injection d'une toxine botulinique de type A conventionnelle (pour spasmes du cou et du dos et douleurs importantes) sur une période de 11 semaines.

De très rares cas de glaucome par fermeture de l'angle ont été observés avec la toxine botulinique de type A conventionnelle dans le blépharospasme.

L'apparition ou la réapparition de crises d'épilepsie a été rapporté essentiellement chez des patients prédisposés. La relation exacte de ces évènements avec l'injection de toxine botulinique n'a pas été établie.

Une patiente a développé une plexopathie brachiale deux jours après l'injection de toxine botulinique de type A conventionnelle pour le traitement d'une dystonie cervicale, avec régression complète au bout de cinq mois.

Des cas d'érythème multiforme, d'urticaire et d'éruptions psoriasiformes ont été signalés avec l'utilisation de toxine botulinique de type A conventionnelle pour lesquels le lien de causalité reste incertain.

Après l'injection de toxine botulinique de type A conventionnelle, une augmentation de l'activité électromyographique a été notée dans certains muscles distants, laquelle n'était pas associée à une faiblesse musculaire ni à d'autres anomalies électro-physiologiques.



publicité