publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

XTANDI 40 mg

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Cancérologie et hématologie
principes actifs: Enzalutamide
laboratoire: Astellas Pharma Europe BV

Capsule molle
Boîte de 4 Plaquettes thermoformées de 28
Toutes les formes
3 274,85€* (remboursé à 100%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 3 275,67 €

Indication

Xtandi est indiqué dans :

  •      le traitement du cancer métastatique de la prostate résistant à la castration chez les hommes adultes asymptomatiques ou peu symptomatiques, après échec d'un traitement par suppression androgénique et pour lesquels la chimiothérapie n'est pas encore cliniquement indiquée (voir rubrique Propriétés pharmacodynamiques)

  •      le traitement du cancer métastatique de la prostate résistant à la castration chez les hommes adultes dont la maladie a progressé pendant ou après une chimiothérapie à base de docétaxel.

Posologie XTANDI 40 mg Capsule molle Boîte de 4 Plaquettes thermoformées de 28

Posologie

La dose recommandée est de 160 mg d'enzalutamide (quatre capsules de 40 mg) en une seule prise quotidienne par voie orale. La castration médicale par un analogue de la LH-RH doit être maintenue pendant la durée du traitement pour les patients n'ayant pas subi de castration chirurgicale.

Si le patient oublie de prendre la dose prescrite de Xtandi à l'heure habituelle, elle doit être administrée aussi près que possible de l'heure habituelle de prise. Si le patient oublie de prendre la dose prescrite de Xtandi pendant toute une journée, il convient de reprendre le traitement le lendemain à la dose quotidienne habituelle.

En cas de toxicité de grade supérieur ou égal à 3 ou d'effet indésirable intolérable, il convient de suspendre le traitement pendant une semaine ou jusqu'à ce que les symptômes reviennent à un grade inférieur ou égal à 2, puis de reprendre le traitement à la même dose ou à une dose réduite s i nécessaire (120 mg ou 80 mg).

Utilisation concomitante avec des inhibiteurs puissants du CYP2C8

L'utilisation concomitante d'inhibiteurs puissants du CYP2C8 doit être évitée autant que possible. Si le patient doit recevoir un inhibiteur puissant du CYP2C8 de façon concomitante, la dose d'enzalutamide doit être réduite à 80 mg en une prise quotidienne. En cas d'arrêt de l'administration concomitante de l'inhibiteur puissant du CYP2C8, l'enzalutamide doit être repris à la dose utilisée avant l'instauration de l'inhibiteur puissant du CYP2C8 (voir rubrique Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions).

Population âgée

Aucune adaptation posologique n'est nécessaire chez les patients âgés (voir rubriques Propriétés pharmacodynamiques et Propriétés pharmacocinétiques).

Insuffisance hépatique

Aucune adaptation posologique n'est nécessaire chez les patients présentant une insuffisance hépatique légère (classe A de Child-Pugh). La prudence est recommandée chez les patients présentant une insuffisance hépatique modérée (classe B de Child-Pugh). L'utilisation de Xtandi est déconseillée chez les patients présentant une insuffisance hépatique sévère (classe C de Child-Pugh) (voir rubriques Mises en garde et précautions d'emploi et Propriétés pharmacocinétiques).

Insuffisance rénale

Aucune adaptation posologique n'est nécessaire chez les patients présentant une insuffisance rénale légère à modérée (voir rubrique Propriétés pharmacocinétiques). La prudence est recommandée chez les patients présentant une insuffisance rénale sévère ou de stade terminal (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

Population pédiatrique

Il n'y a pas d'utilisation justifiée de l'enzalutamide dans la population pédiatrique dans l'indication du traitement du cancer métastatique de la prostate résistant à la castration chez les hommes adultes.

Mode d'administration

Xtandi est à utiliser par voie orale. Les capsules doivent être avalées entières avec de l'eau, et peuvent être prises avec ou sans nourriture.

Contre indications

Hypersensibilité au principe actif ou à l'un des excipients mentionnés à la rubrique Composition.

Femmes enceintes ou susceptibles de l'être (voir rubrique Grossesse et allaitement).

Effets indésirables Xtandi

Résumé du profil de sécurité

Les effets indésirables les plus fréquents sont l'asthénie/fatigue, les bouffées de chaleur, les céphalées et l'hypertension. Les autres effets indésirables importants comprennent les chutes, les fractures non pathologiques, les troubles cognitifs et la neutropénie.

Des cas de convulsions ont été rapportés chez 0,4 % des patients traités par enzalutamide et chez 0,1 % des patients sous placebo.

Tableau récapitulatif des effets indésirables

Les effets indésirables observés au cours des études cliniques sont listés ci-dessous par catégorie de fréquence. Les catégories sont défini es comme suit : très fréquent (≥ 1/10) ; fréquent (≥ 1/100, < 1/10) ; peu fréquent ( ≥ 1/1 000, < 1/100) ; rare ( ≥ 1/10 000, < 1/1 000) ; très rare (< 1/10 000). Les effets indésirables sont classés par ordre de gravité décroissant dans chaque catégorie de fréquence.

Tableau 1 : Effets indésirables observés au cours des études cliniques de phase III et post­commercialisation

Classes de systèmes d'organes selon MedDRA

Fréquence

Affections hématologiques et du système lymphatique

Peu fréquent : leucopénie, neutropénie

Troubles généraux

Très fréquent : asthénie/fatigue

Affections psychiatriques

Fréquent : anxiété

Peu fréquent : hallucinations visuelles

Affections du système nerveux

Très fréquent : céphalées

Fréquent : trouble de la mémoire, amnésie, troubles de l'attention, syndrome des jambes sans repos

Peu fréquent : troubles cognitifs, convulsions

Affections des organes de reproduction et du sein

Fréquent : gynécomastie

Affections vasculaires

Très fréquent : bouffées de chaleur, hypertension

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Fr équent : sécheresse cutanée, prurit

Affections musculo-squelettiques et systémiques

Fréquent : fractures*

Fréquence ind éterminée ** : myalgie, spasmes

musculaires, faiblesse musculaire, dorsalgie

Lésions, intoxications et complications liées aux procédures

Fréquent : chutes

* Inclut toutes les fractures à l'exception des fractures pathologiques ** Notifications spontanées issues de l'expérience post-commercialisation

Description d'une sélection d'effets indésirables

Convulsions

Dans les études cliniques de phase III, 7 (0,4 %) des 1671 patients traités à la dose quotidienne de 160 mg d'enzalutamide ont présenté des convulsions ; parmi les patients ayant reçu le placebo, un seul (<0,1 %) a présenté des convulsions. La dose semble être un facteur prédictif important du risque de convulsions, comme l'indiquent des données précliniques et les données obtenues lors d'une étude de recherche de dose. Dans les deux études de phase III, les patients présentant des antécédents de convulsions ou des facteurs de risque de convulsions ont été exclus.

Au cours de l'étude AFFIRM, six (0,8 %) des 800 patients traités à la dose quotidienne de 160 mg d'enzalutamide après chimiothérapie ont présenté des convulsions ; aucune convulsion n'a été observée chez le s patients ayant reçu le placebo. Plusieurs de ces patients présentaient des facteurs de risque potentiels susceptibles d'avoir augmenté le risque de convulsions de façon indépendante. Au cours de l'étude PREVAIL, un (0,1 %) des 871 patients n'ayant pas reçu de chimiothérapie et traités à la dose quotidienne de 160 mg d'enzalutamide, et un patient (0,1 %) recevant le placebo ont présenté des convulsions.

Le mécanisme par lequel l'enzalutamide pourrait abaisser le seuil épileptogène est inconnu, mais pourrait être mis en rapport avec les données des études in vitro qui montrent que l'enzalutamide et son métabolite actif se lient au canal chlore du récepteur GABA et peuvent en inhiber l'activité.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration - voir Annexe V.



publicité