publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

ZADITEN 1 mg

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Allergologie
principes actifs: Kétotifène
laboratoire: Sigma Tau (Italie)

Gélule
Boîte de 60
Toutes les formes
8,82€* (remboursé à 15%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 9,64 €

Indication

Traitement symptomatique de la rhinoconjonctivite allergique.

Posologie ZADITEN 1 mg Gélule Boîte de 60

Adulte et enfant de plus de 6 ans :
1 gélule matin et soir.
- La forme gélule n'est pas adaptée à l'enfant de moins de 6 ans en raison du risque de fausse route.
- Chez l'enfant de 4 ans à 6 ans la forme solution buvable est préférable.
- En raison des risques de somnolence en début de traitement, une période d'adaptation de quelques jours à 1/2 dose administrée uniquement le soir peut être préconisée.

Contre indications

CONTRE-INDIQUE :
- Hypersensibilité connue au kétotifène ou à l'un des constituants de la spécialité.
- La forme gélule n'est pas adaptée à l'enfant de moins de 6 ans en raison du risque de fausse route.
DECONSEILLE :
- Allaitement : en l'absence de données sur le passage dans le lait maternel, le traitement est déconseillé durant l'allaitement.
- La prise de ce médicament est déconseillée en association avec de l'alcool ou des médicaments contenant de l'alcool (voir rubrique interactions).

Effets indésirables Zaditen

Les effets indésirables se manifestent les premiers jours de traitement et disparaissent habituellement malgré la poursuite de celui-ci. Sont rapportés principalement :
- un effet sédatif avec somnolence diurne, une sécheresse buccale, des sensations vertigineuses (exceptionnelles), des troubles digestifs non spécifiques (nausées avec ou sans vomissements, troubles de l'appétit, gastralgies, constipation),
- une prise de poids a été parfois constatée,
- il peut être observé en particulier chez l'enfant une excitation, irritabilité, insomnies et nervosité,
- de très rares cas d'hépatites,
- de rares cas de gynécomastie sans que soit clairement établi le mécanisme physiopathologique en cause,
- de très rares cas de convulsions, notamment chez l'enfant, lors de traitement par kétotifène,
- des cas isolés de réactions cutanées graves de type érythème polymorphe et syndrome de Stevens-Johnson.



publicité