publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

ZEFFIX 5 mg/mL

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Gastro-Entéro-Hépatologie
principes actifs: Lamivudine
laboratoire: Glaxo Group Ltd

Solution buvable
Boîte de 1 Flacon (+ pipette doseuse) de 240 ml
Toutes les formes
40,03€* (remboursé à 65%)
*hors honoraires fixés par l'État, prix réel estimé 40,85 €

Indication

Zeffix est indiqué dans le traitement des patients adultes atteints d'hépatite B chronique présentant :

• Une maladie hépatique compensée avec l'évidence d'une réplication virale active, une élévation persistante des taux sériques d'alanine aminotransférase (ALAT) et une inflammation hépatique active et/ou une fibrose histologiquement prouvées. La mise sous traitement par lamivudine doit être envisagée seulement lorsqu'aucun autre antiviral ayant une barrière génétique plus élevée n'est disponible ou approprié (voir rubrique Propriétés pharmacodynamiques).

• Une maladie hépatique décompensée, en association à un deuxième antiviral exempt de résistance croisée à la lamivudine (voir rubrique Posologie et mode d'administration).

Posologie ZEFFIX 5 mg/mL Solution buvable Boîte de 1 Flacon (+ pipette doseuse) de 240 ml

Le traitement par Zeffix doit être instauré par un médecin expérimenté dans la prise en charge de l'hépatite B chronique.

Posologie

Adultes

La posologie recommand ée de Zeffix est de 100 mg une fois par jour.

Chez les patients pr ésentant une atteinte hépatique décompensée, la lamivudine doit systématiquement être utilisée en association à un deuxième antiviral, exempt de résistance croisée à la lamivudine, afin de réduire le risque de résistance et d'obtenir rapidement l'inhibition du virus.

Dur ée du traitement

La dur ée optimale de traitement n'est pas connue.

• Chez les patients atteints d'hépatite B chronique Ag HBe positifs, sans cirrhose, le traitement doit être administré pendant au moins 6-12 mois après confirmation de la séroconversion Ag HBe (détection des Ac anti-HBe avec disparition de l'Ag HBe et indétectabilité de l'ADN du VHB) afin de limiter le risque de rechute virologique, ou jusqu'à la séroconversion Ag HBs ou en cas de perte d'efficacité (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi). Les taux d'ALAT et d'ADN du VHB devront être régulièrement contrôlés après l'arrêt du traitement afin de détecter une éventuelle rechute virologique tardive.

• Chez les patients atteints d'hépatite B chronique Ag HBe négatifs ("pré-core" mutants), sans cirrhose, le traitement doit être administré au moins jusqu'à la séroconversion Ag HBs, ou jusqu'à la mise en évidence d'une perte d'efficacité. En cas de traitement prolongé, il est recommandé de procéder à une réévaluation régulière afin de confirmer que la poursuite du traitement choisi reste la meilleure option pour le patient.

• Chez les patients présentant une atteinte hépatique décompensée ou une cirrhose et les patients ayant bénéficié d'une transplantation hépatique, l'arrêt du traitement n'est pas recommandé (voir rubrique Propriétés pharmacodynamiques).

Si le traitement par lamivudine est interrompu, les patients doivent faire l 'objet d'une surveillance régulière afin de dépister d'éventuels signes de rechute de l'hépatite (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

R ésistance clinique

Chez les patients atteints d 'hépatite B chronique soit Ag HBe positifs soit Ag HBe négatifs le développement de mutants YMDD (tyrosine-méthionine-aspartate-aspartate) peut entraîner une diminution de la réponse thérapeutique à la lamivudine se traduisant par une augmentation des taux d'ADN du VHB et d'ALAT comparativement à ceux mesurés précédemment durant le traitement. Afin de réduire le risque de résistance chez les patients traités par lamivudine en monothérapie, une modification du traitement doit être envisagée si leurs taux d'ADN du VHB sont toujours détectables à, ou au delà de, 24 semaines de traitement. Chez les patients avec mutant YMDD, la substitution ou l'association à un autre médicament exempt de résistance croisée à la lamivudine, doit être envisagée (voir rubrique Propriétés pharmacodynamiques).

Chez les patients co-infect és par le VIH et recevant déjà ou envisageant de recevoir un traitement par lamivudine ou l'association lamivudine-zidovudine, la dose de lamivudine prescrite pour l'infection par le VIH doit être maintenue (en général 150mg deux fois par jour en association avec d'autres antirétroviraux).

Populations sp éciales

Insuffisance r énale

Les concentrations s ériques (ASC) de la lamivudine sont augmentées chez les patients ayant une insuffisance rénale modérée à sévère, en raison d'une diminution de la clairance rénale. Chez les patients présentant une clairance de la créatinine inférieure à 50 ml/min, la posologie doit donc être réduite. Si des doses inférieures à 100 mg sont nécessaires, la solution buvable devra être utilisée (voir Tableau 1 ci-dessous).

Tableau 1 : Posologie de Zeffix chez les patients ayant une diminution de la clairance de la cr éatinine.

Clairance de la créatinine ml/min

Dose initiale solution buvable

Dose d'entretien en une prise journalière

30 ≤ Cl < 50

20 ml (100 mg)

10 ml (50 mg)

15 ≤ Cl < 30

20 ml (100 mg)

5 ml (25 mg)

5 ≤ Cl < 15

7 ml (35 mg)

3 ml (15 mg)

Cl < 5

7 ml (35 mg)

2 ml (10 mg)

Les donn ées recueillies chez des patients traités par hémodialyse intermittente (séances de dialyse de durée inférieure ou égale à 4 heures, 2 ou 3 fois par semaine), montrent que l'adaptation initiale de la posologie de la lamivudine en fonction de la clairance de la créatinine ne nécessite pas d'autres ajustements posologiques au cours de la dialyse.

Insuffisance h épatique

Les donn ées obtenues chez des patients présentant une insuffisance hépatique, y compris ceux au stade terminal en attente d'une transplantation hépatique, montrent que la présence d'une atteinte hépatique n'a pas de retentissement significatif sur la pharmacocinétique de la lamivudine. Ainsi, aucun ajustement posologique n'est nécessaire chez ces patients, excepté si l'insuffisance hépatique est associée à une insuffisance rénale.

Personnes âgées

Chez les patients âgés, une diminution de la fonction rénale liée à l'âge n'a pas montré d'effets cliniquement significatifs sur l'exposition à la lamivudine, excepté chez les patients ayant une clairance de la créatinine inférieure à 50 ml/min.

Population p édiatrique

L 'efficacité et le profil de sécurité d'emploi de Zeffix n'ont pas été établis chez les enfants et les adolescents de moins de 18 ans. Les données actuellement disponibles sont présentées dans les rubriques Mises en garde et précautions d'emploi et Propriétés pharmacodynamiques, mais aucune recommandation posologique ne peut être émise.

Mode d 'administration

Voie orale.

Zeffix peut être pris au cours ou en dehors des repas.

Contre indications

Hypersensibilit é à la substance active ou à l'un des excipients mentionnés à la rubrique Composition.

Effets indésirables Zeffix

R ésumé du profil de sécurité

L'incidence des effets ind ésirables et des anomalies biologiques (à l'exception d'une élévation des ALAT et des CPK, voir ci-dessous) a été similaire chez les patients sous placebo et ceux traités par la lamivudine. Les effets ind ésirables les plus fréquemment rapportés ont été: malaise et fatigue, infections des voies respiratoires, gêne au niveau de la gorge et des amygdales, céphalées, douleur ou gêne abdominale, nausées, vomissements et diarrhée.

Tableau des effets ind ésirables

Les r éactions indésirables sont listées ci-dessous par classe de systèmes d'organes et selon leur fréquence. La fréquence est précisée seulement pour les réactions considérées comme au moins possiblement liées à la lamivudine. Les fréquences sont définies selon les catégories suivantes : très fréquent (≥ 1/10), fréquent (≥ 1/100 à < 1/10), peu fréquent (≥ 1/1000 à < 1/100), rare (≥ 1/10 000 à ≤ 1/1000), très rare (< 1/10 000) et fréquence indéterminée (ne peut être estimée sur la base des données disponibles).

L 'attribution des catégories de fréquence aux effets indésirables est principalement basée sur l'expérience acquise au cours des essais cliniques, incluant 1 171 patients atteints d'hépatite B chronique et ayant reçu 100 mg de lamivudine.

Affections hématologiques et du système lymphatique :

Fr équence non connue :

Thrombocytop énie

Affections du système immunitaire :

Rare :

Angioed ème

Affections hépatobiliaires :

Tr ès fréquent :

El évations des ALAT (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

Des exacerbations de l 'hépatite, mises en évidence principalement par des élévations des taux sériques d'ALAT ont été rapportées pendant le traitement et après l'arrêt de la lamivudine. La plupart de ces effets ont disparu spontanément, cependant quelques décès ont été très rarement observés (voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi).

Affections de la peau et du tissu sous-cutané :

Fr équent :

Eruption cutan ée, prurit

Affections musculo-squelettiques et systémiques :

Fr équent :

El évations des CPK.

Fr équent :

Troubles musculaires incluant myalgies et crampes*

Fr équence indéterminée :

Rhabdomyolyses

* Dans les essais de Phase III, la fr équence de ces effets indésirables observée dans le groupe lamivudine n'était pas supérieure à celle observée dans le groupe placebo.

Populationp édiatrique

Les donn ées disponibles chez les enfants âgés de 2 à 17 ans sont limitées ; aucun nouveau signal de sécurité d'emploi n'a été identifié par rapport à la population adulte.

Autres populations sp écifiques

Des cas de pancr éatite et de neuropathie périphérique (ou paresthésies) ont été rapportés chez des patients infectés par le VIH. L'incidence de ces troubles chez les patients traités pour une hépatite B chronique, était similaire dans les groupes lamivudine et placebo.

Des cas d 'acidose lactique parfois fatale, associés habituellement à une hépatomégalie importante et à une stéatose hépatique, ont aussi été observés chez des patients infectés par le VIH traités par une association d'analogues nucléosidiques. Quelques rares cas d'acidose lactique ont été rapportés chez des patients traités par la lamivudine pour leur hépatite B.

D éclaration des effets indésirables suspectés

La d éclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration - voir Annexe V .



publicité