publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Source RESIP-BCB
Dernière mise à jour:
07/04/2016

ZEVALIN 1,6 mg/mL

Médicament soumis à prescription médicale

Médicament générique du Classe thérapeutique: Produits diagnostiques ou autres produits thérapeutiques
principes actifs: Ibritumomab tiuxétan
laboratoire: Bayer Schering Pharma AG

Trousse pour préparation radiopharmaceutique
Trousse de 2 Flacons de 2 ml + 2 Flacons de 10 ml
Toutes les formes

Indication

- Zevalin marqué à l'yttrium-90 est indiqué dans le traitement de consolidation après induction d'une rémission chez les patients atteints d'un lymphome folliculaire non traités antérieurement. Les bénéfices de Zevalin suite à l'utilisation du rituximab associé à une chimiothérapie n'ont pas été démontrés.
- Zevalin marqué à l'yttrium-90 est indiqué dans le traitement des patients adultes atteints d'un lymphome non hodgkinien (LNH) à cellules B CD20 positif, de type folliculaire, en rechute ou réfractaire après traitement par le rituximab.

Posologie ZEVALIN 1,6 mg/mL Trousse pour préparation radiopharmaceutique Trousse de 2 Flacons de 2 ml + 2 Flacons de 10 ml

- [90Y]-Zevalin ne doit être manipulé et administré que par un personnel qualifié, titulaire d'une autorisation appropriée d'utilisation et de manipulation des radionucléides dans un établissement clinique autorisé. Sa préparation, son utilisation, son transport, sa conservation et son élimination sont soumis aux réglementations en vigueur et/ou à la possession d'une autorisation appropriée. Les perfusions de Zevalin doivent être effectuées sous la surveillance étroite d'un médecin qualifié, disposant des moyens de réanimation nécessaires (voir également les rubriques mises en garde et précautions d'emploi et instructions pour l'utilisation, la manipulation et l'élimination pour les précautions à observer lors de l'utilisation de substances radiomarquées).
- Zevalin est utilisé après prétraitement par le rituximab.
- Se reporter à la monographie du rituximab pour les instructions détaillées concernant l'utilisation de ce produit.
- La solution de [90Y]-Zevalin préparée doit être administrée par perfusion intraveineuse lente en 10 minutes. Ne pas administrer en bolus intraveineux.
- La solution de [90Y]-Zevalin doit être préparée conformément à la rubrique instructions pour l'utilisation, la manipulation et l'élimination. Pour les instructions concernant l'élimination, voir la rubrique instructions pour l'utilisation, la manipulation et l'élimination.
- Avant l'administration, la pureté radiochimique (en pourcentage) de la solution de [90Y]-Zevalin devra être vérifiée conformément à la procédure décrite au paragraphe instructions pour l'utilisation, la manipulation et l'élimination.
- Si la pureté radiochimique moyenne est inférieure à 95%, ne pas administrer la préparation.
DOSE DE RADIOACTIVITE RECOMMANDEE CHEZ LES PATIENTS RECEVANT ZEVALIN EN MONOTHERAPIE :
- numération plaquettaire supérieure ou égale à 150000/mm3 : 15 MBq de [90Y]-Zevalin par kg de poids, sans dépasser 1200 MBq.
- numération plaquettaire comprise entre 100000 et 150000 par mm3 : 11 MBq de [90Y]-Zevalin par kg de poids, sans dépasser 1200 MBq.
DOSE DE RADIOACTIVITE RECOMMANDEE LORSQUE ZEVALIN EST UTILISE EN TRAITEMENT DE CONSOLIDATION APRES INDUCTION D'UNE REMISSION :
- numération plaquettaire supérieure ou égale à 150000/mm3 : 15 MBq de [90Y]-Zevalin par kg de poids, sans dépasser 1200 MBq.
- numération plaquettaire inférieure à 150000/mm3 : Zevalin ne doit pas être utilisé en traitement de consolidation dans ce cas.
- [90Y]-Zevalin peut être directement injecté dans la tubulure après avoir arrêté la perfusion IV. La tubulure doit comporter un filtre de 0,2 ou 0,22 micron, à faible liaison protéique, entre le patient et le robinet permettant les injections. Rincer la tubulure avec au moins 10 ml de sérum physiologique à 0,9% (9 mg/ml) après la perfusion de [90Y]-Zevalin.
- Le traitement consiste en deux administrations intraveineuses de rituximab et une administration de [90Y]-Zevalin selon la séquence suivante :
. Jour 1 : perfusion intraveineuse (IV) de rituximab.
Posologie du rituximab : perfusion IV de 250 mg/m².
. Jour 7, 8 ou 9 : perfusion intraveineuse (IV) de rituximab peu de temps avant l'administration de [90Y]-Zevalin.
Posologie du rituximab : perfusion IV de 250 mg/m².
Perfusion de [90Y]-Zevalin : perfusion intraveineuse en 10 minutes de [90Y]-Zevalin, à la dose maximale de 1200 MBq. Si la pureté radiochimique moyenne est inférieure à 95%, ne pas administrer la perfusion.
USAGE REITERE :
On ne dispose pas de données sur l'utilisation réitérée de [90Y]-Zevalin.
ENFANTS :
Il n'y a pas d'expérience chez l'enfant ou l'adolescent de moins de 18 ans.

Contre indications

- Hypersensibilité à l'ibritumomab tiuxétan, au chlorure d'yttrium, au rituximab, aux autres protéines d'origine murine ou à l'un des excipients.
- Grossesse et allaitement :
. grossesse : aucune étude animale de reproduction n'a été réalisée avec l'ibritumomab tiuxétan. Compte tenu du franchissement connu de la barrière placentaire par les lgG et du risque concomitant d'irradiation, Zevalin ne doit pas être utilisé chez la femme enceinte. Il convient d'exclure toute éventuelle grossesse avant le début du traitement. Les femmes et les hommes susceptibles de procréer doivent utiliser une méthode efficace de contraception pendant l'administration de Zevalin et les 12 mois suivants. Si l'administration de Zevalin à une femme susceptible de procréer est indispensable, la possibilité d'une grossesse doit toujours être envisagée. Toute absence de règles doit faire considérer la femme comme enceinte jusqu'à preuve du contraire et il convient alors d'envisager d'autres traitements n'utilisant pas les rayonnements ionisants.
. allaitement : on ignore si l'ibritumomab tiuxétan passe dans le lait maternel. Comme les IgG humaines sont excrétées dans le lait maternel et que le risque d'absorption et d'immunosuppression chez le nourrisson n'est pas connu, les femmes doivent interrompre l'allaitement.
- Zevalin ne doit pas être administré chez les patients suivants, car son efficacité et sa tolérance n'ont pas été établies dans ces cas :
. patients chez qui l'envahissement médullaire par les cellules lymphomateuses est supérieur à 25%,
. patients préalablement soumis à une irradiation externe affectant plus de 25% de la moelle osseuse active,
. patients recevant Zevalin en monothérapie et dont la numération plaquettaire est < 100000/mm3 et patients recevant Zevalin en traitement de consolidation après induction d'une rémission et dont la numération plaquettaire est < 150000/mm3,
. patient présentant une numération des polynucléaires neutrophiles < 1500/mm3,
. patients ayant reçu une greffe de moelle osseuse ou de cellules souches,
. enfants et adolescents de moins de 18 ans.

Effets indésirables Zevalin

- Les rayonnements provenant de l'exposition thérapeutique peuvent être responsables de l'apparition de tumeurs malignes secondaires et de troubles héréditaires. Il faut donc s'assurer que les risques de l'exposition à la radioactivité de ce produit sont moindres que ceux liés à la maladie elle-même.
- La majorité des patients sont susceptibles de présenter des effets indésirables.
- La fréquence des effets indésirables indiqués ci-dessous (très fréquentes : > = 1/10 ; fréquentes : > = 1/100 à < 1/10, peu fréquentes : > = 1/1000 à < 1/100 ; rares > = 1/10000 à < 1/1000 ; très rares : < 1/10000) repose sur les résultats d'essais cliniques. Les effets indésirables rapportés après la commercialisation sont décrits séparément. Les effets indésirables rapportés sont ceux dont la relation causale a été considérée comme au moins "possible" avec le schéma de traitement associant rituximab et Zevalin radiomarqué.
REACTIONS ANAPHYLACTIQUES ET HYPERSENSIBILITE :
Des réactions anaphylactiques et d'autres réactions d'hypersensibilité ont été décrites chez moins de 1% des patients à la suite de l'administration intraveineuse de protéines. Des médicaments permettant de traiter les réactions d'hypersensibilité (par exemple adrénaline, antihistaminiques et corticoïdes) doivent être disponibles pour administration immédiate en cas de réaction allergique au cours de l'administration de Zevalin.
REACTIONS INDESIRABLES HEMATOLOGIQUES :
Une toxicité hématologique dose-dépendante a été très souvent rapportée dans les essais cliniques. Le délai médian de survenue du nadir des plaquettes et des polynucléaires a été de 60 jours environ après le début du traitement. Lors des essais cliniques portant sur l'indication LNH en rechute et réfractaire, le délai médian de récupération des thrombopénies de grade 3 ou 4 a été de 13 et 21 jours, et celui des neutropénies de grade 3 ou 4 de 8 et 14 jours. Lors de l'utilisation de Zevalin en traitement de consolidation après induction d'une rémission par un traitement de première intention, le délai médian de récupération des thrombopénies de grade 3 ou 4 a été de 20 et 35 jours et celui des neutropénies de grade 3 ou 4 de 20 et 28 jours.
INFECTIONS :
Au cours des 13 premières semaines de traitement par Zevalin, les patients ont très souvent présenté des épisodes infectieux, les infections de grade 3 et 4 étant fréquentes. Il en a été de même au cours de la période de suivi, le grade 3 étant fréquent, le grade 4 peu fréquent.
AFFECTIONS MALIGNES SECONDAIRES :
Des cas de myélodysplasie/leucémie aiguë myéloïde (LAM) ont été rapportés chez 5 patients sur 211 traités par Zevalin. Le risque d'apparition d'une myélodysplasie ou d'une leucémie secondaire après l'administration d'agents alkylants est bien connu. Tous ces patients ayant reçu précédemment des agents alkylants, les résultats actuellement disponibles ne sont pas suffisants pour déterminer si Zevalin contribue à un risque accru de myélodysplasie ou tirer des conclusions sur l'importance du risque.
FREQUENCE DES REACTIONS INDESIRABLES PAR CLASSE DE SYSTEME D'ORGANES :
Le tableau ci-dessous présente les effets indésirables par classe de système d'organes :
De façon globale, les infections de toutes origines ont été très fréquentes ; dans le tableau, elles sont toutefois répertoriées sous l'appareil concerné.
- Infections et infestations :
Fréquentes (> = 1/100 à < 1/10) : Infection*. Sepsis*. Pneumonie*. Infection urinaire. Candidose buccale.
- Tumeurs bénignes, malignes et non précisées (ex kystes et polypes) :
. Fréquentes (> = 1/100 à < 1/10) : Douleurs tumorales. Syndrome myélodysplasique/Leucémie aiguë myéloïde*.
. Rares (> = 1/10000 à < 1/1000) : Méningiome.
- Affections hématologiques et du système lymphatique :
. Très fréquentes (> = 1/10) : Thrombocytopénie. Leucocytopénie. Neutropénie. Anémie.
. Fréquentes (> = 1/100 à < 1/10) : Neutropénie fébrile. Pancytopénie*. Lymphocytopénie.
- Affections du système immunitaire :
Fréquentes (> = 1/100 à < 1/10) : Réaction d'hypersensibilité.
- Troubles du métabolisme et de la nutrition :
Fréquentes (> = 1/100 à < 1/10) : Anorexie.
- Affections psychiatriques :
Fréquentes (> = 1/100 à < 1/10) : Anxiété. Insomnie.
- Affections du système nerveux :
Fréquentes (> = 1/100 à < 1/10) : Sensations ébrieuses. Céphalées.
- Affections cardiaques :
Peu fréquentes (> = 1/1000 à < 1/100) : Tachycardie.
- Affections vasculaires :
. Fréquentes (> = 1/100 à < 1/10) : Hémorragies secondaires à une thrombocytopénie.
. Rares (> = 1/10000 à < 1/1000) : Hémorragie intracrânienne secondaire à une thrombocytopénie.
- Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales :
Fréquentes (> = 1/100 à < 1/10) : Toux. Rhinite.
- Affections gastro-intestinales :
. Très fréquentes (> = 1/10) : Nausées.
. Fréquentes (> = 1/100 à < 1/10) : Vomissements. Douleurs abdominales. Diarrhée. Dyspepsie. Irritation de la gorge. Constipation.
- Affections de la peau et du tissu sous-cutané :
Fréquentes (> = 1/100 à < 1/10) : Eruptions cutanées. Prurit.
- Affections musculosquelettiques, du tissu conjonctif et de l'os :
Fréquentes (> = 1/100 à < 1/10) : Arthralgies. Dorsalgies. Myalgies. Cervicalgies.
- Troubles généraux et anomalies au site d'administration :
. Très fréquentes (> = 1/10) : Asthénie. Fièvre. Frissons.
. Fréquentes (> = 1/100 à < 1/10) : Douleurs. Syndrome grippal. Malaise. Oedèmes périphériques. Hypersudation.
*Une issue fatale a été observée soit dans des études cliniques, soit dans l'expérience post-commercialisation.
- Le terme MedDRA le plus approprié est utilisé pour décrire chaque effet et ses synonymes ainsi que les conditions liées. Les termes utilisés pour décrire les réactions indésirables sont ceux référencés dans la base de données MedDRA version 9.1.
- Les effets indésirables sont présentés suivant un ordre décroissant de gravité au sein de chaque groupe de fréquence.
- La progression de la maladie est l'évolution naturelle de la pathologie sous-jacente.
- Lors de l'étude menée chez 204 patients ayant reçu Zevalin en traitement de consolidation après induction d'une rémission par un traitement de première intention, des infections ont été observées de manière plus fréquente qu'indiqué dans le tableau ci-dessus (très fréquent).
- Par ailleurs, les réactions indésirables suivantes ont été observées au cours de cette étude (classées selon la classification MedDRA) :
. Troubles généraux et anomalies au site d'administration : fatigue (très fréquent).
. Affections vasculaires : pétéchies (très fréquent), hypertension (fréquent), hypotension (fréquent).
. Affections des organes de reproduction et du sein : aménorrhée (fréquent).
DONNEES POST-COMMERCIALISATION :
- Affections de la peau et du tissu sous-cutané (selon classification MedDRA) :
Des réactions cutanéomuqueuses, notamment un syndrome de Stevens-Johnson d'évolution fatale, ont été rarement rapportées après la commercialisation.
- Troubles généraux et anomalies au site d'administration (selon classification MedDRA) :
. Des cas isolés d'extravasation avec réaction consécutive au point d'injection, comme une dermatose, une desquamation ou une ulcération locale, ont été signalés.
. Des cas isolés signalés montrent que le rayonnement associé à Zevalin peut endommager les tissus voisins du tissu lymphomateux et engendrer des complications liées à l'augmentation de ce dernier.
- Le schéma de traitement par Zevalin incluant l'utilisation du rituximab, voir également les informations concernant la prescription du rituximab.



publicité