publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Automédication : les conseils d’un médecin

Publié par : Elide Achille (29. décembre 2015)

Le Dr Loïc Etienne, médecin urgentiste et inventeur de l'outil d'analyse des symptômes sur le web, e-docteur, donne ses conseils concernant l'automédication.

En tant que médecin, quel regard portez-vous sur l'automédication ?

Dr Loïc Etienne : Je prône depuis plus de 20 ans l’automédication, c’est absurde d’être contre. C’est un acte naturel de vouloir soulager sa souffrance le plus rapidement possible. Il existe plusieurs raisons pour se tourner vers l’automédication : les cabinets médicaux engorgés, des raisons économiques (ça coûte moins cher), et le manque de temps.

Y a-t-il plusieurs formes d'automédication ?

Dr L. E : Il existe 3 types d’automédication : primaire, secondaire, et tertiaire.

L’automédication primaire consiste à soulager un symptôme ressenti (ne néssitant pas obligatoirement l'avis d'un médecin). L’automédication secondaire, ou remédication, réside dans le fait de reprendre un traitement déjà suivi pour le même type de symptôme. Dans ce cas, on appelle cela un autodiagnostic et il peut s’avérer faux, voire dangereux. L’automédication tertiaire s’applique pour les pathologies chroniques, comme l’asthme. Le patient saura adapter ses doses, selon l’intensité de ses symptômes.

Comment rendre l'automédication plus sécuritaire ?

Dr L. E. : Pour éviter les dérives de l’autodiagnostic, il faut mettre en place des règles :

1 - Ne pas prendre le traitement sur une durée supérieure à 48 heures.

2 - Si les symptômes persistent, il faut aller consulter son médecin.

3 - En cas de consultation chez un médecin, le prévenir des traitements d’automédication suivis dès le début de la consultation.

4 - Vérifier la date de péremption des médicaments.

Cependant, il faut garder en tête que l’automédication n’est pas une fin en soi, mais elle permet aux personnes d’adapter un comportement d’autovigilance. Elles développent un comportement de prévention et sont plus attentives à leurs symptômes. L’automédication est un aspect de l’autovigilance, mais elle n’est qu’une première réponse.

Dr Loïc Etienne

Dr Loïc Etienne, médecin urgentiste : "Je prône depuis plus de 20 ans l’automédication, c’est absurde d’être contre. C’est un acte naturel de vouloir soulager sa souffrance le plus rapidement possible."


publicité