publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Médicaments génériques : les réponses à vos questions : Le patient a le droit de choisir

Publié par : Elide Achille (05. décembre 2013)


Suite de l'interview du Dr Nathalie Cugnardey, directrice médicale Europe des laboratoires Mylan, et de Philippe Bayon, pharmacien et directeur marketing des laboratoires Mylan, spécialisés dans la fabrication de médicaments génériques. Lors de notre table ronde, ils ont répondu aux questions des internautes sur les médicaments génériques...

Béatrice : Parfois, les pharmaciens nous imposent des génériques, alors que l'on voudrait rester " fidèles " à ses médicaments princeps pour lesquels on est habitué... même s'ils sont plus chers ! Peut-on refuser le générique ? Et avec quelles conséquences ?

Dr Nathalie Cugnardey : Le patient a le droit de refuser l’achat du générique. Cependant, le pharmacien doit lui expliquer que pour le médicament de marque, il ne pourra pas appliquer le tiers payant. Alors que si le patient accepte d’acheter le médicament générique, le pharmacien va pouvoir le délivrer sans que le patient ne fasse l’avance des frais : le paiement est pris en charge automatiquement. Si le patient choisit le princeps, il devra le payer, une somme qui sera remboursée plus tard (en fonction de la prise en charge).

Wihem : Pourquoi les pharmaciens sont-ils parfois si insistants par rapport aux génériques ?

Philippe Bayon : Les autorités de santé ont demandé aux pharmaciens d’être les acteurs de la substitution en France car ce sont eux les professionnels du médicament. C’est par leur engagement sur la délivrance du médicament générique que les économies de santé attendues pourront être atteintes. Ils ont donc des « objectifs de substitution » fixés et encadrés par des textes réglementaires qui font partie de leurs obligations professionnelles.

Yveline : Le pharmacien touche-t-il une remise de la part de l'Assurance maladie sur les génériques vendus ?

P. B. : Les Caisses d’ Assurance maladie sont vigilantes sur les économies de santé réalisées sur les ventes de médicaments. Elles alertent parfois les professionnels de santé pour leur demander de se mobiliser plus activement sur des objectifs un peu plus précis, comme d’atteindre des taux de substitution régionaux qui doivent être en adéquation avec les objectifs nationaux fixés.

Médicaments génériques : Dr Nathalie Cugnardey et Philippe Bayon répondent aux questions des internautes

Médicaments génériques : Dr Nathalie Cugnardey, directrice médicale Europe des laboratoires Mylan, et Philippe Bayon, pharmacien et directeur marketing des laboratoires Mylan, répondent aux questions des internautes




publicité