publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Chimiothérapie : limiter les effets secondaires : Les conseils du médecin spécialiste

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (08. août 2015)

Le Dr Patricia Pautier est cancérologue spécialisée en gynécologie et responsable de l'hôpital de jour à l'Institut de cancérologie Gustave Roussy (Villejuif).

Les effets secondaires sont-ils inévitables ?
Non, certains patients vivront très bien leur chimiothérapie tandis que d’autres cumuleront les effets indésirables. Cela dépend d’abord du type de médicaments choisi et de la dose, mais aussi des associations de médicaments. Si on utilise trois produits à fort risque d’effets secondaires, on multiplie leurs effets. Cela varie aussi en fonction du patient, de son âge, de ses antécédents... Ce qui est rassurant c’est que si une cure de chimiothérapie est bien tolérée, le plus souvent la prochaine se déroulera bien aussi, même si un effet cumulatif est possible. Au contraire, si la première chimio est mal vécue, on pourra toujours adapter les protocoles pour les cycles suivants.

Perdurent-ils après la chimiothérapie ?
Heureusement le plus souvent non. Le traitement terminé, les lésions tissulaires sont réparées, les anomalies sanguines disparaissent, les cheveux repoussent et les cellules intestinales retrouvent un fonctionnement normal. Mais c'est vrai que certaines toxicités sont plus lentes à récupérer (comme les fourmillements dus à l’atteinte des nerfs périphériques). Le rôle du thérapeute est d’évaluer ces toxicités à chaque cycle pour éviter au maximum des toxicités définitives.

Les médecines complémentaires sont-elles intéressantes pour traiter ces effets secondaires ?
Des études montrent que l’acupuncture en prévention réduirait les nausées et vomissements. L’auriculothérapie est plutôt utilisée contre les douleurs et certaines personnes utilisent l’homéopathie contre leurs nausées. Mais on manque encore d’études pour valider scientifiquement toutes ces médecines complémentaires.


publicité