publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Chimiothérapie : limiter les effets secondaires : Contre la neuropathie, les foumillements

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (08. août 2015)

Certains médicaments de chimiothérapie (cisplatine, vinorelbine, paclitaxel et autres taxanes…) ont un effet toxique sur les nerfs et peuvent provoquer des neuropathies, c’est-à-dire des maladies du système nerveux.

Ces neuropathies se manifestent sous différentes formes telles que : fourmillements, engourdissements, picotements, perte de sensibilité, voire douleurs. Elles peuvent être très handicapantes, car elles apparaissent notamment au niveau des membres et de leurs extrémités, pouvant ainsi entraîner une véritable gêne fonctionnelle (difficulté à saisir un objet ou à marcher, par exemple).

Une neuropathie doit être identifiée le plus tôt possible pour ne pas s’aggraver et se transformer en handicap. C’est pourquoi il faut en parler le plus tôt possible à son médecin.

Aucun traitement véritablement efficace n’est possible pour éviter ces effets secondaires, mais le spécialiste suivra l’évolution de ces symptômes et pourra adapter au mieux les cures pour limiter leur apparition. Dans des cas extrêmes, il peut décider d’arrêter la chimiothérapie avant que la neuropathie devienne très sévère. A noter qu’il existe des traitements pour limiter la douleur liée à cette neuropathie.


publicité