publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Médicaments, alors utiles ou dangereux ? : le débat sur le livre des Pr Even et Debré

Publié par : Elide Achille

Interview du Pr Jean-François Bergmann, Chef du Service de Médecine interne, Hôpital Lariboisière (Paris), Professeur de thérapeutique, qui s'exprime sur le livre des Pr Even et Debré, " 4 000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux ".

Comment expliquer le succès du livre sur les médicaments des Pr Even et Debré ? Ce livre fait-il progresser le débat ?

Pr J.-F. B. : Par les questions posées, par l’analyse globale des relations des Français à leurs médicaments, par la constatation de la surconsommation de ces médicaments, par la critique des nouvelles stratégies thérapeutiques qui n’apportent pas toujours un plus pour le malade, ce livre est utile et soulève de légitimes questions. Mais en revanche, il sème aussi le doute et donc la suspicion vis-à-vis de toute attitude thérapeutique et cette suspicion va, dans les cas où les traitements sont indiscutables, gêner l’acte thérapeutique et « parasiter » la qualité de la relation médecin-malade.

On dit que le livre est truffé d'erreurs. Est-ce vrai ?
Pr J.-F. B. : A côté du pamphlet contre l’évaluation des médicaments en France et à côté de l’analyse sur la consommation des médicaments en France, ce livre se veut un guide apportant des informations spécifiques sur les médicaments classe par classe. C’est malheureusement là que les erreurs sont nombreuses, dangereuses et inacceptables. Les auteurs peuvent avoir leur propre opinion de la thérapeutique, mais ils ne peuvent pas faire des propositions dangereuses sur des domaines aussi variés que les antidépresseurs, les médicaments cardiovasculaires, les antibiotiques... Si une analyse critique des médicaments de confort ne prête pas à conséquence, des recommandations si formelles et si loin des preuves médicales correctement établies pour des pathologies graves risquent d’être délétères pour des patients qui les suivraient béatement. Ce n’est pas parce que les auteurs rappellent que les changements de prescription doivent être faits sous contrôle médical qu’ils peuvent s’arroger le droit de détruire des pans entiers de la thérapeutique sur des bases scientifiques parfois plus que fragiles. Ce livre manque de relecture, de hauteur, d’analyse exhaustive des données de la science. Par son côté polémique, il expose les patients à des changements de thérapeutique inconsidérés.

©DR. Le Pr Jean-François Bergmann.

©DR. Le Pr Jean-François Bergmann.


publicité