publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

La pilule de 3ème génération : quels risques ?

Publié par : Elide Achille

Les pilules contraceptives de 3ème génération présentent-elles des risques ? Sont-elles vraiment dangereuses ? Faudrait-il les retirer du marché ? Quelle est la position des autorités par rapport à cette affaire ?

La polémique sur ces contraceptifs oraux a pris de l’ampleur en décembre 2012, suite à une plainte déposée par une jeune femme accusant ce médicament d’être la cause d’un grave accident vasculaire cérébral ( AVC) dont elle a été victime.

Le débat sur les risques liés aux pilules contraceptives, et plus précisément celles de 3ème génération, est donc relancé.

Nombreuses sont les femmes concernées : on estime qu'actuellement, en France, environ 2 millions de femmes prennent des pilules contraceptives de troisième génération.

Commençons par une précision : l'utilisation de la terminologie de pilules de première, deuxième et troisième génération correspond à leur composition, et en particulier à la concentration et au type d’oestrogènes qu’elles contiennent. Le fait de parler de « générations » de pilules contraceptives ne signifie pourtant pas que les plus récentes soient plus efficaces ou moins nocives... C'est une terminologie qui a été sans doute un peu sur-utilisée à des fins commerciales.

Pour y voir plus clair, pour connaître les risques des pilules contraceptives, le Professeur Jean-François Bergmann, chef du service de médecine interne à l’hôpital Lariboisière (Paris), nous a accordé en exclusivité une interview.

 

Propos recueillis par Elide Achille.
Consultant expert : Pr Jean-François Bergmann, Chef du Service de Médecine interne, Hôpital Lariboisière (Paris), Professeur de thérapeutique, Université Paris-Diderot
, ancien vice-président de la Commission d'AMM.
Janvier 2013.


publicité