publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Anticoagulant : La surveillance des anticoagulants

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (04. juillet 2014)

La prise d'un traitement pas anticoagulants nécessite une survellance particulière. En effet, le problème des traitements par AVK est qu’ils doivent être spécifiquement adaptés à chaque patient. Avant le début de votre traitement, votre médecin vous fera faire un premier contrôle par une prise de sang mesurant votre INR.

Il faut savoir que n’importe quel facteur (génétique, prise de médicaments, maladies passagères de type infection, diarrhée, fièvre, etc.) peut avoir une influence sur l’action des AVK, entraînant ainsi une modification de l’INR.

C’est pourquoi il est indispensable de faire des prises de sang fréquentes au début du traitement, puis au minimum une fois par mois après. Et ceci dans le même laboratoire d’analyses si possible car les résultats, sensibles, peuvent varier d’un laboratoire à un autre.

Bref, la prise d'un traitement par anticoagulants AVK nécessite une surveillance particulière.

Attention aux hémorragies

A force de vouloir empêcher la formation des caillots ou de vouloir les éliminer, il arrive, dans 3 à 4 % des cas, que l’effet inverse redouté (l’ hémorragie) se produise.

Nos conseils :
> Vous devez prévenir votre médecin si vous saignez du nez, des gencives, si vous avez les yeux rouges, une petite plaie qui continue de saigner ou encore des bleus ;

> Pour les femmes, le même réflexe s'impose si vous trouvez vos règles anormalement abondantes. Aucun signe ne doit être négligé car certaines hémorragies peuvent être très graves comme celles qui surviennent à l’intérieur du crâne ;

> Si vous souffrez d'hypertension artérielle, vous devez la faire contrôler et être traité(e) en conséquence car elle augmente aussi le risque de saignements.

Et si vous avez oublié votre traitement ?
Prenez votre médicament à heures fixes. Si vous l’avez oublié une fois, vous devez le signaler à votre médecin qui ajustera la prise suivante en conséquence.
Attention : ne prenez jamais une double dose pour compenser un oubli !

Que faire en cas de grossesse ?

Si vous faites partie des quelques milliers de femmes sous AVK et en âge d’avoir des enfants, vous devez prendre un moyen de contraception. En effet, il faut savoir que les anticoagulants font courir un risque de malformation à l'embryon au début de la grossesse et ils sont aussi dangereux en fin de grossesse.

Si toutefois vous souhaitez avoir un enfant, vous devez impérativement être suivie par des spécialistes. La prise de vos médicaments AVK sera remplacée un temps par des anticoagulants par voie injectable qui ne feront pas courir de risques au fœtus.
Le suivi doit être encadré par des spécialistes et le choix de l’accouchement (voie basse ou césarienne) sera décidé au cas par cas afin d’éviter tout risque de saignement.


publicité