publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

La rééducation périnéale après l'accouchement : à quoi ça sert ?

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (11. avril 2016)

Pour celles qui hésitent quant à la nécessité ou non de faire des séances de rééducation périnéale, il est bon de rappeler en quoi le périnée est important.

Il s'agit d'un petit "hamac" de muscles qui soutient à lui tout seul des organes situés au niveau du bassin. Malgré sa petite taille, le périnée permet de maintenir le poids des organes, mais aussi de retenir les selles, gaz et urines. C'est lui encore qui permet de contracter le vagin et d'optimiser les rapports sexuels. D'où l'importance d'un périnée tonique et donc, bien musclé.

Eviter les fuites urinaires avec la rééducation périnéale

Au moment de l' accouchement, le passage du bébé va distendre les muscles de manière importante. Il est donc fortement recommandé à toutes les jeunes mamans de suivre une rééducation spéciale, afin que le périnée retrouve une bonne élasticité et sa capacité de maintien.

Si vous hésitez encore, observez les éventuelles réactions de votre corps. Si vous souffrez de légères fuites urinaires lors d’un effort, d’un éternuement, d’une quinte de toux... ou d’un simple éclat de rire, c’est que votre périnée est fatigué ! Il faut donc réagir car si rien n’est fait, cela ne s’arrangera pas avec le temps.

Près de 20 % des femmes sont victimes de cette gêne juste après leur accouchement ou quelques semaines plus tard. Ce désagrément est donc très courant, et il y a des cas où cette rééducation est indispensable, notamment si :

  • ce n’est pas votre première grossesse ;
  • bébé pèse plus de 3,7 kg à la naissance ;
  • son périmètre crânien dépasse 35 cm ;
  • vous avez eu recours à un forceps lors de l’accouchement ;
  • ou si vous avez eu une épisiotomie.

Pour les femmes qui ne souffrent d'aucun trouble : la consigne sera qu'il vaut mieux prévenir que guérir.

Et pour les femmes ayant subi une césarienne ?

Elles ne sont pas forcément dispensées de ces séances, car même si le bébé ne passe pas par la voie basse, il aura quand même pesé lourd sur le périnée, au cours des neufs mois. De plus, beaucoup de femmes ayant des césariennes ne font pas de rééducation pensant que cela n’est pas nécessaire, et vers l’âge de 50 ans se retrouvent victimes de fuites urinaires !

A lire aussi notre dossier :
> La césarienne : il y a du nouveau !


publicité