publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Le test de paternité

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (01. avril 2010)

Un test de paternité, aussi appelé test de filiation est destiné à déterminer :
> Qu'un enfant est bien le descendant biologique d'un homme ou d'une femme.
> Ou à l'inverse qu'il n'est pas l'enfant biologique de la femme ou de l'homme qui l'a reconnu (ou pas) et/ou qui se revendique comme son parent (ou pas).

L'examen nécessite un échantillon d'ADN de celle(s) et ce(ux) qui sont impliqués dans ce test de filiation que l'on appelle aussi test de paternité, car ce sont plus souvent les pères qui demandent l'utilisation de ce test.

Pourquoi l'ADN ?

Chaque individu est composé de milliards de cellules. Chacune de ces cellules (à l'exception des globules rouges) a un noyau qui contient le « matériel génétique » ou ADN, composé de millions de « séquences » comme des lettres de l'alphabet se succédant de manière bien précise qui formeraient des mots.

Chaque personne hérite de 50% de l'ADN de son père, et de 50% de l'ADN de sa mère. En faisant un test qui utilise l'ADN, on peut savoir de manière très fiable si oui ou non, cette personne est l'enfant de l'un ou l'autre, ou des deux parents présumés.

La technique : comment se fait le test ?

Le test de paternité consiste à prélever un échantillon biologique (sang, salive...) des individus sur lesquels les tests seront entrepris. Voici comment ça se passe en détail :

L'ADN est extrait de l'échantillon biologique et une séquence spécifique de cet ADN est « photocopiée » en un très grand nombre d'exemplaires. Cette amplification est appelée PCR ou Polymerase Chain Reaction. A ce stade, on recueille les fragments d'ADN qui sont ensuite classés selon leur taille par la technique de l'électrophorèse.

La même opération est répétée pour toutes les personnes dont on va analyser le lien de parenté. Puis on compare la taille des fragments d'ADN. Pour dire d'un enfant qu'il est bien le descendant biologique de ses parents, il faut que ses fragments d'ADN correspondent pour moitié à celui de sa mère et pour l'autre moitié à celui de son père.

 

Auteur : Ladane Azernour-Bonnefoy
Consultant expert : Marie-Gaëlle Le Pajolec - Expert en empreintes génétiques à l'Institut Génétique Nantes Atlantique - IGNA de Nantes.


publicité