publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Comment 50 nuances de Grey peut vous envoyer aux Urgences ?

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (17. février 2015)

Depuis 2007, aux Etats-Unis, les services des Urgences ont connu une multiplication par deux des admissions pour cause de blessures dues à l’utilisation d’un sex-toy, notamment entre 2012 et 2013, années suivant la publication du fameux livre, Fifty Shades of Grey. Et quelles conséquences alors attendre de la sortie du film ?

Les chiffres fournis par la Commission de la sécurité des consommateurs américaine, témoignent de cette recrudescence des hospitalisations à la suite de l’utilisation de sex toys, après la publication du livre 50 nuances de Grey, d’E.L James, comme on le voit sur cette infographie :

Jusqu’aux années 2000, il n’y avait que peu d’ accidents de ce type. Mais depuis la plus grande utilisation de sex-toys, ces accidents ne cesseraient d’augmenter pour passer aux Etats-Unis de 1 000 accidents/an en 2003 à 2 500 accidents/an en 2012 ! On a peu de données épidémiologiques en Europe (en particulier en France) sur ces traumatismes engendrés par les sex-toys, mais depuis leur plus grande utilisation dans nos contrées, on peut imaginer que les conséquences dommageables sont aussi en nette augmentation...

Les principales victimes

Toujours basé sur les chiffres de la Commission de la sécurité des consommateurs américaine, les hommes seraient plus touchés par ces accidents que les femmes : 42% de femmes pour 58% d’hommes.

Ce sont les femmes de 20/30 ans qui sont les plus touchées par les accidents dus aux sex-toys, et les hommes de 40/50 ans.

La plupart de ces blessures ne sont pas graves. 71% des patients blessés sont soignés et ne nécessites pas d’ hospitalisation, mais 25% d’entre eux doivent transférés dans des services particuliers pour leur délivrer les soins appropriés. Une bonne nouvelle : aucun décès pour cause d’utilisation de sex-toy n’a été enregistré jusqu’à maintenant.

La sortie récente de l’adaptation au cinéma du livre 50 nuances de Grey viendra peut-être accroître cette tendance... ou pas. On dit ce film tellement mauvais, que cela pourrait refroidir certaines ardeurs à utiliser un sex-toy...

 

Sources :
Consumer Product Safety Commission
Washington Post


publicité