publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Détecter une MST : un état grippal, fièvre, fatigue, courbatures

Publié par : Clémentine Fitaire (05. août 2016)

Vous présentez un état grippal, de la fièvre, une fatigue, des courbatures... plus ou moins prononcés. Ces manifestations très banales et courantes peuvent avoir de très nombreuses origines (souvent infectieuses).

Et en fonction d'éventuels autres symptômes associés, il arrive que le problème soit lié à une IST :
> une salpingite
> une hépatite B
> le Sida
> un herpès génital 

La salpingite

Comment ça s'attrape :

  • Les germes contractés dans certaines MST sont à l’origine d'une salpingite, en particulier le chlamydiae ou le gonocoque.
  • Des examens ou gestes médicaux intra-utérins (comme une IVG), peuvent également être la cause d’une salpingite.

Les symptômes :

  • Douleurs intenses dans le bas-ventre.
  • Fièvre (38, 39 voire 40°C).
  • Pertes vaginales anormales et sales.

Gravité et complications :

  • Obstruction de la trompe menant à une stérilité tubaire.
  • Risque de grossesses extra-utérines.
  • Douleurs pelviennes chroniques.

Diagnostic :

  • Examen gynécologique et frottis réalisés par le médecin, confirmés par une échographie.
  • Prélèvement parfois effectué lors d’une cœlioscopie.

Traitements :

  • Administration d’antibiotiques pendant au minimum 3 semaines.
  • Repos.
  • Hospitalisation nécessaire et perfusion d’antibiotiques dans le cas d’une salpingite aiguë.

L'hépatite B

Comment elle s'attrape :

L’hépatite B est une maladie du foie due à un virus qui se transmet par voie sexuelle ou sanguine. La transmission majeure au niveau mondial étant de la mère à l’enfant.

Les symptômes :

La plupart du temps, les signes cliniques sont inexistants. Cependant, après une période d’incubation de deux mois, certains symptômes peuvent apparaître :

  • Grande fatigue.
  • Perte d’appétit.
  • Nausées.
  • Ictère (jaunisse) parfois.
  • Douleurs musculaires.

Gravité et complications :

Si elle n’est pas traitée, une hépatite B risque d'évoluer vers :

  • une hépatite fulminante qui peut être mortelle.
  • une cirrhose ou un cancer du foie.

Ces complications ne sont pas très fréquentes... mais existent !

Diagnostic :
Il nécessite d'effectuer une prise de sang qui peut être pratiquée dans n'importe quel laboratoire d'analyses, ou dans un centre de dépistage anonyme et gratuit.

À noter : chez la femme enceinte, le dépistage est systématique.

Traitements :

Aujourd’hui, on ne dispose d'aucun traitement curatif contre l’hépatite B, mais certains médicaments permettent de bloquer l’évolution du virus, et de diminuer les complications. Les plus prescrits souvent sont : le ténofovir, l’entécavir et l’interféron.

En revanche, contre l’hépatite B, il existe un vaccin !

Vrai/faux hépatite b: vidéo


Le Sida

Comment ça s'attrape :

Le virus VIH se transmet par contact avec un sujet contaminant : par voie sexuelle, c'est-à-dire par l'intermédiaire du sperme, des secrétions vaginales, ou par voie sanguine.

La contamination peut se faire :

  • D’homme infecté à homme sain ou femme saine.
  • De femme infectée à homme sain ou femme saine.
  • Par voie sanguine (seringues contaminées, piqûres, transfusions sanguines...).
  • De la mère à l’enfant (pendant la grossesse, ou lors de l'allaitement).

Les symptômes :

Les signes cliniques ne sont pas les mêmes selon les stades de la maladie.

Signes de la primo infection : entre 1 et 6 semaines après la contamination :

  • Etat grippal : fièvre, maux de tête, douleurs musculaires, fatigue.
  • Eruptions cutanées surtout au niveau du visage et du tronc.
  • Dans certains cas, des diarrhées et des douleurs abdominales peuvent survenir.

Gravité et complications :

Sans traitement, le virus va affaiblir considérablement les défenses immunitaires de l’organisme. Cela peut conduire à contracter différentes infections graves, voire mortelles qui peuvent toucher l'appareil pulmonaire, digestif, neurologique...

Traitements :

Il n’existe pas, à ce jour, de traitement permettant d’éradiquer complètement le virus VIH de l’organisme, ni de vaccin.

En revanche, pour les personnes contaminées, différents traitements antiviraux (les trithérapies) permettent de bloquer la multiplication du virus, de les détruire, et de contenir son action sur les cellules.

Mais ces traitements sont lourds, contraignants et peuvent provoquer des effets secondaires.

La prévention reste l’arme la plus sûre pour éviter de contracter le virus du Sida, et cette prévention passe par l'usage systématique de PRESERVATIFS.

Dépistage :

Après un comportement à risque (rapport sexuel non protégé, par exemple), ou pour un simple « check up », le dépistage du Sida peut être prescrit par un médecin et être effectué dans un laboratoire d'analyses, ou dans un centre de dépistage anonyme et gratuit, ou dans un centre du planning familial.

Le dépistage se fait par une prise de sang, précédée par un entretien avec un médecin.

Les résultats sont disponibles environ une semaine après le test.

À noter : Il est nécessaire d’attendre 3 mois après le comportement à risque, pour effectuer le test. La contamination n’est en effet pas détectable dans le sang avant 3 mois.

Pour vous informer, vous orienter, échanger : Sida Info Service 0 800 840 800 (24h/24) ou www.sida-info-service.org.

Vous voulez échanger, partager votre expérience ou avez besoin d'un conseil ? Rendez-vous dans nos FORUMS MST, Sexualité ou Un médecin vous répond !

Pour en savoir plus, à lire aussi :
> Tout sur l'herpès génital
> L'hépatite B.
> La salpingite
> Le sida
> Auto-test VIH : les 10 infos à connaître 


publicité